Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Alpine : un avenir pensé au rabais ?

On peut voir le verre à moitié plein et se dire qu'Alpine a un futur. Ou voir le verre à moitié vide en constatant que cet avenir a été imaginé à moindres frais.

Alpine : un avenir pensé au rabais ?

Quatre ans seulement après son grand retour, la nouvelle A110 ayant été présentée début 2017, Alpine part dans une nouvelle direction, sous l'impulsion de Luca de Meo. De quoi rassurer sur l'avenir du constructeur, qui avait pu susciter des inquiétudes en 2020.

Alpine pouvait en effet déjà sembler sur un siège éjectable, le groupe traversant une tempête financière. Après un excellent départ, les ventes de l'A110 se sont fortement tassées, provoquant un gros ralentissement de la production à l'usine de Dieppe, bien avant la crise du coronavirus. Et Jean-Dominique Senard, président du Losange, a carrément laissé planer le doute sur le futur du site historique normand.

Luca de Meo avait heureusement vite rassuré après son arrivée chez Renault en juillet 2020, confirmant un avenir pour Alpine. Lors de sa grande conférence pour présenter sa "Renaulution", le directeur général a détaillé ses projets pour la marque. Avec une décision importante : faire d'Alpine le seul porte-étendard du sport pour l'ensemble du groupe.

C'est d'ailleurs la base du projet de Meo : créer une nouvelle entité Alpine en réunissant les activités actuelles d'Alpine Cars, Renault Sport Cars et Renault Sport Racing. L'idée : "associer la crédibilité d'une marque authentique, d'une production spécialisée, d'une maîtrise de l'ingénierie et de l'immense exposition médiatique de la Formule 1."

Alpine entre ainsi dans une "nouvelle dimension"… à peu de frais donc ! L'arrivée de la marque en Formule 1, c'est un simple changement de nom et de couleur de l'écurie Renault Sport. Pas de dépenses supplémentaires, Alpine repend ainsi à son nom de l'existant. Un tour de passe-passe malin pour un expert du marketing tel que De Meo. Mais pour habiller Pierre, il a donc déshabillé Paul. Renault Sport disparaît, et le Losange n'a donc plus d'engagement sportif majeur à son nom !

Désormais, c'est Alpine qui doit profiter à Renault, dont les sportives devraient être nommées Alpine. Ce qui a déjà été le cas par le passé, on se souvient bien sûr de la R5 Alpine. Et celle-ci devrait faire son grand retour. Luca de Meo a confirmé le développement d'une gamme de trois nouveaux modèles pour Alpine, tous électriques.

Dans le lot, il est déjà indiqué une petite sportive de segment B. Et le teaser donné par Alpine peut faire penser à un retour de la R5 Alpine, avec donc en base la future citadine électrique néo-rétro de Renault. Un crossover de segment C est aussi au menu… qui pourrait lui être dérivé de la prochaine Mégane-E. Il y a heureusement un projet de remplaçante pour l'A110, avec un associé : Lotus.

Alpine : un avenir pensé au rabais ?

La gamme d'Alpine va-t-elle associer véhicules exclusifs et Renault en version sportive ? Voilà qui fait penser à ce qu'est devenu Cupra vis-à-vis de Seat. Une comparaison qui n'a rien d'un hasard, puisque Luca de Meo vient de Seat et est à l'origine de cette émancipation marketing de Cupra, qui n'a pour l'instant qu'un modèle exclusif, le Formentor (et encore, c'est une Leon crossover). L'homme aime décidément appliquer chez Renault ses recettes du passé, puisqu'avant de relancer la R5, il a fait revivre la 500 chez Fiat.

Il y a quelques jours, avec ses nouveautés électriques, on imaginait Alpine glisser du Porsche français au Tesla français. Le voir en Cupra français, avec cette impression d'un nouvel avenir imaginé à moindres frais, pourrait faire moins rêver ! Il faut reconnaître que de Meo n'allait de toute manière pas investir massivement dans un label qui doit d'abord prouver sa rentabilité. Et gardons en tête le principal, Alpine va rester en vie, et c'est bien le plus important.

SPONSORISE

Actualité Alpine

Toute l'actualité

Commentaires (65)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"le Losange n'a donc plus d'engagement sportif majeur à son nom !"

Et combien de marque n'ont pas d'engagement sportif en leur nom ? Kia, Hyundai (en-dehors du Veloster N ETCR qui vient de sortir mais pas d'engagement de course en nom propre), VW, Seat, Citroën (DS est en Formula E), Fiat, Jeep, Honda (a quitté la F1), Peugeot (endurance à partir de 2022), Ford ...

Finalement, Alpine en nom et place de Renault sport, Renault racing et Renault F1 n'est pas si déconnant. C'est une harmonisation qui démontre aussi qu'Alpine devient LA marque sportive du groupe Renault.

Par

Heureusement que vous finalisez comme il se doit cet article, vous m'avez fait peur...

Par

"LA marque sportive" ???

Pour moi tout cela devient QUE marketing, si c’était pas déjà fait avec la A110...

Aaaaah oui!!!! Un grand merci a Alpine de nous sortir une énième proposition du "SUV électrique sportif". Vraiment on en manquait sur le marché.

Peut être un jour je verrais des SUV "sportifs" tourner sur Ledenon :peur:

Par

il vont faire le même coup comme d'hab, ça va devenir une finition Alpine. Renault Bigster e-tech Alpine avec 140 ch :bien: on va se marrer avec le cric.

Par

Renault avait pourtant prévu que Alpine serait sur un marché de niche avec des ventes anecdotiques, il était donc logique que Alpine ne soit pas une marque à gros rendement.

Faire disparaitre RS en sport mécanique, au profit de Alpine, pourquoi pas mais faire de Alpine une marque uniquement électrifiée c'est triste.

Par

En réponse à Banjobolt

"LA marque sportive" ???

Pour moi tout cela devient QUE marketing, si c’était pas déjà fait avec la A110...

Aaaaah oui!!!! Un grand merci a Alpine de nous sortir une énième proposition du "SUV électrique sportif". Vraiment on en manquait sur le marché.

Peut être un jour je verrais des SUV "sportifs" tourner sur Ledenon :peur:

Vous avez déjà essayé l'A110 pour dire que ce n'est que Marketing ?

Pour ce qui est des SUV, électrique ou non, c'est devenu un mal nécessaire. Les SUV se vendent beaucoup, c'est une source d'argent. Si ça permet à la marque d'être rentable et proposer d'autres modèles à côté qui seront plus sympa, tant mieux.

Car un Cayenne, un Urus, un DBX c'est pas la folie non plus en terme de sportivité. Mais il y a une clientèle forte.

Par

En réponse à christopheCLE11

il vont faire le même coup comme d'hab, ça va devenir une finition Alpine. Renault Bigster e-tech Alpine avec 140 ch :bien: on va se marrer avec le cric.

Car bien sûr, vous roulez dans une voiture extrêmement puissante et faites de la course automobile à vos moments perdus..

Par

je râle pas souvent mais la révolution Renault ressemble plus à de l'agitation médiatique...1/ la Renault 5 électrique : la Clio, la Zoé et la Sandero cartonne quel intérêt d'ajouter une citadine ? 2/ alpine : quelle stratégie ? formule 1 pour vendre du tout électrique ? endurance ? rallye ?suv électrique ? bref ça me rappelle quand Renault a collé du Gordini partout la stratégie sport est incohérente et inadaptée bref c'est de la m... 3/ faire monter Dacia en gamme pareil si Renault sait pas vendre son Kadjar c'est pas en faisant du mod cost que ça va marcher 4/ quid de Nissan? on fait quoi avec eux ?.. bref je veux bien lui laisser sa chance mais là c'est nul , copie à revoir

Par

Je trouve le montage de DeMeo totalement cohérent.

Alpine a besoin d'exposition internationale : quoi de mieux que la F1 pour le faire ? Renault Sport en dehors de l'Europe reste très minoritaire, quelques ventes en Australie et Japon...

D'un point de vue sportive, il est tout à fait possible de rebadger les variantes sportives Renault, ex-Renault Sport en Alpine ; et de faire des pures sportives Alpine. Porsche fait bien cela entre les Macan-Cayenne-Panamera qui sont des bases VW et les 911-Cayman qui sont des pures sportives.

Sur un groupe de marque qui manque d'exposition, il vaut mieux simplifier l'image plutôt que de la complexifier comme c'était fait avant : entre les Renault Sport, finition Gordini, les Dacia qui sont badgées Renault dans certains pays ça ne donne pas de crédibilité dans la marque

Le partenariat avec Lotus est une bonne opportunité pour amortir les frais de développement et de fabrication de pièces spécifiques qui permettront de réaliser des vraies sportives comme l'A110. On doit s'attendre à une future paire "Axx0 - future Elise".

Par

En réponse à gaetan09

je râle pas souvent mais la révolution Renault ressemble plus à de l'agitation médiatique...1/ la Renault 5 électrique : la Clio, la Zoé et la Sandero cartonne quel intérêt d'ajouter une citadine ? 2/ alpine : quelle stratégie ? formule 1 pour vendre du tout électrique ? endurance ? rallye ?suv électrique ? bref ça me rappelle quand Renault a collé du Gordini partout la stratégie sport est incohérente et inadaptée bref c'est de la m... 3/ faire monter Dacia en gamme pareil si Renault sait pas vendre son Kadjar c'est pas en faisant du mod cost que ça va marcher 4/ quid de Nissan? on fait quoi avec eux ?.. bref je veux bien lui laisser sa chance mais là c'est nul , copie à revoir

De Meo est le DG de Renault. Il est donc normal qu'il n'intervienne pas sur la stratégie de Nissan.

Après il faut conserver à l'esprit que tous ceux qui ont réussi, ont auparavant osé. Ce n'est pas en critiquant et en ne faisant rien qu'on se créé des opportunités. Seul l'avenir dira si la stratégie est bonne et certainement pas vos bla-bla.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire