Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Autoroutes françaises : jamais renationalisées ?

Autoroutes françaises : jamais renationalisées ?

Le ministre de l'Économie a déclaré qu'il ne croit "pas à l'opportunité d'une renationalisation" des autoroutes", leur gestion coûterait trop cher à l'État.

En début d'année, des autoroutes espagnoles sont redevenues gratuites. Le premier ministre socialiste, Pedro Sanchez, s’était engagé à ne pas renouveler les concessions qui prendront fin durant sa législature. Beaucoup rêvent d'une situation similaire en France.

La question d'une renationalisation ne va toutefois pas pouvoir se poser avant un bon moment. Les actuels contrats avec les principales sociétés concessionnaires sont valables jusqu'à la décennie 2030. Mais Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a déjà son idée sur le sujet.

Devant la commission d'enquête du Sénat sur les concessions autoroutières, Bruno Le Maire a dit : "Je ne crois absolument pas à l'opportunité d'une renationalisation de ces autoroutes". Pour lui, une telle mesure entraînerait trop de dépenses pour l'État, qui aurait de nouveau à gérer les axes rapides. Cela aurait un coût "considérable pour les finances publiques, compris entre 45 et 50 milliards d'euros" et ce "serait un très mauvais investissement".

L'homme est concerné par le sujet. Il était le directeur de cabinet du premier ministre Dominique de Villepin au moment de la privatisation des sociétés d'autoroutes, en 2006. Et pour lui, l'opération est "réussie", expliquant que "l'État n'a pas vocation à gérer les autoroutes" et que cela est bien fait par les sociétés privées. Il est vrai que la France est reconnue pour la qualité de son réseau autoroutier. Bruno Le Maire a rappelé que l'État restait propriétaire des infrastructures, il n'a fait que céder ses parts dans les sociétés gestionnaires. Et le ministre de juger que le prix à l'époque était le bon.

Bruno Le Maire plaide toutefois pour une meilleure régulation des concessions. Il a ainsi proposé l'idée de contrat de concession plus court, sur 15 ans seulement pour les tronçons qui ne demanderont pas d'investissements importants sur la période, et "une clause de rendez-vous tous les cinq ans qui permet de réévaluer les taux de retour sur investissements cibles".

Le ministre veut ainsi éviter que les concessionnaires profitent d'une sur-rentabilité. S'il est conscient que les prix sont chers pour de nombreux Français, il a indiqué que l'évolution des tarifs aux péages avait suivi les conditions fixées par les contrats. Mais les concessionnaires ont profité d'un autre aspect, expliqué par Bruno Le Maire : "les hypothèses sous-jacentes aux contrats ne prévoyaient pas la baisse très forte des taux d'intérêt qui a permis aux sociétés concessionnaires de réduire leurs frais financiers, en refinançant leurs dettes à des conditions plus favorables." Un point qu'il espère mieux prendre en compte dans les prochains contrats, s'il y en a. Car d'ici là, d'autres gouvernements auront peut-être des visions différentes. Avec AFP.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (85)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Donc, en gros, une société privé arrive à faire des bénéfice en gérant les autoroutes, mais l'état n'y arriverait pas?

On nous prend vraiment pour des crétins.

Par

En réponse à wormlord

Donc, en gros, une société privé arrive à faire des bénéfice en gérant les autoroutes, mais l'état n'y arriverait pas?

On nous prend vraiment pour des crétins.

pas mieux je pense exactement pareil

Par

En réponse à wormlord

Donc, en gros, une société privé arrive à faire des bénéfice en gérant les autoroutes, mais l'état n'y arriverait pas?

On nous prend vraiment pour des crétins.

et oui, et nous le sommes

Par

En réponse à gignac31

Commentaire supprimé.

sauf qu'à part le Portugal, tous les autres pays doivent passer par les autoroutes françaises pour y aller

Par

En réponse à wormlord

Donc, en gros, une société privé arrive à faire des bénéfice en gérant les autoroutes, mais l'état n'y arriverait pas?

On nous prend vraiment pour des crétins.

C'est clair. +1

Les autoroutes, c'est du pain béni. Ultra-rentable, 0 risque financier.

Un cadeau au privé réalisé par De Villepin.

Par

L’Etat avait mal géré la vente, mais maintenant ils ne veulent pas le reprendre pour avoir à y investir des milliards d’où la rentabilité évoquée. J’imagine qu’il sent venir les investissements sur plusieurs tronçons et qu’il ne veut pas revenir au capital juste au moment de mettre la main à la poche.

Pour une fois c’est pas bête.

Après ils ont fait une bêtise à l’époque c’est évident. On a l’impression qu’ils n’ont pas compris la différence entre une association et une société commerciale...

Par

En réponse à wormlord

Donc, en gros, une société privé arrive à faire des bénéfice en gérant les autoroutes, mais l'état n'y arriverait pas?

On nous prend vraiment pour des crétins.

oui,

non seulement nous avons une équipe de bras cassés décérébrés au gouvernement, mais en plus ils nous prennent pour des benêts ...

en même temps il a bien fallut que des personnes votent pour eux au premier tour, ils n'ont peut être pas entièrement tord ... c'est çe le pire :(

Par

Le ministre nous prend vraiment pour des jambons. Selon lui, l'État n'a pas vocation à gérer ses frontières puisqu'il souhaite vendre ADP et l'État n'a donc pas non plus à gérer le réseau stratégique des autoroutes. Je rappelle que les routes non concédées par l'État sont unanimement reconnues en mauvais état car nos brillants dirigeants ont cédé les réseaux les plus rentables qui permettaient leur entretien.

La renationalisation coûterait un bras parce que nos brillants dirigeants se sont faits avoir comme des bleus par les sociétés concessionnaires. Donc quand ce monsieur dit que la privatisation a été une réussite, j'en doute fortement. Personne ne se gargarise de s'être fait avoir en général. Le plus énervant dans cette histoire est que les sociétés gestionnaires gavent des actionnaires institutionnels comme le Qatar ou Blackrock, des biens qui ont été construits par des deniers publics. Assurément, l'économie de la France est en de très bonnes mains avec ce monsieur.

Par

En réponse à Trabant90210

Commentaire supprimé.

Techniquement tu verses la TVA du billet... donc raté!

Par

En réponse à wormlord

Donc, en gros, une société privé arrive à faire des bénéfice en gérant les autoroutes, mais l'état n'y arriverait pas?

On nous prend vraiment pour des crétins.

Non mais c'est vraiment ça en plus !!!

Comment Vinci & Cie arrivent à être rentables dans la gestion des autoroutes ?

Pourquoi l'Etat n'y arriverait pas ?

.... C'est la preuve que l'Etat est le pire gestionnaire qui existe, et "on" lui laisse les clés du pays tous les 5 ans !!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire