Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi se relance dans l'urgence

Dans Economie / Politique / Industrie

L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi se relance dans l'urgence

Au ralenti depuis trop longtemps, l'Alliance a défini de nouvelles règles pour se relancer au plus vite. Chaque grande marque prendra la main sur une région clé et sur le développement d'une nouvelle technologie, qu'elle partagera.

Renault, Nissan et Mitsubishi ont défini un nouveau cadre pour leur Alliance, afin de "renforcer davantage son modèle économique et consolider sa structure de gouvernance". Une nouvelle fois, les trois membres ont rappelé que leur association est "essentielle à la croissance stratégique et à l'amélioration de la compétitivité de chacune d’entre elles".

Ils espèrent ainsi tordre définitivement le cou aux rumeurs de divorce, encore récemment entendues, des bruits de couloir évoquant il y a quelques jours la volonté de Nissan de couper les ponts avec Renault. À l’issue d'une réunion du conseil opérationnel de l’Alliance (des rencontres régulières mises en place après l'éclatement de l'affaire Ghosn), Jean-Dominique Senard, président de Renault, a fait savoir que le partenariat demeure solide… mais que les composantes de l'Alliance partagent un sentiment d'urgence. Les querelles ont fait perdre beaucoup de temps, alors que la concurrence ne s'est pas arrêtée.

En octobre dernier, Jean-Dominique Senard n'avait pas hésité à dire qu'il avait trouvé l'Alliance en beaucoup plus mauvais état qu'il l'avait imaginée, lors de son arrivée à la tête du Losange début 2019. Il faut dire que le partenariat tournait déjà au ralenti avant la chute de Ghosn, les Japonais étant de plus en plus méfiants face à un projet de grande fusion.

Les trois membres remettent les choses à plat, afin de simplifier les stratégies et permettre aux sociétés de profiter des atouts des autres. Il a notamment été décidé que chaque entreprise sera référente dans une zone où elle est déjà forte : l'Europe pour Renault, la Chine pour Nissan et l'Asie du Sud-Est pour Mitsubishi.

Côté ingénierie, l'Alliance met fin aux doublons. Si Nissan et Renault travaillent enfin ensemble sur l'électrique, ils ont chacun développé une hybridation ! Désormais, c'est clair avec un schéma dit "leader/follower" : une entreprise prendra la tête de l'Alliance pour le développement de chaque technologie clé, qui sera ensuite répartie entre les partenaires de l'Alliance. Cela concernera les plates-formes, les moteurs ou encore les équipements. Renault devrait aussi prendre le dessus pour les utilitaires, avec la confirmation de la fabrication en France d'un utilitaire Mitsubishi sur la base du Trafic pour le marché de l'Océanie.

Les trois marques ont donné rendez-vous en mai pour la présentation de leur nouveau plan stratégique qui prendra en compte ces nouvelles méthodes.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (28)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Il aura fallu 20 ans pour que cette Alliance prenne ces décisions qui pourtant relèvent du bon sens.

Quand VAG ou PSA l'ont fait dès le départ et en ont tiré les bénéfices.

Et oui je sais que l'Alliance n'a pas la même structure que les groupes précités. Mais cela n'empêchait pas les synergies qui n'ont quasiment pas été mises en place.

Par

En réponse à pdcsq

Il aura fallu 20 ans pour que cette Alliance prenne ces décisions qui pourtant relèvent du bon sens.

Quand VAG ou PSA l'ont fait dès le départ et en ont tiré les bénéfices.

Et oui je sais que l'Alliance n'a pas la même structure que les groupes précités. Mais cela n'empêchait pas les synergies qui n'ont quasiment pas été mises en place.

Qu'a développé Skoda et qu'on retrouve maintenant dans tous les modèles VAG?

Par

Je trouve cette Alliance très étrange, notamment le peu de synergies pour développer la complémentarité des gammes et des marques. Nissan, en Europe, c'est quoi ?

Autant le couple Renault-Dacia fonctionne plutôt bien, autant Renault-Nissan est à des années lumières d'un groupe comme VAG qui a su développer une gamme qui va de la Skoda Citigo à l'Audi S8 en couvrant quasi 100% du marché.

Par

En réponse à pdcsq

Il aura fallu 20 ans pour que cette Alliance prenne ces décisions qui pourtant relèvent du bon sens.

Quand VAG ou PSA l'ont fait dès le départ et en ont tiré les bénéfices.

Et oui je sais que l'Alliance n'a pas la même structure que les groupes précités. Mais cela n'empêchait pas les synergies qui n'ont quasiment pas été mises en place.

Je ne suis pas d'accord, ici on est sur une alliance, pas sur un groupe. Les 3 marques sont complètement indépendantes. Le groupe Renault, composé de Renault, Dacia, Lada, Samsung et Alpine, lui, fonctionne comme les autres groupes que vous avez cité. Alors oui, l'Alliance aurait la possibilité de devenir un groupe, mais les marques (surtout japonaises) ne le souhaitent visiblement pas.

Par

En réponse à pdcsq

Il aura fallu 20 ans pour que cette Alliance prenne ces décisions qui pourtant relèvent du bon sens.

Quand VAG ou PSA l'ont fait dès le départ et en ont tiré les bénéfices.

Et oui je sais que l'Alliance n'a pas la même structure que les groupes précités. Mais cela n'empêchait pas les synergies qui n'ont quasiment pas été mises en place.

Ça se voit que tu es connaisseur de ce qu'a pu produire en interne par l'alliance. Selon les derniers chiffres c'est plus de 5 milliards/an. Et là ils vont aller encore plus loin. La nouvelle gouvernance met en place une structure et organisation en réponse au contexte "politico/économique" que vous connaissez. Avec l'arrivée du nouveau PDG, cela va booster et donner une nouvelle impulsion à l’alliance.

Par

En réponse à zblurf

Je ne suis pas d'accord, ici on est sur une alliance, pas sur un groupe. Les 3 marques sont complètement indépendantes. Le groupe Renault, composé de Renault, Dacia, Lada, Samsung et Alpine, lui, fonctionne comme les autres groupes que vous avez cité. Alors oui, l'Alliance aurait la possibilité de devenir un groupe, mais les marques (surtout japonaises) ne le souhaitent visiblement pas.

Oui enfin alliance ou groupe, c'est surtout du blabla politique pour préserver "l'autonomie" de Nissan et pas froisser les japonais.

Me semble que y'a une société hollandaise qui chapotte l'alliance. Ca pourrait fonctionner avec une bonne synergie.

Par

En réponse à al7785

Qu'a développé Skoda et qu'on retrouve maintenant dans tous les modèles VAG?

Dacia a développé quoi à par du chômage en France.

Par

Quel jeu Caradisiac et autres éditeurs Français vous jouer avec vos slogans alarmant pour l'Alliance, presque de l'acharnement à voir la cadence à laquelle vous faite paraître vos missives contre-productive, ce n'est plus de l'info, mais du lavage de cerveau à la longue, qui ce cache derrière vos manœuvres ? De qui proviennent-ils ? Qu’es-ce-que ça vous rapportent ?

A faire marcher les clics d’audiences ?

Par

En réponse à frank656

Dacia a développé quoi à par du chômage en France.

Quelle réponse pertinente! Je réponds à quelqu'un qui indique que VAG et PSA ont déjà séparé le développement entre leurs différentes marques... Seriez-vous frustré en ce moment? :hum:

Par

"Ils espèrent ainsi tordre définitivement le cou aux rumeurs de divorce, encore récemment entendues" SUR CARADISIAC par exemple...... Et puis ce titre, n'importe quoi. Franchement apprenez à faire de vrais articles un peu comme.... des journalistes.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire