Publi info
 

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

Après le petit moteur au lancement, Mercedes implante un vrai moteur V6 Mercedes sous le capot du pick-up Classe X qui passe à 258 ch. La question que l'on se poste est la suivante : vaut-il le surcoût par rapport au quatre cylindres ?

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

Lancé l'an dernier en Europe, le Classe X est la véritable première offre en matière de pick-up chez Mercedes, qui n'est pourtant pas novice en matière de véhicule professionnel : Classe G, Unimog, et toute la gamme habituelle d'utilitaires font le patrimoine de Mercedes dans le domaine de l'offre de mobilité pour les pros. Mais jamais (à part une toute petite exception dans les années 70 en Amérique du Sud) Mercedes ne s'était lancé dans le segment du pick-up.

Pour l'instant, ce pick-up est destiné à l'Europe, à l'Australie, à l'Afrique du Sud et à l'Amérique du Sud. Le constructeur a précisé que le marché nord américain n'avait pas été choisi au départ, car le segment des pick-ups compacts (Nissan Frontier, Toyota Tacoma, Chevrolet Colorado…) était en perte de vitesse. Jusqu'à cette année, en tout cas, puisque les ventes repartent, si bien Mercedes ne dit pas un "non" définitif aux USA pour le Classe X.

Pour séduire les américains, il faudra proposer du V6, et cela tombe bien, Mercedes a ça en magasin. Le V6 répondant au nom de code "OM642" n'est pas nouveau puisqu'il était notamment présent auparavant sous le capot de la Classe E. Il vient donc désormais coiffer la gamme du Classe X qui est toujours commercialisé en quatre cylindres, avec deux versions (163 et 190 ch). Si le petit moteur est une mécanique Nissan, ce V6 est un Mercedes pur jus.

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

Pour caser le V6 sous le capot du Classe X, il a fallu revoir les dessous qui, on le rappelle, proviennent du Nissan Navara. Mercedes a repensé le châssis avec deux points de renfort, dont un sous le berceau moteur afin d'accueillir le surplus de poids vis-à-vis du quatre cylindres Nissan. Les voies ont été également élargies de 7 cm. Le Classe X 350d associe obligatoirement le V6 à la boîte automatique 7G-Tronic et à la transmission intégrale 4Matic. Evidemment, avec un tel cocktail, le Classe X ne fait pas dans la légèreté, avec 2,25 tonnes sur la balance dans cette configuration. Les 258 ch et surtout les 550 Nm de couple ne sont donc pas de trop pour le Classe X 350d qui surpasse toutefois le 250d dans tous les domaines.

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

Sur la route, d'abord, le 350d profite d'un six cylindres nettement moins sonore que le quatre cylindres. Nous ne vous apprenons peut-être rien, mais un six cylindres (surtout en ligne, mais en V aussi) sera toujours nettement plus équilibré qu'un quatre. Le Classe X s'en sort donc bien mieux sur l'asphalte que son petit frère à moteur Nissan, et pas uniquement au chapitre de la sonorité puisque les relances, la douceur et le caractère n'ont absolument rien à voir.

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

Mercedes annonce un 0 à 100 km/h en 7,9 secondes pour le Classe X 350d qui affiche malheureusement une consommation à la hauteur de son gabarit. Nous avons relevé 14 l/100 km de moyenne sur la journée d'essai alternant portions de franchissement, route et autoroute et… quatre tours à fond sur le circuit du Sambuc. Mais finalement, pour 2,2 tonnes et 258 ch sous la pédale de droite, ce n'est pas non plus catastrophique.

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

En tout-terrain, le Classe X 350d affiche des prestations supérieures à celles du 250d, mais surtout grâce au V6. Coupleux et souple à bas régime, le gros bloc diesel fait profiter de ses 550 Nm de couple, particulièrement lorsque l'on passe en low range (rapports courts). Mercedes propose en plus (en option), le blocage du différentiel arrière pour un usage très spécifique. Mais cela tient presque du superflu sur le Classe X qui s'en sort plutôt bien (nous n'avons malheureusement pas pu l'essayer sur terrain humide/boueux).

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

Doté de pneus Pirelli M+S, notre version d'essai s'est défait de toutes les situations de la journée sans grande difficulté. Sur les pentes les plus sévères (jusqu'à 100 %), il est possible de profiter de l'assistant en descente, qui fonctionne également… en marche arrière. Très pratique lorsque l'on grimpe une côte en montagne et que l'on n'a pas la place de faire demi-tour en haut. Il suffit alors d'enclencher le mode d'assistance, la caméra 360° (de série), et de guider tranquillement. L'informatique fait le reste.

La boîte 7G-Tronic à convertisseur nous a toutefois paru un peu "molle". En franchissement et à basse vitesse, elle demande d'engager un régime moteur relativement élevé pour faire "mordre" le convertisseur et démarrer. Le dosage n'est donc pas toujours très évident, surtout sur les croisements de pont et dans les situations les plus délicates.

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

Heureusement, toujours dans les croisements de pont, le blocage à 50/50 (avant/arrière) de la transmission fait bien le job. Cette répartition moitié-moitié devient automatique en 4H ("high range", gestion "accélérée" de la répartition du couple, actif jusqu'à 100 km/h) et en 4L ("low range", rapports courts) et permet de passer partout.

Finalement, la seule faiblesse du Classe X est inhérente à tous les pick-ups : un empattement long qui limite inévitablement l'angle ventral, de 22° sur le modèle allemand. Mais, quoi qu'il arrive, un pick-up n'est pas un franchisseur pur (il faudra privilégier des modèles comme le Classe G chez Mercedes, ou un Suzuki Jimny pour rester dans l'actualité). Il est destiné aux professionnels qui veulent transporter des charges lourdes sur les sentiers, par tout temps. Chose que fait parfaitement le Classe X.

Pas de changements à bord

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

La présentation intérieure du Classe X ne change pas d'un iota. Nous retrouvons la planche de bord habituelle et le petit écran (non tactile) commandé par la molette. L'ensemble est réactif, même si l'affichage est moins bien défini que chez la concurrence du groupe Volkswagen. La sellerie, très confortable et offrant un bon maintien, est réglable électriquement (sur finition haute Power).

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix
Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix
Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

 

 

 

 

Le Classe X 350d n'est offert qu'en double cab et les places arrière sont correctes, ni plus, ni moins. L'accès à la benne est quant à lui aisé même si la porte de benne est très lourde et demande du muscle. Le couvre benne, quant à lui, n'est en revanche pas des plus qualitatifs (le plastique fait très "cheap"). Mais pour ceux qui ont peur de se faire voler la marchandise lors des stationnements, Mercedes a prévu une gamme d'accessoires avec, notamment, le "canopy" (hardtop arrière) toujours très pratique.

Notre modèle d'essai était un Power, avec, de série, le chrome sur les pare-chocs, les rétroviseurs rabattables électriquement, le détecteur de pluie, les phares arrière LED, les jantes 18 pouces, les rails de sécurité pour la benne, les volant et levier de vitesses en cuir, les inserts sur la planche de bord, la climatisation automatique, le réglage électrique des sièges ou encore le Keyless Go (accès et démarrage sans clé).

Deux finitions, du malus et quelques variations de poids

Mercedes proposera le Classe X 350d en deux finitions : Progressive (jantes 17 pouces, pare-chocs couleur carrosserie, rétroviseurs réglables électriquement, volant et levier de vitesses en cuir, sellerie tissu, climatisation manuelle ou encore détecteur de pluie) et Power (liste d'équipements ci-dessus), à des tarifs respectifs de 51 708 et 56 018 €. Seulement voilà, hasard total du calendrier, le jour même de notre essai, le couperet est tombé : le gouvernement a voté le malus et la TVS pour les pick-ups en France, dès le 1er janvier 2019.

Essai - Mercedes Classe X 350d : le bon choix

Mercedes ne cache pas que cette situation est un peu fâcheuse pour notre marché, mais la France n'est pas le centre du monde, et le constructeur allemand mise surtout beaucoup sur l'Australie et l'Amérique du Sud avec son Classe X. La prise en charge partielle ou totale du malus par le réseau Mercedes France n'est pas non plus à exclure.

Quoi qu'il en soit, que vous choisissiez le Classe X en 163, 190 ou 258 ch, le malus sera le même en 2019 : 10 500 €. Autant vous dire qu'il vaut donc mieux privilégier la version V6, malgré le surcoût de 7400 €, à niveau de finition équivalent. Le pick-up à l'étoile s'apprécie bien plus en V6 diesel, pour toutes les raisons citées plus haut.

Pour finir, gardez à l'esprit que le poids maximal autorisé en chargement est de 965 kg sur le V6, contre 1,1 tonne sur les autres versions. Il n'y a par contre pas d'inquiétude à avoir sur les capacités de remorquage : le Classe X 350d a effectué quelques tours du circuit du Sambuc avec une remorque de 2,2 tonnes aux fesses, sans grande difficulté, sachant qu'il peut aller jusqu'à 3,5 tonnes.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 :

230 g/km - malus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :

Octobre 2018

A titre d'exemple pour la version 350 D 4X4 POWER 7G-TRONIC.

1,81 m1,92 m
5,34 m
  •  5 places
  •  NC / NC

  •  Auto. à 7 rapports
  •  Diesel

Portfolio (18 photos)

Mots clés :

En savoir plus sur : Mercedes Classe X

Commentaires (33)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

plus de sens que s'acheter la version Nissan rebadgée jusqu'au moteur

Par

Si la présentation intérieure semble pas mal pour un pick-up, la boîte de vitesse nous ramène très vite dans les années 80 (je parle de sa présentation - Levier - Glissière et esthétique très vieux jeu). Après c'est un utilitaire mais bon un petit effort à ce niveau n'aurait pas été superflu surtout vu le prix de la bestiole sans compter la quantité d'option à rajouter...

Par

Après le petit moteur au lancement, Mercedes implante un vrai moteur V6 Mercedes sous le capot du pick-up Classe X qui passe à 258 ch. La question que l'on se poste est la suivante : vaut-il le surcoût par rapport au quatre cylindres ?

se poser la question c'est déjà y répondre!!

évidemment..

que un nissan navara rebadgé mercos avc un moteur mercos!!

c'est bien mieux qu'un nissan navarra rebadgé renault avec un diesel 4 cylindres renault!!

ceux qui ont acheté la premiere version motorisé renault se retrouvent avec un piege invendable!!

éh oui aujourd'hui faut pas regarder que l'étoile sur le capot!!

mais le plumage et le ramage!!

ne pas se tromper.. ya mercedes et mercedes low cost..

Par

Le moteur qu'il lui faut avant le 1er janvier 2019.

Par

Le seul et vrai pick-up du Patron est le vrai Patron des pick-up :bien: :bien: :bien:

MB Power :love:

Par

Et attendez la version AMG Romania vous serez époustouflé :coolfuck:

Par

L'intérieur est pas mal du tout , surtout comparé aux tableaux de bord style tablettes déprimants au possible on se croirait au bureau.

Par

Le malus va tuer cette catégorie et encore plus ce Mercedes qui n'en vendra qu'une poignée.

Trop "luxe" pour servir de vrai pickup utilitaire qui n'a pas peur de la saleté, des rayures et des bosses.

Bientot malussé donc devenu inutile pour la clientèle particulière qui reviendra sur du 4x4 / SUV bien plus pratique au quotidien qu'une benne.

Par

Cet habitacle ne fait pas très premium, surtout avec cette boîtoto au look des années 2000, son écran non tactile et ces inserts bois que l'on trouve aussi chez les pickup généralistes.

Par

c'est le renault alaskan badgé mercedes ! quelle honte !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire