Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 

Thierry Bolloré : qui est le nouveau numéro 2 de Renault ?

Dans Economie / Politique / Personnalités

Thierry Bolloré : qui est le nouveau numéro 2 de Renault ?

C'est le nouveau dauphin de Carlos Ghosn, promis au poste de PDG de Renault pour 2022. Thierry Bolloré a passé une grande partie de sa carrière au sein de l'industrie automobile tricolore, après être resté 15 ans chez Michelin et 7 ans chez Faurecia.

Transition. Voilà la stratégie choisie pour la direction du Losange. Comme la rumeur l'annonçait depuis quelques jours, Carlos Ghosn repart donc pour un mandat de PDG de quatre ans, alors que l'idée d'une séparation des fonctions de Président et de Directeur Général avait été évoquée (comme cela est le cas chez Nissan depuis un an).

Ghosn reste donc l'homme fort du groupe, soutenu par l'État, qui détient 15 % du Losange, et surtout de l'Alliance. Sa mission principale va d'ailleurs être de consolider ce super-partenariat, dont les liens peuvent encore sembler fragiles, toujours menacés par les susceptibilités des marques et des pays.

Carlos Ghosn va prendre un peu de recul vis-à-vis de Renault, avec la nomination de Thierry Bolloré en tant que numéro 2. Ce Français de 55 ans est un spécialiste de l'équipement automobile : il a passé quinze ans chez Michelin. Il a commencé en tant que chef d'atelier dans une usine de pneus pour poids lourds. Après divers postes, qui l'ont conduit au Japon ou en Thaïlande, il a fini vice-président monde, en charge de l’industrie pour la branche Michelin Avion.

En 2005, il est allé chez Faurecia, passant quelques années en Chine. En 2010, il a rejoint la branche "Emissions Control Technologies" en tant que vice-président Europe et Afrique du Sud, avant de devenir vice-président monde, en charge de l’industrie, la qualité et les achats.

Il est arrivé chez le Losange en 2012 pour gérer notamment les approvisionnements. Il a rapidement pris du grade, devenant un an plus tard directeur délégué à la compétitivité et membre du comité exécutif. Pour le nouveau poste de numéro 2, Thierry Bolloré était en compétition avec l'allemand Stefan Mueller, mais ce dernier a décidé de quitter le Losange pour des raisons de santé.

On se souvient que les dernières fois que Renault a eu un numéro 2, cela s'est mal terminé. En 2011, Patrick Pélata a servi de fusible après le fiasco de la fausse histoire d'espionnage. En 2014, Carlos Tavares claquait la porte, conscient que Carlos Ghosn ne laisserait jamais la place de numéro 1. Un souci que ne devrait pas avoir Thierry Bolloré, car Carlos Ghosn est clairement parti pour un ultime mandat. Le poste de PDG lui tend les bras, mais il devra attendre 2022 pour cela !

De quoi lui laisser le temps de penser à l'avenir du Losange pour l'après 2022 justement, la feuille de route d'ici là étant déjà connue avec le plan "Drive the Future".

Mots clés :

Commentaires (46)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Et bien, Bolloré c'est pas celui qui détruit tout ce qu'il touche? Très bon choix Renault...

Par

Ce garçon aura donc près de 60 piges quand Carlos daignera (peut être) laisser les rênes....

pas pigé que le monde tourne trop vite pour des vieux schnocks chez R'no ?

Par

C ' est juste énorme, un vrai chauve qui assume, ça en dit long sur la force de caractère ..

L' outre-rhin n' a qu' à bien se ..maintenir, en-dessous de la ligne de flottaison ..!!

Par

Sinon.....

Quand vous pompez intégralement ce que l'on trouve là :

https://group.renault.com/groupe/management/comite-de-direction/thierry-bollore/

pas mal de le dire....

Par

C'est vraiment mal barré pour Renault (au propre comme au figuré), Ghosn qui reste 4 ans de plus alors qu'il a tout le temps favorisé Nissan et là ce gars qui inspire pas trop confiance... :ange:

En plus l'article précise : "Ghosn reste donc l'homme fort du groupe, soutenu par l'État".

C'est vraiment n'importe quoi, c'est l'état qui s'écrase devant Ghosn alors qu'il est supposé défendre les intérêts d'une société française ?

Par

En réponse à gignac31

Commentaire supprimé.

RENAULT, 1er constructeur automobile mondial 2017 mon giigi, ça te défrise ..??

En hausse de 24 % en Allemagne en janvier alors que vvé ne suit tjrs pas le marché malgré un mois de décembre qu' il n' avait pas osé chiffrer ..!!

http://bestsellingcarsblog.com/2018/02/germany-january-2018-vw-above-20-share-t-roc-weak-market-up-11-6/

Par

En réponse à moulache

C ' est juste énorme, un vrai chauve qui assume, ça en dit long sur la force de caractère ..

L' outre-rhin n' a qu' à bien se ..maintenir, en-dessous de la ligne de flottaison ..!!

Cette farce, ce nom et l'état Français, c'est une grande histoire d'amour, nice choice évidemment... :blague:

Par

"En 2014, Carlos Tavares claquait la porte, conscient que Carlos Ghosn ne laisserait jamais la place de numéro 1"

Dans mes souvenirs c’était pas Tavares qui claquait la porte :ange: on nous aurait menti?

Par

"mueller l'allemand prudent s'est fait porter pale.." C' est peut-être le monkeygate, les ..gaz pour muller comme tu dis ..??!!

Par

au temps pour moi, je confonds avec l'autre bolloré

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire