Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Rejets de CO2 : les "super crédits" pèsent lourd

Dans Ecologie / Electrique / Autre actu écologie

Les constructeurs en Europe bénéficient du système des "super crédits" sur la vente de voitures électriques. Il faut toutefois noter que ceux-ci faussent assez largement le calcul des émissions réelles des immatriculations d'une marque.

Pour certains groupes, l'écart serait grand sans ces super crédits.
Pour certains groupes, l'écart serait grand sans ces super crédits.

Vous le savez sans doute, chaque constructeur doit respecter un objectif personnel "CO2". La moyenne de chaque marque est calculée en fonction des ventes qu'elle réalise, avec une pondération par le nombre de ventes de chaque modèle. Ainsi, plus un véhicule gourmand est vendu, plus il va peser lourd dans le calcul de la valeur finale. Et inversement pour les voitures électriques : plus un constructeur en vend, plus il va voir sa moyenne baisser... mais beaucoup plus rapidement que la hausse liée à l'immatriculation des voitures fortement émettrices.

En effet, dans le but d'inciter les géants de l'industrie auto à diriger gentiment ses clients vers l'électrique, l'Europe a trouvé une parade : les "super crédits". En clair, toute voiture immatriculée qui émet moins de 50 g/km de CO2 compte double. 

Alors forcément, on comprend encore mieux la communication à outrance, soudaine, de certains constructeurs pour la voiture électrique. Quitte, parfois, à carrément décourager un client potentiel en concession d'opter pour une voiture essence, voire hybride.

Le problème, c'est que ces super crédits faussent un peu la valeur réelle moyenne de CO2 des immatriculations d'un constructeur. Ce graphique intéressant du cabinet Jato Dynamics montre ce que seraient les rejets de CO2 d'un groupe automobile sans ces super crédits. Forcément, ceux qui vendent beaucoup d'hybrides rechargeables et d'électriques ont un gros écart.

L'autre problème, c'est que ces super crédits, couplés à des politiques publiques incitatives (en somme, le bonus écologique, et l'absence de TVS), fabriquent une croissance quelque peu artificielle du marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables. L'année 2020 sera exceptionnelle pour cette catégorie d'autos, mais qu'en aurait-il été sans ces aides ? En Chine, la diminution forte et soudaine du bonus a été corrélée avec une chute des immatriculations d'électriques.

Il faut, certes, des actions des gouvernements pour favoriser la transition, mais le cumul de ces exonérations fiscales et de ces bonus est-il réellement le juste milieu, ou bien en fait-on trop ? La diminution progressive du bonus dans les cinq prochaines années donnera une indication intéressante sur la volonté réelle des automobilistes à passer à l'électrique. Mais pour vouloir, il faudra aussi pouvoir.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (29)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Le Groupe PSA est en tout cas visiblement dans les 2 scénarii en très bonne position.

Pour le reste, l'état n'est pas complètement idiot: le bonus sur les électriques ne disparaîtra que lorsque le consommateur n'aura plus d'autre choix que d'acheter par défaut une voiture électrifiée. C'est couru d'avance. :bah:

Par

En réponse à fedoismyname

Le Groupe PSA est en tout cas visiblement dans les 2 scénarii en très bonne position.

Pour le reste, l'état n'est pas complètement idiot: le bonus sur les électriques ne disparaîtra que lorsque le consommateur n'aura plus d'autre choix que d'acheter par défaut une voiture électrifiée. C'est couru d'avance. :bah:

Parce que tu crois vraiment que l'Etat français aurait les moyens de verser 7 000 boules sur 2 millions de bagnoles vendues Saccapuces...

Et autant de bagnoles qui du joiur au lendemain ne verseront plus 0.70 € de taxes pour 1 € de carburant liquide consommé....

Allons allons.....

Pour t'éviter de faire le calcul :

7 000 € x 2 000 000 = 14 000 000 000 € .... quatorze milliards d'euros de sponsoring annuel à claquer...

Par

En réponse à roc et gravillon

Parce que tu crois vraiment que l'Etat français aurait les moyens de verser 7 000 boules sur 2 millions de bagnoles vendues Saccapuces...

Et autant de bagnoles qui du joiur au lendemain ne verseront plus 0.70 € de taxes pour 1 € de carburant liquide consommé....

Allons allons.....

Pour t'éviter de faire le calcul :

7 000 € x 2 000 000 = 14 000 000 000 € .... quatorze milliards d'euros de sponsoring annuel à claquer...

Je te rassure, c'est plus astucieux que ça. pour ne pas dire plus... vicieux:

l'idée, c'est de baisser progressivement le montant du bonus électrique en suivant la même courbe inverse d'augmentation des malus.

dès lors, oui, à un moment donné, on sera passé de 7000€ de bonus à 0. et en même temps, on sera passé de 0 à 7000€ de malus sur une Clio essence.

donc, même avec 0€ de bonus, les gens achèteront finalement des électrifiées. :bah:

d'autant que plus le malus sur les thermiques augmentera, moins les constructeurs en proposeront dans leur gamme.

donc, de toute façon, quand le bonus électrique sera à 0, il n'y aura plus que de l'électrifié comme choix possible pour les consommateurs. :bah:

enfin, plus la demande sur les électrifiées sera importante, plus vite le bonus diminuera, et plus vite le malus augmentera.

Par

les dépenses pour lutter contre le réchauffement climatiques vont être énormes et n'auront d'effets que si tous les gros pays s'y mettent. Par contre si on ne fait rien, les conséquences seront encore plus énormes ( inondations, sécheresse, montée des eaux qui vont rayer de la carte des surfaces habitées et générer des déplacement humains considérables ... ) . Pour que la maison terre reste habitable, on doit parfois faire des dépenses importante sur la toiture. Alors oui on va s'endetter, gaspiller du fric qu'on a pas.

Par

En réponse à Pile Poil

les dépenses pour lutter contre le réchauffement climatiques vont être énormes et n'auront d'effets que si tous les gros pays s'y mettent. Par contre si on ne fait rien, les conséquences seront encore plus énormes ( inondations, sécheresse, montée des eaux qui vont rayer de la carte des surfaces habitées et générer des déplacement humains considérables ... ) . Pour que la maison terre reste habitable, on doit parfois faire des dépenses importante sur la toiture. Alors oui on va s'endetter, gaspiller du fric qu'on a pas.

Ne t'inquiète pas, ça se fera via des aides pour les moins aisés, financées par les plus aisés, et le tout orchestré par des coups de pieds dans le cul.

Mais oui, l'avenir ne sera en aucun cas réjouissant. :cyp:

Par

En réponse à Pile Poil

les dépenses pour lutter contre le réchauffement climatiques vont être énormes et n'auront d'effets que si tous les gros pays s'y mettent. Par contre si on ne fait rien, les conséquences seront encore plus énormes ( inondations, sécheresse, montée des eaux qui vont rayer de la carte des surfaces habitées et générer des déplacement humains considérables ... ) . Pour que la maison terre reste habitable, on doit parfois faire des dépenses importante sur la toiture. Alors oui on va s'endetter, gaspiller du fric qu'on a pas.

Qu'est-ce qui coute le plus chère économique et socialement d'après vous :

Des centaines de milliard investi à perte pour baisser le bilan carbone à la marge alors que la population est en augmentation constante et que certains pays se développent encore économiquement et donc augmentant de fait leurs rejets de CO².

Ou bien

inondations = investir dans des digues, creusé le lit des rivières

sécheresse = déplacement des cultures (le Bordeaux sera produit à Angoulême : est ci grave ?).

montée des eaux = construction de digues, fin des habitations totalement stupides en zone inondable

déplacement humains considérables : c'est déjà le cas avec l'immigration massive et c'est pas pour des raisons de climat, mais pour des raisons géopolitique : on ferme les frontières : fin de l'espace Schengen.

Quand on rationnalise on se rend compte, qu'il est bien plus facile de s'adapter au réchauffement climatique que d'essayer via des sacrifices énormes de le limité à la marge ce phénomène.

Par

Quand je dis que ça fait des semaines que les constructeurs sur-immatricule du VE pour être dans les clous.

Il y a ceux qui ont décalé les ventes de 2019 sur le début de 2020 (Renault par exemple avait volontairement freiné les immatriculation de Zoé fin 2019 pour en avoir un max début 2020) et il y a ceux qui depuis quelques mois auto-immatricule à mort les récent VE sortis pour être dans les clous (comme VW avec l'ID3 par exemple....)

Au final une grande supercherie sur les chiffres.

Mention spéciale à Tata mais aussi aux marques Allemandes....

Par

En réponse à Axel015

Qu'est-ce qui coute le plus chère économique et socialement d'après vous :

Des centaines de milliard investi à perte pour baisser le bilan carbone à la marge alors que la population est en augmentation constante et que certains pays se développent encore économiquement et donc augmentant de fait leurs rejets de CO².

Ou bien

inondations = investir dans des digues, creusé le lit des rivières

sécheresse = déplacement des cultures (le Bordeaux sera produit à Angoulême : est ci grave ?).

montée des eaux = construction de digues, fin des habitations totalement stupides en zone inondable

déplacement humains considérables : c'est déjà le cas avec l'immigration massive et c'est pas pour des raisons de climat, mais pour des raisons géopolitique : on ferme les frontières : fin de l'espace Schengen.

Quand on rationnalise on se rend compte, qu'il est bien plus facile de s'adapter au réchauffement climatique que d'essayer via des sacrifices énormes de le limité à la marge ce phénomène.

c'est comme la stratégie de Bojo pour l'immunité collective avec le covid ... et puis la réalité lui est arrivé en pleine face. Croire que des digues et creusement de rivières et autres idées seront moins couteuses, vous pouvez y croire quelques années encore mais la réalité aussi vous frappera de son bon sens et le retard sera encore plus difficile à rattraper.

Par

En réponse à fedoismyname

Ne t'inquiète pas, ça se fera via des aides pour les moins aisés, financées par les plus aisés, et le tout orchestré par des coups de pieds dans le cul.

Mais oui, l'avenir ne sera en aucun cas réjouissant. :cyp:

Pour le moment les aides ont profié aux plus aisés et les moins aisés sur le papier pour lesquels cela a été un effet d'aubaine.

Par

En réponse à fedoismyname

Je te rassure, c'est plus astucieux que ça. pour ne pas dire plus... vicieux:

l'idée, c'est de baisser progressivement le montant du bonus électrique en suivant la même courbe inverse d'augmentation des malus.

dès lors, oui, à un moment donné, on sera passé de 7000€ de bonus à 0. et en même temps, on sera passé de 0 à 7000€ de malus sur une Clio essence.

donc, même avec 0€ de bonus, les gens achèteront finalement des électrifiées. :bah:

d'autant que plus le malus sur les thermiques augmentera, moins les constructeurs en proposeront dans leur gamme.

donc, de toute façon, quand le bonus électrique sera à 0, il n'y aura plus que de l'électrifié comme choix possible pour les consommateurs. :bah:

enfin, plus la demande sur les électrifiées sera importante, plus vite le bonus diminuera, et plus vite le malus augmentera.

CQFD:bien:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire