Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Mercedes : le DRH déclare qu'il faut désormais penser aux licenciements

Dans Economie / Politique / Marché

Mercedes : le DRH déclare qu'il faut désormais penser aux licenciements

Le directeur des ressources humaines de Mercedes annonce qu'il est temps de ne plus se voiler la face et que la crise du Covid-19 n'est pas simple : elle cache une restructuration de l'automobile. Et il faudrait largement réduire la voilure.

La crise sanitaire et économique a-t-elle un impact réel et marqué sur les grandes entreprises, ou ben représente-t-elle une "excuse" parfaite pour les départements de ressources humaines pour faire un ménage plus important que ce qui serait nécessaire ? C'est probablement le sujet de tension dans de nombreuses entreprises européennes, et Mercedes n'échappe pas à ce cas atypique.

Pour Wilfried Porth, le DRH de Mercedes, il n'y a pas débat : selon l'un des plus hauts dirigeants de la marque allemande, la situation actuelle est totalement différente de celle de la crise de 2008. Il ne s'agit plus simplement de crise économique, mais plutôt de "restructuration de l'industrie automobile". Et alors que les syndicats sont en pleines négociations, Porth affirme que "cela ne sert à rien si le syndicat demande des réductions générales des heures de travail et la semaine de 30 heures". Une demi-mesure qui ne ferait que "retarder" le "problème" selon le DRH.

Ce dernier prépare le terrain à un plan de restructuration probablement bien plus grand que ce qui était prévu en fin d'année dernière chez Mercedes, qui prévoyait déjà 10 000 suppressions de postes en favorisant les départs naturels. Cette fois, le débat de licencier du monde dans des secteurs clés comme la production n'est plus taboue. Ni la réduction des privilèges de salariés : "nous avons des conventions collectives telles que les pauses, nous payons des primes de fin de quart à partir de 14h00... ce sont des choses historiques qui ont pu être correctes à l'époque. Mais elles ne cadrent plus avec le temps et ne cadrent plus avec les structures de coûts d'aujourd'hui ", précise Porth.

Mercedes vivait déjà avec deux paramètres complexes depuis peu : "nous avons trois problèmes différents: le premier est la pandémie corona , qui provoque maintenant également une crise économique. Nous avons le sujet de l' électromobilité , et nous avons le sujet du positionnement concurrentiel des coûts . En plus de ces deux thèmes, il faut désormais rajouter la crise actuelle".

Le chiffre de 10 000 à 15 000 suppressions de poste pourrait donc être nettement revu à la hausse, sans pour autant que Porth et la direction de Mercedes n'annonce de précision. Mais certains détails ne trompent pas : il serait par exemple question d'arrêter de gérer toute la partie informatique de Mercedes en interne (et donc de licencier du monde) et de sous-traiter cette activité. 

 

SPONSORISE

Actualité Mercedes

Toute l'actualité

Forum Mercedes

Commentaires (99)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

septembre sa va etre catatrophiques Lol...fini l'arrogance française -(

Par

En réponse à SUDISTE DES LANDES

septembre sa va etre catatrophiques Lol...fini l'arrogance française -(

Tu compte faire partie de ceux qui vont se retrouver sur la paille on dirait ...

Par

La fin de l'article est revelateur

Sous-traiter tout un pan d'une entreprise ? pourquoi ?

Parce que des entreprises "sous-traitantes" proposent des contrats à prix cassés en payant des "informaticiens" à bas prix ....

Ou comment une telle decision peut favoriser ces entreprises qui payent "à la mission" leurs salariès...

Resultat : les informaticiens de Mercedes avec de l'experience et probablement bien payés peuvent aller se rhabiller, et pour esperer retrouver un boulot, faire une croix sur un revenu confortable, ou pire, se faire embaucher par les "sous-traitants" avec un salaire de debutant..

Quant à la qualité du travail du sous-traitant c'est encore un autre probleme...

Et en cas de soucis, ce ssera le fameux "c'est pas moi, c'est le sous-traitant" et ca sur X niveaux de resposabilites....

Par

Soutiens aux futurs chômeurs. Les salaires dans l'industrie automobile allemande étant deux fois plus élevés que dans l'industrie automobile française (enfin, ce qu'il en reste), j'espère qu'ils ont pu mettre de côté... Les temps seront durs. Toujours les mêmes qui trinquent pour l'avidité de toujours les mêmes. Soutient aussi aux syndicats.

#lecovidabondos

Par

En réponse à syl203579

La fin de l'article est revelateur

Sous-traiter tout un pan d'une entreprise ? pourquoi ?

Parce que des entreprises "sous-traitantes" proposent des contrats à prix cassés en payant des "informaticiens" à bas prix ....

Ou comment une telle decision peut favoriser ces entreprises qui payent "à la mission" leurs salariès...

Resultat : les informaticiens de Mercedes avec de l'experience et probablement bien payés peuvent aller se rhabiller, et pour esperer retrouver un boulot, faire une croix sur un revenu confortable, ou pire, se faire embaucher par les "sous-traitants" avec un salaire de debutant..

Quant à la qualité du travail du sous-traitant c'est encore un autre probleme...

Et en cas de soucis, ce ssera le fameux "c'est pas moi, c'est le sous-traitant" et ca sur X niveaux de resposabilites....

Exactement !

Par

En réponse à SUDISTE DES LANDES

septembre sa va etre catatrophiques Lol...fini l'arrogance française -(

Pour l'instant tu es sur un article Daimler Mercedes Benz.

Par

Le COVID a bon dos ! Les grandes entreprises semblent profiter de la situation ... mais c'est un calcul à court terme pour plaire aux actionnaires et valoriser l'action en bourse !

Sauf que, quand il y aura un chômage de masse, ces entreprises n'auront plus assez de clients ... C'est le serpent qui se mord la queue !

La seule chose positive dans l'histoire c'est que les prix de l'immobilier vont peut être enfin finir par dégringoler en France (en Allemagne ils sont bas)... pour permettre aux primo-accédants ayant encore un taf de ne pas bouffer des patates et des pâtes durant 30 ans pour s'offrir un logement "en carton".

Par

En réponse à gignac31

Commentaire supprimé.

Je pensais qu'il n'y avait qu'en France qu'on licenciait ! Guignol va !

Par

"cela ne sert à rien si le syndicat demande des réductions générales des heures de travail et la semaine de 30 heures". Une demi-mesure qui ne ferait que "retarder" le "problème" selon le DRH."

Donc on a là un DRH d'une multinationale qui reconnaît que la baisse du temps de travail va dans le bon sens...

Par

Sergio Marchionne n'avait certainement pas que des qualités mais je me souviens encore des commentaires rigolards lorsqu'il y a déjà de nombreux mois de cela, il avait ralenti le rythme de production, voire mis certaines usines à l'arrêt pour être plus en phase avec un ralentissement de la demande. Pendant ce temps, les constructeurs allemands accéléraient le rythme, genre "pour nous, tout va bien".

Ils se sont comportés exactement comme les types qui, sur autoroute, voient un bouchon à 300 m devant eux mais continuent à faire des dépassements ou à accélérer à 150 avant de se mettre debout sur les freins lorsqu'ils constatent que ça ne passera pas. La même absence d'anticipation, mais au niveau du management d'une multinationale, est honteuse.Et ces CEO's surpayés devraient être considérés comme compétents ?

Car il ne faut pas se leurrer, le Covid-19 n'est en rien la cause de tous ces licenciements, il n'a fait qu'accélérer ce qui se serait de toute façon produit dans 6 ou 12 mois. Et il est aussi un magnifique alibi pour faire passer la pilule.

Et (nos gouvernants, eux aussi surpayés, n'ont honte de rien) on continue à faire comme si les millions de personnes se retrouvant sur le carreau vont augmenter leurs dépenses de consommation (en s'endettant, puisque la plupart n'ont pas d'argent de côté) pour relancer des économies sous perfusion. C'est l'inverse qui va se passer, puisque dans une situation aussi précaire, ceux qui ont encore les moyens d'épargner vont tout faire pour se constituer un matelas de sécurité, et reporter toutes les dépenses non-urgentes, parmi lesquelles la nouvelle voiiture ("tu sais Germaine, celle qu'on a tiendra encore bien deux ou trois ans"). Ce sera aussi valable pour les vacances à l'Etranger, la nouvelle Smart-TV à écran de 50 pouces ou le nouveau smartphone.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire