Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Prise en mains vidéo - Mobilize Limo (2022) : louée soit la grande berline

Premier modèle de la nouvelle marque du groupe Renault, la Mobilize Limo n'est pas à vendre. Elle est destinée aux chauffeurs de taxi et VTC qui pourront la louer. Au menu : une grande berline électrique de 160 ch et 450 kilomètres d'autonomie pour 1 500 euros par mois, services compris. Une bonne affaire ? Premières réponses et premier essai.

4,67 m de long et un empattement de 2,75 m qui privilégie l'espace aux places arrière.
4,67 m de long et un empattement de 2,75 m qui privilégie l'espace aux places arrière.

En 124 ans d'existence, c'est la première fois que le constructeur crée une marque de toutes pièces. Certes Renault a racheté, et relancé le roumain Dacia ou le Dieppois Alpine, mais jamais il n'a eu l'idée de partir d'une feuille blanche, de définir un nom et un logo tout nouveau et de lancer ses propres modèles. C'est désormais chose faite avec Mobilize même si le terme "feuille blanche" est un tantinet exagéré. Car cette marque s'en va puiser (du moins pour le moment) dans l'existant du groupe, ou dans des alliances établies. C'est le cas pour ce premier modèle : la Limo.

Prise en mains vidéo - Mobilize Limo (2022) : louée soit la grande berline

Prise en mains vidéo - Mobilize Limo (2022) : louée soit la grande berline

 

Limo pour limousine ? Disons plutôt grande berline. A trois millimètres près, et a quelques détails stylistiques près aussi, elle ressemble à une Tesla Model 3. Mais contrairement à l'américaine, la première Mobilize n'est pas à vendre. Car la raison d'être de la nouvelle marque du groupe, c'est l'usage, le service, le partage, la location, le car-sharing, la nouvelle mobilité, selon le jargon souhaité, mais en aucun cas, la vente. Et dans le cas de la Limo, ceux qui vont la louer et jouer à la nouvelle mobilité, ce sont les chauffeurs de VTC et les taxis.

Sa sœur jumelle est chinoise

C'est donc une auto conçue dès le départ pour cet usage, non pas au technocentre de Guyancourt, ou sont dessinées les autres voitures du groupe, mais à Nanjang, en Chine, chez Jiangling Motors, un constructeur local qui s'est acoquiné avec Renault pour concevoir cette Limo, qui, là-bas  s'appelle E-Zoom Yi. Mais qu'est-ce qu'une auto destinée à transporter des clients à longueur de journée peut bien avoir de spécifique ? Pour le comprendre, l'essayeur doit se dédoubler, en passant du rôle de chauffeur, à celui de client installé à l'arrière.

Un design plutôt réussit qui n'est pas sans rappeler la Tesla Model 3
Un design plutôt réussit qui n'est pas sans rappeler la Tesla Model 3

Le chauffeur, lui, souhaite disposer d'un outil de travail simple, pratique et fiable. Puisqu'elle est électrique, la Limo devrait au moins remplir ces conditions de fiabilité et de simplicité. le maniement de la boîte automatique, dont le levier est très inspiré de celui de l'Espace 5, convient parfaitement à l'usage urbain et périurbain d'un taxi, même si elle est incrustée dans une console centrale qui n'est pas de la meilleure facture.

Un poste conducteur bien conçu, même si les matériaux utilisés ne sont pas d'une qualité exceptionnelle.
Un poste conducteur bien conçu, même si les matériaux utilisés ne sont pas d'une qualité exceptionnelle.

Devant le conducteur, les deux écrans de 10,25 pouces pour l'instrumentation et de 12,3 pouces pour l'infotainement sont reliés pour former une longue dalle horizontale. Mais la particularité de l'écran central, outre sa lenteur d'usage, c'est qu'il ne dispose d'aucun système de navigation. Les chauffeurs étant tous équipés de smartphones avec Waze ou Google Maps pour se diriger, et généralement d'applis dédiées à leurs entreprises pour gérer leur clientèle, Mobilize a zappé le bon vieux GPS intégré en se contentant d'une connexion Carplay et Android.

Des places arrière gigantesques...
Des places arrière gigantesques...
... mais un coffre à l'accès compliqué.
... mais un coffre à l'accès compliqué.

Sous son pied, le chauffeur dispose d'une formule déjà appréciée sous le capot de la Renault Megane E-tech EV60. La batterie, de 60 kWh est ici reliée à un moteur de 150 ch, et non pas de 220ch comme le SUV compact Renault. En plus la Limo ne pèse que 1 600 kg, peu ou prou le poids de la Mégane, et 200 kg de moins que la Tesla dont ses lignes s'inspirent. Mais l'auto est bridée à 140 km/h, ce qui est largement suffisant pour rouler en ville, ou même relier Orly à Paris. Mais pourquoi diable cette limitation de vitesse et de puissance ? Pour augmenter l'autonomie, pardi. Une autonomie qu'il retrouvera en se branchant sur toutes les bornes AC et DC et sur une prise ou une Wallbox à domicile. Ainsi, sur une borne de charge rapide, il récupérera 250 km de liberté en 40 minutes.

Une auto plutôt légère au royaume des électriques

Sauf que, curieusement, l'autonomie maximum est de 450 km selon la norme WLTP. Exactement le même kilométrage que la Megane plus puissante. Nul doute que la vraie vie et les vraies routes seront plutôt à l'avantage de la Limo qu'à celui de la Megane. Des routes sur lesquelles le chauffeur ne sera pas dépaysé par rapport à d'autres modèles généralistes thermiques, mais pas forcément les plus exemplaires : la direction n'est pas des plus informatives, mais les suspensions assurent néanmoins leur job en termes de confort et de tenue de cap. Le châssis équilibré est un autre complice de ce bon comportement, tout comme le poids léger.

Des poignées de portes affleurantes pour la Limo, comme sur des autos plus premium.
Des poignées de portes affleurantes pour la Limo, comme sur des autos plus premium.

Mais toutes ces données, le client passager n'en a cure. Installé à l'arrière il voit tout cela d'assez loin. D'autant plus que la place dont il dispose pour étendre ses jambes est gigantesque. Un tour de magie rendu possible grâce à l'empattement de 2,75 m. En revanche, les sièges sont plutôt fermes. Le fait que la banquette doit accueillir des dizaines de clients chaque jour sans pour autant s'affaisser au bout d'un an est responsable de cet inconfort.

Ces clients pourront néanmoins se consoler grâce à deux prises USB qui leur sont destinées. De même, ils disposent de deux boutons lui permettant d'augmenter ou de réduire le son du système audio. Sauf si le chauffeur, qui a ce privilège, lui coupe cette possibilité depuis la planche de bord. Les mêmes passagers bénéficieront également de portières arrière étonnamment grandes qui leur faciliteront l'accès à bord. En revanche, l'accès au coffre est beaucoup moins aisé. La malle de 500 l est plutôt grande, mais les manœuvres pour y glisser les lourdes et gigantesques valises des touristes de retour de Punta Cana agaceront assez vite les chauffeurs tatillons.

Un nouveau logo sur une face arrière sans hayon, mais avec un coffre simple.
Un nouveau logo sur une face arrière sans hayon, mais avec un coffre simple.

Tatillons, ils risqueront de l'être également en examinant l'addition de leur nouvel outil de travail. Car l'auto, uniquement disponible à la location, pour une durée qui peut varier entre 3 mois et 3 ans, est facturée 1 499 euros par mois. Inutile de hurler sous prétexte qu'une auto classique coûte en LOA entre 300 et 800 euros par mois. Celle de Mobilize inclut des services parfois indispensables et souvent bien utiles. Ainsi, pour ce prix élevé, le chauffeur de taxi ou de VTC profitera de l'entretien complet de son auto (pneus compris), d'une voiture de remplacement identique en cas de panne mais aussi, et surtout, de l'assurance spéciale "transports de personnes" que tous ces pros doivent souscrire et qui s'avère plutôt chère.

La direction de Mobilize affirme que le prix affiché est moins élevé que celui de la concurrence, lorsque l'on additionne les services proposés. La vérification de ces dires sera fort simple. Il suffira de voir si, à la rentrée de septembre, date du lancement de Mobilize dans la capitale, les Limo pullulent dans les gares et les aéroports. En tout cas, le groupe Renault est ambitieux pour sa nouvelle marque, qui commence cette semaine à s'implanter à Madrid avec une flotte de 40 Limo. Et elle doit petit à petit s''installer dans toutes les grandes villes européennes ouvertes aux VTC, avec un objectif précis : réaliser 20 % du chiffre d'affaires global d'ici 2030, au moment ou les trois autres modèles de la marque (petits utilitaires et quadricycles en auto partages) seront disponibles.

Photos (20)

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire