Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Et si Intel produisait des semi-conducteurs en Europe ?

Dans Economie / Politique / Marché

Audric Doche

Et si Intel produisait des semi-conducteurs en Europe ?

Le géant du processeur Intel pourrait construire une grande usine de semi-conducteurs en Europe. Mais l'entreprise américaine attend 8 milliards d'euros d'aides publiques pour se lancer.

La crise mondiale des semi-conducteurs ne touche pas tout le monde de la même façon. Les spécialistes historiques des produits électroniques (smartphones, objets connectés...) sont habitués depuis bien longtemps aux contraintes de production. Mais pas l'automobile, qui fonctionne trop en flux tendu. Résultat : une marque comme Ford voit sa production mondiale réduite de moitié à cause de la pénurie.

Le géant américain Intel semble vouloir profiter de cette situation puisqu'il annonce qu'une usine de production de semi-conducteurs et de microprocesseurs pourrait être construite en Europe. Une Europe qui aimerait bien son "Airbus du semi-conducteur" après "l'Airbus de la batterie".

Le PDG d'Intel, Pat Gelsinger, a rencontré Thierry Breton, le commissaire européen au marché intérieur, pour discuter d'une implantation de la première usine d'Intel sur le Vieux Continent. Rappelons en effet que le géant américain produit en très large majorité aux Etats-Unis.

Gelsinger a également rencontré les dirigeants politiques allemands. D'ailleurs, l'Allemagne semble déjà remporter les suffrages de l'entreprise américaine pour la construction d'usine. Cela ferait la deuxième implantation majeure d'un géant américain en Allemagne après Tesla.

L'Europe ne pourra malheureusement pas réduire totalement sa dépendance à l'étranger en matière de semi-conducteurs. Les plus grands spécialistes sont en effet américains et asiatiques, et leurs sièges sociaux resteront dans ces zones du globe. Thierry Breton a d'ailleurs discuté avec la PDG de TMSC, Maria Marced, là encore pour discuter d'une usine en Europe.

En attendant, l'industrie automobile s'attend à une seconde partie d'année difficile. Délais de livraison rallongés, options parfois indisponibles et goulots d'étranglement en production devraient perdurer jusqu'en 2022.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire