Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Vols de voitures : le double effet des confinements

Vols de voitures : le double effet des confinements

Jérôme Arnac, directeur marketing de Coyote, nous a présenté les résultats de l'observatoire des vols Coyote Secure 2021. Si les vols ont baissé pendant les confinements, ils se sont envolés ensuite !

Toutes les 4 minutes, une voiture est volée en France. Cela représente 121 500 vols en 2020, selon l'observatoire des vols Coyote Secure 2021, du nom du traceur proposé par la société.

Par rapport à l'observatoire 2020, le nombre de vols a chuté de 13 %. Rien de surprenant, vu le contexte si particulier, avec deux périodes de confinement l'année dernière. Et celles-ci ont un effet particulièrement visible sur le nombre de vols, qui a dégringolé lorsque le pays s'est figé : - 43 % en mars, - 74 % en avril. Même constat pour le deuxième confinement, avec - 17 % en novembre.

Mais la baisse moyenne n'est donc que de 13 %. Jérôme Arnac, directeur du marketing de Coyote, souligne que l'on "aurait pu s'attendre à une baisse plus forte". Les confinements ont en fait un deuxième effet : s'ils font chuter le nombre de vols, ils entraînent une forte hausse une fois qu'ils prennent fin. Jérôme Arnac nous a expliqué : "Les vols repartent très vite entre deux confinements. Il y a un effet rattrapage de la part des filières de vols, qui sont de plus en plus professionnelles et qui ont leur année à faire". Ainsi, en juin, les vols ont augmenté de 14 %. Puis c'était 36 % en juillet, 17 % en août… et + 70 % en septembre !

Les SUV français attirent les voleurs

L'Île-de-France est la région la plus touchée, avec même une progression de 11 % du nombre de vols. Le taux de sinistralité est élevé : 5,9 vols pour 1 000 véhicules dotés du service Coyote Secure. C'est 3,9 dans la deuxième région, Provence-Alpes-Cote-d'Azur. Dans les Hauts-de-France, 3e région, c'est 3,7.

Le SUV plaît aux clients… et par ricochets aux voleurs. Les baroudeurs représentent 46 % des vols ! Et plus précisément, il y a un appétit des malfaiteurs pour les modèles français. Jérôme Arnac dit que "c'est un fait nouveau". Il indique que ces modèles "sont plutôt destinés à l'export et à la revente, dans des pays de l'Est ou de l'Afrique. On les retrouve souvent dans des conteneurs en route vers le port du Havre ou le port d'Anvers". Si Coyote ne veut pas donner un classement des modèles, on sait que la police a déjà arrêté plusieurs réseaux spécialisés dans le vol de Peugeot 3008 en Île-de-France ! Le risque de vol est aussi élevé chez les citadines, avec quatre modèles dans le top 10. Jérôme Arnac indique : "on va être plutôt sur un marché de pièce détachées".

Toutefois, le taux de sinistralité pour les véhicules particuliers n'est que de 2,4. C'est bas quand on le compare aux deux-roues, où il est de 56 ! En clair, près de 6 % des deux roues ont été volés en 2020. C'est même quasiment 10 % pour les scooters. Pour Jérôme Arnac, "le deux-roues est plus vulnérable, avec une technique de vol rapide qui lui est propre, c'est le vol par enlèvement : je le prends, je le mets dans mon fourgon et je disparais".

80 % de vols électroniques

C'était déjà le cas ces dernières années : une large majorité des vols de voitures se fait par des moyens électroniques, c'est le "mouse jacking". Jérôme Arnac explique quelques techniques : "Les voleurs récupèrent le signal de la clé pour aller ensuite ouvrir la portière électroniquement en répliquant le signal. Ils brouillent aussi la zone au moment où le propriétaire va croire qu'il est en train de fermer son véhicule." Des vols "extrêmement rapides, qui se produisent en trois minutes et ne se remarquent pas, même en plein jour", qui demandent du matériel, "ce qui montre la professionnalisation des voleurs". Jérôme Arnac indique d'ailleurs que sa société voit passer des séries de vols, avec des modèles particulièrement visés sur une période.

43 % des véhicules sont enfouis, c’est-à-dire cachés dans un lieu couvert, le plus souvent un parking souterrain ou un box. Cette dernière solution permet de le démonter à l'abri des regards. L'enfouissement donne un délai pour voir si la police intervient vite grâce à une localisation par GPS ou réseau GSM, les voitures modernes étant de plus en plus connectées à Internet par les réseaux mobiles. D'ailleurs, Coyote constate un doublement du nombre de véhicules enfouis en sous-sol, autre preuve de la professionnalisation des voleurs.

Coyote vante ainsi les mérites de sa technologie, avec un boîtier autonome, qui n'est donc pas branché sur la batterie, ce qui le rend indétectable. Le boîtier est installé par un professionnel, dans un endroit tenu secret, même du client. La marque travaillait jusqu'à présent avec un réseau de concessionnaires, la vente du boîtier se faisant à la vente du véhicule. Mais le boîtier sera désormais disponible à l'achat via le site et les magasins de la firme, avec une installation réalisée en partenariat par Carglass.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire