Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Coronavirus : les artisans automobiles durement touchés, malgré l'autorisation d'ouvrir

Dans Economie / Politique / Marché

Audric Doche

Coronavirus : les artisans automobiles durement touchés, malgré l'autorisation d'ouvrir

Une toute récente étude datée du 19 mars de la FNA (Fédération nationale des artisans de l'automobile) révèle que près de trois quarts des entreprises du secteur automobile (garagistes, carrossiers, contrôle technique...) ont fermé leurs portes, alors qu'ils étaient pourtant autorisés à ouvrir.

Menée tout récemment (19 mars) auprès de 1090 entreprises du secteur automobile, l'étude de la FNA est la plus pertinente à l'heure actuelle sur l'état du "terrain" des artisans de l'auto qui souffrent déjà fortement du virus et des restrictions économiques et de déplacement.

"L’enquête nous révèle en premier lieu que 67% des entreprises autorisées à ouvrir ont été pourtant contraintes de fermer totalement. 33% des entreprises ont maintenu leur offre de services en totalité ou en partie, même si leur chiffre d’affaires a fondu. Parmi celles-ci, 20% ont conservé une partie de leurs activités sur site, 7% sont ouverts à 100% et 6% n’ont pu maintenir qu’un service d’urgence. En moyenne, le secteur a subi une perte de chiffre d’affaires de 79,9%. En corolaire, un chiffre retient particulièrement notre attention : 74% des salariés du secteur sont au chômage partiel", conclut la FNA.

Pour beaucoup de ces entreprises, le problème n'est pas le fait d'être autorisé à ouvrir, mais plutôt le manque de pièces détachées et/ou de clientèle. Les plus touchés sont les centres de contrôles techniques, qui ne sont que 12,5 % à être ouverts "partiellement".

Il faut également rappeler que ces services sont un maillon essentiel de la chaîne de santé. S'ils n'ont pas de rapport direct avec les hôpitaux et les soins, il n'empêche que sans moyen de déplacement (en cas de panne, notamment), les personnels soignants auront bien du mal à assurer leur mission, en particulier dans la très large partie du pays qui n'est pas couverte par un dense réseau de transport en commun. Là, en clair, où l'automobile est encore essentielle à la vie.

 

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire