Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

La panne de batterie est encore trop fréquente et peut être facilement évitée

Dans Pratique / Autres actu pratique

Audric Doche

La panne de batterie est encore trop fréquente et peut être facilement évitée

Selon une récente étude statistique sur de nombreux dépannages en Allemagne, près de la moitié des assistances pour des problèmes électriques concerne simplement un problème de batterie. Les autorités conseillent de vérifier leur état tous les 2 à 3 mois.

C'est un élément très basique avec un fluide, une anode et une cathode, mais tellement importante dans les automobiles. La batterie est pourtant le coupable numéro un lorsque les automobilistes tombent en panne et qu'ils doivent appeler une assistance. C'est ce qu'il ressort de l'étude statistique de l'automobile club allemand AvD.

En 2018, déjà, l'ADAC (autre association automobile allemande) pointait du doigt la responsabilité grandissante des systèmes électriques dans les pannes automobiles. Les grosses casses moteur sont moins nombreuses, mais les problèmes électriques et électroniques sont en hausse. Ils représentaient déjà une part majeure des sources de dépannage il y a trois ans. Et la sous-catégorie "batterie" est la première coupable, loin, très loin devant les problèmes mécaniques. En effet, derrière les pannées électriques, on trouve les ensembles "direction, châssis et freins" avec 16,7% et le moteur et le système d'échappement avec 13,5%.

Concrètement, cela signifique que la batterie arrive en tête des raisons pour lesquelles les automobilistes tombent en panne.

Prévenir, plutôt que guérir

Un mal qui pourrait être évité facilement si les automobilistes vérifiaient de temps en temps l'état de leur batterie. Et si la batterie est un si grand coupable, ce n'est pas vraiment de sa faute : c'est surtout à cause de tous ces petits trajets répétés, qui l'usent, et qui pompent l'énergie d'une batterie qui n'a pas toujours le temps de récupérer sa charge grâce à l'alternateur. Au bout d'un moment, elle flanche...

De plus, depuis quelques années, certains alternateurs sont pilotés afin de réduire la consommation de carburant. Comprendre par là que, contrairement aux plus vieux véhicules, l'alternateur ne fonctionne pas en permanence. On en demande alors encore plus à la batterie, d'autant plus que les systèmes embarqués sont toujours plus nombreux...

"Sur les véhicules récents, le calculateur est programmé pour interrompre l'entraînement de l'alternateur dès que le taux de charge de la batterie atteint les 85 %", expliquait un fabricant de chargeur de batterie à nos confrères de Challenges. Auparavant, elle était chargée totalement, et sans interruption.

Avec tout ça, les cas de batteries HS au bout de 3 ans, voire moins, sont de plus en plus fréquents. Et ne comptez pas trop sur les capteurs pour vous alerter d'un problème de charge : souvent, c'est plutôt l'inverse qui se produit. A savoir que c'est d'abord la charge trop faible de la batterie qui engendre des erreurs en tout genre et des voyants sur le tableau de bord !

Les batteries coûtant toujours plus cher (en particulier avec les systèmes Stop&Start), mieux vaut prévenir que guérir. Il est ainsi conseillé de surveiller la tension (avec un multimètre) tous les 2 à 3 mois et même, si vous le pouvez, de faire une petite charge nocturne tous les 3 mois sur votre batterie. 

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire