Publi info

Passages à niveaux : des pistes pour y améliorer la sécurité

Dans Pratique / Sécurité

Ce vendredi est rendu public un rapport parlementaire sur la sécurité des passages à niveaux, lequel avait été commandé à la suite du drame de Millas, qui en décembre 2017 avait coûté la vie à 6 jeunes passagers d’un autocar après une collision avec un TER. Le document dresse un état des lieux et avance 12 pistes d’amélioration réalistes.

10 à 20% des passages à niveaux sont considérés comme particulièrement dangereux.
10 à 20% des passages à niveaux sont considérés comme particulièrement dangereux.

Les passages à niveaux dangereux, une exception française? Le rapport parlementaire publié ce vendredi 12 avril  rappelle notamment qu’on déplore en moyenne 30 à 40 morts chaque année sur les 15 405 ouvrages que compte l’hexagone, ce qui représente 1% de la mortalité routière. Surtout, le taux de décès s’y élève à 0,09 par million de train/kilomètre, contre 0,01 à la Suisse et 0,015 au Royaume-Uni.

« À dire d’experts, 10 à 20 % des passages à niveau sont considérés comme particulièrement acci-dentogènes », précise le document réalisé sous la houlette de la députée des Pyrénées-Orientales Laurence Gayte. « Les accidents sur les passages à niveau ont très majoritairement une cause routière et non pas ferroviaire : environ 98% sont dus à un comportement inadapté d’un véhicule ou d’un piéton. »

Et le rapport d'identifier trois grands facteurs d’accidents. Le premier est l’inattention : « Cas d’un usager, conducteur ou piéton, qui ne comprend pas ou qui ne fait pas (ou plus) attention au fait qu’il arrive sur un carrefour dangereux, soit en raison d’une trop grande vitesse, soit en raison d’une mauvaise visibilité ou perception des équipements de sécurité. » Le deuxième est l’impossibilité de dégager son véhicule (ou se dégager soi-même en cas de chute) alors qu’un convoi approche du passage à niveau, et le troisième concerne l’inconscience pure et simple : « alors que les barrières se ferment, cas d’un véhicule qui accélère ou passe en chicane ou cas d’un piéton qui passe sous la barrière ou à côté. En 2017, pour 38 radars de vitesse installés sur les passages à niveau, il a été constaté 71 972 infractions et pour 80 radars de franchissement de passages à niveau, il a été constaté 27 468 infractions. »

Le constat est éloquent, mais plusieurs axes d’améliorations se dessinent, classées selon 12 catégories. Parmi les idées émises, on retiendra notamment :

- Un système de type « boîte noire » pour évaluer le fonctionnement du système de sécurité (feux et barrières) en cas d’accident, doublé d’une vidéoprotection

- Matérialiser des zones de danger au sol, à destination notamment des piétons et usagers vulnérables

- Réduire la vitesse autorisée de franchissement des passages à niveaux (sans toutefois descendre sous les 30 km/h)

- Installer des radars de franchissement et de contrôle de la vitesse sur les passages à niveaux réputés les plus sensibles

- Proposer une gouvernance départementale qui contrôle mieux la sécurisation des ouvrages

- Allouer des budgets plus importants aux financements de sécuritéCréer un système d’information national des passages à niveaux

- Baisser le nombre de franchissements d’autocars scolaires et de bus réguliers sur les passages à niveaux

Encore de trop nombreux passages à niveaux sans barrière en France. Une simple Croix de Saint-André les matérialise.
Encore de trop nombreux passages à niveaux sans barrière en France. Une simple Croix de Saint-André les matérialise.

- Installer un système semi-automatisé avec deux demi-barrières là où n’existe qu’une Croix de Saint-André

- Etudier la faisabilité et les coûts de systèmes de détection d’obstacles automatiques permettant de ralentir ou freiner un trainInstaurer une amende de cinquième classe (jusqu’à 1 500 €) en cas de franchissement de passage à niveau lorsque le feu clignote

De nombreuses idées, on le voit, mais dont on se demande juste comment il se fait qu’elles n’aient pas encore été mises en œuvre au vu des chiffres évoqués plus haut. La Ministre des Transports réunira le 29 avril prochain le comité de suivi de la sécurité ferroviaire « afin de débattre de ces pistes et de décider des actions à engager ».

Passages à niveaux : des pistes pour y améliorer la sécurité

 

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (45)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Je suggère de reculer les barrières à 50 mètres des rails, et dès que la barrière baisse, un anti roulage de 60 cm se relève, et sirène à te rendre sourd et pas des clochettes comme aujourd'hui, et comme il y a 50 mètres entre la barrière et le rail, sa rend responsable la personne qui s'aventure.

Par

Traversé le passage en airflo en futaie flashi jaune pour la sécurité

Par

Toujours le même problème : Non respect du Code de la route ...

Si on attend la suppression de tous les passages à niveau, au rythme actuel, c'est environ 2 000 ans et plusieurs centaines de milliards d' euros.

Nous devrions payer pour les abrutis qui ne veulent pas respecter le Code de la route , comme d'habitude ...

Par

Les passages à niveau russes sont très efficaces : d'abord les barrières se baissent avec les feux clignotants, puis de chaque côté sortent de la route des obstacles arrête-voiture (un muret escamotable). Ça n'arrête pas un camion mais il y laisse ses roues et son train avant. Méthode musclée pour un pays aux conducteurs hors norme...

Par

non mais un capteur de poids sur une largeur de 10 mètres qui envoit un signal au train donc il peut freiner avant de voir le con.

après oui une sonnerie plus forte et des barrière au moins 5 mètres avant les rails

Par

Un tunnel qui passe dessous et il n'y aura plus du tout de morts.

Par

En réponse à minireno-143

Je suggère de reculer les barrières à 50 mètres des rails, et dès que la barrière baisse, un anti roulage de 60 cm se relève, et sirène à te rendre sourd et pas des clochettes comme aujourd'hui, et comme il y a 50 mètres entre la barrière et le rail, sa rend responsable la personne qui s'aventure.

Une sirène qui rend sourd... Quelle tendre idée! Avec une baisse de 6dB pour chaque *2 de distance, à quelle distance estimes-tu pouvoir habiter sans devenir complètement taré à chaque passage de train?

:tourne:

Par

En réponse à Jimmy Cram

Un tunnel qui passe dessous et il n'y aura plus du tout de morts.

Quelle géniale idée! A Quelques 100 mille € le tunnel et avec 14 000 passages à niveau, allez, tu peux faire la multiplication?

Niveau 6ème. Tu vas y arriver...

Sans parler des cas où il n'y a pas la place pour le tunnel...

Par

Puisque le train est très souvent en retard, et qu'il y a quand même des accidents. Pourrions-nous réduire ces accidents en demandant aux automobilistes en retard eux-aussi (puisqu'il y a accident) de partir à l'heure afin justement de ne plus croiser le train pour ne plus avoir d'accident ? CQFD ?

Par

Juste limiter la vitesse des trains à l'approche de ces passages aiderait déjà beaucoup à diminuer les conséquences d'un accident, voir l'éviter.

La vitesse est limitée sur la route dans les zones dangereuses ou à proximité d'une école. Faut faire de même pour les trains.

On n'a pas le choix donc que ce soit pareil sur les rails

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire