Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Présentation vidéo - Dacia Sandero (2020) : que reste-t-il à la Clio ?

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Pour sa 3ème génération, la citadine roumaine change de plate-forme et gagne des équipements hi-tech, sans renier ses origines.

Présentation vidéo - Dacia Sandero (2020) : que reste-t-il à la Clio ?

En bref

Plate-forme CMF-B

Boîte CVT

Aides à la conduite actualisées

Un succès inattendu ! Depuis son lancement en 2008, la Dacia Sandero s’est écoulée à 2,1 millions d’exemplaires, un joli score. Mieux, ceux-ci ont dans leur très grande majorité été vendus à des particuliers, permettant à la roumaine d’occuper la première marche européenne sur ce marché depuis 2017. Ça, c’est carrément inattendu. Aussi, prudemment, la Sandero de 3e génération s’inscrit dans les traces de sa devancière, même si elle change tout ou presque.

Un look plus valorisant

Elle poursuit sa quête de valorisation, à commencer par son esthétique. On l’avait suspecté avec les premières images diffusées, et cela se confirme de visu : elle paraît nettement plus sûre d’elle et mieux campée sur ses roues. Déjà, la face avant est dessinée pour paraître aussi large que possible. Ainsi, les projecteurs débordant amplement sur les ailes incluent un éclairage de jour en forme de flèches reliées visuellement sur par les lignes chromées de la calandre.

L’effet est réussi, mais surtout, on notera que la nouvelle Sandero croît transversalement de 11 cm, pour dépasser 1,84 m ! C’est énorme, et certainement un inconvénient en usage urbain. Pour le reste, elle conserve un gabarit et des proportions similaires à ceux de sa devancière, mais la roumaine se pare, comme la Clio V, d’ailes arrière renflées qui musclent et dynamisent la silhouette. On remarque aussi que les montants de toit s’inclinent nettement vers l’intérieur, ce qui abaissera le Cx, point faible du modèle sortant. Pour sa part, le capot se voit généreusement nervuré, alors que la face arrière demeure plus simple. Au total, la Dacia inspire la solidité et paraît plus cossue que sa devancière, perdant au passage ses portières autoclaves, empiétant sur le pavillon.

La Sandero prend la pose à côté de la version Stepway.
La Sandero prend la pose à côté de la version Stepway.

La Stepway, qui jusqu’à présent totalise 65 % des ventes, nous a aussi été présentée, et esthétiquement, elle accentue ses différences face à la version standard.

La version Stepway arbore des lignes bien différentes de la Sandero classique.
La version Stepway arbore des lignes bien différentes de la Sandero classique.

La calandre lui est spécifique, de même que les boucliers, incluant des skis inférieurs teintés dans la masse, alors que des jupes et des protections latérales apparaissent.

Présentation vidéo - Dacia Sandero (2020) : que reste-t-il à la Clio ?
Présentation vidéo - Dacia Sandero (2020) : que reste-t-il à la Clio ?
Présentation vidéo - Dacia Sandero (2020) : que reste-t-il à la Clio ?

Surprise, elle aussi droit à un capot spécifique, doté de deux bossages latéraux contre un gros central. Évidemment, elle se pare de barres de toit, non amovibles malheureusement, ce qui aura une influence sur la consommation de carburant. On se consolera avec leur bonne modularité : à l’aide d’une clé fournie, on peut les transformer en galerie, et elles peuvent accueillir une charge de 80 kg. La garde au sol s’accroît de 41 mm, pour s’établir à 174 mm, et ce, grâce notamment à des pneus à flancs plus hauts. 

Dessous tout neufs, moteurs connus

Techniquement, la nouvelle Sandero adopte la plate-forme CMF-B déjà utilisée par la Clio 5, notamment, et conserve des trains roulants classiques, composés de jambes McPherson à l’avant et d’un essieu de torsion à l’arrière. Sous le capot, on retrouve le 3-cylindres bien connu dans le Groupe Renault, en trois déclinaisons : 0,9 l atmosphérique de 65 ch, 0,9 l TCE et TCe 100. Si le premier ne sera pas disponible sur la Stepway, le second se combine à deux nouveautés. Déjà, il s’attelle à une boîte manuelle à 6 rapports, contre 5 sur les modèles sortant. Ensuite, la transmission robotisée de ce dernier est remplacée, en option, par une CVT, une variation continue utilisant une courroie.

La plate-forme et les moteurs sont identiques à la dernière Clio.
La plate-forme et les moteurs sont identiques à la dernière Clio.

Si l’on comprend le choix de ne pas recourir à l’onéreuse EDC à double embrayage, on regrette qu’il n’y ait pas de moteur de plus de 100 ch, même si la Sandero ne s’alourdit que d’une quarantaine de kilos. Notons aussi qu’il n’y a plus de diesel. Cette offre de moteurs étant assez restreinte, la Clio ne sera pas trop gênée ! 

Un habitacle un poil plus cossu

Si la carrosserie devient plus statutaire, l’habitacle suit une tendance similaire. Dacia a en effet travaillé sur les matériaux. Les plastiques demeurent évidemment rigides, mais conservent un bon aspect, alors que l’assemblage a l’air sérieux.

Gros changement à bord avec une planche de bord totalement revue et inédite.
Gros changement à bord avec une planche de bord totalement revue et inédite.

Surtout, le tout se complète à partir du deuxième niveau de finition d’un bandeau de tissu couvrant la planche de bord. Agréable au toucher, elle valorise efficacement ce cockpit qui bénéficie en outre d’un volant réglable en hauteur et en profondeur. Du coup, la position de conduite est irréprochable et, face à soi, on remarque que Dacia a pensé à adapter l’instrumentation de bord au GPL : en clair, la jauge à carburant et l’ordinateur de bord prennent en compte le gaz. Enfin ! Autres apports : un démarrage mains libres et des essuie-glaces automatiques sur certaines finitions.

Changement de position pour l'écran multimédia qui devient plus lisible.
Changement de position pour l'écran multimédia qui devient plus lisible.

Au centre du tableau, l’écran multimédia tactile (8 pouces, soit un de plus qu’avant) remonte, donc devient plus immédiatement lisible. Deux versions sont disponibles, l’une sans GPS, l’autre avec. La seconde pourra répliquer l’affichage du téléphone par wifi, mais la voiture ne devient pas un hotspot pour autant. 

Équipement en progrès

En entrée de gamme, pas d’écran mais un support de smartphone bien intégré : il se situe derrière une trappe, à côté de laquelle se trouve une prise USB. Des applis ont été conçues par Dacia pour utiliser au mieux son terminal, que l’on peut même contrôler au volant. Astucieux. Entre les sièges, un accoudoir doté d’un rangement prend place et on découvre même un frein à main électrique. Pas ultra-utile, ce gadget restera une option, tout comme le toit ouvrant (électrique) qui fait son apparition.

Présentation vidéo - Dacia Sandero (2020) : que reste-t-il à la Clio ?

Les aides à la conduite font de gros progrès, pour se mettre aux normes. La Sandero bénéficie d’un freinage d’urgence automatique, d’un détecteur d’angles morts, de radars de stationnement arrière (couplé à une caméra) et avant, ainsi que d’une aide au démarrage en côte. De série, elle dispose de 6 airbags, et si elle améliore sa protection contre les chocs, elle ne vise pas les 5 étoiles EuroNcap. Pourquoi ? Parce que ces dernières supposent l’adoption d’adjuvants au maniement de la voiture plus perfectionnés, donc coûteux.

Présentation vidéo - Dacia Sandero (2020) : que reste-t-il à la Clio ?
Présentation vidéo - Dacia Sandero (2020) : que reste-t-il à la Clio ?

À l’arrière, l’habitabilité semble en progrès, l’espace aux jambes étant excellent pour un segment B. Pour sa part, le coffre gagne 8 litres, à 328 litres, là encore une valeur fort appréciable dans la catégorie.

En somme, la nouvelle Sandero progresse surtout sur les points faibles de sa devancière, en améliorant l’équipement, l’aspect de l’habitacle et les équipements de sécurité, dont les aides à la conduite, où elle assure enfin le minimum syndical. Reste à savoir si sur route, son insonorisation sera améliorée (surtout en Stepway, d’autant que les barres de toit ne sont pas amovibles) et sa consommation abaissée, ce que l’aérodynamique peaufinée devrait garantir. Quant au prix, il ne gonfle que peu : à partir de 8 690 €, soit une hausse modérée de 400 €. L’auto sera livrable avant la fin 2020.

Portfolio (19 photos)

En savoir plus sur : Dacia Sandero 3

SPONSORISE

Actualité Dacia

Toute l'actualité

Commentaires (146)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Pourquoi succès inattendu ?

Les Nous et Tonton en ont acheté une...

Des gens d'influence....

Et hop, la machine était lancée....:bah:

Par

Et la Sandero change... mais pas la veste du Stephane...

Bientôt élue au patrimoine mondial de l'UNESCO ?

Par

Il est parfois question du Cx dans cet article et cette vidéo.

Mais sans communiquer aucune données...

Dommage...

Par

Sympa, mais la vision de la face arrière un peu moins

Quant aux protections latérales totalement inutiles...

Globalement positif, mais 11cm de largeur en plus !

À voir

Par

Et sinon, les tambours étaient ils rouillés ?

La moquette décollée, le ciel de toit qui pendouille, le tableau de bord avec des jours pas possible, des passages de roues non protégés avec canalisations en tous genres bien visibles....

Sinon il y a les occasions récentes bien plus qualitatives pour le même prix avec au max 20000km, quasi neuve quand il s'agit d'asiatiques mais il est vrai déjà fatiguées avec des autos françaises ou allemandes.

Le bouchon va couler sec:rs:

Par

Un frein à main élec., un toit ouvrant...?

On est un peu à l'opposé du concept initial, tout cela est superflu même si on est forcément content de les trouver

Par

Entre une Clio turque ou une Dacia roumaine, le choix va devenir très difficile géopolitiquement !

Sinon, une Clio plus rustique mais alliant l'essentiel avec un style réussi et plutôt valorisant .

Sur la route, elle sera certainement un peu en retrait mais sans plus .

Au final, un véhicule très économique pour qui roule peu avec un coût d'entretien mesuré .

Par

En réponse à henri13enforme

Et sinon, les tambours étaient ils rouillés ?

La moquette décollée, le ciel de toit qui pendouille, le tableau de bord avec des jours pas possible, des passages de roues non protégés avec canalisations en tous genres bien visibles....

Sinon il y a les occasions récentes bien plus qualitatives pour le même prix avec au max 20000km, quasi neuve quand il s'agit d'asiatiques mais il est vrai déjà fatiguées avec des autos françaises ou allemandes.

Le bouchon va couler sec:rs:

A disons 11800 euros (prix moyen je pense) trouver à moins ce prix une voiture avec 20000 kilomètres et garantie trois ans, ce ne sera pas simple. Cela veut dire une voiture de deux ans qui a couté environ 18000 euros neuve. Je pense que ce n'est pas gagné. Et sans savoir ce qu'elle a subi.

Par

Jolie petite voiture :)

Par

On est mal, chef, on est mal !! (comme dirait la pub).

Ça, c'est la concurrence qui se le dit en voyant les prix et prestations de cette nouvelle Sandero !!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire