Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Route de nuit - Pourquoi un Daimler allemand et un Daimler anglais ?

Dans Rétro / Saga des marques

Stéphane Schlesinger

En 2021, la Daimler AG s’est renommée Mercedes-Benz Group. Et jusqu’en 2010, on pouvait s’offrir une Jaguar au luxe encore plus affirmé, badgée… Daimler. Deux blasons identiques dans l’industrie automobile ? Cela n’a rien d’un hasard.

Daimler a fini par pratiquement plus se distinguer de Jaguar, entraînant sa disparition. Cette V8 de 1998 ne justifie face à la XJ8 que par des éléments esthétiques.
Daimler a fini par pratiquement plus se distinguer de Jaguar, entraînant sa disparition. Cette V8 de 1998 ne justifie face à la XJ8 que par des éléments esthétiques.

Quand on est un peu geek de l’automobile, on se torture avec des questions existentielles. Pourquoi tant de radars ? Comment démonter un étrier de frein arrière ? Pourquoi le nom Daimler désignait-il la maison-mère de Mercedes ainsi que des Jaguar à la calandre striée ?

Pionnier fondamental de l’automobile, Gottlieb Daimler a vendu les licences de ses moteurs un peu partout : Etats-Unis, France, Autriche, Angleterre…
Pionnier fondamental de l’automobile, Gottlieb Daimler a vendu les licences de ses moteurs un peu partout : Etats-Unis, France, Autriche, Angleterre…

Avec Karl Benz, Gottlieb Daimler compte parmi les grands inventeurs de l’automobile. Tous deux ont fondé leur marque à leur nom. Elles ont fusionné en 1926 pour former la Daimler-Benz, qui deviendra en 2008 la Daimler AG avant d’être renommée Mercedes-Benz Group en 2021.

Sortie en 1889, la Daimler Wire-Wheel Car a posé les bases des futures Peugeot et Panhard. Elle avait déjà un moteur central arrière…
Sortie en 1889, la Daimler Wire-Wheel Car a posé les bases des futures Peugeot et Panhard. Elle avait déjà un moteur central arrière…

Mais tout n’a pas été simple pour Gottlieb Daimler, loin de là. Après avoir inventé, avec Wilhelm Maybach, un des tous premiers moteurs à essence en 1883, il fonde sa compagnie, la Daimler Motoren Gesellschaf, près de Stuttgart, en 1890. Comme il le craignait, il est mis en minorité par les actionnaires et la quitte en 1893, après avoir été victime d’une attaque cardiaque.

Un an auparavant, Daimler a rencontré un certain Frederick Simms, qui se montre très intéressé par le moteur inventé par l’Allemand. Il lui en achète les droits pour l’empire britannique, à l’exception du Canada en 1890 et crée en 1893 la Daimler Motor Syndicate, qui se destine à la fabrication de véhicules motorisés, des bateaux plutôt que des voitures.

Les autos badgées Daimler se sont développées simultanément en Allemagne et en Angleterre, d’où vient cette Grafton Tourer de 1897. Mais elles étaient très différentes.
Les autos badgées Daimler se sont développées simultanément en Allemagne et en Angleterre, d’où vient cette Grafton Tourer de 1897. Mais elles étaient très différentes.

Pourquoi ? Parce qu’à l’époque, outre-Manche, celles-ci sont soumises à des contraintes de circulation telles (elles ne doivent pas aller plus vite qu’un homme qui marche, soit 4 mph) que leur industrie ne peut éclore.

Ces limites stupides (comme quoi, elles ne datent pas d’hier) sont levées en 1896, et l’automobile peut se développer dans la Perfide Albion.

Un autre larron entre alors en scène : H.J. Lawson, patron de la British Motor Syndicate, qui reprend les activités britanniques de Daimler et crée la Daimler Motor Company en 1896. Voilà comment Daimler est devenue également un constructeur de voitures, en Angleterre.

Ceci n’est pas une Jaguar MkII mais une Daimler 2.5 V8 de 1962, qui s’en distingue par sa présentation et son moteur.
Ceci n’est pas une Jaguar MkII mais une Daimler 2.5 V8 de 1962, qui s’en distingue par sa présentation et son moteur.

Après des débuts hésitants, celui-ci est rachetée par BSA (le célèbre fabricant de motos) en 1910, et ce dernier revend Daimler à Jaguar en 1960. Jaguar ne voyait pas d’un très bon œil ce concurrent, qui produisait un excellent V8 (en 2,5 l et 4,5 l), parfaitement à-même d’en remontrer à son renommé 6-cylindres XK.

Il le montera néanmoins dans la version Daimler de sa berline Mk II, rebadgée V8 250 pour l’occasion. Puis il supprimera ce très bon moteur en 1969 (tout en étant incapable de développer son propre V8).

La marque Daimler ne servira plus qu’à désigner des Jaguar plus luxueuses, sa seule voiture spécifique demeurant la confidentielle limousine DS420 (sur base 420G), très utilisée par la famille royale britannique. Ce blason sera retiré en 2010.

Daimler

Poursuivez votre lecture :

SPONSORISE

Actualité

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire