Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Véhicules d'entreprise : les électriques toujours pas intéressants

Véhicules d'entreprise : les électriques toujours pas intéressants

Le "total cost of ownership", cette donnée si importante pour les gestionnaires de flottes, n'est pas du tout bon pour les véhicules électriques, malgré le fait qu'ils ne consomment pas de carburant, et malgré la montée des prix de ces derniers. C'est ce qu'il ressort de l'étude du loueur LeasePlan à l'échelle européenne.

Le TCO (total cost of ownership) est le coût total lié à la possession d'un véhicule : achat, entretien, carburant, assurance, taxes et décote. Tout rentre dans ce calcul qui permet de savoir, au final, combien va coûter tel ou tel modèle. Et en Europe, les disparités sont importantes selon le loueur LeasePlan qui a réalisé une grande étude sur les TCO dans les différents pays.

Premier constat : les écarts entre essence et diesel sont aujourd'hui faibles, avec 536 euros par mois pour un modèle à moteur fonctionnant au sans-plomb et 523 euros pour les diesels. Ces chiffres soulèvent toutefois une tendance : les véhicules à moteur essence, pourtant fortement malussés à l'achat (ou taxés à l'année, selon les pays) à cause du CO2, sont finalement proches des diesels sur le bilan final. Et ce, malgré l'écart de consommation et de prix des carburants (plus faibles aujourd'hui, certes). Cela pourrait s'expliquer par le fait que les gains dans des postes comme l'assurance ou l'entretien sont importants pour les véhicules à moteur essence.

Et les électriques, alors ? Le bilan de LeasePlan révèle qu'ils sont, dans la plupart des pays, bien plus chers que les véhicules à moteur thermique : 819 € par mois, avec contrat de location de 3 ans et 60 000 km. Il n'y a qu'en Norvège, avec des politiques très incitatives en faveur de l'électrique, que cette technologie se montre un peu plus intéressante : 670 € par mois.

Certains constructeurs faisant en grande partie leur "beurre" avec les flottes et les professionnels, on comprend vite pourquoi le véhicule électrique peine toujours à percer en Europe.

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire