Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Commentaires - L’ONU sonne (peut-être) le glas de la voiture autonome

Michel Holtz

L’ONU sonne (peut-être) le glas de la voiture autonome

Déposer un commentaire

Par

Enfin un coup d'arrêt à cette hérésie qui va déresponsabiliser et infantiliser encore plus les conducteurs.

Par

Certains commencent à se rendre compte de la difficulté du problème . technique premièrement et législatif ensuite.

En fait les constructeurs doivent être soulagés, car le problème se posait si l'un d'eux commercialisait même avec des imperfections, les autres ne pouvaient pas rester à la traîne!

Par

Je cite: "On n’est donc pas face à une communauté de cultivateurs néoruraux à dreadlocks en pleine permaculture".

Ah la caricature...comme si tous les fans de voitures étaient des kékés qui passent leur temps sur ce forum. C'est le cas? Ah oui, ben autant pour moi alors.

Par

Très bonne nouvelle :bien:

Par

Cessons ce chantier complètement inutile. Le conducteur doit rester maître, point.

Par

C'est ridicule de la part de l'ONU d'avoir cédé aussi visiblement à des lobbyistes anti-voiture. En limitant cette technologie à des routes qui n'ont pas de sens (chaussées séparées moins de 60kmh) et sans aucune explication valable (pourquoi 60 et pas 50 ou 70...) ça porte le discrédit sur le Japon et surtout l'Europe, et ne fait que souligner notre retard sur les US dans ce domaine.

Par

Cela ressemble fortement à un lobbying réussi des constructeurs historiques afin de gagner du temps et économiser sur les investissements. Cela permet par la même occasion de mettre hors jeu Tesla, Waymo, Uber et consorts.

Par

Mouais, si ça ce n'est pas pour sauver les constructeurs... La voiture autonome c'est potentiellement un marché divisé par 10 voir moins, il esg clair que ça ne plaît pas aux pays dont les constructeurs automobiles ont une part très importante dans l'économie...

Par

Plutôt une bonne nouvelle, si cela se confirme. La voiture autonome , c'est le signe d'une société décadente et un gaspillage futile d'effort de recherche.

Par §Deb384wp

En réponse à r16 ts

Plutôt une bonne nouvelle, si cela se confirme. La voiture autonome , c'est le signe d'une société décadente et un gaspillage futile d'effort de recherche.

   

Oui, s'il y avait besoin d'un signe supplémentaire, on l'as.

De toute façon, ce n'est pas un hasard, les constructeurs (re)viennent enfin de se réveillés sur la difficultés, cela commence à sortir. Sur l'IA, cela ne fera jamais que la seconde fois en 30 ans, bravo, ~30 ans c'est donc tout ce qui reste de mémoire pour cette société qui n'en finie pas de couler, c'est peu mais on n'est pas surpris. Bon visionnage:

https://www.youtube.com/watch?v=Yok5FO_Od6c

Par

En réponse à lexusis300

C'est ridicule de la part de l'ONU d'avoir cédé aussi visiblement à des lobbyistes anti-voiture. En limitant cette technologie à des routes qui n'ont pas de sens (chaussées séparées moins de 60kmh) et sans aucune explication valable (pourquoi 60 et pas 50 ou 70...) ça porte le discrédit sur le Japon et surtout l'Europe, et ne fait que souligner notre retard sur les US dans ce domaine.

   

Les 60 km/h sont cohérents : c'est à peu de choses près la vitesse d'un choc EuroNCAP. C'est la vitesse à laquelle on peut se crasher sans mourir avec une auto moderne.

Par

décidément, il y a de vrais neuneus sur Caradisiac qui pensent visiblement que l'ONU est au-dessus des gouvernements et que ses décisions sont suivies à la lettre.:biggrin:

la vérité est que chaque pays décidera de la marche à suivre.

d'ailleurs, on le voit, Chine et USA se torchent le cul sur cette déclaration.

le fait est que certains dans le monde auront dans le futur des voitures qui rouleront toute seule alors que d'autres comme en France rouleront bien à 60, mais en tenant le volant.:biggrin:

enfin, ceux qui auront encore les moyens de rouler. voire la possibilité de rouler en voiture. car tel que c'est parti, on sera tous en vélo.

les chinois en voitures autonomes à 150 et les français en vélo à 10 à l'heure.

qui l'aurait cru il y a ne serait-ce 20 ans? :biggrin:

Par

Bof ça tiendra comme ça 2 ans tout au plus.

Le progrès ne peut pas être stoppé. Ceux qui n'emboitent pas le pas du progrès tombent toujours, sélection naturelle du marché. Le marché s'autoregule toujours, lois ou pas.

Par

Il est où le problème ? Si les pays adoptent cette règle, on peut très bien imaginer un assouplissement de celle-ci au fur et à mesure que les voitures autonomes auront prouvé qu'elles sont moins accidentogènes que les autres. Je pense que les constructeurs n'ont surtout pas intérêt à se détourner de la voiture autonome pour cette raison.

Par

En réponse à Foerdom

Les 60 km/h sont cohérents : c'est à peu de choses près la vitesse d'un choc EuroNCAP. C'est la vitesse à laquelle on peut se crasher sans mourir avec une auto moderne.

   

même contre un platane ou un camion venant en face à 60?

j'ai un très gros doute là-dessus. :bah:

et si c'est pour finir handicapé à vie, ça fait une belle jambe.:bah:

Par

En réponse à r16 ts

Plutôt une bonne nouvelle, si cela se confirme. La voiture autonome , c'est le signe d'une société décadente et un gaspillage futile d'effort de recherche.

   

c'est sûr qu'en prônant le vélo pour tous, la décadence ne sera pas française... :brosse:

qu'est-ce qu'il ne faut pas lire... :biggrin:

Par

En réponse à Matzu

Il est où le problème ? Si les pays adoptent cette règle, on peut très bien imaginer un assouplissement de celle-ci au fur et à mesure que les voitures autonomes auront prouvé qu'elles sont moins accidentogènes que les autres. Je pense que les constructeurs n'ont surtout pas intérêt à se détourner de la voiture autonome pour cette raison.

   

de toute façon, si on limite la vitesse à 30 en ville et 50 sur les périphériques, la voiture autonome y a finalement toute sa place. :bah:

et au pire, on pourra continuer à 60 sur le réseau secondaire. :bah:

Par

Comme si on avait eu besoin de l'avis de l'ONU pour se rendre compte de l'absurdité de ce projet.

En passant,l'ONU mérite une fois de plus son titre de "machin".Parfaitement inutile dans les missions qui lui incombent,il se rabat sur la circulation ou il n'y a rien à y faire.

Par

En réponse à mynameisfedo

même contre un platane ou un camion venant en face à 60?

j'ai un très gros doute là-dessus. :bah:

et si c'est pour finir handicapé à vie, ça fait une belle jambe.:bah:

   

Si tu roules à 60 et que le camion roule aussi à 60, alors c'est comme si tu prends un platane à 120.

Par

En réponse à mozipokl

Si tu roules à 60 et que le camion roule aussi à 60, alors c'est comme si tu prends un platane à 120.

   

ben justement.

faut donc rouler à 30 pour espérer s'en sortir avec une voiture 5 étoiles.

Par

En réponse à Tortel

Cela ressemble fortement à un lobbying réussi des constructeurs historiques afin de gagner du temps et économiser sur les investissements. Cela permet par la même occasion de mettre hors jeu Tesla, Waymo, Uber et consorts.

   

C’est absolument ça. Les USA et la Chine n’ont évidemment pas signé. L’europe en sera encore aux carioles quand les autres auront la technologie pour se téléporter. Vive la tiermondisation programmée :bien:

Par

Ça glas le sang qu'on soit obligé de conduire par nous même.

Par

J'ai toujours dit que la voiture autonome (pour avoir travailler sur le projet du train autonome à la SNCF, 100 fois moins complexe que la voiture autonome) de niveau 5 s'était pas avant 2100 tellement le chemin est long à parcourir.

Le niveau de difficulté entre une route (nationnal, autoroute) et une métropole avec un traffic dense c'est un rapport de 1 à 1000 en terme de difficulté pour une voiture autonome.

Par

Moi je sens la confusion entre 60km/h et 60miles à l'heure...

Mais bon je ne vais pas aller vérifier non plus car en fait je m'en fiche un peu aussi.

Ceci dit maintenant qu'on se fait bien suer à rouler à 80km/h et que bizarrement par je ne sais quel miracle je tente un peu de tenir (bon c'est pour ne pas me faire gronder par ma femme ...), je rêve que la voiture conduise seule.

Et il y a peu je ne l'aurai jamais dit!

Par

En réponse à Axel015

J'ai toujours dit que la voiture autonome (pour avoir travailler sur le projet du train autonome à la SNCF, 100 fois moins complexe que la voiture autonome) de niveau 5 s'était pas avant 2100 tellement le chemin est long à parcourir.

Le niveau de difficulté entre une route (nationnal, autoroute) et une métropole avec un traffic dense c'est un rapport de 1 à 1000 en terme de difficulté pour une voiture autonome.

   

Donc chez Tesla ou Google on est 1000x plus compétent qu'à la SNCF ? Car il leur faudra pas 2100 pour avoir du niveau 5... D'ici 10ans max c'est fait.

Par

En réponse à pechtoc

Donc chez Tesla ou Google on est 1000x plus compétent qu'à la SNCF ? Car il leur faudra pas 2100 pour avoir du niveau 5... D'ici 10ans max c'est fait.

   

Tu verras que non.

Tu devais faire partie en 2012 de se qui disait que les batteries solides s'étaient pour 2014 et le réacteur à fusion pour 2017...

Bref, tu verras par toi même...

Par

L'ONU semble gangrenée par les lobbys du pétrole. Après l'annonce récemment que 40.000 enfants travailleraient dans les mines de Cobbalt, alors qu'ils étaient peut être déjà aussi nombreux en 2010 avant l'avènement des VE. Voilà maintenant qu'ils tentent de tuer la voiture électrique autonome.

Par §Deb384wp

En réponse à pechtoc

Donc chez Tesla ou Google on est 1000x plus compétent qu'à la SNCF ? Car il leur faudra pas 2100 pour avoir du niveau 5... D'ici 10ans max c'est fait.

   

10 ans, c'est exactement ce que j'ai entendu pour l'IA de l'époque il y a ~30 ans.

10 ans, c'est plutôt le temps qu'il aura fallu pour monter puis redescendre sur Terre sur ce sujet une seconde fois.

Regardez la vidéo sur le sujet que j'ai mis plus haut, sinon revoyez vos cours de complexité et de calculabilité, c'était déjà inscrit dedans. En fait peu de professionnels sérieux y auraient misé leurs chemises, c'est un peu comme la Terre plate du 15eme, c'est bon pour le peuple tandis qu'on envoie les vaisseau y faire le tour. Le peuple n'est là que pour payer dans ces histoires.

Cette fois, il est vrai que l'on est monté haut avec "l'IA", très haut puisque certains s'imaginait y coller une "conscience artificielle", comme si la conscience était une fonction mathématique, misère du matérialisme délirant.

Par

Ça me fait rire tous ces commentaires négatifs alors que c'est plutôt l'inverse, ça permet de fixer un premier cadre légal à la conduire autonome, afin de mener des observations et éventuellement faire évoluer ce cadre au fur et à mesure.

Ça va au contraire permettre aux constructeurs de faire rouler des véhicules autonomes sur certaines portions, au milieu du traffic, pas fréquentes certes, mais existantes tout de même.

Pour rappel, la vitesse limitée sur autoroute n'était pas de 130 quand les premières limitations ont été mises en place...

Les réglementations évoluent au fil des constatations.

Par

L'idée d'une voiture totalement autonome est une bêtise intellectuelle autant que technique

Par

Bonne nouvelle et bravo à PSA d’avoir arrêté les investissements dans la voiture autonome.

Par

En réponse à Axel015

J'ai toujours dit que la voiture autonome (pour avoir travailler sur le projet du train autonome à la SNCF, 100 fois moins complexe que la voiture autonome) de niveau 5 s'était pas avant 2100 tellement le chemin est long à parcourir.

Le niveau de difficulté entre une route (nationnal, autoroute) et une métropole avec un traffic dense c'est un rapport de 1 à 1000 en terme de difficulté pour une voiture autonome.

   

Pour moi, les trains, les métros, les avions seront autonomes avant les voitures. Déjà, car c’est plus simple techniquement à mettre en place. Aussi, car il y a un intérêt économique évident, l’absence de conducteur, donc une diminution de la charge salariale...

D’ailleurs, il existe déjà des métros automatiques, comme le M2 à Lausanne par exemple.

Par

En réponse à mynameisfedo

même contre un platane ou un camion venant en face à 60?

j'ai un très gros doute là-dessus. :bah:

et si c'est pour finir handicapé à vie, ça fait une belle jambe.:bah:

   

Non évidemment. D’ailleurs, le choc à 64 km/h contre la barrière déformable simule un choc frontal à 50 km/h contre la même voiture... En 2020, le test va évoluer, le choc sera simulé contre une voiture de 1 400 kg. Ça va être dur ou coûteux pour les citadines de faire 5 étoiles.

En outre, il faut que le choc ait lieu pile poil sur les 2 longerons qui absorbent le choc. Sinon, c’est plus la même capacité d’absorption. Si toutes les voitures font des bonnes notes à l’Euro NCAP, ce n’est plus le cas si on change légèrement le crash test. Certains s’en sortent bien alors que d’autres font juste le minimum pour les normes Euro NCAP.

Globalement, une voiture mondiale est généralement plus sécurisée qu’une voiture vendue seulement en Europe. La voiture mondiale est prévue pour passer tous les crash-tests sur tous les continents. Ce n’est pas une règle absolue, mais c’est une tendance.

Par

En réponse à Tortel

Cela ressemble fortement à un lobbying réussi des constructeurs historiques afin de gagner du temps et économiser sur les investissements. Cela permet par la même occasion de mettre hors jeu Tesla, Waymo, Uber et consorts.

   

Enfin un commentaire juste... C'est juste gagner.du temps... La conduite autonome peut être très.utile ...on ne.roule pas.tout le.temps.pour.le.plaisir.de.conduire ...

Enfin bon ...

C'est avant.tout.pour éviter la.faillite immédiate de.renault Peugeot Citroën Toyota Fiat Ford etc

Par

Avec un bon bouquin, ça le fait ! :biggrin:

Par

En réponse à Bug Danny

L'ONU semble gangrenée par les lobbys du pétrole. Après l'annonce récemment que 40.000 enfants travailleraient dans les mines de Cobbalt, alors qu'ils étaient peut être déjà aussi nombreux en 2010 avant l'avènement des VE. Voilà maintenant qu'ils tentent de tuer la voiture électrique autonome.

   

Quand on n'a pas d'arguments, on écrit des co..e;ries. je ne savais pas que les ordinateurs fonctionnaient au pétrole......

Par

En réponse à §Deb384wp

10 ans, c'est exactement ce que j'ai entendu pour l'IA de l'époque il y a ~30 ans.

10 ans, c'est plutôt le temps qu'il aura fallu pour monter puis redescendre sur Terre sur ce sujet une seconde fois.

Regardez la vidéo sur le sujet que j'ai mis plus haut, sinon revoyez vos cours de complexité et de calculabilité, c'était déjà inscrit dedans. En fait peu de professionnels sérieux y auraient misé leurs chemises, c'est un peu comme la Terre plate du 15eme, c'est bon pour le peuple tandis qu'on envoie les vaisseau y faire le tour. Le peuple n'est là que pour payer dans ces histoires.

Cette fois, il est vrai que l'on est monté haut avec "l'IA", très haut puisque certains s'imaginait y coller une "conscience artificielle", comme si la conscience était une fonction mathématique, misère du matérialisme délirant.

   

Musk et Ghosn avaient prédit cela pour 2020. Comme madame Irma, il se sont trompés.

Comme je l'ai déjà écrit des spécialiste de la robotique qui travaillent sur ce type de sujet depuis 40 ans ne voient pas cela avant 50 ans mini. Même ce qui parait simple (roulage autoroute) est bien plus complexe que les gens n'imaginent:

comment le système doit il réagir si le véhicule qui précède perd un objet , qui peut être une cagette de légume ou une bordure de trottoir?

Quand le conducteur réagit lui seul est responsable de sa décision, mais si c'est le système, c'est le constructeur qui devient pénalement responsable de ne pas avoir pris la bonne décision.

C'est vrai que ce doit pas être compliqué et que qu'on est près du but:

Certains n'arrivent pas à détecter une semi en travers de la route alors la cagette de légumes.....

Par

Franchement sur autoroute, ça serait bien....

Par

Pour une fois que le machin sert à quelque chose d'utile...

Par

Personne pour remarquer que les États ayant décidé ces nouvelles règles sont "étrangement" des états dont l'industrie automobile est complètement en retard dans le domaine de la conduite autonome ?

Ce n'est ni plus ni moins qu'une tentative de protectionnisme.

Par

Ca fait des années que je le dis. Ce qui décidera de la voiture autonome ce sera la règlementation qui lui sera appliquée.

Et pour en premier jet c'est pas folichon.

Seule consolation i ce type de conduite autonome était appliqué?

Les sectaires pourront faire 800 bornes sur une charge...à 60km/h

Par

En réponse à gotomtom

Pour moi, les trains, les métros, les avions seront autonomes avant les voitures. Déjà, car c’est plus simple techniquement à mettre en place. Aussi, car il y a un intérêt économique évident, l’absence de conducteur, donc une diminution de la charge salariale...

D’ailleurs, il existe déjà des métros automatiques, comme le M2 à Lausanne par exemple.

   

2 lignes du métro de Paris sont automatiques et bientôt d'autres (les 4 nouvelles lignes en construction seront automatiques ) .

Par

En réponse à GArnaud

Personne pour remarquer que les États ayant décidé ces nouvelles règles sont "étrangement" des états dont l'industrie automobile est complètement en retard dans le domaine de la conduite autonome ?

Ce n'est ni plus ni moins qu'une tentative de protectionnisme.

   

C'est pas mal, les USA et la Chine font du protectionnisme, pourquoi pas l'UE et le Japon ?

Par

En réponse à Axel015

J'ai toujours dit que la voiture autonome (pour avoir travailler sur le projet du train autonome à la SNCF, 100 fois moins complexe que la voiture autonome) de niveau 5 s'était pas avant 2100 tellement le chemin est long à parcourir.

Le niveau de difficulté entre une route (nationnal, autoroute) et une métropole avec un traffic dense c'est un rapport de 1 à 1000 en terme de difficulté pour une voiture autonome.

   

Pourquoi 2100 ?? :confused:

Tu sous estimes énormément les capacités informatiques actuelles (Et dans un futur proche.),

je t'invite à consulter ceci:

"Un nouveau navire de l’US Navy n’a même plus besoin de marins pour naviguer des milliers de kilomètres sur les océans du globe. Le Large Unmanned Surface Vehicle (LUSV) a réussi son premier voyage de test en ralliant Hawaï depuis la côte des États-Unis, soit plus de 4.000 kilomètres."

https://www.capital.fr/economie-politique/limpressionnant-bateau-de-guerre-autonome-sur-lequel-planche-lus-navy-1347976

Plus que la faisabilité de la voiture autonome, le véritable problème à mon sens, c'est le piratage informatique.

Il faut pour cela un réseau hautement sécurisé. (Le même dont disposes les militaires.)

Ca demanderait probablement un énorme investissement.

Seulement si le système est fiable, il pourrait être rentabilisé à terme.

En tout état de cause, tout n'est qu'affaire de puissances de calculs, multiplication/précision des capteurs embarqués et communications entre les autos autonomes.

A mon avis, il faudra une mise sur le marché de VA en grand nombre, afin de que le système soit efficace. (Un melange voiture autonome/voiture conduite manuellement me parait peu probable.)

Je pense qu'il n'y a aucune raison pour que d'ici 10/20 ans, les voitures autonomes ne puissent émerger sur les axes autoroutiers et villes. (Les plus lancinants et pénibles.)

D'ici 10ans, une auto pourra embarquer la puissance de calcul du plus puissant des supercalculateurs du début des années 2000. (Earth simulator.)

Ca devrait lui permettre d'être "a l'aise" pour scanner l'ensemble de son environnement/paramètres plusieurs milliers de fois par seconde. (Voir de communiquer avec les autres autos.).

Ce qu'un conducteur lambda est incapable de faire. (Sauf pendant un laps de temps défini et assez court.)

Penser une seule seconde que l'homme est supérieur à la machine est une erreur.

L'homme est de plus en plus dépassée dans la plupart des tâches.

(D'ici 2050, aucun job effectué par l'homme ne sera impossible à réaliser par une IA.)

Une hérésie ?

Non, tous les 12ans (En moyenne), on multiplie la puissance de calcul par 1000.

ce qui signifie que dans 25ans, on devrait augmenter la puissance de calcul par 1 million.

(C'est comme ca depuis près de 50ans.)

Tout n'est qu'une question de puissances de calculs, d'algorithmes, de capteurs et de réseaux.

On verra ce qu'il en sera dans une dizaine d'années...Mais si ca ne se fait pas, ce ne sera pas à cause de la technologie.

D'ailleurs ne rêve pas trop, les boîtes noires embarquées dans les autos neuves à partir de janvier 2022, empêcheront définitivement de jouer sur les routes secondaires.

(Il faudra garder de vielles autos pour continuer à s'amuser...De vielles autos qui ne seront autorisées que durant une certaine période...Au hasard jusqu'à 2040.)

Par

Dommage de freiner la seule technologie qui permettrait de considérablement baisser le nombre de mort sur les routes, en éliminant la principale cause, qui est le conducteur qui lui a toujours une bonne excuse pour ne pas respecter le code ou justifier un accident.

On peut dire et penser ce qu'on veux, mais prenons l'existant. Le métro de Lille bientôt 40 ans sans conducteur, 0 mort.

Avec des rames à1 minutes les unes des autres, aucun réseau avec conducteur ne sais le faire.

Par

La voiture autonome partagée c'est 5 fois moins de véhicules en circulation.

5 fois moins de voitures a produire, les constructeurs deviennent des fournisseurs de mobilité pour garantir leur production.

Votre coût de mobilité est divisé par 5

Donc les états oublient tous les investissements pour décongestionner les routes actuelles...

Il faut qu'elles réduisent globalement un peu les accidents et c'est le top.

Par

En réponse à mekinsy

Pourquoi 2100 ?? :confused:

Tu sous estimes énormément les capacités informatiques actuelles (Et dans un futur proche.),

je t'invite à consulter ceci:

"Un nouveau navire de l’US Navy n’a même plus besoin de marins pour naviguer des milliers de kilomètres sur les océans du globe. Le Large Unmanned Surface Vehicle (LUSV) a réussi son premier voyage de test en ralliant Hawaï depuis la côte des États-Unis, soit plus de 4.000 kilomètres."

https://www.capital.fr/economie-politique/limpressionnant-bateau-de-guerre-autonome-sur-lequel-planche-lus-navy-1347976

Plus que la faisabilité de la voiture autonome, le véritable problème à mon sens, c'est le piratage informatique.

Il faut pour cela un réseau hautement sécurisé. (Le même dont disposes les militaires.)

Ca demanderait probablement un énorme investissement.

Seulement si le système est fiable, il pourrait être rentabilisé à terme.

En tout état de cause, tout n'est qu'affaire de puissances de calculs, multiplication/précision des capteurs embarqués et communications entre les autos autonomes.

A mon avis, il faudra une mise sur le marché de VA en grand nombre, afin de que le système soit efficace. (Un melange voiture autonome/voiture conduite manuellement me parait peu probable.)

Je pense qu'il n'y a aucune raison pour que d'ici 10/20 ans, les voitures autonomes ne puissent émerger sur les axes autoroutiers et villes. (Les plus lancinants et pénibles.)

D'ici 10ans, une auto pourra embarquer la puissance de calcul du plus puissant des supercalculateurs du début des années 2000. (Earth simulator.)

Ca devrait lui permettre d'être "a l'aise" pour scanner l'ensemble de son environnement/paramètres plusieurs milliers de fois par seconde. (Voir de communiquer avec les autres autos.).

Ce qu'un conducteur lambda est incapable de faire. (Sauf pendant un laps de temps défini et assez court.)

Penser une seule seconde que l'homme est supérieur à la machine est une erreur.

L'homme est de plus en plus dépassée dans la plupart des tâches.

(D'ici 2050, aucun job effectué par l'homme ne sera impossible à réaliser par une IA.)

Une hérésie ?

Non, tous les 12ans (En moyenne), on multiplie la puissance de calcul par 1000.

ce qui signifie que dans 25ans, on devrait augmenter la puissance de calcul par 1 million.

(C'est comme ca depuis près de 50ans.)

Tout n'est qu'une question de puissances de calculs, d'algorithmes, de capteurs et de réseaux.

On verra ce qu'il en sera dans une dizaine d'années...Mais si ca ne se fait pas, ce ne sera pas à cause de la technologie.

D'ailleurs ne rêve pas trop, les boîtes noires embarquées dans les autos neuves à partir de janvier 2022, empêcheront définitivement de jouer sur les routes secondaires.

(Il faudra garder de vielles autos pour continuer à s'amuser...De vielles autos qui ne seront autorisées que durant une certaine période...Au hasard jusqu'à 2040.)

   

https://www.rtflash.fr/est-ce-fin-loi-moore/article

Pour les caisses, on verra d'ici 20 ans...

Par §Deb384wp

En réponse à gordini12

Musk et Ghosn avaient prédit cela pour 2020. Comme madame Irma, il se sont trompés.

Comme je l'ai déjà écrit des spécialiste de la robotique qui travaillent sur ce type de sujet depuis 40 ans ne voient pas cela avant 50 ans mini. Même ce qui parait simple (roulage autoroute) est bien plus complexe que les gens n'imaginent:

comment le système doit il réagir si le véhicule qui précède perd un objet , qui peut être une cagette de légume ou une bordure de trottoir?

Quand le conducteur réagit lui seul est responsable de sa décision, mais si c'est le système, c'est le constructeur qui devient pénalement responsable de ne pas avoir pris la bonne décision.

C'est vrai que ce doit pas être compliqué et que qu'on est près du but:

Certains n'arrivent pas à détecter une semi en travers de la route alors la cagette de légumes.....

   

En effet, on sous estime largement les difficultés. C'est d'ailleurs assez compréhensible vu que tous les lecteurs ici conduisent et certains depuis tant d'années qu'ils le font avec facilité, cela leur parait donc simple et même facile mais retranscrire de façon formelle sous forme de fonction mathématique et logique est une toute autre histoire.

Le nombre de cas que l'on peut penser est énorme, on ne peux les énumérer ici. Les cas que l'on ne peux pas penser, sont sans doute encore plus grand et c'est un problème. On a une tendance naturelle à tout simplifier et donc à tout linéariser, or, le simple fait de mettre un tel ordinateur dans un véhicule revient à le mettre en interaction avec le problème étudié, le calcul ne dépend donc plus de facteur extérieur mais tout autant du propre fonctionnement de cet dit ordinateur, on perd la linéarité du problème (au sens interaction comme en physique) et il faut avoir que la science des système complexe, malgré les centaines (milliers ? ) de personnes travaillant dessus n'a pas avancé, on se contente de linéariser au possible, c'est à peut près tout ce que l'on sait faire.

Certains se font berner l'accroissement de puissance de calcul sans regarder les résultats de complexité, les estimations de temps de calcul sont exponentiels et la vitesse d''accroissement de puissance commence à baisser.

La sécurité info est un sujet connexe qui lui aussi est escamoté, il rajoute un problème de coût très difficile à résoudre, en plus du problème de temps de dev alors que tout doit sortir "pour demain".

Après avoir vu les probabilités associés, la question que l'on pourrait se poser est: combien de fois par an (ou par x millier de km) veut on mourir ?

On ne se rend pas compte mais on va exiger quasiment l'excellence. Lorsque l'on prend la route, on veux s'en sortir vivant, si possible sans aucun accident. Avoir un taux de 99,99% est simplement catastrophique et passer de 99,99% à 99,999% taux presque autant catastrophique nécessite, un effort énorme, sans commune mesure avec le % obtenu. L'accroissement de travail et de calcul n'est pas linéaire.

De mon point de vue, avoir un système 100% fiable sera très certainement impossible. On n'y arrive pas avec l'humain, la machine qui est programmé par des humains n'a pas de chance d'y arriver. Une question sortira donc, combien de mort va t on accepter pour obtenir cela ?

Par

Le véhicule autonome ça existe déjà ; ça s' appelle le train

Par

Vieilles caisses.

Par

En réponse à mozipokl

Si tu roules à 60 et que le camion roule aussi à 60, alors c'est comme si tu prends un platane à 120.

   

"Un choc frontal entre deux voitures roulant à 100 km/h n'est pas équivalent à un choc contre un mur à 200 km/h. Cela reste équivalent à un choc à 100 km/h, car les vitesses "ne se cumulent pas" : l'énergie cinétique libérée par le choc lors d'une collision entre deux véhicules est dissipée par les deux, tandis qu'une voiture qui heurte un mur va être seule à dissiper cette énergie."

Par

En réponse à mekinsy

Pourquoi 2100 ?? :confused:

Tu sous estimes énormément les capacités informatiques actuelles (Et dans un futur proche.),

je t'invite à consulter ceci:

"Un nouveau navire de l’US Navy n’a même plus besoin de marins pour naviguer des milliers de kilomètres sur les océans du globe. Le Large Unmanned Surface Vehicle (LUSV) a réussi son premier voyage de test en ralliant Hawaï depuis la côte des États-Unis, soit plus de 4.000 kilomètres."

https://www.capital.fr/economie-politique/limpressionnant-bateau-de-guerre-autonome-sur-lequel-planche-lus-navy-1347976

Plus que la faisabilité de la voiture autonome, le véritable problème à mon sens, c'est le piratage informatique.

Il faut pour cela un réseau hautement sécurisé. (Le même dont disposes les militaires.)

Ca demanderait probablement un énorme investissement.

Seulement si le système est fiable, il pourrait être rentabilisé à terme.

En tout état de cause, tout n'est qu'affaire de puissances de calculs, multiplication/précision des capteurs embarqués et communications entre les autos autonomes.

A mon avis, il faudra une mise sur le marché de VA en grand nombre, afin de que le système soit efficace. (Un melange voiture autonome/voiture conduite manuellement me parait peu probable.)

Je pense qu'il n'y a aucune raison pour que d'ici 10/20 ans, les voitures autonomes ne puissent émerger sur les axes autoroutiers et villes. (Les plus lancinants et pénibles.)

D'ici 10ans, une auto pourra embarquer la puissance de calcul du plus puissant des supercalculateurs du début des années 2000. (Earth simulator.)

Ca devrait lui permettre d'être "a l'aise" pour scanner l'ensemble de son environnement/paramètres plusieurs milliers de fois par seconde. (Voir de communiquer avec les autres autos.).

Ce qu'un conducteur lambda est incapable de faire. (Sauf pendant un laps de temps défini et assez court.)

Penser une seule seconde que l'homme est supérieur à la machine est une erreur.

L'homme est de plus en plus dépassée dans la plupart des tâches.

(D'ici 2050, aucun job effectué par l'homme ne sera impossible à réaliser par une IA.)

Une hérésie ?

Non, tous les 12ans (En moyenne), on multiplie la puissance de calcul par 1000.

ce qui signifie que dans 25ans, on devrait augmenter la puissance de calcul par 1 million.

(C'est comme ca depuis près de 50ans.)

Tout n'est qu'une question de puissances de calculs, d'algorithmes, de capteurs et de réseaux.

On verra ce qu'il en sera dans une dizaine d'années...Mais si ca ne se fait pas, ce ne sera pas à cause de la technologie.

D'ailleurs ne rêve pas trop, les boîtes noires embarquées dans les autos neuves à partir de janvier 2022, empêcheront définitivement de jouer sur les routes secondaires.

(Il faudra garder de vielles autos pour continuer à s'amuser...De vielles autos qui ne seront autorisées que durant une certaine période...Au hasard jusqu'à 2040.)

   

Rappelle moi le délai de réaction d'un bateau?

Par

En réponse à antibagnoles

Je cite: "On n’est donc pas face à une communauté de cultivateurs néoruraux à dreadlocks en pleine permaculture".

Ah la caricature...comme si tous les fans de voitures étaient des kékés qui passent leur temps sur ce forum. C'est le cas? Ah oui, ben autant pour moi alors.

   

Surtout que ce sont des ingénieur agronomes et que les écoles d'agricultures forment de plus en plus des hommes et femmes sur une agriculture plus raisonnée

C'est "nouveaux" agriculteurs peuvent avoir des anneaux dans le nez, nichons et autres, des dread ...

Ils sont l'avenir, ils sont ingénieurs, bien plus que de simples paysans ...

Par

En réponse à §Deb384wp

En effet, on sous estime largement les difficultés. C'est d'ailleurs assez compréhensible vu que tous les lecteurs ici conduisent et certains depuis tant d'années qu'ils le font avec facilité, cela leur parait donc simple et même facile mais retranscrire de façon formelle sous forme de fonction mathématique et logique est une toute autre histoire.

Le nombre de cas que l'on peut penser est énorme, on ne peux les énumérer ici. Les cas que l'on ne peux pas penser, sont sans doute encore plus grand et c'est un problème. On a une tendance naturelle à tout simplifier et donc à tout linéariser, or, le simple fait de mettre un tel ordinateur dans un véhicule revient à le mettre en interaction avec le problème étudié, le calcul ne dépend donc plus de facteur extérieur mais tout autant du propre fonctionnement de cet dit ordinateur, on perd la linéarité du problème (au sens interaction comme en physique) et il faut avoir que la science des système complexe, malgré les centaines (milliers ? ) de personnes travaillant dessus n'a pas avancé, on se contente de linéariser au possible, c'est à peut près tout ce que l'on sait faire.

Certains se font berner l'accroissement de puissance de calcul sans regarder les résultats de complexité, les estimations de temps de calcul sont exponentiels et la vitesse d''accroissement de puissance commence à baisser.

La sécurité info est un sujet connexe qui lui aussi est escamoté, il rajoute un problème de coût très difficile à résoudre, en plus du problème de temps de dev alors que tout doit sortir "pour demain".

Après avoir vu les probabilités associés, la question que l'on pourrait se poser est: combien de fois par an (ou par x millier de km) veut on mourir ?

On ne se rend pas compte mais on va exiger quasiment l'excellence. Lorsque l'on prend la route, on veux s'en sortir vivant, si possible sans aucun accident. Avoir un taux de 99,99% est simplement catastrophique et passer de 99,99% à 99,999% taux presque autant catastrophique nécessite, un effort énorme, sans commune mesure avec le % obtenu. L'accroissement de travail et de calcul n'est pas linéaire.

De mon point de vue, avoir un système 100% fiable sera très certainement impossible. On n'y arrive pas avec l'humain, la machine qui est programmé par des humains n'a pas de chance d'y arriver. Une question sortira donc, combien de mort va t on accepter pour obtenir cela ?

   

Il suffit juste de voir que pour utiliser certains sites internet : les vérifications pour tester que ce n'est pas un robot qui agit sont faites avec des images variées et tronquées. C'est fixe, la question est basique. Compte tenu de l'apparente simplicité du test cela aurait du être résolu depuis longtemps par des hackers.

Le spécialiste qui avait animé la conférence, nous avait fait voir qu'en 2016 les meilleures sociétés mondiales de robotique avaient travaillé sur le sujet d'une intervebtion dans une centrale nucléaire suite à explosion.

Le robot devait conduire un véhicule (personne autour), marcher sur des débris, ouvrir une porte, fermer une vanne.

Aucun n'a réussi, il tombaient aussi bien en marchant sur les bouts de béton par terre, ou en ouvrant la porte.

Lui qui travaille sur le sujet n'imaginait pas la conduite totalement autonome avant très , très longtemps, plus de 50 ans.

Cela n'a rien a voir avec un métro automatique, ou de l'aviation, effectivement les gens n'imaginent pas la complexité du sujet, et surtout comme tu l'a écrit quel taux d'erreur est admissible. J'ai une petite liste de cas tordus comme la cagette et la bordure de béton (et ce n'est que l'autoroute).

Par §Deb384wp

En réponse à gordini12

Il suffit juste de voir que pour utiliser certains sites internet : les vérifications pour tester que ce n'est pas un robot qui agit sont faites avec des images variées et tronquées. C'est fixe, la question est basique. Compte tenu de l'apparente simplicité du test cela aurait du être résolu depuis longtemps par des hackers.

Le spécialiste qui avait animé la conférence, nous avait fait voir qu'en 2016 les meilleures sociétés mondiales de robotique avaient travaillé sur le sujet d'une intervebtion dans une centrale nucléaire suite à explosion.

Le robot devait conduire un véhicule (personne autour), marcher sur des débris, ouvrir une porte, fermer une vanne.

Aucun n'a réussi, il tombaient aussi bien en marchant sur les bouts de béton par terre, ou en ouvrant la porte.

Lui qui travaille sur le sujet n'imaginait pas la conduite totalement autonome avant très , très longtemps, plus de 50 ans.

Cela n'a rien a voir avec un métro automatique, ou de l'aviation, effectivement les gens n'imaginent pas la complexité du sujet, et surtout comme tu l'a écrit quel taux d'erreur est admissible. J'ai une petite liste de cas tordus comme la cagette et la bordure de béton (et ce n'est que l'autoroute).

   

Oui, l'histoire des robots payés par Tepco est un bon exemple. Ici que des tâches simples, pas d'interactions, pas de circulations, un budget élyséen et plouf, on y arrive pas. C'est le pourquoi des drones, et encore certains tenant quelque heures (et même 30mn vers le coeur, mais oui les radiations c'est sans danger...). De plus, il faut faire remarquer que plus on veux se rapprocher de la complexité d'un humain, plus on lui ressemble, tout au moins d'un point de vue machinerie, elle devient de plus en plus grosse, de plus en plus chère et donc de moins en moins intéressante vis à vis des contraintes humaines. La cybernétique est aussi intéressante, on mine au plus près le comportement humain pour essayer de faire mieux, on y a va à coup de réseaux de neurones et on espère alors que miraculeusement une conscience va y naître. On a quand même l'impression que l'on fait mumuse avec de nouveaux jouets, façon Dr Moreau ou Frankenskein c'est selon mais que finalement on est pas très sérieux.

Par

En réponse à mekinsy

Pourquoi 2100 ?? :confused:

Tu sous estimes énormément les capacités informatiques actuelles (Et dans un futur proche.),

je t'invite à consulter ceci:

"Un nouveau navire de l’US Navy n’a même plus besoin de marins pour naviguer des milliers de kilomètres sur les océans du globe. Le Large Unmanned Surface Vehicle (LUSV) a réussi son premier voyage de test en ralliant Hawaï depuis la côte des États-Unis, soit plus de 4.000 kilomètres."

https://www.capital.fr/economie-politique/limpressionnant-bateau-de-guerre-autonome-sur-lequel-planche-lus-navy-1347976

Plus que la faisabilité de la voiture autonome, le véritable problème à mon sens, c'est le piratage informatique.

Il faut pour cela un réseau hautement sécurisé. (Le même dont disposes les militaires.)

Ca demanderait probablement un énorme investissement.

Seulement si le système est fiable, il pourrait être rentabilisé à terme.

En tout état de cause, tout n'est qu'affaire de puissances de calculs, multiplication/précision des capteurs embarqués et communications entre les autos autonomes.

A mon avis, il faudra une mise sur le marché de VA en grand nombre, afin de que le système soit efficace. (Un melange voiture autonome/voiture conduite manuellement me parait peu probable.)

Je pense qu'il n'y a aucune raison pour que d'ici 10/20 ans, les voitures autonomes ne puissent émerger sur les axes autoroutiers et villes. (Les plus lancinants et pénibles.)

D'ici 10ans, une auto pourra embarquer la puissance de calcul du plus puissant des supercalculateurs du début des années 2000. (Earth simulator.)

Ca devrait lui permettre d'être "a l'aise" pour scanner l'ensemble de son environnement/paramètres plusieurs milliers de fois par seconde. (Voir de communiquer avec les autres autos.).

Ce qu'un conducteur lambda est incapable de faire. (Sauf pendant un laps de temps défini et assez court.)

Penser une seule seconde que l'homme est supérieur à la machine est une erreur.

L'homme est de plus en plus dépassée dans la plupart des tâches.

(D'ici 2050, aucun job effectué par l'homme ne sera impossible à réaliser par une IA.)

Une hérésie ?

Non, tous les 12ans (En moyenne), on multiplie la puissance de calcul par 1000.

ce qui signifie que dans 25ans, on devrait augmenter la puissance de calcul par 1 million.

(C'est comme ca depuis près de 50ans.)

Tout n'est qu'une question de puissances de calculs, d'algorithmes, de capteurs et de réseaux.

On verra ce qu'il en sera dans une dizaine d'années...Mais si ca ne se fait pas, ce ne sera pas à cause de la technologie.

D'ailleurs ne rêve pas trop, les boîtes noires embarquées dans les autos neuves à partir de janvier 2022, empêcheront définitivement de jouer sur les routes secondaires.

(Il faudra garder de vielles autos pour continuer à s'amuser...De vielles autos qui ne seront autorisées que durant une certaine période...Au hasard jusqu'à 2040.)

   

je te prends un cas pratique Marseillais, intersection avenue du prado boulevard perrier allée turcat mery (pour le tunnel) aux heures de pointe (18H) avec un bus de touriste ou camion de déchargement de voiture (loueur à coté) qui se tanque là parce que voila, il faut rajouter donc les piétons qui traversent au plus pratique, les 2/3/4 roues motorisés qui pour une partie d'entre eux se foutent des règles de circulation, les cyclistes et les derniers arrivés les trottinettes qui roulent absolument partout dans n'importe quel sens, et bien des fois si tu restes poli et courtois et ne force pas un tantinet le passage, tu ne bougeras pas, mais pas du tout, il faudrait que ton ia subodore ce que tous ces "acteurs" imaginent faire dans les secondes qui suivent et calculer au plus juste pour qu'avec la carrosserie de ta voiture tu n'accroches rien et surtout, surtout ne blesse personne, un enfant réagit parfois irrationnellement, ton ia doit en tenir absolument compte, donc 10 ans, bref

Par

En réponse à GuilaumeC

Dommage de freiner la seule technologie qui permettrait de considérablement baisser le nombre de mort sur les routes, en éliminant la principale cause, qui est le conducteur qui lui a toujours une bonne excuse pour ne pas respecter le code ou justifier un accident.

On peut dire et penser ce qu'on veux, mais prenons l'existant. Le métro de Lille bientôt 40 ans sans conducteur, 0 mort.

Avec des rames à1 minutes les unes des autres, aucun réseau avec conducteur ne sais le faire.

   

Oui mais des rails et environnement déterminé, c'est facile.

Il freine comment avec un désespéré qui se jette dessous ?

Et puis l'argument des morts, franchement ...

Épiphénomène qui permet de justifier des mesures qui s'apparentent à du contrôle social et bonne pour ramasser des picaillons, sécurité rentière.

Ce type de machinerie fait triquer les adeptes de la société fliquée.

La bagnole autonome c'est la came de ceux qui veulent voir réalisés les kifs de leurs romans de science fiction maintenant qu'ils sont à l'adulescence...

Si t'as envie de « sauver des vies », il y a de quoi s'occuper avec des vaccins, en filant à bouffer et de la flotte potable à ceux qui crèvent comme des mouches un peu partout dans le monde et dans d'autres proportions.

Par

Ah bon parce que l'on y croyait a cette idiotie.

Par

En réponse à Ratafia_12

Enfin un coup d'arrêt à cette hérésie qui va déresponsabiliser et infantiliser encore plus les conducteurs.

   

l'ideal etant de rester chez soi ,pourquoi tant de voitures sur les routes ????50/100 roulent sans raisons pour le plaisir .

une réglementation plus stricte pour rouler ,et des amendes a ceux qui roulent pour promenade ou pour leur plaisir de rouler

le temps des voitures est bien fini .

Par

En réponse à

Commentaire supprimé.

   

vous oubliez une solution éviter le camion et les piétons en sortant de la route vers la gauche quitte a se tuer seul .c'est mon reflexe

Par

En réponse à Nicolas D

https://www.rtflash.fr/est-ce-fin-loi-moore/article

Pour les caisses, on verra d'ici 20 ans...

   

Comme écrit dans l'article que tu as mis en lien:

"A plus long terme, 10 à 15 ans, ces puces hybrides seront associées à de nouveaux types de puces capables de calcul hautement spécialisés, recourant aux technologies quantiques et neuromorphiques. Ces nouvelles combinaisons électroniques, aux immenses potentialités, pourraient permettre, selon une majorité d’experts, de poursuivre la course à la puissance de calcul et à la miniaturisation pendant au moins 25 ans."

(Soit ×1 000 000, si Moore est tenu.)

La course à la démultiplication de la puissance de calculs ne va pas s'arrêter de si tôt...

Et le niveau atteint d'ici la sera donc très élevé. (Même si un ralentissement à lieu.)

Lorsqu'on sait déjà ce que peut faire une auto autonome actuellement, on ne peut pas imaginer une seule seconde que la technologie va stagner/ Ou à peine progresser sur les 10/20ans à venir.

Évidemment la technologie n'est pas mature (Comme toute mise au point, il y a des tâtonnements et des échecs), mais depuis la présentation des premiers véhicules autonomes bardés de gros capteurs apparents, et d'habitacles remplie d'appareils électroniques, les progrès d'intégrations ont été spectaculaire. :eek:

Sachant que plus la puissance informatique augmente, plus la R&D est raccourcie...(Le principal intérêt de la course à la puissance informatique étant de raccourcir considérablement les temps de développement, afin de concevoir des produits de plus en plus complexes dans des délais raisonnables.)

Le seul problème qui pourrait ralentir l'évolution de la VA, c'est qu'elle ne fasse pas (Ou plus) partie des prioritées de développement des multinationales.

Ce qui serait logique de mon point de vue, car l'objectif numéro 1 à atteindre rapidement est de démultiplier par 3/4 et plus, la densité énergétique des batteries.:miam:

Une fois que cela sera fait, ils pourront se consacrer aux VA avec des fonds XXL.:tourne:

(D'autant plus que d'automatiser une VE me semble encore plus pertinent que d'automatiser une VT.)

Par

En réponse à gordini12

Il suffit juste de voir que pour utiliser certains sites internet : les vérifications pour tester que ce n'est pas un robot qui agit sont faites avec des images variées et tronquées. C'est fixe, la question est basique. Compte tenu de l'apparente simplicité du test cela aurait du être résolu depuis longtemps par des hackers.

Le spécialiste qui avait animé la conférence, nous avait fait voir qu'en 2016 les meilleures sociétés mondiales de robotique avaient travaillé sur le sujet d'une intervebtion dans une centrale nucléaire suite à explosion.

Le robot devait conduire un véhicule (personne autour), marcher sur des débris, ouvrir une porte, fermer une vanne.

Aucun n'a réussi, il tombaient aussi bien en marchant sur les bouts de béton par terre, ou en ouvrant la porte.

Lui qui travaille sur le sujet n'imaginait pas la conduite totalement autonome avant très , très longtemps, plus de 50 ans.

Cela n'a rien a voir avec un métro automatique, ou de l'aviation, effectivement les gens n'imaginent pas la complexité du sujet, et surtout comme tu l'a écrit quel taux d'erreur est admissible. J'ai une petite liste de cas tordus comme la cagette et la bordure de béton (et ce n'est que l'autoroute).

   

Et il y a des questions éthiques également. Si accident inévitable, faut il sauver le conducteur et éventuellement la famille en percutant mémé qui traverse ou on chope un groupe d'enfants pour sauver toutes les personnes précitées.

Par

En réponse à Axel015

Tu verras que non.

Tu devais faire partie en 2012 de se qui disait que les batteries solides s'étaient pour 2014 et le réacteur à fusion pour 2017...

Bref, tu verras par toi même...

   

Je pense qu'il y a nettement plus de soucis "législatif" que "technoque" pour la voiture autonome. Je ne nie pas la complexité technique, mais je pense qu'il y a beaucoup plus de problème qui viennent du législatif qui vont demander la lune pour autoriser ce genre de véhicule sur la route, alors qu'un simple code de la route respecté à 100% serait suffisant de mon point de vue. Là, comme toujours, on va demander à ce que le véhicule réfléchisse, prenne de recule par rapport à la situation, pour savoir s'il va tuer le passager du véhicule ou "la classe d'enfant" qui traverse la route. Parce que c'est clair qu'une classe de mioche se jette sur la route sans regarder...

On exige des choses aux machines que l'on ne demande pas aux conducteurs, ce qui n'a pas de sens. Car le conducteur qui va conduire crevé à la limite de l'endormissement, celui qui conduit à moitié shooté de médoc, ou bourré, ou drogué, ça va, on veut pas mais le conducteur du haut de son intelligence estime "qu'il est apte". En plus ça concerne la majorité des accidents. Tant de situation qui n'existe plus sur une machine. Ensuite, le conducteur, quoi qu'il arrive sur la route, il ne prendra jamais la décision de se tuer plutôt que de blesser/tuer une personne (ou animal) sur la route, donc pourquoi le demander à une machine ?

Par

Parfait prochaine etape se rendre compte que les bagnoles électriques c est de la merde et développer de nouvelles technologies et faire changer de vieilles habitudes aux cons(mateurs)

Par

En réponse à envoleelyrique

je te prends un cas pratique Marseillais, intersection avenue du prado boulevard perrier allée turcat mery (pour le tunnel) aux heures de pointe (18H) avec un bus de touriste ou camion de déchargement de voiture (loueur à coté) qui se tanque là parce que voila, il faut rajouter donc les piétons qui traversent au plus pratique, les 2/3/4 roues motorisés qui pour une partie d'entre eux se foutent des règles de circulation, les cyclistes et les derniers arrivés les trottinettes qui roulent absolument partout dans n'importe quel sens, et bien des fois si tu restes poli et courtois et ne force pas un tantinet le passage, tu ne bougeras pas, mais pas du tout, il faudrait que ton ia subodore ce que tous ces "acteurs" imaginent faire dans les secondes qui suivent et calculer au plus juste pour qu'avec la carrosserie de ta voiture tu n'accroches rien et surtout, surtout ne blesse personne, un enfant réagit parfois irrationnellement, ton ia doit en tenir absolument compte, donc 10 ans, bref

   

Comme je l'ai écris dans le commentaire auquel tu as répondu, un mélange VA/VM sur routes me parait peu probable, j'entend par VM des véhicules manuels qui peuvent complexifier exagérément la tâche des VA.

De ce fait, je pense qu'il leur faudra des voies dédiées.

(Concernant les piétons, une machine sera plus efficace qu'un conducteur pour s'arrêter à temps...Quitte à la faire rouler à 30.)

Si on prend en compte le temps d'intégration de la conduite autonome de niveau 4 aux véhicules, et un renouvellement du parc suffisamment conséquent pour basculer vers le tout automatique sur certains axes, effectivement ce sera bien plus tard.

20/30ans à mon avis.

Ce qui me parait évident (Au vue de la technologie actuelle et celle permise dans un futur proche), c'est que la conduite autonome verra le jour dans la quasi totalité des autos avant 2050.

(La fameuse boite noire intégrée à tous les véhicules neufs à partir de janvier 2022 devrait être un premier pas vers l'intégration d'une IA évolutive à bord.)

Je ne fais pas les lois, mais je pense que d'ici 2030, la législation aura évolué pour permettre une utilisation sur autoroutes.

(Le 60km/h maxi de l'ONU me parait absurde, puisque les autoroutes me paraissent les axes les plus sûrs pour ce procédé.)

L'intégration prochainement obligatoire des caméras, et autres appareils pour détecter la somnolence au volant me donne cette impression en tout cas.

(Conducteur surveillé par la fameuse boite noire.)

Par contre vouloir maintenir éveillé un conducteur qui ne fera rien pendant des heures au volant me paraît totalement burlesque...

Déjà qu'en temps normal la réactivité/réflexe est aléatoire suivant le profil du conducteur, mais la...

Sans être le moins du monde concentrer, il ne faut pas s'attendre à une prise de décision rapide en cas de pépin. :blague:

Il faudra la encore faire preuve de bon sens, soit on laisse faire l'IA, soit on garde la main tout en ayant un maximum d'aides à disposition. :bah:

Il va falloir être très clair le jour venu à ce niveau là, afin de faire accepter cette technologie au plus grand nombre.

(Sachant que la génération connectée née après 2000 sera très familiarisé avec ce type de produits.)

Par

En réponse à §Deb384wp

10 ans, c'est exactement ce que j'ai entendu pour l'IA de l'époque il y a ~30 ans.

10 ans, c'est plutôt le temps qu'il aura fallu pour monter puis redescendre sur Terre sur ce sujet une seconde fois.

Regardez la vidéo sur le sujet que j'ai mis plus haut, sinon revoyez vos cours de complexité et de calculabilité, c'était déjà inscrit dedans. En fait peu de professionnels sérieux y auraient misé leurs chemises, c'est un peu comme la Terre plate du 15eme, c'est bon pour le peuple tandis qu'on envoie les vaisseau y faire le tour. Le peuple n'est là que pour payer dans ces histoires.

Cette fois, il est vrai que l'on est monté haut avec "l'IA", très haut puisque certains s'imaginait y coller une "conscience artificielle", comme si la conscience était une fonction mathématique, misère du matérialisme délirant.

   

Je ne vais pas nier que ce qui prendra le plus de temps, ce sont des dernier %, c'est toujours ainsi, les derniers % prennent souvent beaucoup plus de temps que les 80 ou 90 premier %. Mais quand on parle de 10 ou 15 ans, c'est énorme en technologie, surtout avec les puissances de calculs que l'on a aujourd'hui.

Après il faut aussi garder en tête la fin de la vidéo, on parle France, avec des personnes du domaine en France, et ce qui est dit c'est que les US, en terme d'IA, ne considère que la Chine comme "menace", mais ne considère aucunement l'Europe comme menace, donc avoir 3 personnes du domaine qui disent qui disent que c'est compliqué, ça ne veut pas dire qu'outre-atlantique ou en Chine, ça coince aux même endroits. Si je prends une Tesla et son Autopilot, c'est bien plus avancé et "fiable" que ce qui est proposé chez les constructeurs Européens, même si c'est encore très loin d'être parfait. 10ans, c'est énorme car d'ici là, c'est un parc de Tesla exponentiel, qui communique toutes les infos de conduites aux serveurs Tesla, et tout ceci est analysé pour améliorer leur logiciel. Et ces données concerne le monde entier et toutes ses particularité locales.

Est-ce que ce sera là d'ici 10ans ? Je ne vais pas m'avancer là-dessus, mais dans 10ans les progrès auront été stratosphériques. Et il est important de bien retenir ce qui est dit dans ta vidéo, si chez Renault (ou n'importe quel constructeurs historiques), on essaie de dénicher des têtes en data science, IA et tout le toutim, chez Tesla ils ont tout ce qu'il faut, même s'ils ont pas d'ingénieur mécaniques aussi câlé que chez Renault, mais les enjeux d'hier ne sont pas les enjeux de demain.

Par

Excellente nouvelle. Aller encore 10ans et on allège les normes de pollution pour le retour des gros V8.

Par

En réponse à gordini12

Rappelle moi le délai de réaction d'un bateau?

   

Le temps de réaction sera de plus en plus court au fur et à mesure que la technologie progresse.

Par exemple la 5G permet une latence de 2ms...Avant calculs...calculs qui eux mêmes vont être encore démultiplier ×fois...Capteurs toujours plus nombreux, plus perfectionnés tout en étant moins cher. (Plus c'est produit en grande quantité, moins c'est cher.)

A titre personnel, je ne crois en la conduite automatisée que sur des axes dédiées et bardés de capteurs en tout genre afin de répondre a un maximum d'aleas, qu'ils soient climatiques, humains ou animales.

(Sur des petites routes de campagnes, ca me parait compliquées à court/moyen terme: peu d'autos pour communiquer, pas de capteurs sur lesquels s'appuyer...Par conséquent une VA un peu isolée.)

La communication entre VA est à mon sens une donnée essentielle à la mise en œuvre d'un système automatisé.

Un petit article de août 2019 à ce sujet:

"Nous sommes allés chez Daimler à Stuttgart découvrir en avant-première cette voiture qui sera présentée en septembre au Salon de Francfort. Son nom : ESF 2019, pour Experimental Safety Vehicle (véhicule expérimental de sécurité). Son objectif : incarner dès aujourd'hui la voiture de 2024. Esthétiquement, elle repose sur la carrosserie du dernier grand SUV, le GLE en version électrifiée. Tout d'abord, le volant et le pédalier.

S'ils sont encore indispensables pour les manœuvres du conducteur, une fois le mode pilotage automatique enclenché, ils s'enfoncent dans l'habitacle. La planche de bord se retrouve alors totalement libérée. Le conducteur devenu passager gagne en confort et en espace, mais aussi en sécurité : aucun risque de traumatisme au niveau des pieds qui heurteraient le pédalier en cas d'accident et la planche de bord dispose d'un airbag monumental."

https://www.capital.fr/lifestyle/quand-la-voiture-autonome-arrivera-t-elle-sur-nos-routes-1347126

Ils évoquent 2024... (Tous les autres constructeurs automobiles travaillant sur la VA avancent des dates similaires à celle-ci.)

Donc la technologie est bientôt prête.

Le plus long sera de démocratiser, puis de renouveler (Encore une fois) le parc auto afin d'équiper la majorité des autos.

(Donc sur 10/15ans à partir de 2030.)

Par

En réponse à Axel015

J'ai toujours dit que la voiture autonome (pour avoir travailler sur le projet du train autonome à la SNCF, 100 fois moins complexe que la voiture autonome) de niveau 5 s'était pas avant 2100 tellement le chemin est long à parcourir.

Le niveau de difficulté entre une route (nationnal, autoroute) et une métropole avec un traffic dense c'est un rapport de 1 à 1000 en terme de difficulté pour une voiture autonome.

   

en attendant, il y a ceux qui continueront d'y travailler (Chine et USA) et ceux qui auront donc déclaré forfait (Europe).

pas grave, les touristes américains et chinois viendront en Europe pour voir comment c'était avant chez eux.:biggrin:

tout comme on va à Cuba pour voir les vieilles américaines. :biggrin:

Par

En réponse à sillyclimber

Moi je sens la confusion entre 60km/h et 60miles à l'heure...

Mais bon je ne vais pas aller vérifier non plus car en fait je m'en fiche un peu aussi.

Ceci dit maintenant qu'on se fait bien suer à rouler à 80km/h et que bizarrement par je ne sais quel miracle je tente un peu de tenir (bon c'est pour ne pas me faire gronder par ma femme ...), je rêve que la voiture conduise seule.

Et il y a peu je ne l'aurai jamais dit!

   

Ne t'inquiète pas, cette limite des 60 km/h est peut-être simplement un prétexte pour nos gouvernants et nous proposer de baisser à 60 la vitesse max. :bah::biggrin:

Par

En réponse à

Commentaire supprimé.

   

à la campagne?

heu.. tu sais ce que c'est la campagne? :bah:

Par

En réponse à Salva

Le véhicule autonome ça existe déjà ; ça s' appelle le train

   

et si tu remarques bien, chaque train en France est encore piloté par un humain. :bah:

Par

En réponse à §Deb384wp

Oui, l'histoire des robots payés par Tepco est un bon exemple. Ici que des tâches simples, pas d'interactions, pas de circulations, un budget élyséen et plouf, on y arrive pas. C'est le pourquoi des drones, et encore certains tenant quelque heures (et même 30mn vers le coeur, mais oui les radiations c'est sans danger...). De plus, il faut faire remarquer que plus on veux se rapprocher de la complexité d'un humain, plus on lui ressemble, tout au moins d'un point de vue machinerie, elle devient de plus en plus grosse, de plus en plus chère et donc de moins en moins intéressante vis à vis des contraintes humaines. La cybernétique est aussi intéressante, on mine au plus près le comportement humain pour essayer de faire mieux, on y a va à coup de réseaux de neurones et on espère alors que miraculeusement une conscience va y naître. On a quand même l'impression que l'on fait mumuse avec de nouveaux jouets, façon Dr Moreau ou Frankenskein c'est selon mais que finalement on est pas très sérieux.

   

Mais QUI utilise réellement sa conscience ???

Regarde autour de toi !

Tu as sûrement une âme de philosophe, aime refaire le monde, imaginer, rêver, créer...

Mais l'immense majorité de l'humanité ne ressemble pas à cela !

(Ca choque ? Pourtant il suffit d'ouvrir les yeux pour le constater chaque jour qui passe.)

Discute avec la populace et tu constateras qu'elle est passive.

En haut de l'échelle ?

L'élite ?

Ce n'est guère plus reluisant, se demandant que faire pour avoir plus de pouvoir, plus de notoriété, plus de richesse...

Sérieusement, c'est à cela que tiens une conscience !?

Demander à une IA d'être Leonard de Vinci ou Mozart pour lui reconnaître une pseudo conscience que l'immense majorité des êtres humains n'ont que de simples fragments, ca me laisse perplexe.

A quel niveau place tu la conscience ?

Comment la définie tu ?

J'ai souvent aimer refaire le monde (J'aime les discussions métaphysiques, philosophiques, culturels, technologiques, novatrices), je trouve très peu de personne capable de cela.

(J'aime aussi les discussions plus simples, légères, futiles bien sur, ca repose mon cerveau...)

La plupart des gens veulent se distraire passivement.

Regarder un film sans en comprendre le sens, voir un concert pour se defouler ou se laisser bercer, passer un bon moment en famille, entre amis pour passer le temps...En discutant de sujets d'actualités dans le meilleur des cas, de la fille du voisin d'a côté...Voir du chien qu fait ses crottes devant les poubelles de l'ami Bernard. :blague::blague:

C'est ca être conscient ?

L'humain est arrivé à ce stade de connaissances/technologie grâce à un très faible pourcentage de grands hommes qui ont consacré leurs vies à expérimenter/démontrer/rechercher...

Ensuite l'humain à cette fabuleuse capacité de transmettre son savoir, ce qui lui permet (Enfin pour ceux qui le souhaite) d'évoluer.

Si l'humain avait tant de conscience que tu le sous entends, ca faisait longtemps qu'il aurait dépassé le stade de la violence qui le rattache encore aujourd'hui au monde animal. (Et encore, je trouve que ce n'est pas juste envers les animaux, car certains d'entre eux sont plus bienveillant que beaucoup d'êtres humains.)

Il n'y a qu'a voir la dernière actualité en date, un chauffeur de bus a Bayonne qui à été battu à mort par une meute enragée.

On demande aux IA d'être l'égale des plus grands genies/créateurs de l'humanité pour valider une conscience. :blague:

Une IA peut écrire des articles tout à fait compréhensible, mais pas encore un livre (En tout cas, pas un livre capable de gagner un prix littéraire)...

Mais qui peut écrire un livre capable de gagner un prix littéraire ?

La est la question.

Si l'IA doit atteindre ce stade de perfectionnement pour que l'on considère qu'elle à une conscience, ce n'est pas encore d'actualité.

(Mais ca viendra.)

Par

En réponse à mynameisfedo

et si tu remarques bien, chaque train en France est encore piloté par un humain. :bah:

   

L'automatisation des trains se fera, car il n'y a pas de problème d'éthique qui se pose ( à part le remplacement des cheminots par d'autres métiers plus qualifiés autour du train, ce qui n'est pas si mal ).

Pas de problème de sécurité, car il y a beaucoup moins d'événements imprévisibles qui se passent sur les rails que sur la route.

On y gagnera énormément en ponctualité, en sécurité ( bien que les accidents ferroviaires restent rarent).

Par

vivement le jour où on dira :

"avant , tu te rends compte , c était nous qui pilotions la voiture. maintenant il y a plus aucun risque depuis que l homme n est plus derrière le volant..."

Par

En réponse à _

L'automatisation des trains se fera, car il n'y a pas de problème d'éthique qui se pose ( à part le remplacement des cheminots par d'autres métiers plus qualifiés autour du train, ce qui n'est pas si mal ).

Pas de problème de sécurité, car il y a beaucoup moins d'événements imprévisibles qui se passent sur les rails que sur la route.

On y gagnera énormément en ponctualité, en sécurité ( bien que les accidents ferroviaires restent rarent).

   

Ils y travaillent pour le RER, mais ça met du temps, et je suppose que les syndicats CGT et Sud y sont formellement opposés.

en plus, les comptes de la SNCF sont au rouge.:bah:

maintenant, pour en revenir aux voitures, on peut également très bien imaginer des voitures autonomes uniquement sur certains axes faciles: autoroutes et voies multiples de manière générale, voire même jusqu'à 60 si ça les chante: sur le périphérique parisien qu'on va visiblement passer à 50, ça sera parfait, car je doute que beaucoup y trouve du plaisir à y rouler, ne serait-ce par la multitude de radars prêts à flasher. et à 50, ça va assurément flasher.:bah:

Par

En réponse à mekinsy

Pourquoi 2100 ?? :confused:

Tu sous estimes énormément les capacités informatiques actuelles (Et dans un futur proche.),

je t'invite à consulter ceci:

"Un nouveau navire de l’US Navy n’a même plus besoin de marins pour naviguer des milliers de kilomètres sur les océans du globe. Le Large Unmanned Surface Vehicle (LUSV) a réussi son premier voyage de test en ralliant Hawaï depuis la côte des États-Unis, soit plus de 4.000 kilomètres."

https://www.capital.fr/economie-politique/limpressionnant-bateau-de-guerre-autonome-sur-lequel-planche-lus-navy-1347976

Plus que la faisabilité de la voiture autonome, le véritable problème à mon sens, c'est le piratage informatique.

Il faut pour cela un réseau hautement sécurisé. (Le même dont disposes les militaires.)

Ca demanderait probablement un énorme investissement.

Seulement si le système est fiable, il pourrait être rentabilisé à terme.

En tout état de cause, tout n'est qu'affaire de puissances de calculs, multiplication/précision des capteurs embarqués et communications entre les autos autonomes.

A mon avis, il faudra une mise sur le marché de VA en grand nombre, afin de que le système soit efficace. (Un melange voiture autonome/voiture conduite manuellement me parait peu probable.)

Je pense qu'il n'y a aucune raison pour que d'ici 10/20 ans, les voitures autonomes ne puissent émerger sur les axes autoroutiers et villes. (Les plus lancinants et pénibles.)

D'ici 10ans, une auto pourra embarquer la puissance de calcul du plus puissant des supercalculateurs du début des années 2000. (Earth simulator.)

Ca devrait lui permettre d'être "a l'aise" pour scanner l'ensemble de son environnement/paramètres plusieurs milliers de fois par seconde. (Voir de communiquer avec les autres autos.).

Ce qu'un conducteur lambda est incapable de faire. (Sauf pendant un laps de temps défini et assez court.)

Penser une seule seconde que l'homme est supérieur à la machine est une erreur.

L'homme est de plus en plus dépassée dans la plupart des tâches.

(D'ici 2050, aucun job effectué par l'homme ne sera impossible à réaliser par une IA.)

Une hérésie ?

Non, tous les 12ans (En moyenne), on multiplie la puissance de calcul par 1000.

ce qui signifie que dans 25ans, on devrait augmenter la puissance de calcul par 1 million.

(C'est comme ca depuis près de 50ans.)

Tout n'est qu'une question de puissances de calculs, d'algorithmes, de capteurs et de réseaux.

On verra ce qu'il en sera dans une dizaine d'années...Mais si ca ne se fait pas, ce ne sera pas à cause de la technologie.

D'ailleurs ne rêve pas trop, les boîtes noires embarquées dans les autos neuves à partir de janvier 2022, empêcheront définitivement de jouer sur les routes secondaires.

(Il faudra garder de vielles autos pour continuer à s'amuser...De vielles autos qui ne seront autorisées que durant une certaine période...Au hasard jusqu'à 2040.)

   

Calculs, télécom, réseaux : les chinois qui n'ont pas les capacités des ricains sinon le nombre de fantassins disponibles mais ça fait pas lourd au final pour gagner une guerre technologique...

Donc, ils mettent le paquet sur l'ia et sur l'ordinateur quantique pour espérer compenser leurs faiblesses avec comme but de fracassant les systèmes de chiffrement en particulier des télécommunications d'en face.

Ainsi, des bateaux interconnectés se retrouvent coupés des voisins, esseulés et ils sont foutus, et deviennent vulnérables ou ils sont écoutés et ce n'est guère mieux.

Il y a de fortes chances pour qu'ils y arrivent.

Réseaux de neurones : ça fait 80 ans que la théorie existe. Ça a décollé en pratique dans les années 80-90 avec la montée en puissance de calcul et baisse des coûts des machines.

Quant à singer la capacité d'un humain, d'humains, au volant, on peut toujours rigoler avec des délires qui expliquent que la machine fait mieux. Ça fait 10 15 ans que j'entends des geeks qui m'expliquent que c'est le pied, qu'on pourrait même donner la gouvernance de l'état à une IA, pas de corruption etc.

Bref, des cinglés copains des transhumanistes qui ont déjà du mal à vivre avec leurs semblables mais qui rêvent en plus d'y coller des machines.

Donc singer l'homme dans l'évaluation d'une situation complexe dans un environnement mouvant avec des machines dites intelligentes qui doivent communiquer entre elles en temps réel, on n'a pas fini de refaire des parechocs et des tibias...

La 5G là dedans suppose un maillage du territoire au vu des fréquences en jeu et leurs atténuations ET une faible latence donc fibre sinon le contrat faible latence n'est pas tenu.

Plus la mise en place d'antennes complexes puisqu'il est là question de grande efficacité spectrale à coups de beamforming, massive mimo, qui va payer tout cette infrastructure de dingue ?

Si c'est pour coller du capteur partout, même question.

Et où est la durabilité et la tenue du système là-dedans ?

Low tech, oui et on en est déjà loin vu les bousins dans les bagnoles.

High tech partout, c'est délirant... C'est ce que propose Rifkin par exemple...

Bref, en économie et ressources contraintes, ce genre d'initiatives est un gag qui vaut bien les avions renifleurs en leur temps. Sans compter que si c'est comme les réseaux actuels, ce n'est pas sans pannes, bugs, et sans oublier les tocards qui s'amusent à couper les fibres ou foutre le feu dans les installations et autres hackers qui auront là un terrain de jeu immense.

Déjà que même sans ça, selon un ex militaire enseignant dans une école consacrée à la sécurité informatique, il suffirait de pas une dizaine de gens motivés et bien renseignés pour bien amocher le réseau électrique en France... on en rajoute une couche avec des gizmo informatiques mal ficelés et qui coûtent un bras !

Arrêtons le délire, on n'est pas dans les jeux vidéos, mais dans la vraie vie...

Par

En réponse à Lycanthr0pe

Calculs, télécom, réseaux : les chinois qui n'ont pas les capacités des ricains sinon le nombre de fantassins disponibles mais ça fait pas lourd au final pour gagner une guerre technologique...

Donc, ils mettent le paquet sur l'ia et sur l'ordinateur quantique pour espérer compenser leurs faiblesses avec comme but de fracassant les systèmes de chiffrement en particulier des télécommunications d'en face.

Ainsi, des bateaux interconnectés se retrouvent coupés des voisins, esseulés et ils sont foutus, et deviennent vulnérables ou ils sont écoutés et ce n'est guère mieux.

Il y a de fortes chances pour qu'ils y arrivent.

Réseaux de neurones : ça fait 80 ans que la théorie existe. Ça a décollé en pratique dans les années 80-90 avec la montée en puissance de calcul et baisse des coûts des machines.

Quant à singer la capacité d'un humain, d'humains, au volant, on peut toujours rigoler avec des délires qui expliquent que la machine fait mieux. Ça fait 10 15 ans que j'entends des geeks qui m'expliquent que c'est le pied, qu'on pourrait même donner la gouvernance de l'état à une IA, pas de corruption etc.

Bref, des cinglés copains des transhumanistes qui ont déjà du mal à vivre avec leurs semblables mais qui rêvent en plus d'y coller des machines.

Donc singer l'homme dans l'évaluation d'une situation complexe dans un environnement mouvant avec des machines dites intelligentes qui doivent communiquer entre elles en temps réel, on n'a pas fini de refaire des parechocs et des tibias...

La 5G là dedans suppose un maillage du territoire au vu des fréquences en jeu et leurs atténuations ET une faible latence donc fibre sinon le contrat faible latence n'est pas tenu.

Plus la mise en place d'antennes complexes puisqu'il est là question de grande efficacité spectrale à coups de beamforming, massive mimo, qui va payer tout cette infrastructure de dingue ?

Si c'est pour coller du capteur partout, même question.

Et où est la durabilité et la tenue du système là-dedans ?

Low tech, oui et on en est déjà loin vu les bousins dans les bagnoles.

High tech partout, c'est délirant... C'est ce que propose Rifkin par exemple...

Bref, en économie et ressources contraintes, ce genre d'initiatives est un gag qui vaut bien les avions renifleurs en leur temps. Sans compter que si c'est comme les réseaux actuels, ce n'est pas sans pannes, bugs, et sans oublier les tocards qui s'amusent à couper les fibres ou foutre le feu dans les installations et autres hackers qui auront là un terrain de jeu immense.

Déjà que même sans ça, selon un ex militaire enseignant dans une école consacrée à la sécurité informatique, il suffirait de pas une dizaine de gens motivés et bien renseignés pour bien amocher le réseau électrique en France... on en rajoute une couche avec des gizmo informatiques mal ficelés et qui coûtent un bras !

Arrêtons le délire, on n'est pas dans les jeux vidéos, mais dans la vraie vie...

   

On n'est pas dans un jeu vidéo en effet, je t'invite à consulter cet article:

https://www.actuia.com/contribution/laurent-cervoni/le-ai-index-report-2019-est-disponible/

Tu constateras que l'intelligence artificielle se développe réellement depuis seulement une dizaine d'années...

Donc lorsque tu évoques les années 80-90, voir remonte 80ans en arrière, tu te trouves en dehors du contexte que nous connaissons ces dernières années.

L'IA à décollé...Surtout depuis l'apparition du deep learning en 2012.:coucou:

Les progrès en très peu de temps ont été notables et comme le montre les graphiques, particulièrement rapides.

C'est la réalité.

Elle te déplait ?

J'en suis navré. :cry:

Tu réprouve l'utilisation du mot INTELLIGENCE pour désigner une machine.

Tu n'as pas tords, comme expliqué dans la vidéo en lien ci dessous, la notion l'intelligence n'a jamais été scientifiquement étudiée.

https://www.futura-sciences.com/tech/videos/definir-pertinence-intelligence-artificielle-6644/

On ne sait pas réellement définir ce qu'est l'intelligence.

Bien sur on utilise des tests de QI, mais on utilise également des tests de QE dont la pertinence est supérieur aux tests de QI.

Quel est l'intérêt du QE ?

Est ce de l'intelligence ou juste les traits d'une personnalité ?

Je me souviens d'une anecdote de Thomas Pesquet...Dont le QI élevé n'est pas à démontré au vue de la sélection très ardus à laquelle il à du se soumettre afin de devenir spationaute;

Lors de cette anecdote, il racontait avoir observé que les autres membres de la mission avait chacun un aliment de prédilection...:miam:

De sa propre initiative, il s'est abstenu de consommer les aliments "convoités"...

Son geste à été apprécié et finalement suivie par les autres membres d'équipage...

Ce qui à permis de tisser des affinités plus rapidemment.

Une manière de faire d'apparence extrêmement basique mais pourtant d'une grande intelligence au vue du contexte de proximité. :bah:

D'ailleurs dans un contexte "fictif", tout le monde sait que R2D2 est plus intelligent que C3PO...

Pourtant personne ne comprend ce que raconte R2D2 (En dehors des héros de StarWars), alors qu'on comprend parfaitement C3PO.

Je ne sais pas ou ces recherches vont nous amener, mais ce que je sais, c'est que ca avance...Et vite.

En espérant que les gardes fou soient respectés, comme ceux très récemment actés par le Pentagone:

Le Département américain de la Défense (DoD) vient de publier cinq principes éthiques que l’armée américaine s’engage à observer dans l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA). 

la « responsabilité », engageant surtout celle du personnel du DoD dont les membres doivent s’efforcer d’exercer des niveaux appropriés de jugement dans le déploiement et l’utilisation de l’IA ;

l’équitabilité » en minimisant les éventuels biais involontaires dans l’usage des technologies d’IA, de manière à réduire les risques de discrimination qui pourraient en découler ;

la « traçabilité » à travers une compréhension adéquate de la technologie, des processus et des méthodes opérationnelles relatifs à l’IA, ce qui implique de la transparence, de la vérifiabilité des sources de données, des démarches de conception et de la documentation ;

la « fiabilité » dans le sens d’une utilisation explicite et précise, de sûreté et d’assurance, de sécurité et d’efficacité des outils d’IA déployés, notamment via des tests à réaliser sur ceux-ci tout au long de leur cycle de vie ;

la « gouvernabilité », en s’efforçant de maîtriser les outils d’IA et leurs utilisations pour éviter les conséquences imprévues et en s’assurant de la capacité des utilisateurs à désactiver les systèmes correspondant à un comportement imprévu.

https://intelligence-artificielle.developpez.com/actu/295370/Le-Pentagone-annonce-l-adoption-de-cinq-principes-visant-a-garantir-l-utilisation-ethique-et-responsable-de-l-IA-par-les-Etats-Unis-dans-le-domaine-militaire/

Voila le monde dans lequel nous vivons actuellement.

Par

En réponse à mekinsy

On n'est pas dans un jeu vidéo en effet, je t'invite à consulter cet article:

https://www.actuia.com/contribution/laurent-cervoni/le-ai-index-report-2019-est-disponible/

Tu constateras que l'intelligence artificielle se développe réellement depuis seulement une dizaine d'années...

Donc lorsque tu évoques les années 80-90, voir remonte 80ans en arrière, tu te trouves en dehors du contexte que nous connaissons ces dernières années.

L'IA à décollé...Surtout depuis l'apparition du deep learning en 2012.:coucou:

Les progrès en très peu de temps ont été notables et comme le montre les graphiques, particulièrement rapides.

C'est la réalité.

Elle te déplait ?

J'en suis navré. :cry:

Tu réprouve l'utilisation du mot INTELLIGENCE pour désigner une machine.

Tu n'as pas tords, comme expliqué dans la vidéo en lien ci dessous, la notion l'intelligence n'a jamais été scientifiquement étudiée.

https://www.futura-sciences.com/tech/videos/definir-pertinence-intelligence-artificielle-6644/

On ne sait pas réellement définir ce qu'est l'intelligence.

Bien sur on utilise des tests de QI, mais on utilise également des tests de QE dont la pertinence est supérieur aux tests de QI.

Quel est l'intérêt du QE ?

Est ce de l'intelligence ou juste les traits d'une personnalité ?

Je me souviens d'une anecdote de Thomas Pesquet...Dont le QI élevé n'est pas à démontré au vue de la sélection très ardus à laquelle il à du se soumettre afin de devenir spationaute;

Lors de cette anecdote, il racontait avoir observé que les autres membres de la mission avait chacun un aliment de prédilection...:miam:

De sa propre initiative, il s'est abstenu de consommer les aliments "convoités"...

Son geste à été apprécié et finalement suivie par les autres membres d'équipage...

Ce qui à permis de tisser des affinités plus rapidemment.

Une manière de faire d'apparence extrêmement basique mais pourtant d'une grande intelligence au vue du contexte de proximité. :bah:

D'ailleurs dans un contexte "fictif", tout le monde sait que R2D2 est plus intelligent que C3PO...

Pourtant personne ne comprend ce que raconte R2D2 (En dehors des héros de StarWars), alors qu'on comprend parfaitement C3PO.

Je ne sais pas ou ces recherches vont nous amener, mais ce que je sais, c'est que ca avance...Et vite.

En espérant que les gardes fou soient respectés, comme ceux très récemment actés par le Pentagone:

Le Département américain de la Défense (DoD) vient de publier cinq principes éthiques que l’armée américaine s’engage à observer dans l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA). 

la « responsabilité », engageant surtout celle du personnel du DoD dont les membres doivent s’efforcer d’exercer des niveaux appropriés de jugement dans le déploiement et l’utilisation de l’IA ;

l’équitabilité » en minimisant les éventuels biais involontaires dans l’usage des technologies d’IA, de manière à réduire les risques de discrimination qui pourraient en découler ;

la « traçabilité » à travers une compréhension adéquate de la technologie, des processus et des méthodes opérationnelles relatifs à l’IA, ce qui implique de la transparence, de la vérifiabilité des sources de données, des démarches de conception et de la documentation ;

la « fiabilité » dans le sens d’une utilisation explicite et précise, de sûreté et d’assurance, de sécurité et d’efficacité des outils d’IA déployés, notamment via des tests à réaliser sur ceux-ci tout au long de leur cycle de vie ;

la « gouvernabilité », en s’efforçant de maîtriser les outils d’IA et leurs utilisations pour éviter les conséquences imprévues et en s’assurant de la capacité des utilisateurs à désactiver les systèmes correspondant à un comportement imprévu.

https://intelligence-artificielle.developpez.com/actu/295370/Le-Pentagone-annonce-l-adoption-de-cinq-principes-visant-a-garantir-l-utilisation-ethique-et-responsable-de-l-IA-par-les-Etats-Unis-dans-le-domaine-militaire/

Voila le monde dans lequel nous vivons actuellement.

   

J'étais dans les 85-90 en cours avec des thésards en IA.

Je n'ai donc pas attendu la tarte à la crème que c'est devenu pour savoir comment ça marche.

Deep learning (et big data) sont des trucs qui existent de vieille date informatique mais qui ont été repeints au goût du jour.

Pire, t'as même le marketing qui s'en est emparé pour en coller partout, parce que si tu veux, aujourd'hui, du financement, il faut "IA" et "big data" mais surtout IA dans le Powerpoint pour se vendre, même si le gars qui le présente n'y comprend rien, qu'on se demande ce que le produit en question peut embarquer d'intelligence même artificielle, et que dans l'assistance, s'il y a IA on sait que c'est certainement porteur pour y coller ses sous...

Éthique et armée américaine, quand le DoD comme le DoJ sont à la botte du politique et de l'économique, ce qui nous a coûté Alstom, tu gobes ça ?

Monde, réalité, etc.

Par

En réponse à Lycanthr0pe

J'étais dans les 85-90 en cours avec des thésards en IA.

Je n'ai donc pas attendu la tarte à la crème que c'est devenu pour savoir comment ça marche.

Deep learning (et big data) sont des trucs qui existent de vieille date informatique mais qui ont été repeints au goût du jour.

Pire, t'as même le marketing qui s'en est emparé pour en coller partout, parce que si tu veux, aujourd'hui, du financement, il faut "IA" et "big data" mais surtout IA dans le Powerpoint pour se vendre, même si le gars qui le présente n'y comprend rien, qu'on se demande ce que le produit en question peut embarquer d'intelligence même artificielle, et que dans l'assistance, s'il y a IA on sait que c'est certainement porteur pour y coller ses sous...

Éthique et armée américaine, quand le DoD comme le DoJ sont à la botte du politique et de l'économique, ce qui nous a coûté Alstom, tu gobes ça ?

Monde, réalité, etc.

   

La question n'est pas de croire ou pas à l'arrivée de l'IA, mais de se préparer à sa venue.

Si le Pentagone espère instaurer une "éthique" à ce sujet, c'est qu'ils sont prêts.

(Eux comme la Chine, voir l'Europe ou la Russie...)

Ce que je constate à travers ce "protocole", est une crainte de l'escalade en IA devenant incontrôlable.

Un exemple ?

Les américains ont remplacé des avions de surveillance par des drones autonomes afin de surveiller d'immenses territoires ennemis.

Un drone autonome est 6 fois plus rapide à scanner une superficie qu'un avion de surveillance embarquant 7 membres d'équipage.

Jusque la, ca ne pose pas de problème particuliers...

Sauf que ce type de drones est depuis quelques années armés et peut tirer, donc tuer.

La raison ?

Lorsque le drone détecte une menace, le temps de remonter l'information et de prendre une décision est trop long.

Donc des drones autonomes armés et prêt à tirer sont utilisés si besoin par l'armée américaine.

On n'est peut être pas dans un jeu vidéo...Mais cela s'y approche fortement.

Concernant l'apprentissage profond, cela n'existait tout simplement pas avant 2012.

Il s'agit d'une méthode consistant à laisser la machine apprendre toute seule...De ses erreurs...Et de s'améliorer ensuite.

Grâce à la puissance de calculs toujours plus importante...

La machine peut augmenter considérablement sa capacité d'apprentissage.

Avant 2012, les chercheurs souhaitaient calquer/imiter des êtres vivants.

(Je m'intéresse à la robotique depuis 1989...Mes parents m'avaient offert un livre à ce sujet: "Le temps des robots"...Un déclencheur.)

Le deep learning à été une révolution dans le domaine de l'IA, puisqu'il permet à la machine de développer toute seule ses capacitées.

Cet article ci dessous donne un aperçu des capacités du deep learning:

"Google a mis au point des réseaux neuronaux qui arrivent à générer eux-mêmes des nouveaux moyens de crypter les messages qu'ils s'envoient. Comme des intelligences artificielles, ces réseaux, ont la capacité d'évoluer.

Voilà qui ne devrait pas rassurer Stephen Hakwing, qui a déjà expliqué plusieurs fois craindre le danger représenté par les intelligences artificielles. Martin Abadi et David Andersen, deux chercheurs de Google Brain, ont mené une étude sur des réseaux neuronaux, ces algorithmes au fonctionnement inspiré des réseaux neuronaux biologiques et utilisés pour créer des intelligences artificielles.  

De manière autonome, ces réseaux neuronaux ont développé un moyen de créer leur propre système d'encryptage, rendant leurs messages incompréhensibles par un tiers. 

Bob et Alice ont exclu Eve.

Ces trois réseaux étaient appelés Bob, Eve et Alice. Alice devait envoyer un message secret, codé, à destination de Bob. Ce dernier devait arriver à le déchiffrer et Eve tentait d'intercepter et comprendre les messages. Au début de l'expérience, Eve arrivait à déchiffrer 8 des 16 bits que comportait le message envoyé par Alice. Bob n'arrivait pas à faire beaucoup mieux.  

Bob et Alice ont alors fait preuve de capacité d'adaptation, une caractéristique de l'intelligence artificielle. Alice a développé son propre système d'encryptage, que Bob a été en mesure de déchiffrer. Au bout de 15 000 essais, il "lisait" l'ensemble des 16 bits que du message, alors qu'Eve n'en comprenait toujours qu'un sur deux. 

Après 15 000 essais, Bob a déchiffré tous les bits qui composent le message.

Bob et Alice ont "échappé" au contrôle des chercheurs

Sans qu'ils n'aient été programmés pour cela, Bob et Alice ont donc évolué, et ont "échappé" au contrôle des chercheurs. Car comme l'explique le magazine scientifique britannique New Scientist, ces derniers ne sont d'ailleurs pas arrivés à déchiffrer la clé utilisée par ces réseaux pour coder leurs messages. Un exploit d'autant plus impressionnant car les réseaux neuronaux n'ont pas été conçus pour être particulièrement performants en matière de déchiffrage."

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/des-intelligences-artificielles-ont-cree-un-langage-pour-communiquer-entre-elles_1848380.html

Depuis 2012, l'IA est devenue réellement une nouvelle entité dans le règne animal dont nous faisons partie.

Elle n'en est qu'a ses débuts (Donc sort tout juste de l'oeuf) et pourtant elle évolue de manière exponentielle.

Les exemples de ses performances se multiplient ses derniers temps. (Comme par exemple diagnostiquer avec une grande exactitude un cancer...)

Par

En réponse à Lycanthr0pe

J'étais dans les 85-90 en cours avec des thésards en IA.

Je n'ai donc pas attendu la tarte à la crème que c'est devenu pour savoir comment ça marche.

Deep learning (et big data) sont des trucs qui existent de vieille date informatique mais qui ont été repeints au goût du jour.

Pire, t'as même le marketing qui s'en est emparé pour en coller partout, parce que si tu veux, aujourd'hui, du financement, il faut "IA" et "big data" mais surtout IA dans le Powerpoint pour se vendre, même si le gars qui le présente n'y comprend rien, qu'on se demande ce que le produit en question peut embarquer d'intelligence même artificielle, et que dans l'assistance, s'il y a IA on sait que c'est certainement porteur pour y coller ses sous...

Éthique et armée américaine, quand le DoD comme le DoJ sont à la botte du politique et de l'économique, ce qui nous a coûté Alstom, tu gobes ça ?

Monde, réalité, etc.

   

La question n'est pas de croire ou pas à l'arrivée de l'IA, mais d'accepter sa présence dans notre environnement.

Si le Pentagone espère instaurer une "éthique" à ce sujet, c'est qu'ils l'utilisent déjà.

(Eux comme la Chine, voir l'Europe ou la Russie à moindre niveau...)

Ce que je constate à travers ce "protocole", c'est une peur que l'IA (Ou une IA) devienne incontrôlable.

Un exemple ?

Les américains ont remplacé des avions de surveillance par des drones autonomes afin de surveiller d'immenses territoires ennemis.

Un drone autonome est 6 fois plus rapide à scanner une superficie donnée, qu'un avion de surveillance embarquant 7 membres d'équipage.

Jusque la, ca ne pose pas de problème particuliers...

Sauf que ce type de drones est depuis quelques années armés et peut tirer, donc tuer.

La raison ?:beuh:

Lorsque le drone détecte une menace, le temps de remonter l'information et de prendre une décision est trop long.

L'ennemi n'est plus "neutralisable". :blague:

Donc des drones autonomes armés et prêt à tirer sont utilisés si besoin par l'armée américaine.

On n'est peut être pas dans un jeu vidéo...Mais cela s'y approche fortement.

Concernant l'apprentissage profond (Deep learning), cela n'existait tout simplement pas avant 2012.

Il s'agit d'une méthode consistant à laisser la machine apprendre toute seule...De ses erreurs...Et de s'améliorer ensuite.

Grâce à la puissance de calculs toujours plus importante...:miam:

La machine peut augmenter considérablement sa capacité d'apprentissage en un temps de plus en plus court au fur et mesure que la puissance augmente.:tourne:

Avant 2012, les chercheurs souhaitaient calquer/imiter des êtres vivants. (Machine learning)

Le deep learning à été une révolution dans le domaine de l'IA, puisqu'il permet à la machine de développer toute seule ses capacitées neuronales.

Cet article ci dessous donne un aperçu des capacités du deep learning:

"Google a mis au point des réseaux neuronaux qui arrivent à générer eux-mêmes des nouveaux moyens de crypter les messages qu'ils s'envoient. Comme des intelligences artificielles, ces réseaux, ont la capacité d'évoluer.

Voilà qui ne devrait pas rassurer Stephen Hakwing, qui a déjà expliqué plusieurs fois craindre le danger représenté par les intelligences artificielles. Martin Abadi et David Andersen, deux chercheurs de Google Brain, ont mené une étude sur des réseaux neuronaux, ces algorithmes au fonctionnement inspiré des réseaux neuronaux biologiques et utilisés pour créer des intelligences artificielles.  

De manière autonome, ces réseaux neuronaux ont développé un moyen de créer leur propre système d'encryptage, rendant leurs messages incompréhensibles par un tiers. 

Bob et Alice ont exclu Eve.

Ces trois réseaux étaient appelés Bob, Eve et Alice. Alice devait envoyer un message secret, codé, à destination de Bob. Ce dernier devait arriver à le déchiffrer et Eve tentait d'intercepter et comprendre les messages. Au début de l'expérience, Eve arrivait à déchiffrer 8 des 16 bits que comportait le message envoyé par Alice. Bob n'arrivait pas à faire beaucoup mieux.  

Bob et Alice ont alors fait preuve de capacité d'adaptation, une caractéristique de l'intelligence artificielle. Alice a développé son propre système d'encryptage, que Bob a été en mesure de déchiffrer. Au bout de 15 000 essais, il "lisait" l'ensemble des 16 bits que du message, alors qu'Eve n'en comprenait toujours qu'un sur deux. 

Après 15 000 essais, Bob a déchiffré tous les bits qui composent le message.

Sans qu'ils n'aient été programmés pour cela, Bob et Alice ont donc évolué, et ont "échappé" au contrôle des chercheurs. Car comme l'explique le magazine scientifique britannique New Scientist, ces derniers ne sont d'ailleurs pas arrivés à déchiffrer la clé utilisée par ces réseaux pour coder leurs messages. Un exploit d'autant plus impressionnant car les réseaux neuronaux n'ont pas été conçus pour être particulièrement performants en matière de déchiffrage."

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/des-intelligences-artificielles-ont-cree-un-langage-pour-communiquer-entre-elles_1848380.html

Depuis 2012 et l'arrivée du deep learning, l'IA est devenue réellement une nouvelle entité dans le règne animal dont nous faisons partie.

Elle n'en est qu'a ses débuts (Donc sort tout juste de l'oeuf) et pourtant elle évolue de manière exponentielle.

Les exemples de ses performances se multiplient ses derniers temps. (Comme par exemple diagnostiquer avec une grande exactitude un cancer...)

En fait, comme très bien détaillé dans l'article que j'ai mis en lien ci dessous,

l'IA s'est développée sur 3 phases:

Années 1950-85 = IA

Années 1985-12 = machine learning. (Ce dont tu causes.)

Années 2012- ? = Deep learning.

"C’est ainsi que Andrew Ng crée une architecture avec bien plus de couches et de neurones qu’auparavant. Il l’entraîne ensuite avec des contenus provenant de 10 millions de vidéos YouTube afin que son programme puisse identifier et extraire les images avec des chats. Nous sommes en 2012.

C’est à cette date que l’IA explose véritablement. La vaste disponibilité des GPU permet de créer des traitements parallèles pour les programmes et ainsi les rendre plus rapides, moins chers, et même plus puissants. Ajoutons à cela, depuis 2015, la quantité astronomique de données que l’on peut utiliser et stocker, et les intelligences artificielles ont tout pour s’épanouir"

https://siecledigital.fr/2019/01/30/differences-intelligence-artificielle-machine-learning-deep-learning/

Le deep learning permet de réaliser actuellement de véritables prouesses technologiques impensables il y a encore 15/20ans.:bah:

Par

Le plus dingue c'est qu'on aura été prévenu de toutes sortes de manière, depuis la spiritualité la plus ancienne qui mets en garde contre la matière déchaînée, les lois d'Asimov, le testament de Unabomber... rien n'y fait. Si il est possible de faire une connerie, alors l'humanité ne semble pas en mesure de l eviter. Et le croisement des sciences cognitives dopées aux puissances de calcul démultipliées ( ce que d'aucuns appellent IA, comme si c'était une autre sorte, alors que ce n'est que la manière humaine d appréhender le monde, mais façon godzilla), des biotechnologies et des nanotech, ça sent la conflagration puissance mille.

Les aimables conflits qui ont accompagné les avancées technologiques précédentes vont sembler bien chevaleresques en comparaison du déchaînement prévisible, prévu et malheureusement inéluctable.

L'industrie automobile roule pour cet accomplissement.

Tous les acteurs ont senti l'urgence de se transformer en vitesse pour intégrer le plus de tech dans tous les étages.

D'ailleurs comme il n'est pas possible de stopper cette évolution, la décision dont parle cette article, qui a sûrement été concertée, doit plutôt être vue comme une consolidation.

Si on en est à normer, à définir légalement et internationalement, c'est que le temps du défrichage est révolu. On pose le premier jalon officiel, ça n'a rien à voir avec une volonté de geler ou de revenir en arrière

Par

En réponse à Asturien

Le plus dingue c'est qu'on aura été prévenu de toutes sortes de manière, depuis la spiritualité la plus ancienne qui mets en garde contre la matière déchaînée, les lois d'Asimov, le testament de Unabomber... rien n'y fait. Si il est possible de faire une connerie, alors l'humanité ne semble pas en mesure de l eviter. Et le croisement des sciences cognitives dopées aux puissances de calcul démultipliées ( ce que d'aucuns appellent IA, comme si c'était une autre sorte, alors que ce n'est que la manière humaine d appréhender le monde, mais façon godzilla), des biotechnologies et des nanotech, ça sent la conflagration puissance mille.

Les aimables conflits qui ont accompagné les avancées technologiques précédentes vont sembler bien chevaleresques en comparaison du déchaînement prévisible, prévu et malheureusement inéluctable.

L'industrie automobile roule pour cet accomplissement.

Tous les acteurs ont senti l'urgence de se transformer en vitesse pour intégrer le plus de tech dans tous les étages.

D'ailleurs comme il n'est pas possible de stopper cette évolution, la décision dont parle cette article, qui a sûrement été concertée, doit plutôt être vue comme une consolidation.

Si on en est à normer, à définir légalement et internationalement, c'est que le temps du défrichage est révolu. On pose le premier jalon officiel, ça n'a rien à voir avec une volonté de geler ou de revenir en arrière

   

Je me rappelle la réponse d'un haut gradé de l'armée américaine interrogé au sujet de l'utilisation de l'IA, dans une excellente thématique en 3 documentaires sur l'IA diffusée sur ARTE, il y a quelques mois.

(Des docs réalisés avant le fameux protocole mis en place par le Pentagone que j'ai cité plus haut.)

Sa réponse faisait froid dans le dos:

"Bien sur que nous avons une certaine appréhension de confier une partie de nos capacités militaires à des IA, mais si nous ne le faisons pas, ce seront les autres qui le feront."

(Dans sa réponse, il "rassure" en exprimant également que l'armée américaine veillera à ne pas franchir la ligne rouge afin de ne pas vivre un scénario à la Terminator...D'ou est sortie le fameux protocole.)

Jusqu'à quand ? :voyons:

Et sauront ils définir ce qu'est la "ligne rouge" à ne pas franchir ? :hum:

Vue qu'une machine dopé à l'IA est de toute évidence devenue plus efficace qu'un humain lorsqu'il s'agit de "chasser", comme le drone autonome armée le démontre... (Les capteurs jours/nuits étants eux aussi évolutifs.)

Même si ils tentent d'encadrer le processus d'intégration de l'IA dans l'armement...Cela suffira t'il à éviter tout risque de dérapage ?

Car oui, nous sommes arrivée à un stade ou nous apprenons aux machines à "chasser" l'humain, et ces machines vont améliorer leurs techniques de chasse, au fur et à mesures de l'augmentation de leurs puissances/données et de la précision/multiplication de leurs capteurs embarqués.

Un scénario apocalyptique...:peur:

Pourtant en 2020, ce scénario n'est plus du tout du domaine de la science-fiction.

Ce que l'on constate dans le domaine du grand public (Intégration de l'IA dans les automobiles.) est bien évidemment nettement plus poussée dans le domaine militaire...(Les budgets et surtout l'efficacité étant forcément supérieur.)

De plus on peut légitimement se poser des questions sur les capacités de l'être humain à instaurer la paix dans le monde, au vue de ce qu'il se passe actuellement dans la plupart des pays...:blague:

Par

En réponse à antibagnoles

Je cite: "On n’est donc pas face à une communauté de cultivateurs néoruraux à dreadlocks en pleine permaculture".

Ah la caricature...comme si tous les fans de voitures étaient des kékés qui passent leur temps sur ce forum. C'est le cas? Ah oui, ben autant pour moi alors.

   

Ouzis... On dirait vraiment que ce journaliste aime pimenter de poncifs imbéciles son article...

Par

En réponse à mynameisfedo

en attendant, il y a ceux qui continueront d'y travailler (Chine et USA) et ceux qui auront donc déclaré forfait (Europe).

pas grave, les touristes américains et chinois viendront en Europe pour voir comment c'était avant chez eux.:biggrin:

tout comme on va à Cuba pour voir les vieilles américaines. :biggrin:

   

N'importe quoi... Là aussi, il est bon de tirer à vue sur l'Europe, c'est tellement jouissif ? Hein ? C'est si pauvre comme raisonnement. Qui a inventé le cinéma ? Qui a inventé l'aviation ? Qui a inventé le réacteur (non, pas les allemands...), qui a inventé l'aile delta ? Qui a inventé l'internet moderne ? Qui a construit le module spatial Orion (non, pas les américains), qui a inventé les premières fusées (non, pas les amères loques...), qui a inventé le courant alternatif ? Quelle est la première nationalité d'Elon Musk (non, pas etasunien...). Qui a inventé la bombe atomique, ou, si l'on veut, a découvert les mécanismes de la fission nucléaire ? Qui a construit le plus grand accelerateur de particules au monde ? Qui va en construire un plus grand encore de 100km de diamètre pour 25 mds d'euros ? Qui construit le plus grand télescope de tous les temps (39 mètres de diamètre...)? Qui va construire une base lunaire 100% européenne ? Qui construit le prototype du réacteur à fusion dans le sud de la France ?????

C'est tes bon dieux de ricains nationalistes ? Alors

réponds d'abord aux questions posées là, et tu sauras qui est en avance, ok ? Même la navette russe Bourane était plys en avance technologiquement que la navette américaine... Les astronautes américains l'ont même reconnu....

Alors quand on ne sait pas, on se renseigne avant de poster....

Par

En réponse à mekinsy

Je me rappelle la réponse d'un haut gradé de l'armée américaine interrogé au sujet de l'utilisation de l'IA, dans une excellente thématique en 3 documentaires sur l'IA diffusée sur ARTE, il y a quelques mois.

(Des docs réalisés avant le fameux protocole mis en place par le Pentagone que j'ai cité plus haut.)

Sa réponse faisait froid dans le dos:

"Bien sur que nous avons une certaine appréhension de confier une partie de nos capacités militaires à des IA, mais si nous ne le faisons pas, ce seront les autres qui le feront."

(Dans sa réponse, il "rassure" en exprimant également que l'armée américaine veillera à ne pas franchir la ligne rouge afin de ne pas vivre un scénario à la Terminator...D'ou est sortie le fameux protocole.)

Jusqu'à quand ? :voyons:

Et sauront ils définir ce qu'est la "ligne rouge" à ne pas franchir ? :hum:

Vue qu'une machine dopé à l'IA est de toute évidence devenue plus efficace qu'un humain lorsqu'il s'agit de "chasser", comme le drone autonome armée le démontre... (Les capteurs jours/nuits étants eux aussi évolutifs.)

Même si ils tentent d'encadrer le processus d'intégration de l'IA dans l'armement...Cela suffira t'il à éviter tout risque de dérapage ?

Car oui, nous sommes arrivée à un stade ou nous apprenons aux machines à "chasser" l'humain, et ces machines vont améliorer leurs techniques de chasse, au fur et à mesures de l'augmentation de leurs puissances/données et de la précision/multiplication de leurs capteurs embarqués.

Un scénario apocalyptique...:peur:

Pourtant en 2020, ce scénario n'est plus du tout du domaine de la science-fiction.

Ce que l'on constate dans le domaine du grand public (Intégration de l'IA dans les automobiles.) est bien évidemment nettement plus poussée dans le domaine militaire...(Les budgets et surtout l'efficacité étant forcément supérieur.)

De plus on peut légitimement se poser des questions sur les capacités de l'être humain à instaurer la paix dans le monde, au vue de ce qu'il se passe actuellement dans la plupart des pays...:blague:

   

Ah oui... La paix dans le monde : une vaste blague pour ceux qui veulent y croire... Ça se resserre autour de l'Europe : Ukraine, Crimée, le moyen-Orient toujours au bord d'une explosion non contrôlée, les turcs qui s'amusent a "flasher" nos navires militaires, les égyptiens qui... Etc, etc... S'il n'y avait pas d'europe, n'en plaise à certains, on aurait des conflits encore plus proches.

Par

Je comprends cette décision dans la mesure où pour un choc au-delà de 60 km/h c'est la mort assurée des occupants du véhicule par "décrochage" des organes internes notamment le coeur et le cerveau. Alors plutôt que de "perdre la tête" autant perdre un peu de temps. Pourtant je suis un fervent anti 80km/h sur les routes et du 110km/h sur les autoroutes. Et NON il n'y a pas que des beaufs et des décérébrés qui s'intéressent aux technologies qui peuvent aider les conducteurs et sécuriser les routes. Les inconditionnels de la maîtrise totale de leur véhicule devraient commencer par supprimer l'abs, l'assistance au freinage et autres aides à la conduite (inutile de me crier dessus....je suis sourd)

Par

En réponse à mekinsy

La question n'est pas de croire ou pas à l'arrivée de l'IA, mais d'accepter sa présence dans notre environnement.

Si le Pentagone espère instaurer une "éthique" à ce sujet, c'est qu'ils l'utilisent déjà.

(Eux comme la Chine, voir l'Europe ou la Russie à moindre niveau...)

Ce que je constate à travers ce "protocole", c'est une peur que l'IA (Ou une IA) devienne incontrôlable.

Un exemple ?

Les américains ont remplacé des avions de surveillance par des drones autonomes afin de surveiller d'immenses territoires ennemis.

Un drone autonome est 6 fois plus rapide à scanner une superficie donnée, qu'un avion de surveillance embarquant 7 membres d'équipage.

Jusque la, ca ne pose pas de problème particuliers...

Sauf que ce type de drones est depuis quelques années armés et peut tirer, donc tuer.

La raison ?:beuh:

Lorsque le drone détecte une menace, le temps de remonter l'information et de prendre une décision est trop long.

L'ennemi n'est plus "neutralisable". :blague:

Donc des drones autonomes armés et prêt à tirer sont utilisés si besoin par l'armée américaine.

On n'est peut être pas dans un jeu vidéo...Mais cela s'y approche fortement.

Concernant l'apprentissage profond (Deep learning), cela n'existait tout simplement pas avant 2012.

Il s'agit d'une méthode consistant à laisser la machine apprendre toute seule...De ses erreurs...Et de s'améliorer ensuite.

Grâce à la puissance de calculs toujours plus importante...:miam:

La machine peut augmenter considérablement sa capacité d'apprentissage en un temps de plus en plus court au fur et mesure que la puissance augmente.:tourne:

Avant 2012, les chercheurs souhaitaient calquer/imiter des êtres vivants. (Machine learning)

Le deep learning à été une révolution dans le domaine de l'IA, puisqu'il permet à la machine de développer toute seule ses capacitées neuronales.

Cet article ci dessous donne un aperçu des capacités du deep learning:

"Google a mis au point des réseaux neuronaux qui arrivent à générer eux-mêmes des nouveaux moyens de crypter les messages qu'ils s'envoient. Comme des intelligences artificielles, ces réseaux, ont la capacité d'évoluer.

Voilà qui ne devrait pas rassurer Stephen Hakwing, qui a déjà expliqué plusieurs fois craindre le danger représenté par les intelligences artificielles. Martin Abadi et David Andersen, deux chercheurs de Google Brain, ont mené une étude sur des réseaux neuronaux, ces algorithmes au fonctionnement inspiré des réseaux neuronaux biologiques et utilisés pour créer des intelligences artificielles.  

De manière autonome, ces réseaux neuronaux ont développé un moyen de créer leur propre système d'encryptage, rendant leurs messages incompréhensibles par un tiers. 

Bob et Alice ont exclu Eve.

Ces trois réseaux étaient appelés Bob, Eve et Alice. Alice devait envoyer un message secret, codé, à destination de Bob. Ce dernier devait arriver à le déchiffrer et Eve tentait d'intercepter et comprendre les messages. Au début de l'expérience, Eve arrivait à déchiffrer 8 des 16 bits que comportait le message envoyé par Alice. Bob n'arrivait pas à faire beaucoup mieux.  

Bob et Alice ont alors fait preuve de capacité d'adaptation, une caractéristique de l'intelligence artificielle. Alice a développé son propre système d'encryptage, que Bob a été en mesure de déchiffrer. Au bout de 15 000 essais, il "lisait" l'ensemble des 16 bits que du message, alors qu'Eve n'en comprenait toujours qu'un sur deux. 

Après 15 000 essais, Bob a déchiffré tous les bits qui composent le message.

Sans qu'ils n'aient été programmés pour cela, Bob et Alice ont donc évolué, et ont "échappé" au contrôle des chercheurs. Car comme l'explique le magazine scientifique britannique New Scientist, ces derniers ne sont d'ailleurs pas arrivés à déchiffrer la clé utilisée par ces réseaux pour coder leurs messages. Un exploit d'autant plus impressionnant car les réseaux neuronaux n'ont pas été conçus pour être particulièrement performants en matière de déchiffrage."

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/des-intelligences-artificielles-ont-cree-un-langage-pour-communiquer-entre-elles_1848380.html

Depuis 2012 et l'arrivée du deep learning, l'IA est devenue réellement une nouvelle entité dans le règne animal dont nous faisons partie.

Elle n'en est qu'a ses débuts (Donc sort tout juste de l'oeuf) et pourtant elle évolue de manière exponentielle.

Les exemples de ses performances se multiplient ses derniers temps. (Comme par exemple diagnostiquer avec une grande exactitude un cancer...)

En fait, comme très bien détaillé dans l'article que j'ai mis en lien ci dessous,

l'IA s'est développée sur 3 phases:

Années 1950-85 = IA

Années 1985-12 = machine learning. (Ce dont tu causes.)

Années 2012- ? = Deep learning.

"C’est ainsi que Andrew Ng crée une architecture avec bien plus de couches et de neurones qu’auparavant. Il l’entraîne ensuite avec des contenus provenant de 10 millions de vidéos YouTube afin que son programme puisse identifier et extraire les images avec des chats. Nous sommes en 2012.

C’est à cette date que l’IA explose véritablement. La vaste disponibilité des GPU permet de créer des traitements parallèles pour les programmes et ainsi les rendre plus rapides, moins chers, et même plus puissants. Ajoutons à cela, depuis 2015, la quantité astronomique de données que l’on peut utiliser et stocker, et les intelligences artificielles ont tout pour s’épanouir"

https://siecledigital.fr/2019/01/30/differences-intelligence-artificielle-machine-learning-deep-learning/

Le deep learning permet de réaliser actuellement de véritables prouesses technologiques impensables il y a encore 15/20ans.:bah:

   

Tu donnes 4 images de chiens et 4 images de chat à un gamin de 3 ans, il sait classifier l'un ou l'autre rapidement, et les reconnaître aussi vite.

Il t'en faut largement plus pour espérer des taux de classification avec des résultats intéressants à une IA avec les algo ont évolué, les perf avec de facteurs de plus 1000 et les matériels.

Reste que le gamin sait en plus classifier d'autres choses avec la même souplesse et qu'on n'a pas abordé de frelater les données et donc ces aspects sécurité dans les IA actuelles, sujet tout neuf à peine débroussaillé plein d'avenir...

Dans le cadre du véhicule autonome, il y a un tas de signaux échangés dans une complexité qui font que ça marche et qu'avant que tout soit intégré avec autant d'efficacité à coup d'informatique, bon courage.

Ce n'est pas une question de croyance, mais d'efficacité dans un monde contraint qui rend l'utilisation de toute cette techno nos sociétés fragiles et dépendantes.

Par

En réponse à Lycanthr0pe

Tu donnes 4 images de chiens et 4 images de chat à un gamin de 3 ans, il sait classifier l'un ou l'autre rapidement, et les reconnaître aussi vite.

Il t'en faut largement plus pour espérer des taux de classification avec des résultats intéressants à une IA avec les algo ont évolué, les perf avec de facteurs de plus 1000 et les matériels.

Reste que le gamin sait en plus classifier d'autres choses avec la même souplesse et qu'on n'a pas abordé de frelater les données et donc ces aspects sécurité dans les IA actuelles, sujet tout neuf à peine débroussaillé plein d'avenir...

Dans le cadre du véhicule autonome, il y a un tas de signaux échangés dans une complexité qui font que ça marche et qu'avant que tout soit intégré avec autant d'efficacité à coup d'informatique, bon courage.

Ce n'est pas une question de croyance, mais d'efficacité dans un monde contraint qui rend l'utilisation de toute cette techno nos sociétés fragiles et dépendantes.

   

La classification des chats, c'était en 2012...

Quelques années plus tard, on en est la:

"Les robots tueurs autonomes, animés par des intelligences artificielles ne sont plus des cauchemars de films de science-fiction mais une réalité. Une conférence de l'ONU a eu lieu ce printemps pour tirer la sonnette d'alarme. Contre toute attente, des départements de Défense persistent à développer ces matériels futuristes et semblent vouloir les envoyer sur le terrain rapidement, Russie et États-Unis en tête. Bilan provisoire sur l'émergence des "Terminators"."

"La grande course aux robots et autres drones de combat autonomes est donc en cours et les réunions du groupe d'experts de l'ONU, avec ses communiqués, semblent un peu vaines face à la réalité : des "robots tueurs autonomes" existent déjà et les grandes puissances comptent bien en faire usage à court terme. Malgré le danger que représentent ces tueurs de métal capables de choisir eux-mêmes des cibles et de les détruire —  qui est présent dans tous les esprits — rien ne semble donc pouvoir empêcher leur émergence : Vladimir Poutine n'a-t-il pas déjà expliqué que "celui qui deviendra leader dans le domaine de l'IA sera le maître du monde" ?"

"la nouvelle doctrine militaire russe, énoncée en 2015, et qui doit "exclure l’homme de la zone de confrontation immédiate". L’armée russe a d'aileurs déclaré vouloir robotiser plus du tiers de ses armements pour 2025."

"L'agence de presse russe TASS rapportait en juillet 2017 que l'entreprise russe Kalashnikov entamerait en 2018 la production en série de nouveaux modules de combats utilisant la technologie NeuroNet. NeuroNet est une technologie logicielle d'apprentissage automatique — basée sur des algorithmes de réseaux de neurones artificiels — permettant "d'identifier des cibles, de s'améliorer par l'expérience et de décider par 'lui même' des tirs à effectuer"

https://information.tv5monde.com/info/robots-tueurs-autonomes-malgre-une-mise-en-garde-de-l-onu-leur-developpement-continue-243991

Je ne connais aucun enfant de 3ans capable de faire cela:

https://youtu.be/x3fj92PIiWQ

À 4:45 , l'homme le plus puissant du monde exprime son opinion à ce sujet.

On est très très loin du bac à sable...:blague:

Le deep learning à permis une avancée fulgurante des capacités de l'IA en un temps extrêmement court...Difficile de prédire l'avenir dans 10/20 voir 30ans, mais au vue de l'évolution de l'IA ces 10 dernières années, il y a de quoi s'inquiéter.

(Libre à toi d'en rester aux chats et chiens différencier par un enfant de 3ans...Mais on en est plus du tout là, puisqu'on est en mesure de laisser une IA choisir entre différentes cibles humaines.)

D'ailleurs lorsqu'on constate le niveau atteint actuellement par certaines armées et leurs projets à court terme, la VA n'est plus vraiment un problème de sécurité majeur.

Je me demande si les fonds alloués pour la recherche dans les VA ne servent pas en quelques sortes indirectement le domaine militaire de certains pays...

Ce qui pourrait expliquer la prise de position de l'ONU les concernants. :bah:

Par

En réponse à Foerdom

Les 60 km/h sont cohérents : c'est à peu de choses près la vitesse d'un choc EuroNCAP. C'est la vitesse à laquelle on peut se crasher sans mourir avec une auto moderne.

   

l'ONU ne reconnais pas l'euro ENCAP pas plus que les normes antipollution en vigueur.

Ce n'est pas son taf, qu'elle ne fait pas forcément bien, loin s'en faut. A croire que le foutoir Moyen-Orient et la poudrière Europe centrale sont de simples conflits de voisinage.

C'est comme si le ministère de l'intérieur venait s'immiscer dans la façon de cultiver le chou en Alsace.

Cela dit ça fout le bordel dans l'industrie automobile qui n'avait pas besoin de ça (des milliards d'investissements en R&D partis en fumée par la volonté de sa sainteté l'ONU.)

Par

En réponse à mekinsy

Le temps de réaction sera de plus en plus court au fur et à mesure que la technologie progresse.

Par exemple la 5G permet une latence de 2ms...Avant calculs...calculs qui eux mêmes vont être encore démultiplier ×fois...Capteurs toujours plus nombreux, plus perfectionnés tout en étant moins cher. (Plus c'est produit en grande quantité, moins c'est cher.)

A titre personnel, je ne crois en la conduite automatisée que sur des axes dédiées et bardés de capteurs en tout genre afin de répondre a un maximum d'aleas, qu'ils soient climatiques, humains ou animales.

(Sur des petites routes de campagnes, ca me parait compliquées à court/moyen terme: peu d'autos pour communiquer, pas de capteurs sur lesquels s'appuyer...Par conséquent une VA un peu isolée.)

La communication entre VA est à mon sens une donnée essentielle à la mise en œuvre d'un système automatisé.

Un petit article de août 2019 à ce sujet:

"Nous sommes allés chez Daimler à Stuttgart découvrir en avant-première cette voiture qui sera présentée en septembre au Salon de Francfort. Son nom : ESF 2019, pour Experimental Safety Vehicle (véhicule expérimental de sécurité). Son objectif : incarner dès aujourd'hui la voiture de 2024. Esthétiquement, elle repose sur la carrosserie du dernier grand SUV, le GLE en version électrifiée. Tout d'abord, le volant et le pédalier.

S'ils sont encore indispensables pour les manœuvres du conducteur, une fois le mode pilotage automatique enclenché, ils s'enfoncent dans l'habitacle. La planche de bord se retrouve alors totalement libérée. Le conducteur devenu passager gagne en confort et en espace, mais aussi en sécurité : aucun risque de traumatisme au niveau des pieds qui heurteraient le pédalier en cas d'accident et la planche de bord dispose d'un airbag monumental."

https://www.capital.fr/lifestyle/quand-la-voiture-autonome-arrivera-t-elle-sur-nos-routes-1347126

Ils évoquent 2024... (Tous les autres constructeurs automobiles travaillant sur la VA avancent des dates similaires à celle-ci.)

Donc la technologie est bientôt prête.

Le plus long sera de démocratiser, puis de renouveler (Encore une fois) le parc auto afin d'équiper la majorité des autos.

(Donc sur 10/15ans à partir de 2030.)

   

Les pavillons témoins, je connais. tous les ans les fournisseurs nous présentaient toutes sortes de système qui fonctionne dans l'environnement prévu mais qui plantent dès que l'on sort de leur zone de mise au point réduite. Il y a les articles dans les journaux et la réalité. Ce n'est pas la même chose. Ce n'est pas parce qu'il y a des robots tueurs que ceux ci sont capable de conduire une voiture en toutes circonstances. Il sont dans une application réduite et peu importe les dégats colatéraux. les américains ont bien déclenché un guerre sur des mensonges avec des milliers de morts et Daech comme résultat ultime. Actuellement une Tesla démonte son toit en passant sous une semi blanche/ c'est l'état d'avancement de la science.

Par

En réponse à Ratafia_12

Enfin un coup d'arrêt à cette hérésie qui va déresponsabiliser et infantiliser encore plus les conducteurs.

   

:bien:

J'approuve

Par

Encore des coco qui s'autorisent a penser, fautez nous la paix. le truc on arrete pas le progres technique le jour ou la technologie sera completement autonome pour de la circulation qui va encore vouloir conduire. Il y a tellement de chose a faire bien plus intéressente, sans parler du milieux professionnel ou la conduite egal perte de rentabilite. Donc si la voiture autonome sort les entrepreneur vont vite comprendre comment gagner du temps.

Par

En réponse à Jutesla

Encore des coco qui s'autorisent a penser, fautez nous la paix. le truc on arrete pas le progres technique le jour ou la technologie sera completement autonome pour de la circulation qui va encore vouloir conduire. Il y a tellement de chose a faire bien plus intéressente, sans parler du milieux professionnel ou la conduite egal perte de rentabilite. Donc si la voiture autonome sort les entrepreneur vont vite comprendre comment gagner du temps.

   

Il est magnifique celui là. On sent bien que lui ne s'est jamais autorisé à penser. Il doit même se l'être rigoureusement interdit et depuis longtemps. Et ça "entreprend"...

Par

les vieilles badernes soixante-huitardes de cette petite ONU veulent absolument que les chauffards, non! zut chauffeurs puissent librement continuer à s'adonner au rodeo routier ! Il n'y a que les rédacteurs de cette "note" qui ne savent pas que les robots sont 1000 fois plus fiables que les humains. Empêcher le batifolage amoureux dans l'auto pendant qu'elle roule toute seule est inhumain, c'est une violation de la déclaration des droits de l'homme. Ces gens doivent être poursuivi pour méchanceté notoire et tentative d'infliger des tortures morales à leurs concitoyens !

Quant à ceux qui laissent des commentaires hérétiques anti-progrès opposés aux voitures autonomes je ne leur souhaite pas de rencontrer un ivrogne leur fonçant droit dessus avec femme et enfants.

 

Par

Bonjour, ce qu'il faut savoir c'est que ce forum de l'ONU règlemente les équipements automobiles en ce qui concerne la sécurité et l'environnement. On peut ensuite avoir des véhicules homologués et plus sécurisés. Merci donc l'ONU !

On a limité à 60km/h cette réglementation car c'est la première étape demandée par les constructeurs automobiles. Ils ont entamé les discussions pour faire évoluer le texte jusqu'à 130 km/h et avec changement de voie. Des discussions ont démarré aussi pour couvrir les camions et Bus avec bien sûr des exigences techniques différentes.

Les chinois devraient s'inspirer de ce texte de l'ONU, quant aux américains ils participent à d'autres réunions de l'ONU (VMAD et FRAV) pour l'homologation des véhicules autonomes.

j'espère avoir clarifier certains points qui pouvaient vous paraître nébuleux....

 

SPONSORISE

Actualité Hyundai

Toute l'actualité