Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

À Paris, à vélo, on tasse les autos

Le projet de RER Vélo va se heurter à une réalité sociologique et météorologique : en France, la plupart des cyclistes ne pédalent que par beau temps. Faut-il engorger tout le trafic pour un mode de transport qui fonctionne six à huit mois par an et trois ou quatre heures par jour ?

À Paris, à vélo, on tasse les autos

C’est parti pour le RER-V, V pour vélo, dernière promesse de Valérie Pécresse, candidate aux régionales en Île-de-France et largement favorite. Quelle que soit l’issue de l’élection, cette vieille revendication des écolos au tracé depuis longtemps dessiné est désormais assurée d’aboutir.

Cinq lignes principales et 650 kilomètres de pistes cyclables dont 45 % reprendraient des tracés existants, ce réseau permettrait de relier aussi bien Cergy-Pontoise à la Défense que Roissy à la Gare du Nord. Typiquement français, ce réseau voit grand et… en étoile avec Paris au centre : on pourra aller de Versailles ou de Saclay à Paris (20 et 15 km), mais pas de Saclay à Versailles (12 km)…

J’entends déjà les critiques : 30 kilomètres – et 170 mètres de dénivelé - de Cergy-Pontoise à Paris ! Presque deux heures d’après Google Maps ! Certes, mais si l’on n’habite et ne travaille pas à côté d’une gare, le bus+train+bus+marche ne fait pas beaucoup mieux. Et en voiture, c’est selon : de 1h30 aux heures de pointe à… 3 h un jour de pluie et de bouchon.

Mais de toute façon, les lignes du RER-V seront plus souvent empruntées pour des trajets bien plus courts, de type Nanterre-Sartrouville (10 km) ou Chatou-Porte Maillot (12 km).

À Paris, à vélo, on tasse les autos

Comment ne pas être un apôtre du vélo ?

Vous l’aurez compris, le vélo, je suis pour.

D’ailleurs, comment être contre ce modeste et merveilleux engin qui, au prix de quinze ou vingt kilos de métal, démultiplie l’effort de l’homme (et de la femme…) et quadruple son autonomie sans émettre le moindre polluant. Une machine qui désormais assistée électriquement permet de longs déplacements sans fatigue et, en ville, bien plus rapidement qu’en voiture. Sur un VAE cargo, on transporte deux enfants ou 15 à 20 kg de course et on ne cherche jamais une place pour se garer.

Des années durant et par tous les temps sauf neige et verglas, j’ai transporté mes enfants à vélo à l’école et à leurs activités et casé 80 % de mes courses sur ses porte-bagages et dans ses sacoches.

Puis ils ont grandi, pris du poids, une soudure du porte-bagages a lâché, j’ai déménagé plus près des commerces et des écoles, on m’a volé mon vélo et son remplaçant ne me sert plus qu’à de rares déplacements solos et aux promenades en famille.

Il n’empêche, je reste un amoureux de la petite reine, convaincu qu’en ville, elle devrait être la norme et l’auto l’exception.

À Paris, à vélo, on tasse les autos

Le vélo, c’est comme les éoliennes : alternatif…

Mais dommage, ce n’est pas aussi simple que ça et je ne crois pas à cette manière dont on veut nous l’imposer.

L’idée de RER vélo est excellente mais le projet utopique.

Tout simplement parce qu’en France, le vélo est un moyen de transport alternatif. Comme les énergies alternatives - les éoliennes qui ne tournent pas sans vent (ni avec trop de vent) et les panneaux photovoltaïques qui ne débitent rien de nuit et pas grand-chose sous les nuages – le vélo est chez nous totalement dépendant de la météo.

En Île-de-France, la preuve en est faite après chaque Toussaint : quand la température passe sous les 10 ou 12 °C, les pistes cyclables se dépeuplent, et encore de 10 % supplémentaires à chaque degré perdu.

À Paris, à vélo, on tasse les autos

Et même après Pâques : qu’il pleuve ou qu’un coup de froid survienne et on assiste au spectacle désolant de ces larges couloirs désertés avec à côté, avançant au pas sur des kilomètres, des voitures tassées sur une seule file. Au volant je le parie, bien des cyclistes de beau temps…

Car contrairement au scootériste qui s’est équipé et circule désormais 12 mois sur 12, le cycliste français, lui, pédale en dilettante, à croire que la cape de pluie, le casque à écran et les gants fourrés ont été brevetés à l’usage exclusif des Hollandais et des Danois…

Idem en été : au-dessus de 30 °C, les vélos restent à l’ombre : le Parisien ne mouille pas la chemise.

On va travailler à vélo, on ne travaille pas à vélo

Que les pistes cyclables ne servent que six à huit mois sur douze ne serait pas un problème si on n’avait pas, pour les isoler des engins motorisés, réduit à ce point la place dévolue à ces derniers. Résultat, même si le trafic automobile diminue dans presque toutes les métropoles depuis des années, la congestion augmente et la pollution ne diminue guère malgré des voitures toujours plus propres.

Après le déconfinement du printemps dernier, les quais de Seine à hauteur de Boulogne ont été aménagés en « Corona piste », une seule file restant au trafic motorisé. Résultat, cet axe majeur est devenu un piège, impraticable de 7 à 21 heures tant il est embouteillé. Pourtant, en dehors des heures de pointe, extrêmement peu de vélos y circulent : quelques sportifs habillés Tour de France rejoignant le bois de Boulogne, un coursier parfois.

À Paris, à vélo, on tasse les autos

C’est qu’à l’exception de ce dernier, le cycliste va travailler à vélo, mais ne travaille pas à vélo. Et pour tous ceux qui tiennent un volant non par vice ou fainéantise mais par obligation professionnelle - livreurs, artisans, commerciaux, ambulanciers, taxis, VTC, services d’intervention -, la sanction d’un espace de circulation divisé par deux est terrible : l’enfer du surplace.

Bref, pour des usagers qui circulent six ou huit mois par an et dans un créneau de trois à quatre heures par jour, on a pénalisé tous les autres.

Et je crains que le développement promis partout de giga pistes cyclables ne devienne une excuse pour ne point trop investir dans les transports en commun des métropoles qui en manquent – ce n’est certes pas le cas en Île-de-France – et un nouveau prétexte pour brimer tout ce qui comporte un moteur, fût-il électrique.

La solution serait peut-être de faire se rencontrer vélo et télétravail : on n’irait plus au bureau quand il pleut, seulement quand il fait beau, et à vélo…

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (198)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Article absurde s'il en est. "Le vélo est chez nous dépendant de la météo."

Le français est-il en sucre? Les néerlandais subissent-ils moins souvent que les français l'assaut de la pluie ou celui du vent? Les berlinois ont-ils les sièges chauffants sur leurs bicyclettes prémioume allemandes, pour quand il fait -10°C? Les habitués du vélo (français, anglais, allemands, coréens ou belges) ont tous un point en commun: ils ne passent pas au bus pour quelques gouttes de pluie... :hum:

Par

Aujourd'hui je ne suis travaille plus sur Paris.

Mais si je suis amené à y travailler prochainement (probable). Je pense investir dans un vélo 2.0.

J'entends par vélo 2.0, l'évolution du vélo que l'on appelle moto. :biggrin:

Une Triumph Rocket 3 R ça me plairait bien (j'ai déjà eu sportive, roadster, enduro, cross) mais jamais eu de custom : 2500 cm3, 225Nm de couple, 167cv.

J'adore le look de ce vélo 2.0 : https://www.triumphmotorcycles.fr/bikes/rocket-3/rocket-3/rocket-3-r

Par

C'est malin, Axel, tu pourrais t'entasser sur la voie préemptée par les bagnoles. :bien:

C'est video-verbalisation sur les pistes cyclables pour ceux qui y roulent en moto. En plus une Rocket 3R, c'est à peu près ce qui se fait de pire pour l'interfile (après la goldwing). :coucou:

Par

La seule chose obligatoire pour se rendre au travail en vélo c'est la disponibilité de douches sur place sans quoi c'est par trop limitatif en fonction de la météo.

Par

En réponse à bananias

La seule chose obligatoire pour se rendre au travail en vélo c'est la disponibilité de douches sur place sans quoi c'est par trop limitatif en fonction de la météo.

C'est de moins en moins vrai. Avec un VAE et un survêtement imperméable (au cas où...), tu peux faire 10 bornes sans arriver en sueur. Perso, c'est 4 bornes, pas de VAE, et je ne suis en sueur que quand je pars de chez moi en retard... :ange:

Par

En réponse à Philippe2446

C'est malin, Axel, tu pourrais t'entasser sur la voie préemptée par les bagnoles. :bien:

C'est video-verbalisation sur les pistes cyclables pour ceux qui y roulent en moto. En plus une Rocket 3R, c'est à peu près ce qui se fait de pire pour l'interfile (après la goldwing). :coucou:

Ca passe très bien en inter-file.

C'est pas pour rien que les moto taxi sont en goldwing parce que ça passe largement.

Tu sais la partie la plus large d'une moto c'est le guidon et globalement le guidon est pas spécialement plus large sur un custom ou sur une routière.

:bien:

Par

En réponse à Philippe2446

C'est de moins en moins vrai. Avec un VAE et un survêtement imperméable (au cas où...), tu peux faire 10 bornes sans arriver en sueur. Perso, c'est 4 bornes, pas de VAE, et je ne suis en sueur que quand je pars de chez moi en retard... :ange:

A la limite, tu pourrais prendre un cheval. C'est plus classe et pas besoin de pédaler. Tu peux même faire des pointes à 40 km/h avec la bonne monture. :bien:

Par

En réponse à Axel015

A la limite, tu pourrais prendre un cheval. C'est plus classe et pas besoin de pédaler. Tu peux même faire des pointes à 40 km/h avec la bonne monture. :bien:

On s'est déjà fait les grands boulevards avec ma chérie, elle en Triumph Street triple, et moi avec mon vélo de ville (mais KTM s't'euplé ! :areuh: ). 42 km/h chrono (donc je n'ai pas peur du canasson!). C'était un samedi, jour de soldes ! :up:

Bon, ça remonte un peu, et j'ai pris un peu de gras quand même... :roll:

Par

Je peux voir que dans ce projet, Argenteuil qui est la 4ème ville la plus peuplée d'IDF et la plus peuplée du Val d'Oise est encore abonnée absente.

On aurait une dent contre cette partie du département au niveau de la région? Niveau transport c'est la loose dans ce coin là. Pas de tram (les prolongations passent aux oubliettes) pas de RER, une pauvre ligne de transilien qui s'essouffle...

Sinon oui, le combo télétravail / travail à vélo pourrait être attrayant, mais il va encore falloir passer par des incitations pour forcer les franciliens à s'y donner... Style indemnité kilométrique supportée en partie par la région ou quoi, sinon la mayo prendra pas. (Quand je bossais à Nantes, ma boite a adopté ça. Explosion du nombre de vélos du jour au lendemain...)

Par

Le point c'est qu'il faut comparer ce qui est comparable, amsterdam, C'est max 2 millions hab / 219,33 km2, allez 1,4 M avec la peripherie, paris c'est 4,5 millions intra sur 700 KM2 (Paris + petite couronne) amsterdam c'est tout plat, et au milieu des rue y'a des canaux... il faut comparer avec des ville comme londres, new york ou autre, et clairement y' a pas plus de velo la bas :-) .... alors oui le velo c'est bien, mais si c'est pour qu'il y ait plus de bouchon, au final le bilan n'est pas bon .... au final je reste persuadé qu'un peage est bien mieux qu'une ZFE...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire