Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Systèmes d'aide à la conduite: des allemandes au top, des françaises en retard, et Tesla "trop" performant

Dans Pratique / Sécurité

Pierre-Olivier Marie

Euro NCAP, l’organisme qui évalue la sécurité active et passive de nos voitures, s’intéresse maintenant aux prestations des systèmes d’aide à la conduite sur autoroute. De vraies différences apparaissent entre les 10 premiers modèles testés, avec notamment une Tesla Model 3 qui se trouve presque desservie par son niveau de performances.

Systèmes d'aide à la conduite: des allemandes au top, des françaises en retard, et Tesla "trop" performant

La voiture totalement autonome est encore loin d’être prête, mais les aides à la conduite permettent aujourd’hui une conduite toujours plus assistée sur autoroute. Or, s’ils contribuent à alléger la « charge mentale » du conducteur, ces systèmes posent des questions en termes de sécurité tant les paramètres à surveiller sont nombreux. A cela s’ajoute la question du contrôle de l’implication du conducteur, lequel peut être trompé par la notion de « pilotage automatique » mise en avant dans la communication des marques.

C’est dans ce contexte qu’Euro NCAP, organisme qui a pour vocation de mesurer le degré de sécurité de nos voitures (et s’est notamment fait connaître par ses campagnes de crash-tests), s’est intéressé aux systèmes d’aides à la conduite de dix véhicules, à savoir les Audi Q8, BMW Série 3, Ford Kuga, Mercedes GLE, Nissan Juke, Peugeot 2008, Renault Clio, Tesla Model 3, Volkswagen Passat et Volvo V60.

Tous ces modèles ont été notés selon deux critères principaux. Le premier consiste à évaluer le niveau d’assistance offert, en accordant une grande importance la capacité du système à maintenir le conducteur concentré sur la conduite. Le second concerne la sécurité d’urgence, et évalue la façon dont la voiture va réagir en situation critique.

Audi, BMW et Mercedes au top

Trois modèles dominent aujourd’hui les débats : les Mercedes GLE, BMW Série 3 et Audi Q8 se classent dans la catégorie « Très bonnes performances » grâce à « un bon équilibre entre un niveau élevé d’assistance à la conduite et le maintien de l’engagement du conducteur qui reste maître de son véhicule », pour reprendre les termes employés par Euro NCAP. Sont également salués l’efficacité de leurs systèmes d’évitement des collisions et leur capacité à réagir sans intervention du conducteur. Juste en dessous arrive le Ford Kuga, qui brille notamment pour sa capacité à réagir dans les situations d’urgence.

Le peloton est constitué des VW Passat, Nissan Juke, et Volvo V60, qui n’offrent ni systèmes d’aide à la conduite dernier cri, ni les meilleures capacités de réaction d’urgence. La Tesla Model 3 est classée au même niveau, mais pour d’autres raisons. Si elle obtient les meilleures notes de tout le panel en termes d'assistance en cas d’urgence, elle est sanctionnée par le fait que son Autopilot se montre « peu performant en termes de maintien de l’engagement du conducteur ». En donnant l’impression de prendre la main, le système tend à déresponsabiliser le conducteur, ce qu’Euro NCAP juge inquiétant. En d'autres termes, trop de performance tue la performance !

Tests en labo

Enfin, les Renault Clio et Peugeot 2008, voitures qui figurent dans le top 3 des ventes en France depuis le début de l’année, figurent en queue de classement du fait de systèmes qui permettent certes une conduite semi-autonome dans les embouteillages ou sur autoroute, mais n’offrent qu’une assistance limitée en cas d’urgence. L’avantage, selon Euro NCAP est que ce niveau d’assistance modeste « garantit que le conducteur reste engagé dans sa conduite ».

Ces évaluations sont à considérer comme une première ébauche, à affiner sans doute. Mais au moins permettent-elles de comparer les voitures entre elles. « Le but est de comprendre où en est l’automatisation, sachant qu’il est important de souligner le rôle du conducteur, quel que soit le degré d’avancement des technologies », a déclaré Pierre Castaing, Président d’Euro NCAP, lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi matin en direct depuis l'UTAC Ceram (autodrome de Montlhéry). Ces tests sont en effet réalisés en laboratoire, et non sous une météo menaçante, sur une chaussée dégradée et/ou avec des marquages au sol effacés.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire