Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Après le déconfinement, les prix des carburants augmentent

Dans Economie / Politique / Budget

Après le déconfinement, les prix des carburants augmentent

Les prix dans les stations sont repartis à la hausse. Mais les tarifs des carburants restent bien plus bas qu'au début de la crise.

Ces derniers jours, vous êtes peut-être passés en station pour la première fois depuis mars et la mise en place du confinement. Et si vous n'êtes pas de mauvaise foi, vous avez constaté une belle dégringolade des prix.

La paralysie de l'économie mondiale par le coronavirus a fait chuter les cours du Brent, référence pour l'Europe. Dès janvier, les cours du pétrole ont baissé. La chute s'est accélérée en mars avec la mise en place du confinement en Europe. Le baril de Brent était à près de 70 $ en début d'année, il est passé sous les 20 $ début avril.

Les prix des carburants ont donc chuté. Le 10 janvier, le gazole coûtait en moyenne dans l'Hexagone 1,49 €. Au 15 avril, c'était 1,16 €, soit 33 centimes de moins par litre. Sur un plein de 50 litres, cela fait une différence de 16,50 €.

Évidemment, difficile de profiter de cette embellie pendant le confinement, où la voiture devait servir le moins possible. Et depuis deux semaines, le déconfinement impose de rester dans un rayon de 100 km, ce qui permet quand même de rouler pour le plaisir avec des pleins bien moins onéreux !

Toutefois, la chute des prix dans les stations est finie. Cette fois, les tarifs commencent à repartir à la hausse. Au cours de la dernière semaine, le gazole a repris 1,9 centime par litre, soit 1,1768 €. De son côté, le sans-plomb 95 E10 a pris 2,6 centimes, à 1,2486 €.

On peut pester en se disant que l'essence n'est pas chère quand on n'en a pas besoin et réaugmente quand on retourne dans les stations ! La raison est à nouveau le pétrole. Après être tombé sous les 15 $ fin avril, le Brent augmente à nouveau doucement mais sûrement. Il est repassé au-dessus de la barre des 30 $. C'est logique, cela fait suite à la reprise de l'économie, avec la levée des mesures de confinement. Il y a forcément un jeu d'offre et de demande, d'autant que l'Arabie Saoudite tente de limiter sa production pour aider à la relance des cours.

On peut quand même voir le verre à moitié plein : les prix des carburants restent bas, bien en dessous des niveaux du Nouvel An.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (118)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Allez payer les taxes les amis :oui:

Par

Ah, la gueguerre OPEP/Russie n'a eu aucun impact?

Les prix étaient pourtant à la baisse à date du confinement...

Par

On remarquera aussi que malgré des stocks pleins à en poser problème, et loins d'être vidés, toujours à bas coût niveau fourniture, les prix repartent à la hausse...

Enfin j'ai pas encore constaté ça en fin de semaine dernière où les prix restaient stables par chez moi.

Mais personne ne pourra justifier un rebond de plus d'1 ou 2 cents pendant encore quelques temps.

Mais si la transhumance des moutons des villes va forcément peser sur le reste de la population qui reste sagement chez eux. A commencer par ceux qui ont fait un choix de vie moins débile/plus agréable/pour 300€ de moins sur la feuille de paie mais 800€ de moins de frais de vie.

Par

Euh il z'on jamais baisser Lol ou tres peut ...

Par

Mais voyons, c'est bien connu, on nous veut du bien :ange::areuh:

Par

En réponse à Piz.fr

Ah, la gueguerre OPEP/Russie n'a eu aucun impact?

Les prix étaient pourtant à la baisse à date du confinement...

L'impact a justement été noyé dans les effets du confinement: Quand le client final n'achète plus pour une raison sans lien avec l'économie et que les stocks s'accumulent, baisser le prix ne change plus rien.

Par contre pas mal de producteurs de pétrole de schiste américains ont dû entre-temps boire la tasse. On peut poser l'hypothèse que s'ils ne se relèvent pas d'ici que les stocks surnuméraires soient éclusés, l'absence de leur production va se faire sentir et les prix s'envoler. C'était un peu le but à long terme de ladite guéguerre...

Par

Env. 1.30€ le SP98 en ce moment.

Par

J'en ai vraiment marre de voir juste à chaque fois :biggrin:

Par

En réponse à le tamanoir

L'impact a justement été noyé dans les effets du confinement: Quand le client final n'achète plus pour une raison sans lien avec l'économie et que les stocks s'accumulent, baisser le prix ne change plus rien.

Par contre pas mal de producteurs de pétrole de schiste américains ont dû entre-temps boire la tasse. On peut poser l'hypothèse que s'ils ne se relèvent pas d'ici que les stocks surnuméraires soient éclusés, l'absence de leur production va se faire sentir et les prix s'envoler. C'était un peu le but à long terme de ladite guéguerre...

Et encore, les pétroleux avaient-ils vraiment envisagé l'effondrement de la demande?

Il m'a semblé d'ailleurs voir au sein de certains articles (hors France) que Putin tremblait un peu des genoux dès la mi-avril...

Y'a eu renégociation d'ailleurs, mais n'ai eu connaissance des résultats.

De toute manière je ne me fais pas d'illusion, un pétro-monde à la relance continuera à nous pourrir, et ce même si on pouvait par l'intervention de n'importe quelle divinité débile repartir vers du plus vertueux, voire moins d'abus de déplacement auto...

Par

En réponse à le tamanoir

L'impact a justement été noyé dans les effets du confinement: Quand le client final n'achète plus pour une raison sans lien avec l'économie et que les stocks s'accumulent, baisser le prix ne change plus rien.

Par contre pas mal de producteurs de pétrole de schiste américains ont dû entre-temps boire la tasse. On peut poser l'hypothèse que s'ils ne se relèvent pas d'ici que les stocks surnuméraires soient éclusés, l'absence de leur production va se faire sentir et les prix s'envoler. C'était un peu le but à long terme de ladite guéguerre...

Ouep, exactement ce que je pense aussi.

La Russie a inondé le marché pour que le cours du brent se cassent la gueule, et mette a genoux certains producteurs de schiste américains.

Et forcément, qui dit faillite d'unités de production, dit moins de capacité de production et lorsque la demande va revenir à la normale... Les prix vont grimper. C'est juste la dure loi de l'offre et de la demande...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire