Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Microplastiques : le pneu, ce pollueur invisible et souvent oublié

Microplastiques : le pneu, ce pollueur invisible et souvent oublié

L'institut suédois de recherche sur la sécurité des transports a publié une étude montrant que l'on considère encore très peu le rôle des pneus dans la pollution aux microparticules, et surtout leur impact sur l'environnement, et pas seulement sur la santé humaine.

Nous entendons souvent parler des particules fines, ces minuscules particules émises par les moteurs à combustion, nocives pour les voies respiratoires de l'être humain. Mais rares sont les études portées sur l'usure des pneus, qui auraient une grande part de responsabilité, avec les freins, dans cette pollution peu visible mais potentiellement très dangereuse.

Le VTI (Institut suédois de recherche sur la sécurité des transports) vient justement de réaliser une longue étude, traduite en anglais, sur les méthodes de mesure des "microplastiques" émises par les pneus. Il s'agit de particules plus grosses que les fameuses particules fines, hypothétiquement moins risquées pour nos voies respiratoires mais dangereuses à d'autres degrés. Ces petits morceaux de plastiques et de polymères chimiques passent en effet par la suite dans les sols et les eaux, et toute la difficulté est de traiter justement les eaux dans les stations dédiées afin d'éliminer ces microplastiques. Or, ce serait justement rarement le cas...

Vient ensuite le problème de santé publique : le VTI reconnaît qu'à l'heure actuelle, nul ne s'est réellement penché sur ces problèmes. Les microplastiques dans les océans (à cause des déchets) commencent à faire parler d'eux, mais pas ceux en provenance des transports. Et pourtant, leur niveau serait particulièrement élevé :

"En se basant sur nos connaissances actuelles, en Suède, nous pouvons dire qu'au moins la moitié des émissions de microplastiques du pays proviennent de l'usure des pneus. D'autres sources d'émissions de microplastiques incluent, par exemple, l'usure des marquages au sol. Une large portion de la dispersion dans l'environnement de ces particules plastiques provient des déplacements sur la route, du vent, du déneigeage et du nettoyage des routes". L'étude précise que ces morceaux de plastiques se retrouvent ensuite dans les terres arables.

Pour l'heure, les connaissances sur les effets de ces plastiques lorsqu'ils sont ingurgités par l'Homme (dans l'eau buvable, ou dans les aliments) sont minces, pointe le VTI.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (73)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

On ne va pas tarder de revenir à la roue en bois cerclée de ferraille, et un ou deux bourricots un collecteur de méthane bien implanté là où il faut en traction.

Les roumains qui étaient experts il n'y a pas si temps dans ce mode de déplacement avec chauffage à la palinka, vont relancer ça dans les usines Dacia.

Nouvel espoir pour Renault, les profits pourraient revenir au galop !

Par

en roumania il y a toujours les charettes...-)

Par

En réponse à SUDISTE DES LANDES

tout pollue en fait chercher pas

C'est des vases communicants tout simplement.

C'est le serpent qui se mort la queue. Ce qui pensent que l'on peut réduire notre impact écologique en étant toujours plus nombreux, en produisant toujours plus, en misant sur la croissance infinie dans un monde fini sont simplement utopistes.

Alors oui on fait des voitures plus lourdes, avec plus de matériaux, on incite à consommer toujours plus (voir le plan de relance de Macron prochainement pour l'automobile), mais tant que rien ne sort du pot d'échappement on sauve la planète. :biggrin:

Au passage, l'endroit où il y a le plus de particule fine en France et de très loin, c'est le métro. Pourtant y'a pas de métro thermique que je sache ! :biggrin:

Par

En réponse à SUDISTE DES LANDES

en roumania il y a toujours les charettes...-)

oui, et des fois c'est bien compliqué quand ils sont sur les départementales avec leur outils qui dépassent de chaque cotés...

Par

En réponse à SUDISTE DES LANDES

tout pollue en fait chercher pas

C'est pour ça que ça sert à rien de se prendre la tête avec l'écologie autant laisser tomber et continuer de vivre ainsi tant qu'on le peut sans se priver.

Par

ça tourne au ridicule..

Les vaches qui flatulent aussi polluent, interdisons les vaches

Par

En réponse à Axel015

C'est des vases communicants tout simplement.

C'est le serpent qui se mort la queue. Ce qui pensent que l'on peut réduire notre impact écologique en étant toujours plus nombreux, en produisant toujours plus, en misant sur la croissance infinie dans un monde fini sont simplement utopistes.

Alors oui on fait des voitures plus lourdes, avec plus de matériaux, on incite à consommer toujours plus (voir le plan de relance de Macron prochainement pour l'automobile), mais tant que rien ne sort du pot d'échappement on sauve la planète. :biggrin:

Au passage, l'endroit où il y a le plus de particule fine en France et de très loin, c'est le métro. Pourtant y'a pas de métro thermique que je sache ! :biggrin:

Il ne faut pas confondre pollution et réchauffement climatique. Je pense que ça va être la course pour ne plus réchauffer notre climat. Mais les deux puent.

Par

Et balançons notre huile de vidange et les batteries usagées dans les fossés pendant que vous y êtes... qu'est ce qu'il faut pas lire comme connerie :hum:

C'est pas parce que tout pollue, qu'il n'est pas possible de polluer moins. Faire un pneu qui s'use 20% moins vite n'a rien d'insurmontable, tout comme empêcher la prise de poids des autos...

Par

Pourquoi pas des pneu en mousse comme sur les radio commandé ? En blob lol

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire