Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Sur la route

Essai - Isuzu D-Max 2 restylé : le japonais méconnu

Le D-Max est bel et bien un pick-up ! Malgré des progrès évidents, le confort n’est décidément pas la qualité première de ce type de véhicules. Il est vrai que le pont rigide et les solides lames de flexion à l’arrière, si pratiques pour supporter la charge de la benne, n’arrangent rien surtout pour les passagers arrière en version double cabine. Cependant malgré cette critique inhérente aux pick-up, le dernier D-Max a progressé avec notamment des prises de roulis davantage contenues.

 

Soulignons également l’efficacité du système TCS qui apporte un vrai plus en gérant efficacement la motricité et la stabilité. En outre, le D-Max dispose d’une transmission 4x2/4x4 enclenchable, soit la possibilité de rouler en mode propulsion (roues arrière) ou en quatre roues motrices grâce à l’action d’une molette à condition d’avoir les roues droites et de rester en deçà des 100 km/h. Précision, la gamme courte ne peut s’enclencher qu’à l’arrêt. Le D-Max est disponible avec deux nouvelles boîtes : manuelle à 6 rapports peu précise ou automatique à 6 rapports lente mais confortable. À noter que les ingénieurs nippons conseillent de démarrer sur le deuxième rapport car le premier, doté d’un étagement très court, a été pensé pour les professionnels utilisant des remorques.

 

Mais un pick-up est aussi un formidable outil grâce à ses capacités en tout-terrain. Or sur ce point, le D-Max monte sur le podium. Son important empattement peut gêner, tout comme ses pare-chocs mais dans l’absolu, rien à redire. En configuration Space (60 % des ventes), son angle d’attaque (30°), son angle de fuite (22,7°) et son aptitude au dévers (49°) permettent de surmonter de nombreuses difficultés. Et pour les plus exigeants, Isuzu a, bien évidemment implanté une transmission intégrale dotée d’une gamme courte qui, selon l’expression consacrée, permet de « grimper aux arbres ». En outre, le D-Max, à l’instar de ses principaux rivaux, propose des aides électroniques pour contrôler la vitesse en pente (HDC pour les descentes et HSA pour les montées).

Essai - Isuzu D-Max 2 restylé : le japonais méconnu

Sous le capot se trouve désormais un inédit bloc diesel 1.9 de 164 ch, homologué Euro 6. Résultat, le constructeur japonais annonce un meilleur rendement de son moteur avec notamment une consommation moyenne de 6,8 l/100 km. Nous n’avons pu vérifier précisément cette valeur mais après notre essai, ce chiffre nous paraît vraiment optimiste et devrait plutôt dépasser les 9 l/100 km en usage mixte surtout avec une benne pleine. Les émissions de CO2 sont à l’avenant avec 168 g/km. La fiabilité a normalement été aussi optimisée. Isuzu a déclaré que « la conception du moteur est issue de la technologie poids-lourds que nous maîtrisons parfaitement puisque c’est l’essentiel de notre activité en Asie ». Mais, le véritable progrès de ce moteur provient du silence de fonctionnement. Les efforts d’Isuzu pour atténuer le bruit du moteur sont palpables dès les premiers kilomètres. En revanche, l’agrément de conduite est loin du compte. L’ESP bride excessivement le D-Max à la moindre hausse de rythme. Bannir le sur-braquage et les accélérations franches. De même, le couple de 360 Nm en arrivant au-delà de 2000 tr/mn, est bien trop haut… un comble pour diesel.

Portfolio (28 photos)

SPONSORISE

Essais Pick-up

Toute l'actualité

Commentaires (30)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

haaaa les fameux 2.2 "dci" et 3L "dci" venant de chez Isuzu... Qui ont plombé l'image de renault en terme de fiabilité..

Par

"son faible agrément de conduite limite son pouvoir de séduction pour les loisirs". C'est quoi les loisirs en pick-up de deux tonnes ? Défoncer les parechocs des autres quand on essaie de se garer ? Polluer et consommer deux fois plus pour le plaisir, pour dire aux autres qu'on n'en a rien à foutre ? Faire le concours de la plus grosse ?

Par

En réponse à laurel59

haaaa les fameux 2.2 "dci" et 3L "dci" venant de chez Isuzu... Qui ont plombé l'image de renault en terme de fiabilité..

Le 2.2 DCI n'a jamais été un ISUZU, c'est seulement 3L DV6 type P9X de 180 ch qui été Jap .

Ce moteur avait comme problèmes entre autre d'avoir un circuit de refroidissement mal conçu, ce qui explique les nombreuses casse avant 100000 km ...

Par

1.9 ?!? Avec un peu de matériel dans la benne et une remorque derrière j'adorerais voir ça sur une bonne route de montagne où mon ranger 3.2 s'en sort a merveille

Par

Concernant Isuzu, ne pas oublié qu avant il fabriquait des v.l inconnue en France et des 4x4 vendu en France par Opel...Frontera et le Monterey.

Par

trop proche du hilux en tarif...

Qui prendra un isuzu en 1.9 plutôt que le Toy en 2.4?

Y a pas photo, je préfère mettre la différence qui les sépare, 10 à 15% de +

Par

l'entretiens est le prix des pièces et hors de prix sur ce machin.

Par

Vous comptez l'abandonner un jour votre système de notation débile et préhistorique ?

Par

En réponse à matrix71

l'entretiens est le prix des pièces et hors de prix sur ce machin.

tu pourrais faire un effort sur l'écriture espèce d'illettré

Par

Couplé élevé en défauts ? vous êtes cons ou quoi ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire