Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Pour Carlos Tavares, patron de PSA, la crise va "faire un tri" parmi les constructeurs

Dans Economie / Politique / Industrie

Pour Carlos Tavares, patron de PSA, la crise va "faire un tri" parmi les constructeurs

Interrogé par les Échos, le patron de PSA estime que la crise du Covid associée à d'autres événements, comme les réglementations CO2, va mettre à mal des constructeurs.

PSA a de nouveau marqué les esprits avec ses résultats financiers. Alors que ses ventes ont dégringolé au premier semestre, quasiment divisées par deux, le groupe français a réussi à rester bénéficiaire. Lors de la présentation du bilan à mi-parcours de 2020 par téléconférence, Carlos Tavares, qui dirige PSA, a souligné que le groupe est devenu "une entreprise qui résiste à tous les temps". Depuis plusieurs années, PSA se porte bien grâce à une stratégie de réduction drastique des coûts menée par Carlos Tavares, qu'il a bien sûr appliquée ces dernières semaines.

L'homme est donc confiant alors que l'industrie automobile traverse une grosse tempête, bien sûr liée au Covid. Les effets négatifs s'ajoutent à un contexte qui était déjà particulièrement délicat, avec notamment les réglementations CO2 de plus en plus sévères qui entraînent des investissements colossaux pour électrifier au plus vite les gammes.

Carlos Tavares pense que la crise va bousculer le paysage automobile. Et dans une interview aux Échos, il n'hésite pas à déclarer que les événements actuels "vont mettre à l'épreuve les entreprises, et faire un tri entre celles qui sont agiles, frugales, et celles qui ne le sont pas". Voilà qui est plutôt direct ! Évidemment il ne donne pas d'exemple précis.

On pourrait penser à Fiat-Chrysler avec lequel PSA est en processus de fusion ! L'italo-américain a bien plus de mal à affronter la crise du Covid-19. Carlos Tavares n'a pas l'intention de remettre la fusion en cause, soulignant que la crise montre justement l'importance d'un regroupement des forces, mais il précise que les modalités de la finalisation dépendront de la position financière des deux groupes à l'approche du closing.

De manière plus générale, si la crise actuelle ne semble pas mener à des disparitions totales, elle va assurément accélérer une évolution de la stratégie des marques en matière d'implantation sur la planète. Nissan et Mitsubishi ont par exemple prévu de réduire la voilure en Europe. Renault va faire de même pour la Chine.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (172)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

ce qui appelle réduction des coûts , moi j' appel ça délocalisations ! :bah:

Par

Oui, faisons le tri.

À commencer par PSA :ange:

Par

Donc en gros l'équilibre annoncé pourrait être recalculé en défaveur de FCA.

Cela aurait dû être le cas dès le début vu que la une valeur boursière de PSA était significativement plus élevée que celle de FCA avant la signature de la fusion.

Par

En réponse à speedster 72

ce qui appelle réduction des coûts , moi j' appel ça délocalisations ! :bah:

Ce sont surtout sur les fermetures des sites, les licenciements de son début de prise de pouvoir, et la vente du siège à Paris qu'il a fait des économies.

Par

Éliminons d'abord ETO....

Faiseur de mauvaise image de PSA

Par

HS, mais selon un site concurrent, Vidal aurait bien quitté Peugeot pour aller chez Renault... Ce qui expliquerait que son départ du groupe PSA se fasse visiblement dans la douleur...

Deuxième grosse prise chez PSA pour Renault (le premier étant Le Borgne), après plusieurs transferts en sens inverse...

Par

Éliminons d'abord ETO...

Faiseur de mauvaise image de PSA.

Par

Mouais.

J'attends de voir comment ils vont organiser les gammes Peugeot + Citroën + Fiat + Opel pour voir s'ils sont capables d'en faire 4 marques complémentaires et non des modèles qui se bouffent entre eux.

Quand on voit ce qu'est devenu Citroën depuis son rachat il y a presque 50 ans : une marque qui vivote, avec des ventes anecdotiques hors de France... mais c'est toujours mieux que Simca / Talbot qui a été purement et simplement enterré, et volontairement de surcroit !

Par

Et bientôt des smarts et des Dacia Made in china en France ! Il avait raison Macron , il faut relocaliser en France :areuh::areuh::areuh::areuh::areuh: et dire qu'il va être réélu en 2022! :bah:

Par

Fiat ne vend qu'en Italie, il faut garder la Fiat 500 c'est tout, et Opel ne sert strictement à rien comme marque. On peut faire du tri déjà.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire