Publi info
 

2. Sur la route : tout pour les batteries

Essai vidéo - Mitsubishi Outlander PHEV (2019) : une petite rallonge

Un mot sur les batteries

Mitsubishi est un des rares constructeurs à ne pas se fournir chez un tiers pour les batteries. Elles sont fabriquées par Mitsubishi au Japon, et la marque nippone est également spécialisée dans leur réparation. En France, Mitsubishi forme certains de ses techniciens à leur remise en état. Mitsubishi l'a bien précisé : il n'y a aucun remplacement de pack de batterie complet. Lorsqu'une batterie montre des signes de fatigue, elle est démontée, et les cellules ou modules défectueux sont remplacés.

Nous avons tout de même questionné le constructeur sur le recyclage des batteries lorsqu'elles ne sont plus du tout utilisables (même en seconde monte, dans le cadre de stockage d'énergie pour de l'habitat ou pour des infrastructures). Les batteries des Outlander hybrides rechargeables et autres iMiev sont ainsi envoyées dans un centre spécialisé, dans le Sud de la France, pour recyclage du lithium. 

Pour l'heure, toutefois, le lithium recyclé est presque inexistant dans le monde. Les méthodes de recyclage (soit trop complexes à l'échelle industrielle, soit bien trop polluantes) sont nombreuses, et l'usage du lithium recyclé est peu répandu :

"On estime qu’à l’échelle mondiale, 1 % seulement du lithium contenu dans les batteries est récupéré, bien que dans certains pays, comme les États-Unis, jusqu’à 20 % des batteries soient recyclées. Plus étonnant encore, des préoccupations au niveau de la pureté du produit font en sorte que le lithium recyclé n’est pas réutilisé pour fabriquer de nouvelles batteries : le lithium neuf permet un meilleur contrôle de la qualité. Cela signifie concrètement que le recyclage ne permet pas de créer une « économie circulaire » du lithium." (source : energieetenvironnement.com).

 

L'Outlander PHEV dispose de trois modes de fonctionnement : pure électrique, hybride série (où le moteur thermique alimente uniquement les batteries) et hybride parallèle (le moteur thermique entraîne les roues avant, les moteurs électriques entraînent les roues avant et arrière). Le dernier mode est celui qui entre le moins en jeu, ce qui confirme le positionnement de l'Outlander mis en avant par Mitsubishi : un véhicule électrique épaulé d'un bloc essence, jouant presque le rôle de prolongateur d'autonomie.

Sur cette version 2019, tout a été revu à la hausse : les batteries passent de 12 à 13,8 kWh, le moteur essence passe de 2.0 à 2.4 litres, et les deux blocs électriques sont légèrement plus puissants. A l'usage, le gain de couple et de puissance ne saute pas aux yeux, mais il permet surtout d'avoir une autonomie en mode électrique réelle d'une cinquantaine de kilomètres. Ce que nous avons pu vérifier lors de notre essai.

Essai vidéo - Mitsubishi Outlander PHEV (2019) : une petite rallonge

Mitsubishi a rajouté deux nouveaux modes de conduite : Snow (pour les terrains à adhérence précaires et la neige) et Sport, qui permet de cumuler moteurs électriques et thermique pour favoriser les accélérations. Dans ce mode, l'autonomie de la batterie fond à vu d'oeil, et le quatre cylindres essence repasse temporairement du cycle Atkinson en cycle traditionnel Otto (grâce au calage variable des soupapes), ce qui engendre une hausse non négligeable de la consommation.

Globalement, une fois accoutumé à l'auto (et aux palettes au volant, qui servent à jouer sur le frein moteur et, par la même occasion, sur la recharge des batteries), on peut aisément descendre à de très faibles consommations. Nous avons, au final, mesuré moins de 6 litres/100 km sur 200 km d'essai, avec près de 60 % de conduite en mode électrique. Un joli score pour un engin de près de 1900 kg, qui n'aime toutefois pas vraiment les autoroutes. Une fois la batterie vidée (ou presque, elle ne se vide jamais complètement), le 2.4 atmosphérique prend seul le relais, et l'on relève alors environ 8,5 l/100 km à 130 km/h.

Essai vidéo - Mitsubishi Outlander PHEV (2019) : une petite rallonge

L'Outlander dispose de deux modes principaux de gestion moteur : Save (le moteur thermique s'active pour sauvegarder les batteries et l'autonomie en mode électrique) et Charge (le moteur thermique recharge les batteries). Le premier sera surtout utile dans le futur si des restrictions sont mises en place dans les grandes villes pour interdire la circulation des véhicules tournant au sans-plomb, et le second n'a finalement que peu d'intérêt, surtout si vous avez l'occasion de recharger.

Essai vidéo - Mitsubishi Outlander PHEV (2019) : une petite rallonge

En matière de dynamisme, l'Outlander n'est pas un très bon élève. Pataud, doté d'un train avant relativement peu incisif, le SUV japonais dispose en outre d'une direction au feeling très artificiel. Tout est fait pour vous inciter à avoir une conduite très "coulée" et souple, domaine dans lequel l'Outlander excelle avec un très bon confort.

Portfolio (24 photos)

En savoir plus sur : Mitsubishi Outlander 3

Commentaires (53)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Vraiment pas beau comme un SUV le mérite, consommation bien trop élevée pour un hybride...un diesel euro 6d de 190 cv c'est 3 litres de moins, donc mis à part à Paris...pas d'intérêt !

Par

240cv pour 170km/h vmax 10.5s le 0/100

40g de co2 pour 6 à 8.5 litres aux 100

c'est vraiment du foutage de gueule, comme tous les SUV hybrides

Par

En réponse à JFKiki74

Vraiment pas beau comme un SUV le mérite, consommation bien trop élevée pour un hybride...un diesel euro 6d de 190 cv c'est 3 litres de moins, donc mis à part à Paris...pas d'intérêt !

La précédente génération, lorsque l'on laisse le système se débrouiller tout seul (sans forcer l'EV à tout prix, qui est une débilité pour surconsommer ensuite, et avec une régénération efficace on est pas en quête de prise électrique) consomme sans se casser la tête 6.5l aux 100 en roulant aux limites du réseau routier français. J'ai pas foutu les pieds dans le nouveau, mais si comme indiqué, et qui est crédible, ont s'en tire avec 6l/100, il faudra le présenter le SUV de 190cv qui ne sucerait que 3 à 3.4l de mazout...

Par

il n'y a plus de bonus (1000€) pour les hybride rechargeable, me semble-t-il ....

Par

En réponse à PlasticMoussey

La précédente génération, lorsque l'on laisse le système se débrouiller tout seul (sans forcer l'EV à tout prix, qui est une débilité pour surconsommer ensuite, et avec une régénération efficace on est pas en quête de prise électrique) consomme sans se casser la tête 6.5l aux 100 en roulant aux limites du réseau routier français. J'ai pas foutu les pieds dans le nouveau, mais si comme indiqué, et qui est crédible, ont s'en tire avec 6l/100, il faudra le présenter le SUV de 190cv qui ne sucerait que 3 à 3.4l de mazout...

... avec le même gabarit et en 4 wd :wink:

Par

Encore un camion ! cest gros moche lourd Suv 4×4 camion des années 90 nul

Par

Bientôt le scandale des hybrides :

2 l annoncés et 6 l dans la vie réelle, soit 3 fois plus ...

Sachant que ce genre de véhicule n'est pas vraiment destiné à la ville, cela peut faire 4 fois plus (8.5 l/100)

Si Ségolène voit ça .....

Par

La "voiture de demain" c'est donc un gros lourdaud de près de 2 tonnes qui se pâme de glouglouter 6 l/100 km (soit ce que peux proposer n'importe quelle thermique un peu optimisée), qui te propose un coffre de 460 litres, soit 70 de moins qu'une Fabia Combi pourtant 45 cm plus courte (!!!), et ou tu peux toujours te brosser pour avoir un pauvre GPS, et cela après 2 restylages.

Note finale : 15/20.

Cette farce !

Par Profil supprimé

Dommage que l'autonomie est contradictoire et l'absence de GPS à 50k€. Mon père se serait bien laissé tenter.

Ce créneau pourrait être prisés par les constructeurs français comme alternative.

Par

En réponse à Profil supprimé

Dommage que l'autonomie est contradictoire et l'absence de GPS à 50k€. Mon père se serait bien laissé tenter.

Ce créneau pourrait être prisés par les constructeurs français comme alternative.

Avec Android Auto et Car Play, attendez vous à voir disparaître à terme les GPS embarqués, souvent merdiques, facturés la blinde pour un service rapidement désuet, et à la mise à jour de la cartographie aussi retardataire qu'onéreuse.

Combien de bagnoles sont mises sur le marché avec des cartographies compilées plusieurs mois avant leur mise en circulation, sur la base de données qui ont de base, une année dans la vue...pour le coup Mitsubishi a un parti pris loin d'être con. Combien ne sont plus guère supportés après un certain nombre d'années, ou impossible à mettre à jour sans un forfait à chiffres en concession ?

C'est loin d'être regrettable vu l'avancée massive des smartphones dans le domaine aujourd'hui.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire