Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Un prêt à taux zéro pour l'achat d'une voiture électrique ?

Un prêt à taux zéro pour l'achat d'une voiture électrique ?

Le Sénat a voté une proposition de la Loi climat qui donne accès à un prêt à taux zéro dans le cas de l'achat d'un véhicule électrique. Il faudra toutefois attendre la lecture finale du texte, le 29 juin prochain.

Le Sénat n'a pas écouté les conseils du gouvernement à l'occasion du vote de certains volets de la Loi Climat. Le Sénat a voté en effet la création d'un crédit à taux zéro pour l'achat de véhicules dits "propres". Les modalités exactes ne sont pas encore connues, mais ce vote est étonnant puisque le ministère des Transports avait, lui, argué que les aides étaient déjà importantes et qu'il ne fallait pas nécessairement aller jusqu'à la mise en place de ce crédit dont le taux d'intérêt nul serait financé par l'Etat.

Certains sénateurs de gauche voulaient aller plus loin en votant un malus au poids déclenché à partir de 1300 kg, alors que la valeur actuelle est de 1800 kg, mais aussi de l'étendre aux hybrides et électriques. Une proposition rejetée, le ministre des Transports précisant que ce genre de mesure (qui vise surtout les gros SUV) pourrait "nuire" au secteur automobile français, mais aussi poser des problèmes aux familles qui ont besoin de véhicules spacieux.

Les propositions votées (dont le crédit à taux zéro) peuvent encore changer après la navette parlementaire et le passage à l'Assemblée nationale. Celle sur la libéralisation des pièces captives (carrosserie en particulier), notamment, aurait peu de chances de passer le vote des députés selon la Feda (Fédération de la distribution automobile).

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (12)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"Certains sénateurs de gauche voulaient aller plus loin en votant un malus au poids déclenché à partir de 1300 kg"

C'est encore d'actu ça ? Je serais pour si et seulement si il y un malus conséquent sur les VE qui dépassent ce poids :bien:

Par

pourquoi un taux zéro pour le VE , alors qu il n existe pas pour le VT ?

jusqu'où iront-ils pour nous inciter à prendre un VE ?

Pour vendre des VE , il serait bon qu'ils soient à leurs juste prix déjà

ensuite, meilleurs maillage du réseau de recharge

Par

En réponse à 47ronins

pourquoi un taux zéro pour le VE , alors qu il n existe pas pour le VT ?

jusqu'où iront-ils pour nous inciter à prendre un VE ?

Pour vendre des VE , il serait bon qu'ils soient à leurs juste prix déjà

ensuite, meilleurs maillage du réseau de recharge

Parce que justement, ils sont conscients que le VE coûte aujourd'hui plus cher à l'achat qu'un VT (car techno plus jeune, investissements à amortir), et qu'un taux zéro permet concrètement d'étaler un paiement sans pour autant payer plus d'intérêts, couvrant pour partie le surcoût par rapport à un VT et du même coup donnant accès au VE à certains foyers, surtout si on envisage des prêts à durée relativement longue.

Et oui, l'objectif est bien d'encourager les gens à passer à la mobilité électrique. Si les conditions sont les mêmes pour le VT, il n'y a pas d'incitation.

Par

Si c'est pour que les "riches" puissent s'acheter un VE en guise de 3ème véhicule à garer dans leur immense pavillon, bof mesure inutile.

Par

En réponse à AnteusFogg

Parce que justement, ils sont conscients que le VE coûte aujourd'hui plus cher à l'achat qu'un VT (car techno plus jeune, investissements à amortir), et qu'un taux zéro permet concrètement d'étaler un paiement sans pour autant payer plus d'intérêts, couvrant pour partie le surcoût par rapport à un VT et du même coup donnant accès au VE à certains foyers, surtout si on envisage des prêts à durée relativement longue.

Et oui, l'objectif est bien d'encourager les gens à passer à la mobilité électrique. Si les conditions sont les mêmes pour le VT, il n'y a pas d'incitation.

"le VE coûte aujourd'hui plus cher à l'achat qu'un VT (car techno plus jeune, investissements à amortir)"

Pas d'accord ! C'est aux constructeurs de proposer des véhicules répondant à la fois aux moyens des acheteurs et respectant les normes de pollution. Les primes, bonus, crédit à taux 0, etc. ne sont que des mesures de soutien aux constructeurs (qui leur permettent de maintenir des prix élevés), pas des aides pour les acheteurs. Elles ne font que ralentir l'arrivée de VE abordables (car les constructeurs seraient de toute manière contraints de vendre des VE, à cause des amendes liées aux quotas CO2).

Tout comme les "aides" au logement bénéficient aux bailleurs, pas aux locataires.

Principe économique basique de l'offre et de la demande : soit c'est la demande qui devient solvable (l'Etat "solvabilise" la demande grâce aux aides), soit c'est l'offre qui s'ajuste par la diminution des prix. Sinon, ça crée des logements vides (pas de rentabilité pour l'investisseur immo) et des stocks de VE neufs sur les parkings.

De deux choses l'une : soit on laisse les prix se construire sans intervention de l'Etat, soit on collectivise pour de bon et on régule totalement le marché (pour des raisons telles que : la transition écologique ou le logement comme besoin primaire et droit individuel). Cet entre-deux qui ne veut rien assumer me semble toujours louche et corrompu.

Par

En réponse à zzeelec

"le VE coûte aujourd'hui plus cher à l'achat qu'un VT (car techno plus jeune, investissements à amortir)"

Pas d'accord ! C'est aux constructeurs de proposer des véhicules répondant à la fois aux moyens des acheteurs et respectant les normes de pollution. Les primes, bonus, crédit à taux 0, etc. ne sont que des mesures de soutien aux constructeurs (qui leur permettent de maintenir des prix élevés), pas des aides pour les acheteurs. Elles ne font que ralentir l'arrivée de VE abordables (car les constructeurs seraient de toute manière contraints de vendre des VE, à cause des amendes liées aux quotas CO2).

Tout comme les "aides" au logement bénéficient aux bailleurs, pas aux locataires.

Principe économique basique de l'offre et de la demande : soit c'est la demande qui devient solvable (l'Etat "solvabilise" la demande grâce aux aides), soit c'est l'offre qui s'ajuste par la diminution des prix. Sinon, ça crée des logements vides (pas de rentabilité pour l'investisseur immo) et des stocks de VE neufs sur les parkings.

De deux choses l'une : soit on laisse les prix se construire sans intervention de l'Etat, soit on collectivise pour de bon et on régule totalement le marché (pour des raisons telles que : la transition écologique ou le logement comme besoin primaire et droit individuel). Cet entre-deux qui ne veut rien assumer me semble toujours louche et corrompu.

Je comprends ton point de vue, et dans une certaine mesure je suis d'accord. Mais il s'agit ici d'une volonté gouvernementale. Les constructeurs établissent les prix en fonction d'un objectif de rentabilité. Le fait que l'achat soit encouragé par des mesures (financement préférentiel voire prime) ne change pas les contraintes de rentabilité.

Les constructeurs sont tous globaux, les aides et incitations sont locales. On a même pu voir Tesla baisser ses tarifs pour "débloquer" le bonus sur la SR+. Leurs coûts de production n'avaient sans doute pas changé, il y ont juste vu une opportunité de faire le même revenu en troquant marge contre volume.

Par

En réponse à AnteusFogg

Je comprends ton point de vue, et dans une certaine mesure je suis d'accord. Mais il s'agit ici d'une volonté gouvernementale. Les constructeurs établissent les prix en fonction d'un objectif de rentabilité. Le fait que l'achat soit encouragé par des mesures (financement préférentiel voire prime) ne change pas les contraintes de rentabilité.

Les constructeurs sont tous globaux, les aides et incitations sont locales. On a même pu voir Tesla baisser ses tarifs pour "débloquer" le bonus sur la SR+. Leurs coûts de production n'avaient sans doute pas changé, il y ont juste vu une opportunité de faire le même revenu en troquant marge contre volume.

Le problème, c'est que ces "aides" créent des effets d'aubaine qui ne se transforment pas en résultats contribuant aux objectifs qu'elles sont censées contribuer à atteindre.

Ex : les PHEV et leur défiscalisation pour les sociétés, qui est une pure arnaque - on peut cette fois parler à juste titre d' "escrologie" - car bien évidemment, l'usage d'un PHEV de société/de fonction sera de n'être jamais rechargé par son conducteur, qui ira plutôt faire le plein chez Total avec la carte essence société.

Combien de millions sont engloutis dans ce genre d'aberration dont personne n'ira contrôler l'efficacité ?

Par

En réponse à AnteusFogg

Je comprends ton point de vue, et dans une certaine mesure je suis d'accord. Mais il s'agit ici d'une volonté gouvernementale. Les constructeurs établissent les prix en fonction d'un objectif de rentabilité. Le fait que l'achat soit encouragé par des mesures (financement préférentiel voire prime) ne change pas les contraintes de rentabilité.

Les constructeurs sont tous globaux, les aides et incitations sont locales. On a même pu voir Tesla baisser ses tarifs pour "débloquer" le bonus sur la SR+. Leurs coûts de production n'avaient sans doute pas changé, il y ont juste vu une opportunité de faire le même revenu en troquant marge contre volume.

Exactement. La comparaison avec l'immobilier ne tient pas. Le marché automobile et les investissements sont internationaux. Les mesures nationales n'auront pas vraiment d'effet sur la construction de l'offre, ou seulement à la marge et très transitoirement. Toyota ne va pas se lancer à fond dans le VE pur parce que la France offre un crédit gratuit.

Par contre, elles peuvent avoir un vrai effet sur la demande nationale et contribuer à la faire décoller.

Je ne sais pas si ça va marcher, mais sur le principe, ça se défend.

Par

En réponse à AnteusFogg

Parce que justement, ils sont conscients que le VE coûte aujourd'hui plus cher à l'achat qu'un VT (car techno plus jeune, investissements à amortir), et qu'un taux zéro permet concrètement d'étaler un paiement sans pour autant payer plus d'intérêts, couvrant pour partie le surcoût par rapport à un VT et du même coup donnant accès au VE à certains foyers, surtout si on envisage des prêts à durée relativement longue.

Et oui, l'objectif est bien d'encourager les gens à passer à la mobilité électrique. Si les conditions sont les mêmes pour le VT, il n'y a pas d'incitation.

tu crois que le Kona électrique revient plus cher que ses homologues essence et hybride rechargeable ou pas ? ils ont du l amortir depuis le temps là plate forme non?

Par

En réponse à philippe.R

Exactement. La comparaison avec l'immobilier ne tient pas. Le marché automobile et les investissements sont internationaux. Les mesures nationales n'auront pas vraiment d'effet sur la construction de l'offre, ou seulement à la marge et très transitoirement. Toyota ne va pas se lancer à fond dans le VE pur parce que la France offre un crédit gratuit.

Par contre, elles peuvent avoir un vrai effet sur la demande nationale et contribuer à la faire décoller.

Je ne sais pas si ça va marcher, mais sur le principe, ça se défend.

La carotte et le bâton.

A partir du moment où l'Europe a sorti le bâton avec les quotas de CO2 fixés annuellement, les constructeurs sont obligés de vendre des véhicules qui émettent peu. C'est à eux de se démerder pour concevoir des voitures moins polluantes correspondant aux moyens des clients.

La Chine y va également franco :

https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/chine-la-lutte-contre-la-pollution-perturbe-le-secteur-automobile-1036052

Donc les constructeurs vont devoir s'adapter, ou mourir.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire