Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

La FIEV réclame un "pacte de relocalisation" et la clarification du recours au chômage partiel

Dans Economie / Politique / Industrie

La Fédérations des Industries des Équipements pour Véhicules (FIEV) a participé mercredi 25 mars au comité stratégique de filière automobile. L'occasion pour elle de passer un message fort sur la volonté des équipementiers de lancer un "pacte de relocalisation", mais aussi de demander des garanties au gouvernement pour la bonne application des mesures de chômage partiel.

La FIEV réclame un "pacte de relocalisation" et la clarification du recours au chômage partiel

La FIEV (Fédérations des Industries des Équipements pour Véhicules) est un des plus gros syndicats représentatifs des équipementiers automobiles. Elle a participé hier au Comité Stratégique de Filière automobile organisé au Ministère de l’Économie et des Finances mercredi dernier.

L'occasion pour elle de rappeler quelques faits. Déjà que 70 % des équipementiers que la fédération a interrogés ont aujourd'hui suspendu leur activité de production, face à la crise actuelle. Mais que tous sont désireux de redémarrer au plus vite, cependant dans des conditions sanitaires irréprochables.

Par ailleurs, la FIEV rappelle que si le gouvernement est soucieux de maintenir le maximum d'activités, les équipementiers sont "contraints" à l'arrêt. Face au manque de personnel, de matières premières, ou de débouchés (N.D.L.R.).

Pour l'activité des centres de contrôle technique, la FIEV a demandé que les inspections des moyens de contrôle, qui ont lieu normalement tous les 6 mois, sous peine de fermeture administrative, soient suspendues. Ceci pour protéger la santé des contrôleurs et des personnels itinérants qui réalisent ces inspections, qui sont "parmi les plus exposés à un risque sanitaire".

Surtout la FIEV demande au gouvernement de clarifier les règles de mise en activité partielle, et sera attentive à la bonne application du décret qui y est relatif.

 

Un "pacte de relocalisation"

La FIEV demande au gouvernement de clarifier les mesures de mise en activité partielle, mais croit surtout en un "pacte de relocalisation", pour faire revenir en France des activités et composants stratégiques

 

Pour la FIEV, la fin de la période de confinement doit être anticipée. Et elle croit que pour être forte, rapide et durable en France, la reprise doit s'accompagner d'un "pacte de relocalisation" associé à un plan de relance tourné vers les entreprises.

Pour la fédération, la pandémie de Covid-19 "a révélé l'enjeu d'une relocalisation des chaînes de composants stratégiques sur le territoire français".

Elle est disposée à :

  • Dresser un état des lieux ainsi qu’une étude prospective sur les raisons ayant poussé aux délocalisations.
  • Lister les sites existants à risques ou sujets à transformation et ceux pouvant être relocalisés dans l’hexagone, ainsi que les conditions pour la réussite d’un tel projet.

 

Enfin, pour elle, un plan de relance ne peut être exclusivement centré sur les véhicules hybrides ou électriques, contrairement à ce qui a été évoqué jusqu'ici par les autorités. La FIEV conseille plutôt de booster la production sur les sites français, en favorisant également l'achat de véhicules thermiques produits en France. Et donc essentiellement des voitures de catégorie supérieure, ainsi que des utilitaires. Elle évoque aussi le soutien au marché des flottes d'entreprise.

Pour finir, l'organisation insiste sur le fait qu'il faut préparer demain dès aujourd'hui et confirme sa confiance en ce "pacte de relocalisation" qu'elle propose, porteur "d'ambitions sociales, sociétales et économiques".

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (16)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Vous inquiétez pas, il y’a un nouveau code du travail aux oignons qui arrive

La vous allez comprendre la vraie crise

Par

En réponse à MetallicGrey

Vous inquiétez pas, il y’a un nouveau code du travail aux oignons qui arrive

La vous allez comprendre la vraie crise

Bien. On attend juste le moment ou tu vas nous dire de voter RN....

Par

En réponse à v_tootsie

Bien. On attend juste le moment ou tu vas nous dire de voter RN....

Jamais. C'est la même merde

Par

En réponse à MetallicGrey

Jamais. C'est la même merde

Au moins un point sur lequel nous sommes d'accord. :-)

Par

En réponse à MetallicGrey

Vous inquiétez pas, il y’a un nouveau code du travail aux oignons qui arrive

La vous allez comprendre la vraie crise

Il faut surtout aller voir comment ça se passe ailleurs pour les salariés des entreprises obligées de cesser leur activité ... avant de crier au loup sur des ordonnances temporaires qui n'ont pas pour but de sucrer les droits des salariés mais de répondre aux besoins urgents.

Par

En réponse à smartboy

Il faut surtout aller voir comment ça se passe ailleurs pour les salariés des entreprises obligées de cesser leur activité ... avant de crier au loup sur des ordonnances temporaires qui n'ont pas pour but de sucrer les droits des salariés mais de répondre aux besoins urgents.

Sauf que ça c'est dans les faits

Ce gouvernement de vautours attendait que ça de faire passer ce genre d'ordonnance, d'ailleurs le projet ne comporte pas de date de fin d'application, a moins de travailler pour le gouvernement tu ne peux pas être de mauvaise foi comme ça. Ils feront rien pour toi

Par

La FIEV insiste sur le fait qu'il faut préparer demain dès aujourd'hui et confirme sa confiance en ce "pacte de relocalisation" qu'elle propose, porteur "d'ambitions sociales, sociétales et économiques".

Là dessus, on ne peut qu'être d'accord.On a bien le sentiment du "donnant-donnant" mais après tout pourquoi pas?

Les constructeurs et les sous-traitants, quelle que soit la marque, sont invités à relocaliser....et le consommateur a faire attention dans ses achats...:bah:

Par

En réponse à ZZTOP60

La FIEV insiste sur le fait qu'il faut préparer demain dès aujourd'hui et confirme sa confiance en ce "pacte de relocalisation" qu'elle propose, porteur "d'ambitions sociales, sociétales et économiques".

Là dessus, on ne peut qu'être d'accord.On a bien le sentiment du "donnant-donnant" mais après tout pourquoi pas?

Les constructeurs et les sous-traitants, quelle que soit la marque, sont invités à relocaliser....et le consommateur a faire attention dans ses achats...:bah:

C la FIEV du samedi soir ! :biggrin:

Par

En réponse à v_tootsie

C la FIEV du samedi soir ! :biggrin:

Bien vu!:orni:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire