Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Coronavirus : quel impact sur l’automobile en France ?

Sans surprise, le Covid-19 exerce déjà une forte influence sur les usages de l’automobiliste. Achat de modèles neufs, vie quotidienne, utilisation des transports en commun, covoiturage… : découvrez ce que cette crise sanitaire a déjà changé dans notre quotidien.

Coronavirus : quel impact sur l’automobile en France ?

La pandémie de Covid-19 se développe, et induit d’énormes changements dans la vie quotidienne de chacun. L’automobile, en tant que véritable phénomène de société, est touchée de plein fouet par les craintes légitimes qui gagnent les esprits. Avec quelles conséquences concrètes ? Pour le savoir, Caradisiac s’est livré à un premier tour d’horizon auprès des principaux acteurs concernés.

Les premiers touchés sont les concessionnaires. Si les visites en concession se raréfient, il est toutefois encore trop tôt pour mesurer l’ampleur des dégâts : « il y aura moins de contacts humains, et cela aura forcément un impact sur l’indice des commandes », commente le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). « Il devait y avoir des journées portes ouvertes le week-end prochain, ça risque d’être plus calme que prévu. »

De fait, dans l’hypothèse où la crise ne dure pas trop longtemps, c’est surtout le marché des particuliers qui sera touché : « 55% des immatriculations sont assurées par les entreprises, où la stratégie se joue à plus long terme » rappelle le CCFA.

« Le marché français a fini à 2,21 millions d’unités en 2019, et on anticipait une baisse de l’ordre de 3,8% à 2,13 millions cette année. Mais il faut s’attendre à un énorme choc macro-économique dû à la crise du Coronavirus, avec un premier quadrimestre 2020 très compliqué résultant des mesures de confinement », commente Eric Champarnaud, Président-fondateur du cabinet spécialisé Autoways. « Avec toutes les précautions possibles, et en fonction de l’évolution de la situation, on peut imaginer que le marché descende sous le seuil des 2 millions de véhicules cette année. »

Si les Français achètent moins de voitures, ils semblent rouler davantage dans la mesure où ils ont tendance à déserter les transports en commun. A la RATP, on note d’ailleurs déjà « une baisse notable des ventes de titre de transport pour les utilisateurs occasionnels. »

6 français sur 10 privilégient leur voiture

D’après un sondage publié par l’association 40 Millions d’automobilistes, il ressort en effet que la moitié des Français craignent les déplacements collectifs en cette période d’épidémie.

Pour autant, et selon la même source, « près de 8 automobilistes sur 10 ne limitent pas leurs déplacements malgré le CoViD-19 » et « plus de 6 Français sur 10 privilégient leur voiture en cas de déplacement ».

La baisse de régime est aussi constatée chez le leader du covoiturage BlaBlaCar: « Initialement limitée aux trajets internationaux vers l’Italie, la baisse du volume d’activité sur les trajets longue distance est désormais visible sur toute l’Europe de l’Ouest. En France, elle représente 15 %. »

Mais pour l’Union des Industries pétrolières (UFIP), il est toutefois trop tôt pour évaluer l’impact sur les consommations de carburant : « on a les chiffres trois semaines après la fin du mois précédent, donc nous vous donnons rendez-vous dans quelques jours. En janvier, on avait toutefois enregistré une hausse de 2,4% par rapport à janvier 2019, mais c’est peut-être une conséquence de la grève des transports. Et en 2019, le contexte d’alors était très particulier avec la crise des Gilets jaunes, qui modifiait les habitudes. »

En tout cas, côté carburant, il ne faut hélas pas s’attendre à ce que le gazole (1,36 € en moyenne) ou de sans plomb (1,44 €), dont le tarif a chuté ces derniers temps en raison de la baisse du coût du baril, ne chute davantage. En effet, le prix du litre à la pompe est composé de 60% de taxes, et celles-ci font en quelque sorte office d’« amortisseur » à la baisse. Inutile d’espérer voir le gazole passer sous la barre d’un euro par litre, à moins d’une catastrophe que personne ne souhaite.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (142)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est surtout la fortes baisse des bourse et la crise économique qui guettent qui vont changer le paysage automobile. On est en train de revivre la crise de 2008.

Par

Quand la majorité des entreprises liées au tourisme se seront cassées la gueule faut de clients étrangers et français ça va faire boule de neige sur les autres secteurs.

Il y a eu 15000 morts à l été 2003 le gouvernement n a absolument rien fait. De toute façon il n y avait pas grand chose à faire.

C est curieux que le gouvernement ne fasse pas un calcul froid du genre coût économique de tout bloquer versus coût de la vie humaine. Surtout que la vie de chaque personne est chiffrée selon son âge, type emploi etc. Demandez aux assurances.

Je me demande ce qui se passerait si un pays disait : nous on s en fout, on estime à 2000 morts et on va continuer à bosser.

Par

En réponse à phirag

Quand la majorité des entreprises liées au tourisme se seront cassées la gueule faut de clients étrangers et français ça va faire boule de neige sur les autres secteurs.

Il y a eu 15000 morts à l été 2003 le gouvernement n a absolument rien fait. De toute façon il n y avait pas grand chose à faire.

C est curieux que le gouvernement ne fasse pas un calcul froid du genre coût économique de tout bloquer versus coût de la vie humaine. Surtout que la vie de chaque personne est chiffrée selon son âge, type emploi etc. Demandez aux assurances.

Je me demande ce qui se passerait si un pays disait : nous on s en fout, on estime à 2000 morts et on va continuer à bosser.

c'est dramatique

Sous estimer ce qui va se passer sur le plan économique et ces répercussions c'est de la folie. On va avoir quelques morts à cause du virus (comme chaque année) mais les dégats liés à la crise économique on va les compter par millions

Qu'est ce qui est pire ? à vous de voir mais moi mon choix est vite fait

Par

Je vais donc attendre pour acheter un véhicule, j'ai comme l'impression que le temps joue en me faveur pour une fois :buzz:

Par

C’est plus dramatique que ça !

Le virus touchera 60% à 70% de la population et il est admis que le taux de mortalité est de 1%.

On ne parle donc pas en milliers de morts... ( je vous laisse faire le calcul)

La crise économique sera mondiale est bien plus grave que 2008 . La misère fera elle aussi énormément de mort.

Pour revenir au sujet, l automobile, honnêtement si les constructeurs arrêtaient de se regarder le nombril et celui du voisin. Ils étudieraient correctement les vrais besoins de leurs clients.

Les ventes seraient certainement bien plus importantes.

Par

En réponse à -ludo-

C’est plus dramatique que ça !

Le virus touchera 60% à 70% de la population et il est admis que le taux de mortalité est de 1%.

On ne parle donc pas en milliers de morts... ( je vous laisse faire le calcul)

La crise économique sera mondiale est bien plus grave que 2008 . La misère fera elle aussi énormément de mort.

Pour revenir au sujet, l automobile, honnêtement si les constructeurs arrêtaient de se regarder le nombril et celui du voisin. Ils étudieraient correctement les vrais besoins de leurs clients.

Les ventes seraient certainement bien plus importantes.

Je suis tout à faire d'accord. Le risque financier est de loin bien plus important

Par

En réponse à MetallicGrey

c'est dramatique

Sous estimer ce qui va se passer sur le plan économique et ces répercussions c'est de la folie. On va avoir quelques morts à cause du virus (comme chaque année) mais les dégats liés à la crise économique on va les compter par millions

Qu'est ce qui est pire ? à vous de voir mais moi mon choix est vite fait

Si la Chine a arrêté ses usines, c'est qu'elle a certainement conclu que le cout économique serait bien plus important en ayant quelques morts (sic) plutôt qu'en arrêtant le pays pendant plusieurs semaines.

Les personnes comme vous minimisent souvent le cout des soins de santé sans compter les troubles possibles à cause d'un état défaillant à soigner tout le monde et qui doit choisir de laisser mourir des personnes...

Par

En réponse à -ludo-

C’est plus dramatique que ça !

Le virus touchera 60% à 70% de la population et il est admis que le taux de mortalité est de 1%.

On ne parle donc pas en milliers de morts... ( je vous laisse faire le calcul)

La crise économique sera mondiale est bien plus grave que 2008 . La misère fera elle aussi énormément de mort.

Pour revenir au sujet, l automobile, honnêtement si les constructeurs arrêtaient de se regarder le nombril et celui du voisin. Ils étudieraient correctement les vrais besoins de leurs clients.

Les ventes seraient certainement bien plus importantes.

66 million d'habitants en France. On en prend 60 %, ce qui fait 39, 6 millions de personnes. Si on part sur l'hypothèse de 1 % des contaminés qui meurent, cela fait 396 000 morts... Vous avez raison: on est loin du millier de morts :hum:

Par

En réponse à al7785

Si la Chine a arrêté ses usines, c'est qu'elle a certainement conclu que le cout économique serait bien plus important en ayant quelques morts (sic) plutôt qu'en arrêtant le pays pendant plusieurs semaines.

Les personnes comme vous minimisent souvent le cout des soins de santé sans compter les troubles possibles à cause d'un état défaillant à soigner tout le monde et qui doit choisir de laisser mourir des personnes...

La Chine n'a pas arrêté ses usines. Elle a ralenti l'activité et justement elles sont toutes en train de repartir à l'heure actuelle. Je sais de quoi je parle car c'est une partie de mon métier. Ou je bosse nous pensions avoir beaucoup de retard dans l'importation des livraisons de Chine cependant notre fournisseur pourra livrer en temps et en heure.

Cependant le problème maintenant va se situer en France, les clients vont faire face à des gros soucis qui vont nous même nous impacter. Mais c'est pas forcément le problème a court terme le plus inquiétant mais les répercussions dans les mois et années à venir. Il ne faut pas jouer avec l'économie tout le monde va y perdre

Alors quand je vois certains demeurés anti-capitalistes se féliciter d'un potentiel krash ça me tue.

Quand les riches maigrissent, les pauvres meurent, n'oubliez jamais ça. Et ne rêvé pas on ne changera pas de modèle économique capitaliste comme je le lis souvent pour passer à une économie solidaire, c'est dans vos rêves ça

Par

En réponse à al7785

66 million d'habitants en France. On en prend 60 %, ce qui fait 39, 6 millions de personnes. Si on part sur l'hypothèse de 1 % des contaminés qui meurent, cela fait 396 000 morts... Vous avez raison: on est loin du millier de morts :hum:

Pareil, je comprends pas la remarque.

La crise sanitaire a 400000 morts me paraît bien plus gênante que la crise économique sous-jacente.....

Mais bon je suis peut être trop humaniste.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire