Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les utilitaires au secours des amateurs de monospaces

À la place des monospaces, les constructeurs misent sur les versions VP de leurs utilitaires.

Les utilitaires au secours des amateurs de monospaces

On les pense au plus haut, et pourtant, les SUV continuent de grignoter des parts de marché. De janvier à avril, ils ont représenté 42 % des ventes en France. Soit trois points de plus par rapport à 2020. On le dit depuis plusieurs années : les premières victimes des baroudeurs sont les monospaces.

En 2015, alors que les SUV étaient déjà à 26 % de part de marché, les monospaces, ludospaces et combispaces représentaient 15 % des ventes. Si les grands modèles de type Espace n'avaient déjà plus la cote, avec 1 % des immatriculations, les véhicules compacts du style Scénic avaient encore 9 % du marché, soit près d'une vente sur dix. Mais en 2021, au cumul, on est à moins de 4 % ! La courbe des ventes des grands véhicules est proche du 0, tandis que les compacts ne sont plus qu'à 2 % !

Rois des familles au début des années 2000, les monospaces ne sont plus à la mode, éclipsés par des SUV plus tendances, qui renvoient moins l'image d'une voiture de grands-parents ! Forcément, la chute des ventes a été accélérée par un cercle vicieux. La demande baisse, il en est de même pour l'offre, avec des constructeurs qui arrêtent les frais. Et moins de monospaces sur le marché, c'est logiquement encore moins de ventes…

Montée en gamme

Il y a toutefois encore une clientèle à la recherche d'un véhicule familial qui répond à des critères très pragmatiques : une troisième rangée de sièges, un coffre immense pour caser les poussettes, un accès aisé à la banquette pour installer des enfants, une modularité bien pensée, de nombreux rangements…

Les marques sont heureusement conscientes qu'il reste des acheteurs pour des véhicules dont la fonction prime sur la forme, notamment du côté des familles recomposées. Mais pour les orphelins du monospace, elles mettent maintenant en avant la déclinaison VP de leurs utilitaires. Dès 2016, Citroën et Peugeot misaient sur les SpaceTourer et Traveller, version civile des Jumpy et Expert, pour combler le trou laissé par les C8 et 807. Au sein du groupe, Opel a carrément repris le nom Zafira pour son minivan, jouant ainsi la filiation avec le monospace compact, arrêté après trois générations.

La base utilitaire permet de développer un véhicule pour les familles à moindres frais, puisque c'est donc un dérivé et non un véhicule à part entière. Il y a toutefois une évolution à noter dans le domaine de l'utilitaire revu pour les particuliers : une réelle montée en gamme. Comme ils ont pour mission de prendre la place de monospaces "traditionnels", les ludospaces et minivans doivent s'éloigner de l'aspect rustique qu'on leur connaissait. Exemple avec le tout nouveau Kangoo. En matière de présentation, d'équipements, de prestations sur la route, le bond en avant est considérable.

Un modèle, plusieurs marques

L'idée est clairement de donner l'impression d'une vraie voiture et non d'un utilitaire aménagé, car à moyen terme, ce Kangoo 3 va occuper la place Scénic, qui n'aura pas de suite directe. De la même manière, le prochain Espace pourrait être une version VP de la quatrième génération du Trafic. La montée en gamme entraîne tout de même une hausse des prix. Par rapport au précédent, le nouveau Kangoo a pris près de 3 000 €. Mais il restera moins cher qu'un SUV aux prestations familiales équivalentes.

L'autre atout de la base utilitaire, c'est qu'elle permet d'assurer de bons volumes de production et donc la rentabilité. C'est d'ailleurs bien souvent la version pour les pros qui fait le plus gros des immatriculations. L'année dernière, en France, Citroën a vendu 9 323 Berlingo en VP… et 24 634 en VUL ! À cela s'ajoutent les bénéfices d'un aspect très important : la collaboration, quasiment incontournable dans le milieu des utilitaires. Citroën et Peugeot fonctionnent ainsi avec Opel et Toyota pour ses véhicules. Du côté de Renault, on travaille avec Nissan et Mercedes. D'ailleurs, deux chiffres venus du Losange résument la situation : en 2019, l'usine de Douai a sorti 67 600 Scénic. À Maubeuge, il y a eu près de 150 000 Kangoo et Citan.

Mots clés :

En savoir plus sur : Renault Kangoo 3

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire