Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h : le grand flou

Dans Pratique / Sécurité

Florent Ferrière

Baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h : le grand flou

L'expérimentation d'une réduction de la limitation à 80 km/h au lieu de 90 km/h sur plusieurs départementales du pays devait se terminer en juillet. Mais depuis, c'est le silence radio des autorités.

La baisse des limitations de vitesse, Chantal Perrichon qui dirige la « Ligue contre la violence routière » en rêve depuis des années. Dès que les résultats de la mortalité routière sont mauvais, et de manière générale c'est le cas depuis trois ans, elle le répète, citant une statistique marquante : la mesure permettrait d'épargner 350 à 400 vies par an. Le problème est que cette donnée est contestable car difficilement vérifiable.

Pour tenter d'avoir une idée des effets d'une telle baisse, et faire plaisir aux associations qui la réclament tant, l'État a lancé en juillet 2015 une expérimentation sur plusieurs départementales du pays. Parmi les tronçons où la vitesse est passée de 90 à 80 km/h, près de 50 kilomètres de la RN 151 entre la Nièvre et l'Yonne. Le test devait durer deux ans, jusqu'à juillet 2017.

Problème : comme l'ont indiqué nos confrères du Figaro, cet été, la vitesse d'origine n'a pas été réinstaurée et surtout, depuis c'est le silence radio des autorités. L'État n'a encore tiré aucun bilan officiel du dispositif et on se demande s'il est en mesure de le faire vu son silence. Ce qui serait inquiétant car l'enjeu de l'expérimentation est crucial, car elle doit déterminer si la réduction de la vitesse a un réel effet sur l'accidentalité. Si la réponse est oui, c'est la porte ouverte à une généralisation dans le pays.

L'idée est-elle abandonnée ? Pas sûr. À la rentrée, le Président de la République a annoncé un nouveau plan d'action en matière de sécurité routière. Emmanuel Macron avait déclaré lors d'un discours aux préfets : "Il faut aussi renforcer l'efficacité de la prévention et de la lutte contre l'insécurité routière. Nos chiffres ne sont pas bons. J’ai demandé qu'un nouveau plan puisse être adopté à l'automne. Le ministre [de l'Intérieur] a à le conduire". La tenue prochaine d’un comité interministériel de sécurité routière est prévue, il faut s'attendre à de nouvelles mesures fortes.

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire