Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

A Paris, la voiture occupe la moitié de l'espace public

A Paris, la voiture occupe la moitié de l'espace public

Voilà une étude qui risque de ne pas plaire aux Franciliens se déplaçant en véhicule dans Paris. Selon nos confrères du Monde, les infrastructures liées aux transports routiers occupent la moitié de l'espace public de Paris. Pourtant, les déplacements motorisés ne comptent que pour 13 % du total des déplacements dans Paris...

Paris est une des capitales les plus visitées au monde, mais c'est aussi une des plus difficiles à la circulation, et, par la même occasion, une des plus petites en termes de surface occupée au sol. Justement, en pleine période de chasse à la voiture à Paris intra-muros, sous l'impulsion du chef d'orchestre Anne Hidalgo, voilà une étude qui tombe à pic, malheureusement pas pour les milliers d'automobilistes et de motards qui empruntent les avenues parisiennes, mais plutôt pour la municipalité.

 

En effet, selon Le Monde, sur les 2800 hectares qu'occupe l'espace public à Paris, un peu plus de 1400 sont réservés "aux déplacements motorisés". Comprenez par là : automobiles, motos et scooters, poids lourds et camions. Et lorsque l'on met cette donnée en parallèle d'une autre, le constat est un peu plus singulier : près de 50 % de l'espace public occupé pour seulement 13 % des déplacements dans Paris. A l'inverse, le vélo représente 3 % des déplacements pour 3,8 % d'occupation au sol des espaces publics : la cohérence est ici vérifiée.

 

Autant dire que la mairie de Paris risque d'apprécier ce genre d'étude, qui a, et c'est plutôt étonnant, rassuré l'association 40 millions d'automobilistes, cette dernière estimant que la volonté d'Anne Hidalgo de rééquilibrer l'espace public était du coup sans fondements. Ce devrait être un combat plutôt âpre entre défenseurs de la mobilité motorisée et mairie qui souhaite faire tomber le taux d'occupation au sol des déplacements motorisés à seulement 30 % tout en augmentant la part du vélo. Pas sûr que ça plaise, ni réduise la pollution, comme cela a déjà été vérifié après la fermeture des voies de berge qui ont augmenté sensiblement les embouteillages.

 

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire