Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Chute du pétrole : le gazole à 1 € le litre, est-ce de nouveau possible ?

Dans Economie / Politique / Budget

Chute du pétrole : le gazole à 1 € le litre, est-ce de nouveau possible ?

Les cours de l'or noir ont plongé en ce début de semaine. Ils se sont rapprochés des niveaux de début 2016, où l'on trouvait du gazole à 1 € le litre en France. Mais depuis, les taxes ont augmenté…

À la pompe, les Français ont tendance à repérer facilement les hausses des prix… et plus difficilement les baisses. Si vous êtes un automobiliste de bonne foi, vous avez quand même constaté un beau recul des tarifs dans les stations depuis le début de l'année.

Entre le 10 janvier et le 6 mars, le litre de sans-plomb 95 E10 a perdu 9 centimes, à 1,44 € en moyenne dans l'Hexagone, le litre de gazole a perdu 13 centimes, à 1,36 €. Ce dernier est d'ailleurs au plus bas depuis deux ans. La raison est simple : une chute des cours du pétrole. Et contrairement à ce que l'on peut penser, la baisse dans les stations a suivi de près celle de l'or noir.

Évolution des prix des carburants depuis début 2020. Gazole en bleu, SP 95 E10 en orange.
Évolution des prix des carburants depuis début 2020. Gazole en bleu, SP 95 E10 en orange.

Si le pétrole a reculé, c'est bien sûr à cause du Covid-19. L'épidémie s'est déclenchée en Chine, et les mesures radicales de quarantaine dans plusieurs grandes métropoles chinoises ont vite pesé sur le cours du baril, la Chine étant le deuxième consommateur de pétrole au monde.

Et la dégringolade s'est accélérée suite aux désaccords entre l'Arabie Saoudite et la Russie. Riyad souhaitait renforcer des accords de limitation de production de pétrole pour relancer les cours, Moscou a refusé. Il n'y a donc pas eu de nouvel accord, ce qui a déclenché une guerre des prix ! L'Arabie Saoudite a ainsi baissé les prix de son pétrole et compte rouvrir les vannes. Le baril de Brent, référence en Europe, est ainsi tombé à 33 $ lundi, alors qu'il avait terminé à 45 $ vendredi… et était à 60 $ en début d'année.

Évolution du Brent, en € en orange, en $ en blanc. Graphique réalisé par l'Ufip.
Évolution du Brent, en € en orange, en $ en blanc. Graphique réalisé par l'Ufip.

Résultat, les prix dans les stations vont continuer de reculer, dans la foulée de ce plongeon du pétrole. Et là aussi, pas besoin d'attendre : il est facile de le voir d'ailleurs, avec une baisse de jour en jour sur les totems. Depuis le dernier pointage "officiel", le 6 mars, plusieurs centimes ont été gagnés. Mais jusqu'à quel niveau cela peut-il descendre ? Peut-on voir le gazole, qui reste le moins cher et le plus consommé des carburants, se rapprocher de la barre hyper symbolique d'un euro le litre.

La dernière fois que c'est arrivé pour le prix moyen constaté en France, c'est en janvier 2016. À cette époque-là, le pétrole avait aussi subi une dégringolade des cours, dans un contexte d'offre excédentaire à la demande, ce qui avait mené quelque temps plus tard aux accords de réduction de production. En janvier 2016, le baril était tombé à 30 $. On se prend alors à rêver d'un gazole de nouveau à 1 € le litre, car depuis le déclenchement de la nouvelle guerre des prix, le baril de Brent varie autour de 30 à 40 $. Mais il y a eu une évolution entre-temps, bien française celle-là, celle des taxes !

En effet, si face à la contestation des gilets jaunes, Emmanuel Macron a décidé d'annuler les hausses de la fiscalité sur les carburants en 2019 et 2020, le litre de gazole avait été plus taxé en 2017 et 2018, avec le renforcement de la taxe carbone et un alourdissement de la TICPE, la taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques. Le 1er janvier 2018, le litre de gazole avait pris 7,6 centimes de taxes ! En 2017, c'était 3,9 centimes.

Si le prix du pétrole retrouve donc un niveau similaire à la dernière fois où le gazole coûtait 1 €, la fiscalité est plus lourde de plus de 11 centimes. De plus, cela réduit l'effet du cours du pétrole sur le prix à la pompe, composé à 60 % de taxe (voir ci-dessous). Il sera donc difficile de revoir du gazole à 1 €, à moins d'un second séisme sur les marchés de l'or noir, qui ferait tomber le baril encore plus bas. En restant à 30/40 $, on peut s'en approcher, avec pourquoi pas 1,10 € ou 1,15 € le gazole.

Bien sûr, tout cela est très aléatoire, les cours gardant un côté imprévisible, avec par exemple une reprise de l'activité économique en Chine. On se dit quand même qu'au cœur d'une info anxiogène, il y a un effet positif.

Pour un litre de carburant, 61 % de taxe

Prenez un litre de gazole à 1,36 €. Le coût du carburant en lui-même est de 0,355 €. À cela s'ajoute 0,171 € de coût de distribution. Le reste ? Ce sont des taxes ! Il y a ainsi 0,105 € de TVA sur la matière première. Puis il y a 0,609 € de TICPE, la taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques, qui est fixe. Et fin du fin, il y a une TVA sur la TICPE, soit la taxe sur la taxe, de 0,122 €. Cela donne donc près de 84 centimes de taxes, soit 61 % de taxes. Via l'Ufip.

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (136)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Aucun risque l'etat taxera pour empecher cela... ah si l'electricite subventionnee des VE etait taxee aussi saivagement que l'est l'essence.... les VE seraient déjà morts

Par

"À la pompe, les Français ont tendance à repérer facilement les hausses des prix… et plus difficilement les baisses. Si vous êtes un automobiliste de bonne foi, vous avez quand même constaté un beau recul des tarifs dans les stations depuis le début de l'année."

Arrêtez votre mauvaise foi, Florent, ça en devient ridicule !

Actuellement, le SP 98 est toujours à 1,46€, un "effondrement" de seulement 10 ct (-6,5%) depuis début janvier, alors que le baril de Brent a dévissé de 50% en passant de 68$ à 34 $ !

Et le taux de change €/$ est stable.

Les taxes n'expliquent pas tout !

Par

En réponse à -Nicolas-

"À la pompe, les Français ont tendance à repérer facilement les hausses des prix… et plus difficilement les baisses. Si vous êtes un automobiliste de bonne foi, vous avez quand même constaté un beau recul des tarifs dans les stations depuis le début de l'année."

Arrêtez votre mauvaise foi, Florent, ça en devient ridicule !

Actuellement, le SP 98 est toujours à 1,46€, un "effondrement" de seulement 10 ct (-6,5%) depuis début janvier, alors que le baril de Brent a dévissé de 50% en passant de 68$ à 34 $ !

Et le taux de change €/$ est stable.

Les taxes n'expliquent pas tout !

Et tu demande aux responsables des Total et compagnies, ils vont t expliquer que c'est le temps que ça se répercute des stocks aux stations lol

C'est clair, les taxes n'expliquent pas tout :)

Par

Je confirme que les prix à la pompe sont encore haut au final... les stations doivent faire du gros ca$h en ce moment, marge de fou !

Par

"Le gazole à 1 € le litre, est-ce de nouveau possible ?"

Oui, c'est possible ! 0.989 ce matin au Luxembourg, et bientôt le SP95 (1.049). J'habite à 8 km des pompes luxembourgeoises, je file faire le plein. :buzz:

Par

En réponse à etnabis

"Le gazole à 1 € le litre, est-ce de nouveau possible ?"

Oui, c'est possible ! 0.989 ce matin au Luxembourg, et bientôt le SP95 (1.049). J'habite à 8 km des pompes luxembourgeoises, je file faire le plein. :buzz:

J'allais le dire, on y est ici. Et encore 0.989 c'pas si chaud, je me souviens y'a pas si longtemps on était sous les 0.9 le gasoil.

Par

En réponse à Taro.H

Aucun risque l'etat taxera pour empecher cela... ah si l'electricite subventionnee des VE etait taxee aussi saivagement que l'est l'essence.... les VE seraient déjà morts

L’électricité est vendue entre 45 et 100 fois sont prix domestique aux bornes. C'est déjà pas mal.

Par

En réponse à Taro.H

Aucun risque l'etat taxera pour empecher cela... ah si l'electricite subventionnee des VE etait taxee aussi saivagement que l'est l'essence.... les VE seraient déjà morts

L'électricité n'est pas "subventionnée", par contre la filière pétrole est très largement subventionnée.

Par ailleurs entre les malades (pollution) et les catastrophes à venir (crise climatique) l'abandon total des moteurs thermiques représente ÉVIDEMMENT la solution la plus économique. Mais je trouve ces débats complètement surréalistes car on parle de millions de malades et de centaines de millions de morts à venir si on ne fait pas chuter nos émissions dans les 10 ans. On a de la chance que le gouvernement ait mis en place des mécanismes comme le bonus malus pour que les personnes qui ne peuvent pas se passer d'une voiture individuelle puisse la prendre électrique.

Pour info en Norvège il n'y a aucune aide pour les VE et ils représent à présent plus de ventes que les véhicules thermiques, simplement en taxant les véhicules thermiques à 40% (de mémoire). Et lorsque les VT seront tout bonnement interdits les ventes de VE seront à 100% toujours sans aide, et même en les taxant.

Par

Si il descend à 0,25cts, il sera aussi compétitif qu’un plein d’electrons :chut:

Par

c'est vraiment curieux de compter les taxes en pourcentage du prix TTC.

pour tous les autres biens, c'est en % du prix hors taxes, par exemple la TVA c'est 20% du prix HT.

et donc pour l'essence les taxes sont à 260% du prix HT.

on comprend mieux le pourquoi du comment.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire