Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Freins et pneus bientôt premiers responsables des émissions de particules, les VE mauvais sur ce point

Dans Ecologie / Electrique / Autre actu écologie

C'est l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) qui le dit. Bientôt, ce ne seront plus les gaz d'échappement qui seront la première source de particules dans le domaine automobile, mais les pneus, les freins, et le macadam. Autant de sources d'émissions, qui contrairement aux gaz, ne sont pas réglementés.

Freins et pneus bientôt premiers responsables des émissions de particules, les VE mauvais sur ce point

Sachant que c'est un organisme qui réfléchit à long terme, quand l'OCDE dit bientôt, en fait, c'est à l'horizon 2035. Certes pas demain mais ne dit-on pas que l'anticipation est un facteur clé de la réussite ?

Selon un rapport rendu lundi 7 décembre dernier : “la majorité des émissions particulaires imputables à la circulation routière pourrait provenir de sources hors échappement dès 2035″.

Et ce n'est pas que ces sources "hors échappement" augmentent dans des proportions terribles, c'est surtout que petit à petit, avec l'avènement des voitures électriques (ou à hydrogène, GPL, etc.) mais aussi la mise en place de systèmes de filtrations des particules, aussi bien pour les moteurs essence aujourd'hui que pour les diesels, c'est la part des gaz d'échappement qui va baisser.

Mais que regroupe-t-on donc sous la bannière "hors échappement" ? Tout simplement les freins, les pneus, et le macadam. Se pencher sur leur cas est assez récent, et l'on s'est alors aperçu que parmi les particules fines, c'est-à-dire les PM10 et PM2,5, beaucoup provenaient en réalité de la poussière des freins, de l'usure des pneus et du bitume.

Or, si les émissions de particules à l'échappement sont très réglementées, ce qui a conduit à l'adoption, justement, des filtres à particules sur les diesels, puis sur les essence à injection directe, forts producteurs, les sources de particules hors échappement ne le sont pas du tout.

Le rapport insiste donc sur la nécessité de définir des méthodes de mesure normalisées de ce type d'émissions de particules. Walid Oueslati, économiste à l'OCDE et coordinateur de ce rapport, insiste : "Au niveau national, les politiques publiques doivent prendre en compte cette pollution. Et nous avons aussi besoin de coopération internationale sur ce sujet." Il estime que les freins, les pneus et les poussières de macadam joueront un rôle central dans le futur.

 

Les voitures électriques mauvaises élèves en termes d'émissions de ces particules

Le rapport pointe un autre élément intéressant. Ainsi, si les voitures électriques ne rejettent aucune particule issue de la motorisation, par définition, elles sont par contre très mauvaises du côté "hors échappement".

Ce n'est pas le cas de toutes, dit le rapport. Les véhicules électriques dits "légers" et à faible autonomie rejettent entre 11 % et 13 % de PM2,5 que les thermiques de même catégorie.

Mais par contre, les voitures électriques, embarquant de lourdes batteries, et au poids global plus élevé que les thermiques équivalents, rejettent elles 3 à 8 % de PM2,5 en plus. Un constat finalement logique. Plus l'auto est lourde, plus elle use ses pneus et le macadam.

Mais les freins ne sont selon nous pas un problème pour ces autos car le freinage régénératif dont elles disposent toutes permet au contraire d'économiser les disques et plaquettes, qui durent plus longtemps que sur les voitures thermiques.

Le rapport ne cite d'ailleurs en recommandation que de surveiller le poids des véhicules, et la composition des pneus. En ajoutant qu'il y a aussi un facteur "conduite". Vitesse et façon de freiner influent sur ce type d'émission, évidemment...

De leur côté, les constructeurs planchent aussi sur le sujet, puisque certains envisagent de mettre en place des "aspirateurs à particules de freinage" sur leurs autos.

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (75)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Tout activité humaine à un impact sur l'environnement.

Mais on se sert de l'environnement pour se faire de l'argent et certains sont complices.

Si on utilise plus le freinage c'est à cause de la densité de la circulation. S'il y a plus de route alors la circulation est plus fluide. C'est tout bête.

Il faut relancer les grands travaux.

Par

Valeo avait développé un procédé pour récupérer les particules des plaquettes de freins, il y a déjà quelques années...Qu'en est-il ?

Par

Article intéressant mais qui ne fait qu'aligner ce que nous savions déjà.

"En ajoutant qu'il y a aussi un facteur "conduite". Vitesse et façon de freiner influent sur ce type d'émission, évidemment...J'ai souvent remarqué , en particulier sur l'avant, des jantes ou enjoliveurs vraiment trés sales....

On pourra toujours faire des véhicules qui freinent bien, les conducteurs n'anticipent que rarement et ce ne sont souvent qu'accélérations et freinages en ville alors pour ce qui est des particules fines....:bah:

Par

On ne plus taxer le CO2 sur ces véhicules, il va bien falloir trouver d'autre critères plus con les uns que les autres pour faire raquer de l'argent aux francais

Par

(..)

Mais les freins ne sont selon nous pas un problème pour ces autos car le freinage régénératif dont elles disposent toutes permet au contraire d'économiser les disques et plaquettes, qui durent plus longtemps que sur les voitures thermiques.

(..)

c'est ce que j'allais dire. du moins si le freinage régénératif est réellement efficace sur toutes les VE, ce qui ne semble pas forcément le cas. et puis, tout comme pour une thermique, tout dépend de la conduite adoptée par le conducteur.

concernant les pneus, oui, vu le surpoids et le couple élevé des électriques, forcément, ils souffrent davantage et vieillissent plus vite.:bah:

Par

Allez hop, une surtaxe sur les plaquettes et les pneus ! (vu que c'est applicables aux électriques en plus, tout benef pour l'Etat...)

Sinon techniquement je suis d'accord il y a du progrès à faire là dessus.

Par

cela n'est pas certain

Les émissions secondaires de particules peuvent être encore plus importantes

Exemple

Le NH3 est émis par les moteurs à hauteur d'environ (selon les premiers essais du JRC) 10mg par les moteurs diesel et de 30mg pour les moteurs à essence

En se recombinant dans l'atmosphère avec d'autres composés volatils, il donne naissance à autant de particules PM2.5 donc en moyenne à 10mg de particules pour les moteurs diesel et à 30 mg pour les moteurs à essence soit entre VINGT et SOIXANTE fois plus que la masse de particules autorisées à l'échappement lors de l'homologation (car la limite est à 0,5mg) et tout autant dans la réalité car sur le cycle ADAC, les valeurs de la masse de particules observées sont en moyenne de 0,27mg pour les moteurs diesel et de 0,53mg pour les moteurs essence

Par

si tu freines , t'es un lâche :biggrin: , Joe bar Team :bien: , tu coup pas de poussière de frein :ptèdr: ,

Bon sinon ce sujet particules fines au niveau des pneumatiques et freins ne datent pas d'hier , et des 2017 Porsche proposait une option avec traitement au carbure de tungstène des disques de freins et plaquettes céramique sur le Cayenne pour justement limité les poussières et particules fine .

D'ailleurs les plaquettes céramiques disponible pour pas mal de voitures limites les effets , reste à l'imposer de série sur tout les véhicules , pour la facture la poster aux écolos , il vont bien nous donner un bonus , un de plus .

Par §Deb384wp

Je pense que l'on peux la voir arriver de loin... la taxe sur le poids des véhicule ou directement sur les VE selon le parc constitué à la date d'application. Les finances sont on ne peut plus catastrophiques et trouver de nouvelles taxes devient une question de vie ou de mort pour certains.

Par

En réponse à Zelos

Tout activité humaine à un impact sur l'environnement.

Mais on se sert de l'environnement pour se faire de l'argent et certains sont complices.

Si on utilise plus le freinage c'est à cause de la densité de la circulation. S'il y a plus de route alors la circulation est plus fluide. C'est tout bête.

Il faut relancer les grands travaux.

C'est ça.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire