Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Et si Intel produisait des semi-conducteurs en Europe ?

Dans Economie / Politique / Marché

Et si Intel produisait des semi-conducteurs en Europe ?

Le géant du processeur Intel pourrait construire une grande usine de semi-conducteurs en Europe. Mais l'entreprise américaine attend 8 milliards d'euros d'aides publiques pour se lancer.

La crise mondiale des semi-conducteurs ne touche pas tout le monde de la même façon. Les spécialistes historiques des produits électroniques (smartphones, objets connectés...) sont habitués depuis bien longtemps aux contraintes de production. Mais pas l'automobile, qui fonctionne trop en flux tendu. Résultat : une marque comme Ford voit sa production mondiale réduite de moitié à cause de la pénurie.

Le géant américain Intel semble vouloir profiter de cette situation puisqu'il annonce qu'une usine de production de semi-conducteurs et de microprocesseurs pourrait être construite en Europe. Une Europe qui aimerait bien son "Airbus du semi-conducteur" après "l'Airbus de la batterie".

Le PDG d'Intel, Pat Gelsinger, a rencontré Thierry Breton, le commissaire européen au marché intérieur, pour discuter d'une implantation de la première usine d'Intel sur le Vieux Continent. Rappelons en effet que le géant américain produit en très large majorité aux Etats-Unis.

Gelsinger a également rencontré les dirigeants politiques allemands. D'ailleurs, l'Allemagne semble déjà remporter les suffrages de l'entreprise américaine pour la construction d'usine. Cela ferait la deuxième implantation majeure d'un géant américain en Allemagne après Tesla.

L'Europe ne pourra malheureusement pas réduire totalement sa dépendance à l'étranger en matière de semi-conducteurs. Les plus grands spécialistes sont en effet américains et asiatiques, et leurs sièges sociaux resteront dans ces zones du globe. Thierry Breton a d'ailleurs discuté avec la PDG de TMSC, Maria Marced, là encore pour discuter d'une usine en Europe.

En attendant, l'industrie automobile s'attend à une seconde partie d'année difficile. Délais de livraison rallongés, options parfois indisponibles et goulots d'étranglement en production devraient perdurer jusqu'en 2022.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (30)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Bah, si ça permet d'avoir finalement des compteurs de vitesse classiques plutôt que des trucs numériques peu valorisants, ça n'est pas forcément un mal. :biggrin:

Accompagné par ailleurs d'une baisse de prix comme sur la 308...

Et je suppose que sur la durée, c'est bien plus fiable. Sachant qu'il est difficile aujourd'hui de rouler avec un compteur de vitesse en panne ou tout simplement un écran de tableau en bord en panne.:bah:

Par

" L'Europe ne pourra malheureusement pas réduire totalement sa dépendance à l'étranger en matière de semi-conducteurs. Les plus grands spécialistes sont en effet américains et asiatiques, et leurs sièges sociaux resteront dans ces zones du globe. Thierry Breton a d'ailleurs discuté avec la PDG de TMSC *, Maria Marced, là encore pour discuter d'une usine en Europe. "

Il ne faut pas tout melanger non plus !

Dans l'automobile, les grands décideurs et concepteurs sont presque tous Européens : NXP, Infineon, STm... qu'ils fassent fabriquer/assembler ailleurs est un autre probleme.

* TSMC n'est pas un décideur, c'est un sous-traitant.

INTEL ne fait pas d'automobile, mais plutot de l'electronique "consommateur" (smartphone, ordis...).

Et la-dedans, STm est aussi un tres gros fournisseur d'Apple (sur des composants différents).

Enfin, sur la taille de gravure, sujet qui captive tout le monde apparemment, ce n'est peut etre pas la bataille sur laquelle doit se positionner l'Europe.

Premierement, elle est peut-etre deja perdue.

Deuxiemement, la Loi de moore semble toucher a sa fin, donc la croissance marginale sera tres faible (progres lents).

Troisiemement, la "matiere premiere" = les wafers de silicium sont une denree rare sur laquelle l'Europe devrait se positionner avant de depenser des milliard en R&D.

Par

Quand Hitler avait décidé d'envahir l'URSS, il l'avait fait avec des chars allemands de bonne facture, consommant du carburant raffiné en Allemagne, mais avec du pétrole en provenance d'... URSS.

Bref, l'avancée allemande a été soudainement stoppée net par manque de carburant et Hitler a perdu la guerre.

Comme quoi, mieux vaut effectivement assurer ses arrières et ne pas rester dépendant d'autres...

Par

Chantage aux aides publiques pour s'installer à un endroit.

8 milliards d'euros ? Intel veut que l'Europe paie l'usine du sol au plafond jusqu'aux touillettes de la machine à café non ?

Relocaliser ce genre d'industrie de pointe / critique sur le continent ... ok

Le faire avec des murs en lingots d'or ... non merci

Par

Ils existent des européens en électronique comme NXP ex Philips semi conducteurs, thomson semi conducteurs, Siemens semi conducteurs. Mais les entreprises européennes, ont toujours favorisé les coûts. Donc, ils ont ceux qu'ils méritent.

Ce sera aussi le cas avec l'électrique.

Une erreur monumentale pour l'avenir.

Les hydrocarbures sont l'avenir.

Par

les pouvoirs publics Français seraient bien aviser de se pencher sur la question. Au moins ces 8 milliards seraient un investissement sur la durée. C'est pas demain la veille que l'on aura plus besoins de semi-conducteurs.

Tout comme ils auraient été bien inspiré de faire des ronds de jambe à Tesla au lieu d'aller leur proposer pour s'installer d'aller investir sur un site pourrave....

C'est pas comme si le VE n'avait pas d'avenir.

Au lieu de ça ils vont aller foutre du pognon dans des entreprises dont l'activité cesse parce que.....ben parce que ça se fait plus.

Ca arrive malheureusement. Une entreprise, nait, vit et meurt. Si une entreprise qui faisait des injecteurs pour moteurs diesel périclite injecter des millions dedans ne servira à rien....

Si elle veut se transformer en fournisseur de moteur électrique il faut aider. Si elle veut à tout prix garder son activité c'est mort.

Par

Pendant se temps Global foundries et STM qui sont déjà en europe pleure de ne pas avoir suffisamment de commande. C'est ne rien comprendre...

Par

En réponse à clefdedouze

Pendant se temps Global foundries et STM qui sont déjà en europe pleure de ne pas avoir suffisamment de commande. C'est ne rien comprendre...

Oh STM marche bien : https://vipress.net/stmicroelectronics-prevoit-dinvestir-de-18-a-2-milliards-de-dollars-cette-annee/

Mais il y a de la place pour tout le monde sur le marché actuel. Et si l'état européen est près à lâche 8 milliards d'euros pour Intel, pourquoi Intel s'en priverait.

Par

Le problème du financement reste que les actionnaires veulent maintenant un "retour sur investissement immédiat".Auparavant, ils investissaient, ce qui pouvait leur apporter des réductions d'impôt en réinjectant une partie des bénéfices qui rapportaient à leur tour, mais avec un "différé " dans le temps et parfois une certaine prise de risque (un tien vaut mieux que deux tu l'auras....).Actuellement, la prise de risque est laissée à d'autres, on le voit lors de rachat ou d'implantations avec aides substantelles des états, de l'U.E, des régions, communes et organismes divers, d'autant plus que le risque de dépendance apparait maintenant .... et accélère la pression ....

Le tout est de négocier pour ne pas qu'il y ait de "perdant désigné..":bah:.

Par

En réponse à anneaux nîmes.

les pouvoirs publics Français seraient bien aviser de se pencher sur la question. Au moins ces 8 milliards seraient un investissement sur la durée. C'est pas demain la veille que l'on aura plus besoins de semi-conducteurs.

Tout comme ils auraient été bien inspiré de faire des ronds de jambe à Tesla au lieu d'aller leur proposer pour s'installer d'aller investir sur un site pourrave....

C'est pas comme si le VE n'avait pas d'avenir.

Au lieu de ça ils vont aller foutre du pognon dans des entreprises dont l'activité cesse parce que.....ben parce que ça se fait plus.

Ca arrive malheureusement. Une entreprise, nait, vit et meurt. Si une entreprise qui faisait des injecteurs pour moteurs diesel périclite injecter des millions dedans ne servira à rien....

Si elle veut se transformer en fournisseur de moteur électrique il faut aider. Si elle veut à tout prix garder son activité c'est mort.

"Au moins ces 8 milliards seraient un investissement sur la durée." Attention , rien ne le prouve, beaucoup d'investisseurs étrangers ont racheté des sites en France pour éviter soi-disant leur fermeture en sollicitant des participations ou réductions d'impôts auprès des régions et de l'Etat pour.... trés peu de temps après, fermer les sites en questions...pour prendre possession du marché....

Surtout qu'au stade de "dépendance" dans lequel se trouve les Etats de l'U.E, ces derniers sont loin d'être en "position de force " pour négocier quoi que ce soit....Reste à savoir jusqu'où on peut avoir confiance dans cette proposition????

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire