Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Des bus à hydrogène en Europe grâce à Toyota

Dans Ecologie / Electrique /

Des bus à hydrogène en Europe grâce à Toyota

Toyota fait partie de ces constructeurs qui ont misé sur l'hydrogène avec la Mirai. La marque japonaise ne s'arrête pas là puisqu'elle va fournir une technologie de pile à combustible à un fabricant de bus.

Toyota fait un pas de plus dans l'hydrogène. La marque japonaise n'est en effet plus cantonnée à l'automobile, puisqu'elle dispose déjà de systèmes adaptés au monde des camions de livraison, des chariots élévateurs ou encore des poids lourds. Les bus, aussi, vont pouvoir bénéficier de la pile à combustible.

Le fabricant portugais Caetanobus SA va acheter des piles à combustible spécifiques à Toyota pour la fabrication de bus à hydrogène. Une grande nouveauté en Europe, où ce carburant est encore très peu représenté, même sur les véhicules particuliers.

Evidemment, Toyota met en avant les avantages de l'hydrogène sur des bus, par rapport à des modèles à batteries : temps de recharge ultra réduit et autonomie plus importante.

Plusieurs villes européennes vont bénéficier de ces bus un peu particuliers, qui serviront surtout de démonstrateurs techniques. C'est pour l'instant un peu la seule raison d'exister des véhicules à hydrogène sur le Vieux Continent, faute d'infrastructures suffisantes et de coûts d'achat moins importants (un peu plus de 60 000 € pour une Toyota Mirai, rappelons-le).

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (31)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

A court et moyen termes, une flotte de bus (captivé par définition) est bien plus pertinente que le véhicule individuel.

A plus long terme, si les stations existent alors ce sera certainement pas mal du tout pour les automobiles aussi.

Par

Captive pas captivé... Fichu correcteur !

Par

Ils existent pleins de solutions écologiques.

Mais nos états préfèrent taxer , taxer et taxer plutôt que de promouvoir toutes ses solutions

Par

Une fois de plus, Toyota montre son intelligence en ne négligeant aucune forme d'énergies nouvelles et l'hydrogène pour les véhicules industriels lourds, camions, autocars et autobus en sont le parfait exemple.

L'hydrogène est parfaitement adapté à l'exploitation d'un centre bus car le poste de charge n'est pas très différents d'un poste de charge essence ou GVC, contrairement au bus électrique qui impose d'amener dans un centre bus des MW dans des lieux urbanisés comme les grandes agglomérations.

La production d'hydrogène propre(oui cela existe, voir Airliquide, les japonais connaissent!!) pourra être produite en grande ceinture des métropoles et être acheminé par camions. C'est plus souple et efficace que des bus électriques pour les gros gabarits.

Pour les petites navettes l'électrique peut être plus intéressant car basé sur des plateforme de VUL de grands constructeurs et avec des poids roulants raisonnables.

Par

Autant je ne crois pas à l’hydrogène pour les véhicules particuliers, car trop complexe d'avoir un réseau d’hydrogène aussi important que celui de l'essence

Autant pour les bus, ça peut être pas mal, il faut avoir une installation dans le hangar ou sont préparé les bus, ça semble possible car ne nécessitant pas une infra de folie.

Par

Tant que les constructeurs français ne proppsent rien d'autre que l'electrique, il ne faut pas compter sur les infrastructures

Par

En réponse à ghlapin

Une fois de plus, Toyota montre son intelligence en ne négligeant aucune forme d'énergies nouvelles et l'hydrogène pour les véhicules industriels lourds, camions, autocars et autobus en sont le parfait exemple.

L'hydrogène est parfaitement adapté à l'exploitation d'un centre bus car le poste de charge n'est pas très différents d'un poste de charge essence ou GVC, contrairement au bus électrique qui impose d'amener dans un centre bus des MW dans des lieux urbanisés comme les grandes agglomérations.

La production d'hydrogène propre(oui cela existe, voir Airliquide, les japonais connaissent!!) pourra être produite en grande ceinture des métropoles et être acheminé par camions. C'est plus souple et efficace que des bus électriques pour les gros gabarits.

Pour les petites navettes l'électrique peut être plus intéressant car basé sur des plateforme de VUL de grands constructeurs et avec des poids roulants raisonnables.

Renseigne toi sur le rendement de la conversion élec->H2 puis H2->élec, tout cela combiné à une durée de vie limitée de la PAC (environ 150000km), et tu verras que c'est loin d'être une bonne solution.

Par

En réponse à pxidr

Renseigne toi sur le rendement de la conversion élec->H2 puis H2->élec, tout cela combiné à une durée de vie limitée de la PAC (environ 150000km), et tu verras que c'est loin d'être une bonne solution.

Je connais très bien le sujet cela ne semble pas ton cas, et le rendement et la durée de vie des pacs sont parfaitement suffisante. Il faut lire autre chose que Caradisiac.

Par contre, renseigne toi sur la difficulté d'alimenter toutes les bornes dans une grande métropole et sur des centres bus en intramuros.

Autre point, la durée de vie des batteries en charge et décharge multiple n'est pas des plus intéressante pour une exploitation en flux tendu comme un bus.

Par

En réponse à MotherKaiser

Autant je ne crois pas à l’hydrogène pour les véhicules particuliers, car trop complexe d'avoir un réseau d’hydrogène aussi important que celui de l'essence

Autant pour les bus, ça peut être pas mal, il faut avoir une installation dans le hangar ou sont préparé les bus, ça semble possible car ne nécessitant pas une infra de folie.

perso les voitures électriques avec 300 kg de batteries ne sont qu une transition, l avenir sera la voiture électrique a l hydrogène.....dans 20-30 ans.

Par

En réponse à ZYXW

Tant que les constructeurs français ne proppsent rien d'autre que l'electrique, il ne faut pas compter sur les infrastructures

En France, des bus électriques sont,conçus et fabriqués, mais aussi des diesels, des gnv, et la PACde la société symbio cell permet la fabrication de bus hydrogène. Après si Luxembourg, la Tunisie ou la Malaisie veulent venir construire des infrastructures en France aux côtés d'air Liquide, je ne crois pas qu'il y aura de levée de bouclier.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire