Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info
Carburants de synthèse : le dernier espoir du moteur thermiqueLe grand remplacement du Vroum par le Dzzziiii, du moteur thermique par l’électrique n'est pas encore certain. Le piston et la soupape n’ont pas dit leur dernier mot.

Lire le billet d'humeur»

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Je me suis dit que quand je serais vieux, il y aura toujours moyen de trouver du carburant de synthèse pour faire fonctionner nos voitures de collection.

On peut aussi fonctionner au gaz : Il y a de plus en plus de fermes qui installent des unités de méthanisation.

Par

Il y a pas mal de recherche visant à "recycler" le CO2, y compris chez nous. Reste à voir si cela peut se développer suffisamment pour atteindre une production industrielle avec un rendement intéressant (prix).

La plus grosse question est de savoir si la fabrication d'un tel carburant consomme plus de polluants qu'elle n'en produit. Bien que cela soit sujet à évoluer comme toute technologie qui émerge.

L'avantage certain d'un tel carburant, c'est au niveau des infrastructures déjà existantes, contrairement à l'électrique. On a également pas mal (lol) de connaissances sur le moteur à explosion. En plus on retrouve les avantages d'utiliser un liquide directement exploitable, c-à-d un plein en un rien de temps pour parcourir plusieurs centaines de km.

Si, en plus, la production peut se faire en Europe - voire même en France -, a priori, ça peut être intéressant économiquement [emplois, prix]. Et partiellement écologique puisque le transport est localisé au territoire ou au pire limitrophe.

Bref, à suivre. C'est très intéressant.

Par

que l'on dise au gens qui le souhaitent roulaient plaisir ! avec du carburant de synthèse. j'espère que cela sauvera le moteur thermique. en plus c'est la vraie solution a l'indépendance énergétique car les batteries sont non seulement une catastrophe écologique en terme d'exploitation de terred rares mais en plus elles sont rares donc monopole a venir de certain pays comme aujourd'hui le pétrole

Par

Curieux dans cet article, pas un mot sur l'éthanol , c'est pourtant lui qui anime une part non négligeable des véhicules en Amérique du sud et sans relacher de CO2 originaire du sous-sol.

Par

A 2,20€ le litre c'est invendable , faudrait pas oublié que c'est la taxe carbone sur les carburants qui a été à l'origine des gilets jaunes .....

Par

L'avenir sera une pluralité de moyen de propulsions de l'automobile où cohabitent aussi bien voiture full électrique, full thermique ( d'origine fossile comme d'origine "laboratoire"), hybride, piles à combustibles, etc. Chacun devra choisir ce qui lui convient le mieux simplement. On ne doit plus revenir à une quasi hégémonie comme l'a été le Diesel pendant des années. Le diesel en ville n'a rien n'a y faire. Par contre il a tout son intérêt pour les très gros rouleurs. C'est de cette pluralité que viendra la solution

Par

En réponse à Yoann71

que l'on dise au gens qui le souhaitent roulaient plaisir ! avec du carburant de synthèse. j'espère que cela sauvera le moteur thermique. en plus c'est la vraie solution a l'indépendance énergétique car les batteries sont non seulement une catastrophe écologique en terme d'exploitation de terred rares mais en plus elles sont rares donc monopole a venir de certain pays comme aujourd'hui le pétrole

Quelles terres rares ?

Par

"une lueur d’espoir mécanique dans le cauchemar électrique des constructeurs automobiles." et de certains ici même !!

Par

L'urgence n'existe que dans les têtes des idéologues. Il n'y a pas plus de risque de pénurie que de possibilité de voir, a l'échelle des générations humaines, des manguiers pousser a Biarritz.

Il y a des réserves de pétrole pour aller bien au delà de 2050 et effectivement, le procédé de liquéfaction du charbon donne en plus au moins 400 ans de répit a partir du moment où l'extraction du pétrole sera trop coûteux face au kérosène / gazole issus de la liquéfaction du charbon.

Laissons Bosch faire du Bosch et touiller l'idéologie pour se fabriquer une notoriété de pacotille. Aujourd'hui, envisager la liquéfaction du charbon n'est possible que si la certitude que le cours du baril ne va jamais plus être inférieur a $120 ($80 de 2003 réactualisé).

Par

Et pourquoi pas un gazogène ?

Ça serait sympa tout chromé sur les véhicules '' premium''

Et en tôle galva pour les généralistes

Par

En réponse à lecoinda

Quelles terres rares ?

le scandium, l'yttrium, et 15 autres éléments chimiques dits lanthanides... indispensable aux technologies dites vertes....est dont les principaux gisements sont détenu par la Chine.

Et oui le monde du green ne l'est pas ! et les lobbies sont tout aussi puissant et avides d'argent que les pétroliers.

Par

En réponse à lecoinda

Quelles terres rares ?

Oui, on répète à l'infini les mêmes âneries ou fake news. Les batteries Li ne contiennent pas de terres rares! elles contiennent du lithium, du cobalt et du nickel!

Le lithium n'est pas une terre rare c'est un metal.

Quant aux terres rares, on devrait peut-être rappeler qu'elles sont dans les pots catalytiques!

Par

En réponse à SeniorZorro

L'avenir sera une pluralité de moyen de propulsions de l'automobile où cohabitent aussi bien voiture full électrique, full thermique ( d'origine fossile comme d'origine "laboratoire"), hybride, piles à combustibles, etc. Chacun devra choisir ce qui lui convient le mieux simplement. On ne doit plus revenir à une quasi hégémonie comme l'a été le Diesel pendant des années. Le diesel en ville n'a rien n'a y faire. Par contre il a tout son intérêt pour les très gros rouleurs. C'est de cette pluralité que viendra la solution

L'avenir commence demain, il faut bien le préparer, nous allons y passer tout le temps qu'il nous reste a vivre. Toutes les prédictions ont vocation a être démenties au fil des années et de la réalité observée.

Il n'y a pas eu d'hégémonie du diesel hors l'Europe comme il n'y aura pas d'hégémonie des technologies coûteuses et fragiles. La vague de règlements imbéciles va cesser face a la nécessité de vivre, tout simplement. Il est nécessaire de s'affranchir de la confusion et des amalgames que les journalistes diffusent avec complaisance.

Keep cool and carry on.

Par

En réponse à zefberry

A 2,20€ le litre c'est invendable , faudrait pas oublié que c'est la taxe carbone sur les carburants qui a été à l'origine des gilets jaunes .....

Il s'est dit la même chose dans le passé: a 1,5€ le litre, ce sera la révolution. Le prix de 1,5€ est arrivé bien avant les actions de nos amis en jaune et tout le monde a continué a acheter.

Donc a 2,20€ le litre, la seule chose importante sera le niveau de tes revenus, la logique d'une société en mouvement veut qu'ils soient 47% plus élevés pour une même activité.

Par

En réponse à GY201

Il s'est dit la même chose dans le passé: a 1,5€ le litre, ce sera la révolution. Le prix de 1,5€ est arrivé bien avant les actions de nos amis en jaune et tout le monde a continué a acheter.

Donc a 2,20€ le litre, la seule chose importante sera le niveau de tes revenus, la logique d'une société en mouvement veut qu'ils soient 47% plus élevés pour une même activité.

2,20€ c'est avec le salaire minimum d'aujourd'hui , donc les gens seront dans la rue , c'est sur ds 10 ans les revenus ne seront pas les mêmes ....

Et encore , il convient d'ajouter que le prix ce sera certainement plus élevé , car ce carburant de synthèse emploie de l'éthanol et des huiles végétales qui entreront en concurrence avec notre alimentation , par exemple la paille que l'on donne aux bovins qui n'ont déjà plus d'herbe à bouffer au mois de Juin ....

Les prix de ce carburant seront forcément plus élevés ou ceux de notre assiette .....:biggrin:

Juste bon a alimenter des marchés de niche et encore

Par

En réponse à zefberry

2,20€ c'est avec le salaire minimum d'aujourd'hui , donc les gens seront dans la rue , c'est sur ds 10 ans les revenus ne seront pas les mêmes ....

Et encore , il convient d'ajouter que le prix ce sera certainement plus élevé , car ce carburant de synthèse emploie de l'éthanol et des huiles végétales qui entreront en concurrence avec notre alimentation , par exemple la paille que l'on donne aux bovins qui n'ont déjà plus d'herbe à bouffer au mois de Juin ....

Les prix de ce carburant seront forcément plus élevés ou ceux de notre assiette .....:biggrin:

Juste bon a alimenter des marchés de niche et encore

Sur les carburants de synthèse, déjà il faut savoir que c'est déjà importé (gazole) pour ajuster la teneur en soufre des gazoles issus de raffineries.

Ensuite, cette vision qui laisse croire que nous allons épuiser a l'échéance de quelques décennies les gisements de pétrole est fausse. Depuis 1930, la fin du pétrole arrivera dans 30 ans.

Par

En réponse à Yoann71

le scandium, l'yttrium, et 15 autres éléments chimiques dits lanthanides... indispensable aux technologies dites vertes....est dont les principaux gisements sont détenu par la Chine.

Et oui le monde du green ne l'est pas ! et les lobbies sont tout aussi puissant et avides d'argent que les pétroliers.

Ces terres rares ne sont pas dans les batteries. C'est pas en listant les terres rares (qui ne le sont pas d'ailleurs) de la table de Mendeleïev que tu prouves qu'elles sont dans les batteries.

Par

Dommage aussi qu'on parle assez peu de l'utilisation de l'hydrogène dans un moteur à combustion classique comme n'importe quel autre carburant, c'est pourtant possible.

Par

En réponse à GY201

Sur les carburants de synthèse, déjà il faut savoir que c'est déjà importé (gazole) pour ajuster la teneur en soufre des gazoles issus de raffineries.

Ensuite, cette vision qui laisse croire que nous allons épuiser a l'échéance de quelques décennies les gisements de pétrole est fausse. Depuis 1930, la fin du pétrole arrivera dans 30 ans.

Extrait du Figaro : ( de 2008) tout de même ....

"C'est le magazine «Auto Moto» qui le révèle dans son dernier numéro, le diesel n'a décidément pas toutes les vertus qu'on lui prête. Et en premier lieu le fait que, consommant moins qu'un moteur à essence, un diesel rejette moins de dioxyde d'azote. Si cela est vrai lorsque le véhicule roule, ça ne l'est plus si l'on considère la façon dont on raffine le carburant. En effet, afin de limiter les émissions de particules - un grave polluant spécifique au diesel -, les constructeurs réclament des carburants largement désoufrés. Pour obtenir ce résultat en raffinerie, il faut utiliser beaucoup d'hydrogène. Or, l'hydrogène est obtenu par une réforme du méthane qui émet 10 tonnes de CO2 pour une seule tonne d'hydrogène produite. « Auto Moto » en conclut logiquement que, pour produire un seul litre de gazole désoufré, on rejette la bagatelle de 2,35 g de CO2 . "

Dit autrement comme dirait JM Jancovici on bazarde de l'H2 pour désoufrer les carburants ..... alors que ce même H2 pourrait servir dès aujourd'hui de vecteur d'énergie , merci pour la salade :bien:

Par

En réponse à GY201

Sur les carburants de synthèse, déjà il faut savoir que c'est déjà importé (gazole) pour ajuster la teneur en soufre des gazoles issus de raffineries.

Ensuite, cette vision qui laisse croire que nous allons épuiser a l'échéance de quelques décennies les gisements de pétrole est fausse. Depuis 1930, la fin du pétrole arrivera dans 30 ans.

Vous voulez sortir du sujet ? la fin du pétrole ?

C'est déjà le cas mon cher , si l'on exploite aux US le shiste , c'est tout simplement parce que le conventionnel disparaît !

Nous sommes des animaux nous ceuillons les fruits les plus faciles à atteindre , le pétrole c'est pareil , le conventionnel plus rentable a été exploité .

L'AIE l'a rappelé dernièrement le pic de prod des conventionnels est passé depuis 2008 , c'est bien pour ça qu'on exploite les schistes plus chers , financés par la planche à billets car non rentables !!!!!!

Pour résumé on attaque le compte épargne le compte courant s'assèche......

C'est grâce à la planche à billets que l'on peut rouler pas trop cher mais les dettes des états vont continuer à augmenter !

Par

Dans mon article, je ne parle pas d'épuisement du pétrole, mais d'émissions de C02.

Tout l'enjeu est de ne pas bruler tout le carbone fossile disponible sur terre.

Pour les industriels, ces carburants de synthèse, qui peuvent être mélangés aux agro carburants, mais n'en sont pas, ont un gros intérêt : atteindre les objectifs C02 qu'on leur a imposé. Sans avoir trop recours à la voiture électrique, technologie sur laquelle ils ont un train de retard et qui, plus généralement pose des difficultés de ressources en métaux à l'échelle de plus d'un milliard de voiture sur terre. Et de rapidité de conversion.

Si Audi a investi dans une unité pilote de e-fuel, ce n'est pas pour la beauté du geste.

Sur le prix de ces essences de synthèse, je rappelle que l'américain moyen a le même budget carburant que l'européen : essence moins chère, mais plus de km parcourus et voiture bien plus gourmandes.

Où je veux en venir ?

On s'adapte, les constructeurs s'adaptent, les conducteurs s'adaptent à un carburant plus ou moins cher.

Le carburant de synthèse à 2,20 €/l ne serait pas un souci avec une voiture à 3 l/100 km. Une petite hybride diesel, par exemple.

Nous ne sommes pas condamnés à consommer 6 ou 7 l/100 ad vitam aeternam.

Ni à abattre 12 000 km /an en moyenne. La circulation automobile diminue en Ile de France.

Par

En réponse à pis

Curieux dans cet article, pas un mot sur l'éthanol , c'est pourtant lui qui anime une part non négligeable des véhicules en Amérique du sud et sans relacher de CO2 originaire du sous-sol.

Déforestation, occupation des terres, monoculture, gestion des ressources, toussa toussa...

Sinon très bon article. Merci. Comme l'a dit un lecteur, la solution viendra de la pluralité des solutions, en choisissant celle qui sera la mieux adaptée à chaque situation.

Par

En réponse à GY201

L'urgence n'existe que dans les têtes des idéologues. Il n'y a pas plus de risque de pénurie que de possibilité de voir, a l'échelle des générations humaines, des manguiers pousser a Biarritz.

Il y a des réserves de pétrole pour aller bien au delà de 2050 et effectivement, le procédé de liquéfaction du charbon donne en plus au moins 400 ans de répit a partir du moment où l'extraction du pétrole sera trop coûteux face au kérosène / gazole issus de la liquéfaction du charbon.

Laissons Bosch faire du Bosch et touiller l'idéologie pour se fabriquer une notoriété de pacotille. Aujourd'hui, envisager la liquéfaction du charbon n'est possible que si la certitude que le cours du baril ne va jamais plus être inférieur a $120 ($80 de 2003 réactualisé).

L'urgence climatique ça te parle?

Par

En réponse à jean savary

Dans mon article, je ne parle pas d'épuisement du pétrole, mais d'émissions de C02.

Tout l'enjeu est de ne pas bruler tout le carbone fossile disponible sur terre.

Pour les industriels, ces carburants de synthèse, qui peuvent être mélangés aux agro carburants, mais n'en sont pas, ont un gros intérêt : atteindre les objectifs C02 qu'on leur a imposé. Sans avoir trop recours à la voiture électrique, technologie sur laquelle ils ont un train de retard et qui, plus généralement pose des difficultés de ressources en métaux à l'échelle de plus d'un milliard de voiture sur terre. Et de rapidité de conversion.

Si Audi a investi dans une unité pilote de e-fuel, ce n'est pas pour la beauté du geste.

Sur le prix de ces essences de synthèse, je rappelle que l'américain moyen a le même budget carburant que l'européen : essence moins chère, mais plus de km parcourus et voiture bien plus gourmandes.

Où je veux en venir ?

On s'adapte, les constructeurs s'adaptent, les conducteurs s'adaptent à un carburant plus ou moins cher.

Le carburant de synthèse à 2,20 €/l ne serait pas un souci avec une voiture à 3 l/100 km. Une petite hybride diesel, par exemple.

Nous ne sommes pas condamnés à consommer 6 ou 7 l/100 ad vitam aeternam.

Ni à abattre 12 000 km /an en moyenne. La circulation automobile diminue en Ile de France.

Je suis honoré de votre intervention , moi aussi je ne parlais pas de fin du pétrole , on m'y a conduit , mais c'est tout de même un facteur et c'est quand même intéressant.

Toujours est-il , que le fait de mélanger de H2 et du CO2 jusque là ça passe , mais avec des agro carburants , abusivement appelés biocarburants pour déresponsabiliser les consommateurs c'est une autre histoire .

En effet pour avoir l'éthanol et les huiles végétales , comme cela c'est produit avec le maïs au Mexique , il faut taper dans les réserves alimentaires et ce n'est pas soutenable .

Et pour finir , beaucoup d'experts l'ont bien dit , a juste titre , nous quitterons les hydrocarbures , il en restera sous nos pieds , c'est bien ce qui ce passe aujourd'hui avec l'elec , tout comme nous avons quitter le canasson , il y a toujours des chevaux et un peu d'herbe .....

Par

En réponse à power971

L'urgence climatique ça te parle?

Je l’entends, crée de toute pièces par des gens qui n'ont que a se retourner sur les prévisions du passé pour 2000, 2010 ou 2020. La réalité ne colle pas avec les prévisions du passé, la réalité a tord.

Donc, non, il n'y a AUCUNE urgence climatique. Il y a une urgence a limiter la vulnérabilité de nos implantations qui se trouvent exposées de façons excessives a cause d'une recherche imbécile du moindre coût et d'une amnésie générale.

Une saine lecture: https://journals.openedition.org/cybergeo/pdf/23763

Il faut sortir des médias grand public pour aller chercher les écrits de ceux qui travaillent. Les journalistes ne sont que les passeurs de plats pour les messagers de l'apocalypse.

Une vielle archive (1989) https://www.ina.fr/video/CAB89027040/rechauffement-terre-video.html

Il ne faut pas imaginer autre chose que la simple lecture d'une dépêche arrivée sur le bureau du journaliste, travailler, vérifier et recouper, ça non il faut du temps et des compétences.

Tout ça est grotesque mais ça pèse sur les choix politiques au détriment de tous.

Par

En réponse à GY201

Je l’entends, crée de toute pièces par des gens qui n'ont que a se retourner sur les prévisions du passé pour 2000, 2010 ou 2020. La réalité ne colle pas avec les prévisions du passé, la réalité a tord.

Donc, non, il n'y a AUCUNE urgence climatique. Il y a une urgence a limiter la vulnérabilité de nos implantations qui se trouvent exposées de façons excessives a cause d'une recherche imbécile du moindre coût et d'une amnésie générale.

Une saine lecture: https://journals.openedition.org/cybergeo/pdf/23763

Il faut sortir des médias grand public pour aller chercher les écrits de ceux qui travaillent. Les journalistes ne sont que les passeurs de plats pour les messagers de l'apocalypse.

Une vielle archive (1989) https://www.ina.fr/video/CAB89027040/rechauffement-terre-video.html

Il ne faut pas imaginer autre chose que la simple lecture d'une dépêche arrivée sur le bureau du journaliste, travailler, vérifier et recouper, ça non il faut du temps et des compétences.

Tout ça est grotesque mais ça pèse sur les choix politiques au détriment de tous.

Extrait du Point , je n'envoie pas de lien c'est une perte de temps , pour résumer ,les coupables du réchauffement ont les mains dans le pot de confiture .... : (et des échos)

"Climat : la révélation d'un rapport confidentiel met Shell en difficulté

D'après un rapport confidentiel datant de 1988, la compagnie pétrolière a été consciente très tôt de l'impact de son industrie sur l'environnement.

Par 6Medias

Publié le 07/04/2018 à 18:16 | Le Point.fr

La compagnie pétrolière Shell a conscience de longue date des risques environnementaux liés à son industrie. C'est ce qui ressort d'un rapport confidentiel d'une centaine de pages intitulé « The Greenhouse Effect » (l'effet de serre) datant de 1988, révélé par un journaliste néerlandais du site De Correspondent, repéré dans Les Échos. "

Par

En réponse à GY201

Je l’entends, crée de toute pièces par des gens qui n'ont que a se retourner sur les prévisions du passé pour 2000, 2010 ou 2020. La réalité ne colle pas avec les prévisions du passé, la réalité a tord.

Donc, non, il n'y a AUCUNE urgence climatique. Il y a une urgence a limiter la vulnérabilité de nos implantations qui se trouvent exposées de façons excessives a cause d'une recherche imbécile du moindre coût et d'une amnésie générale.

Une saine lecture: https://journals.openedition.org/cybergeo/pdf/23763

Il faut sortir des médias grand public pour aller chercher les écrits de ceux qui travaillent. Les journalistes ne sont que les passeurs de plats pour les messagers de l'apocalypse.

Une vielle archive (1989) https://www.ina.fr/video/CAB89027040/rechauffement-terre-video.html

Il ne faut pas imaginer autre chose que la simple lecture d'une dépêche arrivée sur le bureau du journaliste, travailler, vérifier et recouper, ça non il faut du temps et des compétences.

Tout ça est grotesque mais ça pèse sur les choix politiques au détriment de tous.

Ouest France :

Procès Exxon en cours aus US :

'Que reproche-t-on à ExxonMobil ?

Le géant pétrolier est accusé d’avoir menti aux investisseurs. Il aurait sous-évalué la volonté des politiques publiques de sortir des énergies fossiles pour faire face au changement climatique. Par exemple, les investissements d’Exxon dans les sables bitumineux du Canada pourraient s’avérer plus risqués que prévu, le voisin du Nord ayant annoncé un durcissement de ses lois environnementales. Conséquence, selon l’accusation : les actions du groupe auraient été surévaluées. Les dommages pour les actionnaires seraient compris « entre 476 millions et 1,16 milliard de dollars ».

Exxon n’est pas jugé ici pour avoir dissimulé les conséquences négatives de ses activités sur l’environnement ou décrédibilisé l’urgence climatique - ce dont l’accusent des ONG. Le procès mettra toutefois une pression accrue sur la manière dont l’industrie fossile communique au sujet de l’environnement, comme ce fut le cas jadis pour l’industrie du tabac au sujet de la santé."

Par

En réponse à GY201

L'urgence n'existe que dans les têtes des idéologues. Il n'y a pas plus de risque de pénurie que de possibilité de voir, a l'échelle des générations humaines, des manguiers pousser a Biarritz.

Il y a des réserves de pétrole pour aller bien au delà de 2050 et effectivement, le procédé de liquéfaction du charbon donne en plus au moins 400 ans de répit a partir du moment où l'extraction du pétrole sera trop coûteux face au kérosène / gazole issus de la liquéfaction du charbon.

Laissons Bosch faire du Bosch et touiller l'idéologie pour se fabriquer une notoriété de pacotille. Aujourd'hui, envisager la liquéfaction du charbon n'est possible que si la certitude que le cours du baril ne va jamais plus être inférieur a $120 ($80 de 2003 réactualisé).

Vive le pétrole adiabatique

Par

En réponse à damon13

Vive le pétrole adiabatique

T'es sur d'avoir bon là? C'est pas le mot qu'il faut.

Je ne fais a aucun moment allusion a l'origine du pétrole sur terre, même si la présence de lacs méthane sur Titan (lune de Saturne) n'est pas une conséquence de flatulences de dinosaures.

www.ifremer.fr/serpentine/documents/fiche8.pdf

Par

En réponse à GY201

Je l’entends, crée de toute pièces par des gens qui n'ont que a se retourner sur les prévisions du passé pour 2000, 2010 ou 2020. La réalité ne colle pas avec les prévisions du passé, la réalité a tord.

Donc, non, il n'y a AUCUNE urgence climatique. Il y a une urgence a limiter la vulnérabilité de nos implantations qui se trouvent exposées de façons excessives a cause d'une recherche imbécile du moindre coût et d'une amnésie générale.

Une saine lecture: https://journals.openedition.org/cybergeo/pdf/23763

Il faut sortir des médias grand public pour aller chercher les écrits de ceux qui travaillent. Les journalistes ne sont que les passeurs de plats pour les messagers de l'apocalypse.

Une vielle archive (1989) https://www.ina.fr/video/CAB89027040/rechauffement-terre-video.html

Il ne faut pas imaginer autre chose que la simple lecture d'une dépêche arrivée sur le bureau du journaliste, travailler, vérifier et recouper, ça non il faut du temps et des compétences.

Tout ça est grotesque mais ça pèse sur les choix politiques au détriment de tous.

Au lieu de prendre les canaux officiels d'informations pour des menteurs , vous pourriez vous rendre sur un réseau social , et rejoindre un groupe de bien pensants qui va dans votre idée , non ?

Par

En réponse à damon13

Vive le pétrole adiabatique

Soyons fous , vive le père Noël :biggrin:

Par

@ zefberry

Tu envoies des citations de journalistes alors que j'envoie des liens de publications sérieuses, documentées et indiscutables.

Nous n'avons pas les mêmes lectures, nous ne choisissons pas les mêmes mots pour les moteurs de recherche.

Une petite prévision (en 2012) pour la route:

https://www.lemonde.fr/planete/article/2012/09/20/la-banquise-arctique-a-fondu-comme-jamais-cet-ete_1762769_3244.html?xtmc=2012_banquise_fonte&xtcr=32

Bien sur dès 2016, nous avons vu la banquise nord disparaître, il faut avoir foi dans les articles des journalistes de tous bords. Les réserves sur la prédiction sont telles qu'il était indécent de la recopier.

Il faut bien comprendre que 99% des journalistes préféraient les cours de récréation aux cours de sciences.

.

Par

Tous à vélo, s'il y a vraiment urgence...

Par

En réponse à zefberry

Au lieu de prendre les canaux officiels d'informations pour des menteurs , vous pourriez vous rendre sur un réseau social , et rejoindre un groupe de bien pensants qui va dans votre idée , non ?

Je ne sais rien des bien pensants, je ne sais ni qui ni où ils sont.

En revanche, je sais qu'il est impossible d'argumenter alors que tout montre l'outrance qui est dans le mot URGENCE.

Je ne peux donc que répéter ceci: gardez tous en mémoire les prévisions d'aujourd'hui et prenez la peine de les comparer a la réalité de 2030. Après 2030, avec la mémoire de l'internet, il sera plus simple de démasquer les impostures d'aujourd'hui.

J'ai entendu pendant 40 ans quantités de prévisions (sur tous les sujets) et rares celles qui ont été réalisées. Ce qui me désole dans la séquence actuelle, c'est que ces prévisions ont un poids considérable sur les décisions politiques. Les choix politiques se font au détriment de tous, par exemple il faut quantité l'argent pour remettre a flot les écoles et les hôpitaux et les subventions aux éoliennes et panneaux solaires seront vues comme du gaspillage une fois pris en compte tous les dégâts liés a l'abandon de l'essentiel.

Par

@ zefberry

je remets le lien qui permet d’accéder au pdf, le lien pdf direct n'est pas d'accès direct

https://journals.openedition.org/vertigo/15110

et celui de l'IFREMER

www.ifremer.fr/serpentine/documents/fiche8.pdf

Si tu penses que l'IFREMER et les chercheurs de l'Université de Nantes sont des sources douteuses, je ne peux plus rien pour toi.

La tentation est belle de renvoyer l'empêcheur de prier en rond vers des idées farfelues mais ce n'est pas ma crèmerie préférée.

.

Par

En réponse à GY201

L'urgence n'existe que dans les têtes des idéologues. Il n'y a pas plus de risque de pénurie que de possibilité de voir, a l'échelle des générations humaines, des manguiers pousser a Biarritz.

Il y a des réserves de pétrole pour aller bien au delà de 2050 et effectivement, le procédé de liquéfaction du charbon donne en plus au moins 400 ans de répit a partir du moment où l'extraction du pétrole sera trop coûteux face au kérosène / gazole issus de la liquéfaction du charbon.

Laissons Bosch faire du Bosch et touiller l'idéologie pour se fabriquer une notoriété de pacotille. Aujourd'hui, envisager la liquéfaction du charbon n'est possible que si la certitude que le cours du baril ne va jamais plus être inférieur a $120 ($80 de 2003 réactualisé).

Alors là, ce n'est pas ce que dit la pourtant très prudente, agence internationale de l'énergie (AIE, fais une recherche)..ni la Russie, ni d'autres dont la production de conventionnel va chuter drastiquement dans les prochaines années. Alors quand la consommation continue d'augmenter dans le même temps et qu'on ne découvre pratiquement plus de gisements, comment penses-tu que cela va se terminer ?

J'adore...tu crois qu'on peut encaisser encore ne serait-ce que 100 ans de nos émissions actuelles ? Pour info, on en est déjà au stade où pas mal d'agricultures dans le monde, commencent à s'effondrer "gentiment", ou en bavent sacrément plus qu'il y a encore 20 ans : pays Méditerranéens, Inde, Australie, Afrique du Sud etc., du fait des épisodes climatiques extrêmes et des températures insupportables.

En fait tu essaies seulement de te rassurer avec ces (puissants) mécanismes de déni, c'est humain, je comprends. Mais il ne faut pas se mettre des œillères pour autant !

Par

En réponse à GY201

@ zefberry

je remets le lien qui permet d’accéder au pdf, le lien pdf direct n'est pas d'accès direct

https://journals.openedition.org/vertigo/15110

et celui de l'IFREMER

www.ifremer.fr/serpentine/documents/fiche8.pdf

Si tu penses que l'IFREMER et les chercheurs de l'Université de Nantes sont des sources douteuses, je ne peux plus rien pour toi.

La tentation est belle de renvoyer l'empêcheur de prier en rond vers des idées farfelues mais ce n'est pas ma crèmerie préférée.

.

Mon expérience à moi c'est que quelque soit l'idée que tu défends, tu trouveras toujours une étude qui va dans TON sens. Et d'autres pourront aussi trouver une étude qui va dans le sens contraire.

Le deuxième niveau d'argument, que tu as aussi utilisé, c'est du dire "oui mais moi mes sources elles sont plus sérieuses" ce qui n'est pas démontrable.

En gros, mon idée c'est que chacun se choisit un avis, une "religion" etc... et s'y tient dans 95% des cas quelque soit les "preuves" contraires.

Par

En réponse à pdcsq

Mon expérience à moi c'est que quelque soit l'idée que tu défends, tu trouveras toujours une étude qui va dans TON sens. Et d'autres pourront aussi trouver une étude qui va dans le sens contraire.

Le deuxième niveau d'argument, que tu as aussi utilisé, c'est du dire "oui mais moi mes sources elles sont plus sérieuses" ce qui n'est pas démontrable.

En gros, mon idée c'est que chacun se choisit un avis, une "religion" etc... et s'y tient dans 95% des cas quelque soit les "preuves" contraires.

Le sérieux des sources, encore faut-il en proposer!

A chaque fois que ce genre de débat arrive, ceux qui sont critiques sont renvoyé vers le complotisme.

Pour Mr Grand Public qui écoute la radio et/ou lit des journaux, l'événement de la Faute sur Mer est un exemple des conséquences du réchauffement et en montre la visibilité, c'est ce qu'il a lu et entendu. Des gens de Nantes (CNRS quand même) ont fait, avant la submersion de 2010, une recherche historique puis ont repris ce travail pour inclure l'actualité de l'époque. Leur récit montre directement que ces submersions étaient fréquentes dans le passé et que l'anomalie était plutôt le calme entre 1957 et 2010. C'est un simple exemple.

La culture du risque a quitté nos sociétés et nos implantations sont de plus en plus vulnérables. Je peux amorcer une liste mais elle est sans fin. J'ai eu une carrière professionnelle complète de culture de la sécurité dans un environnement risqué et très réglementé. Tout est basé sur l'expérience des événements passés et la mémoire. C'est le point de départ de mes propos. J'ai vraiment l'impression que les discours ici comme ailleurs ne sont basés que sur l’acceptation d'un flux continu et uniforme d'éléments de langage alors que la réalité dément au quotidien ces éléments.

.

Par

En réponse à Aurcads

Alors là, ce n'est pas ce que dit la pourtant très prudente, agence internationale de l'énergie (AIE, fais une recherche)..ni la Russie, ni d'autres dont la production de conventionnel va chuter drastiquement dans les prochaines années. Alors quand la consommation continue d'augmenter dans le même temps et qu'on ne découvre pratiquement plus de gisements, comment penses-tu que cela va se terminer ?

J'adore...tu crois qu'on peut encaisser encore ne serait-ce que 100 ans de nos émissions actuelles ? Pour info, on en est déjà au stade où pas mal d'agricultures dans le monde, commencent à s'effondrer "gentiment", ou en bavent sacrément plus qu'il y a encore 20 ans : pays Méditerranéens, Inde, Australie, Afrique du Sud etc., du fait des épisodes climatiques extrêmes et des températures insupportables.

En fait tu essaies seulement de te rassurer avec ces (puissants) mécanismes de déni, c'est humain, je comprends. Mais il ne faut pas se mettre des œillères pour autant !

Pour la chute de production, il faudra trier (très difficile) entre l'incapacité de produire et la réduction de la demande mais effectivement, la capacité de faire la synthèse du gazole renvoi le problème de pénurie a des échéances très lointaines.

Quand tu parles d'émissions, est-tu sur le seul CO2 ou bien sur tous les déchets divers et variés? Parce que, oui, nous devons être plus respectueux de tout ce qui nous entoure et, par exemple, ne pas continuer a alimenter les continents de plastiques qui flottent sur la mer. S'il s'agit du seul CO2, il faut se dire que c'est essayer de vider l'océan avec une petite cuillère.

Tu dis aussi que l'agriculture s'effondre gentiment, c'est donc un élément de langage que d'utiliser le mot «s'effondre». Aujourd'hui, hors zone de guerre, je ne vois pas de soucis de nourriture entraînant des famines, plus encore, les effectifs de Sapiens sont toujours plus nombreux dans les zones que tu cites alors que tu poses comme postulat une baisse de production alimentaire. J'ai en mémoire les disettes au Sahel et au Nordeste de la décennie 1980, rien de tel aujourd'hui.

Bref, la bataille d'arguments peut durer. C'est stérile et je reviens une fois de plus pour dire: «gardez en mémoire les prédictions, archivez puis comparez le jour venu avec la réalité». C'est le seul juge de paix mais en ces temps troublés, il semblerait que la réalité soit fausse.

Par

En réponse à pdcsq

Mon expérience à moi c'est que quelque soit l'idée que tu défends, tu trouveras toujours une étude qui va dans TON sens. Et d'autres pourront aussi trouver une étude qui va dans le sens contraire.

Le deuxième niveau d'argument, que tu as aussi utilisé, c'est du dire "oui mais moi mes sources elles sont plus sérieuses" ce qui n'est pas démontrable.

En gros, mon idée c'est que chacun se choisit un avis, une "religion" etc... et s'y tient dans 95% des cas quelque soit les "preuves" contraires.

Je reviens sur le début de tes propos. Je ne propose pas une «étude» mais le recueil d'éléments qui ont existé (la Faute sur Mer) ou bien la découverte au fond des mers d'un mécanisme de synthèse d'hydrocarbures qui n'a rien a voir avec la décomposition de résidus du vivant. En fait je montre un savoir accessible a tous. Ensuite a chacun d'en faire ce qu'il veut, le rejeter ou bien le comparer avec l'article de Mr Tartemolle dans Rhubarbe Magazine. Tu vois là toute l'estime que j'ai pour les porteurs de cartes de presse.

Par

En réponse à jean savary

Dans mon article, je ne parle pas d'épuisement du pétrole, mais d'émissions de C02.

Tout l'enjeu est de ne pas bruler tout le carbone fossile disponible sur terre.

Pour les industriels, ces carburants de synthèse, qui peuvent être mélangés aux agro carburants, mais n'en sont pas, ont un gros intérêt : atteindre les objectifs C02 qu'on leur a imposé. Sans avoir trop recours à la voiture électrique, technologie sur laquelle ils ont un train de retard et qui, plus généralement pose des difficultés de ressources en métaux à l'échelle de plus d'un milliard de voiture sur terre. Et de rapidité de conversion.

Si Audi a investi dans une unité pilote de e-fuel, ce n'est pas pour la beauté du geste.

Sur le prix de ces essences de synthèse, je rappelle que l'américain moyen a le même budget carburant que l'européen : essence moins chère, mais plus de km parcourus et voiture bien plus gourmandes.

Où je veux en venir ?

On s'adapte, les constructeurs s'adaptent, les conducteurs s'adaptent à un carburant plus ou moins cher.

Le carburant de synthèse à 2,20 €/l ne serait pas un souci avec une voiture à 3 l/100 km. Une petite hybride diesel, par exemple.

Nous ne sommes pas condamnés à consommer 6 ou 7 l/100 ad vitam aeternam.

Ni à abattre 12 000 km /an en moyenne. La circulation automobile diminue en Ile de France.

l ile de france n est pas la france,très loin de là !!

Par

Ah, ça y est, on a déjà le droit au premier commentaire du français moyen qui n'a pas eu son brevet des collèges et qui croit qu'il ya des terres rares dans des batteries Li-Ion... Et si en plus croit que les terres "rares" sont rares...

Par

Donc le principe c'est de rejeter du CO² ... pour attraper le CO² dans l'air et faire de l'hydrogène ...pour rejeter ce même CO² dans l'atmosphère ? :confused:

Ou bien vous croyez qu'on va pouvoir faire assez d'éolienne pourfaire du carburant pour votre milliard de voitures ?

Vous parlez des ressources pour faire des VE qui seraient problématiques comme le Cobalt ou Lithium pour justifier le thermique mais comparativement aux réserves sur terre, le Cobalt permet de faire 5000 fois plus de batterie de voiture que le platine de pot catalytique et je ne parle même pas du lithium.

Comme à chaque article de Bellu, notre mister Savigny montre qu'il ne comprend rien. Dommage, cela ne sert à rien de vous demander de lire toutes les études qui prouvent sans équivoque que le VE a un meilleur bilan carbone que le thermique, même en Allemagne ou Chine mais bon, lire une étude, cela dépasse vos capacités...

Par

Re le rapport 5000 entre le cobalt et le platine... Manque de bol les réserves de cobalt sont 100 fois supérieures seulement aux réserves de platine... et il me semble bien qu'il faut environ 4000 fois plus de cobalt que de platine pour faire une ve/un catalysateur de VT...

Arroseur réarrosé? :areuh:

Par

En réponse à GY201

Le sérieux des sources, encore faut-il en proposer!

A chaque fois que ce genre de débat arrive, ceux qui sont critiques sont renvoyé vers le complotisme.

Pour Mr Grand Public qui écoute la radio et/ou lit des journaux, l'événement de la Faute sur Mer est un exemple des conséquences du réchauffement et en montre la visibilité, c'est ce qu'il a lu et entendu. Des gens de Nantes (CNRS quand même) ont fait, avant la submersion de 2010, une recherche historique puis ont repris ce travail pour inclure l'actualité de l'époque. Leur récit montre directement que ces submersions étaient fréquentes dans le passé et que l'anomalie était plutôt le calme entre 1957 et 2010. C'est un simple exemple.

La culture du risque a quitté nos sociétés et nos implantations sont de plus en plus vulnérables. Je peux amorcer une liste mais elle est sans fin. J'ai eu une carrière professionnelle complète de culture de la sécurité dans un environnement risqué et très réglementé. Tout est basé sur l'expérience des événements passés et la mémoire. C'est le point de départ de mes propos. J'ai vraiment l'impression que les discours ici comme ailleurs ne sont basés que sur l’acceptation d'un flux continu et uniforme d'éléments de langage alors que la réalité dément au quotidien ces éléments.

.

Le GIEC, c'est pas sérieux ? Tu préfères un mec dans un coin que 97% de la communauté scientifiques

mondiale ??? :chut:

Par

En réponse à Yoann71

le scandium, l'yttrium, et 15 autres éléments chimiques dits lanthanides... indispensable aux technologies dites vertes....est dont les principaux gisements sont détenu par la Chine.

Et oui le monde du green ne l'est pas ! et les lobbies sont tout aussi puissant et avides d'argent que les pétroliers.

Ok mais il n’y en a pas dans les batteries lithium ion

Par contre il y a du neodyme dans les moteurs électriques à aimants permanents

Par

En réponse à whatamidoinghere

Oui, on répète à l'infini les mêmes âneries ou fake news. Les batteries Li ne contiennent pas de terres rares! elles contiennent du lithium, du cobalt et du nickel!

Le lithium n'est pas une terre rare c'est un metal.

Quant aux terres rares, on devrait peut-être rappeler qu'elles sont dans les pots catalytiques!

Merci.

Tellement de conn...es de raconter la dessus

Par

Article très intéressant :bien:

Par

En réponse à d9b66217

Le GIEC, c'est pas sérieux ? Tu préfères un mec dans un coin que 97% de la communauté scientifiques

mondiale ??? :chut:

Oui

Par

Mdr en Allemagne c'est le charbon qui produit de l'électricité donc du CO2, le carbone brûlé ça pollue, donc de n'importe quel manière c'est polluant, les énergies renouvelables ne sufffiront jamais, encore moins en hiver !

Par

Le mieux c'est l'éthanol décarbonner mdr :)

Par

En réponse à dilemblue

Mdr en Allemagne c'est le charbon qui produit de l'électricité donc du CO2, le carbone brûlé ça pollue, donc de n'importe quel manière c'est polluant, les énergies renouvelables ne sufffiront jamais, encore moins en hiver !

Où veux-tu en venir ?

Oui, les énergies renouvelables, à court terme ne suffiront jamais à remplacer toutes les énergies fossiles. Aujourd'hui, la solution est de développer le nucléaire en parallèle que l'on développe les renouvelables.

Et oui, même produire de l'électricité pollue et rejette du CO². Et en Allemagne, c'est pire qu'en France ou en Suisse, mais mieux qu'en Pologne ou Letonnie.

Le fait est que, si on parle du sujet du transport, même avec la production allemande, un VE a un meilleur bilan carbone qu'une thermique, carburant de synthèse ou pas.

Par

"Car selon Bosch, ces carburants seront plus chers que nos habituels sirops de pétrole qui « valent », hors taxe, 0,60 à 0,70 € au litre à la sortie de la raffinerie. A l’horizon 2030, le carburant synthétique coûterait le double, soit 1,20 à 1,40 € du litre avant TVA et TICPE, soit 2,20 €/l après. Et pas moins d’un euro HT à l’horizon 2050."

=> ce n'est pas un problème, l'éthanol aujourd'hui est largement détaxé par rapport au SP et revient donc moins cher à la pompe malgré un coût de production supérieur :) Donc ça peut le faire tout à fait !

Par

En réponse à d9b66217

Le GIEC, c'est pas sérieux ? Tu préfères un mec dans un coin que 97% de la communauté scientifiques

mondiale ??? :chut:

Jamais le GIEC n'a demandé de relier la catastrophe de la Faute sur Mer en 2010 a ses théories ni non plus de publier des prévisions imbéciles a l'occasion de quelques records de température du mois de juin 2019. Il y aurait par contre beaucoup a redire sur le filtre qui part des 1000 pages du rapport complet pour pondre le rapport destiné aux décideurs (les politiques).

Pour se détendre un peu:

http://www.legorafi.fr/2014/04/18/climat-les-specialistes-du-giec-proposent-de-vivre-nu-et-de-faire-la-fete-en-attendant-la-fin-du-monde/

http://www.legorafi.fr/2019/08/08/climat-le-nouveau-rapport-du-giec-specialement-concu-pour-etre-plus-facilement-detruit-par-les-broyeurs-des-ministeres/

.

Par

En réponse à narmer

Je me suis dit que quand je serais vieux, il y aura toujours moyen de trouver du carburant de synthèse pour faire fonctionner nos voitures de collection.

On peut aussi fonctionner au gaz : Il y a de plus en plus de fermes qui installent des unités de méthanisation.

bonne idée, mais dans les campagnes on ne veut pas de ces "usines à gaz". Pourtant avec les tonnes d'algues qui sont sur nos plages, et avec le lisier des fermes qui font de l'élevage on pourrait fabriquer des tonnes de gaz.

Par

En réponse à mégane2004

bonne idée, mais dans les campagnes on ne veut pas de ces "usines à gaz". Pourtant avec les tonnes d'algues qui sont sur nos plages, et avec le lisier des fermes qui font de l'élevage on pourrait fabriquer des tonnes de gaz.

Il est faux de penser que les éleveurs seraient réfractaires a des unités de méthanisation, loin de là.

Aujourd'hui, quand on parle méthanisation, il est tout de suite question de faire une étude complète qui coûte déjà un bras sans rien produire puis de faire une installation que restera unique. L'autre façon de voir le problème consiste a proposer des solutions préfabriquées forfaitaires pour traiter les déjections d'un nombre déterminé d'animaux mais personne ne le fait, ça semble trop risqué pour les industriels.

Donc chez nous, il n'y a ni œuf, ni poule et rien ne se passe.

J'avais regardé ça de façon avancée dans la décennie 1980. L'investissement était lourd, les autorisations administratives pénibles et le retour sur dépenses dépassait 15 ans, trop lourd pour une ferme qui vit dans l'incertitude économique permanente. Techniquement, le projet était attrayant: stockage du méthane, moteur Fiat fire 1000 limité a 20cv, une génératrice tri 400V, échangeurs pour le refroidissement du moteur et des gaz d’échappement alimentant le chauffage du logement. un petit début d'autonomie.

Par

En réponse à d9b66217

Où veux-tu en venir ?

Oui, les énergies renouvelables, à court terme ne suffiront jamais à remplacer toutes les énergies fossiles. Aujourd'hui, la solution est de développer le nucléaire en parallèle que l'on développe les renouvelables.

Et oui, même produire de l'électricité pollue et rejette du CO². Et en Allemagne, c'est pire qu'en France ou en Suisse, mais mieux qu'en Pologne ou Letonnie.

Le fait est que, si on parle du sujet du transport, même avec la production allemande, un VE a un meilleur bilan carbone qu'une thermique, carburant de synthèse ou pas.

Tout ça se tient mais le débat est vicié par le postulat discutable suivant: le co2 est un polluant. Les terres cultivables détournées pour la production d'energie manqueront un jour et une fois de plus la solution a une crise imaginaire risque de produire une vrai crise en limitant les approvisionnements en nourriture.

Je ne cesse de le dire, Gribouille est le modèle, toute décision pour faire face a un problème crée un nouveau problème plus grave.

Par

Juste pour la France, consommation = 1 580 000 barils/jour... payé à crédit...

Le prix du baril est basé sur le brut léger dont les réserves s'épuisent...

GROS problèmes en perspective... comme disait Chirac la maison brule mais on regarde à coté... c applicable pour tout... particulièrement pour la vision court terme devenue la norme en occident...

Par

En réponse à mdb92

Juste pour la France, consommation = 1 580 000 barils/jour... payé à crédit...

Le prix du baril est basé sur le brut léger dont les réserves s'épuisent...

GROS problèmes en perspective... comme disait Chirac la maison brule mais on regarde à coté... c applicable pour tout... particulièrement pour la vision court terme devenue la norme en occident...

Le plus gros problème sera de gérer les idéologue quand les prédictions vont être reconnues fausses. Quelle apocalypse nouvelle sera au menu.

Depuis 1930 il est prévu la fin du pétrole dans 30 ans. Penser que les augures d'aujourd'hui sont plus pertinentes que celles de 1975 est une belle preuve de crédulité.

Par

En réponse à mdb92

Juste pour la France, consommation = 1 580 000 barils/jour... payé à crédit...

Le prix du baril est basé sur le brut léger dont les réserves s'épuisent...

GROS problèmes en perspective... comme disait Chirac la maison brule mais on regarde à coté... c applicable pour tout... particulièrement pour la vision court terme devenue la norme en occident...

Tu causes des caisses électriques avec production de pollution XXL chez les copains là ?

Par

En réponse à GY201

Jamais le GIEC n'a demandé de relier la catastrophe de la Faute sur Mer en 2010 a ses théories ni non plus de publier des prévisions imbéciles a l'occasion de quelques records de température du mois de juin 2019. Il y aurait par contre beaucoup a redire sur le filtre qui part des 1000 pages du rapport complet pour pondre le rapport destiné aux décideurs (les politiques).

Pour se détendre un peu:

http://www.legorafi.fr/2014/04/18/climat-les-specialistes-du-giec-proposent-de-vivre-nu-et-de-faire-la-fete-en-attendant-la-fin-du-monde/

http://www.legorafi.fr/2019/08/08/climat-le-nouveau-rapport-du-giec-specialement-concu-pour-etre-plus-facilement-detruit-par-les-broyeurs-des-ministeres/

.

Pour nous instruire et puisque tu as l'air d'avoir lu les 1000 pages du rapport du GIEC tout en contestant son "résumé", peux tu nous dire ce que tu en penses et en retiens ?

Par

En lisant cet article je me suis dit, enfin un peu de bon sens : récupérer le CO2 de l'atmosphère pour générer un carburant de synthèse ce qui veut dire utiliser les technologies de voiture existante. Je pense qu'on va dans le bon sens.

Par contre vu la quantité d'énergie nécessaire pour produire ce carburant (c'est à dire produire H2 plus l'agglomérer avec du C), ce ne peut pas être une solution pour plus de quelques pour-cent des moyens de transport.

Une solution pour continuer à assurer l'essentiel dans une société complètement modifiée.

Par

En réponse à ape-happy

En lisant cet article je me suis dit, enfin un peu de bon sens : récupérer le CO2 de l'atmosphère pour générer un carburant de synthèse ce qui veut dire utiliser les technologies de voiture existante. Je pense qu'on va dans le bon sens.

Par contre vu la quantité d'énergie nécessaire pour produire ce carburant (c'est à dire produire H2 plus l'agglomérer avec du C), ce ne peut pas être une solution pour plus de quelques pour-cent des moyens de transport.

Une solution pour continuer à assurer l'essentiel dans une société complètement modifiée.

Je pense que ce pourrait être une solution pour le "whitewashing" de l'usage que feront quelques aficionados de leurs voitures thermiques de collection d'ici 20 ans plutôt. Même pas une solution pour le transport aérien / maritimes où les gaz naturels ou GPL sont des options déjà moins polluantes que les carburants lourds utilisés actuellement (plus hybridation et pourquoi pas voiles/ailes pour le transport maritime?).

Quand au CO2, il est trop cher et gourmand sur le plan énergétique de séparer et récupérer les 400ppm de CO2 de l'atmosphère. Le projet c'est bien sûr de se rapprocher physiquement d'un émetteur de CO2 (centrale électrique thermique, industrie...) et de récupérer ses gaz d'échappement (environ 100-300 fois plus riches en CO2 que l'air ambiant...)!

Par

article interessant de Mr Savary où l'on voit sa très lente évolution vers un avis moins radicalextremiste anti VE primaire, son glissement à retardement vers un avis, certes jamais franchement pour le VE (qui n'a pas d'avantage , SAUF en france selon lui , ce qui est évidemment, (le monde des décideurs, scientifiques et ingénieurs n'etant certainement pas plus idiot que Savarin tout seul, même accompagné de son tavares adulé) TOTALEMENT faux, mais là n'est pas la question) mais presque nuancé, même si argumenté à la hache.

Voila, c'est long, c'est lent, mais ma foi, ça avance dans la bonne direction.

Sinon, son analyse est assez risible, puisqu'il ne fait jamais le bilan energetique de sa trouvaille. Lequel est évidemment déplorable en comparaison d'un VE à stockage lithium statique au solaire. Autrement dit, son idée est morte avant même d'exister. La vitesse de déploiement du PV , partout dans le monde sauf en france, étant là pour prouver l'erreur de cette idée de génie (voir les projectins de l'IEA).Car consommer 10xWh d'energie solaire pour utiliser 1xWh en propulsion, c'est gaspiller 90% de l'energie. Et c'est fondamentalement une erreur grotesque.

Par

En réponse à A200T

article interessant de Mr Savary où l'on voit sa très lente évolution vers un avis moins radicalextremiste anti VE primaire, son glissement à retardement vers un avis, certes jamais franchement pour le VE (qui n'a pas d'avantage , SAUF en france selon lui , ce qui est évidemment, (le monde des décideurs, scientifiques et ingénieurs n'etant certainement pas plus idiot que Savarin tout seul, même accompagné de son tavares adulé) TOTALEMENT faux, mais là n'est pas la question) mais presque nuancé, même si argumenté à la hache.

Voila, c'est long, c'est lent, mais ma foi, ça avance dans la bonne direction.

Sinon, son analyse est assez risible, puisqu'il ne fait jamais le bilan energetique de sa trouvaille. Lequel est évidemment déplorable en comparaison d'un VE à stockage lithium statique au solaire. Autrement dit, son idée est morte avant même d'exister. La vitesse de déploiement du PV , partout dans le monde sauf en france, étant là pour prouver l'erreur de cette idée de génie (voir les projectins de l'IEA).Car consommer 10xWh d'energie solaire pour utiliser 1xWh en propulsion, c'est gaspiller 90% de l'energie. Et c'est fondamentalement une erreur grotesque.

Je rejoins les avis de A200T , et de Philippe 2446 , je voudrais juste ajouter , sous le feu d'une actualité toute récente et pertinente que VW malgré leur passé peu glorieux , investissent massivement dans les véhicules électriques car c'est l'avenir .

Si VW se lance à ce point c'est bien parce-que l'horizon de l'avenir c'est la mobilité électrique .

Les hydrocarbures ont eu leurs heures de gloires , nous devons tourner la page et ce n'est certainement ni rentable ni en réponse aux problèmes climatiques que de transformer le CO2 , L' H2 et des agrocarburants pour remplacer l'énergie la plus dense et la plus capitalistique qu'est le pétrole .

Par

en quoi un carburant de synthèse peut il être vert ??????

Par

En réponse à dilemblue

en quoi un carburant de synthèse peut il être vert ??????

Oui effectivement , on se le demande ....

C'est un peu un problème de plomberie : à quelle vitesse va t'on pouvoir absorber le CO2 pour compenser celui que l' on produit , ou a comment vider une baignoire plus rapidement que l'on peut la remplir .....

Par

En réponse à Yoann71

que l'on dise au gens qui le souhaitent roulaient plaisir ! avec du carburant de synthèse. j'espère que cela sauvera le moteur thermique. en plus c'est la vraie solution a l'indépendance énergétique car les batteries sont non seulement une catastrophe écologique en terme d'exploitation de terred rares mais en plus elles sont rares donc monopole a venir de certain pays comme aujourd'hui le pétrole

Les terres ditent rares ne le sont pas, elles ont été appelées comme cela car leur exploitation étaient à l'époque difficile, et donc l'extraction était limité. A ce jour des "terres rares" se trouvent quasiment partout dans le monde, y compris en France.

Par

En réponse à GY201

Le plus gros problème sera de gérer les idéologue quand les prédictions vont être reconnues fausses. Quelle apocalypse nouvelle sera au menu.

Depuis 1930 il est prévu la fin du pétrole dans 30 ans. Penser que les augures d'aujourd'hui sont plus pertinentes que celles de 1975 est une belle preuve de crédulité.

Ben on verra la gueule que tu feras quand le prix à la pompe s'envolera juste avec l'info "les réserves (quantités toujours gardées secrètes) de brut léger sont au bord de l'épuisement", il va bien falloir qu'ils en parlent un jour, c un secret de polichinelle... pour l'instant on arrive à la fin du tube de dentifrice... ils injectent de l'eau de mer pour faire remonter la pression, en gros pour faire remonter le pétrole en fin de cuve...

Pourquoi crois tu que les pays du Golf diversifient massivement leurs investissements depuis des années??? pourquoi investissent ils dans le renouvelable??? c quand même assez anachronique...

Les faits sont là, et les ignorer n'est pas un argument... 1 580 000 barils/jour de conso en dehors que c monstrueux, complètement débile, cher et dangereux, tu vois ce n'est pas de l'idéologie mais un fait...

Par

"A mort Louis Croix V Baton" ! :D

Par

En réponse à SeniorZorro

L'avenir sera une pluralité de moyen de propulsions de l'automobile où cohabitent aussi bien voiture full électrique, full thermique ( d'origine fossile comme d'origine "laboratoire"), hybride, piles à combustibles, etc. Chacun devra choisir ce qui lui convient le mieux simplement. On ne doit plus revenir à une quasi hégémonie comme l'a été le Diesel pendant des années. Le diesel en ville n'a rien n'a y faire. Par contre il a tout son intérêt pour les très gros rouleurs. C'est de cette pluralité que viendra la solution

De bon sens, bravo!

Par

En réponse à GY201

L'urgence n'existe que dans les têtes des idéologues. Il n'y a pas plus de risque de pénurie que de possibilité de voir, a l'échelle des générations humaines, des manguiers pousser a Biarritz.

Il y a des réserves de pétrole pour aller bien au delà de 2050 et effectivement, le procédé de liquéfaction du charbon donne en plus au moins 400 ans de répit a partir du moment où l'extraction du pétrole sera trop coûteux face au kérosène / gazole issus de la liquéfaction du charbon.

Laissons Bosch faire du Bosch et touiller l'idéologie pour se fabriquer une notoriété de pacotille. Aujourd'hui, envisager la liquéfaction du charbon n'est possible que si la certitude que le cours du baril ne va jamais plus être inférieur a $120 ($80 de 2003 réactualisé).

C'est sûr qu'avec le "jusqu'ici tout va bien" on risque d'aller loin...

Par

En réponse à dilemblue

en quoi un carburant de synthèse peut il être vert ??????

Techniquement l'éthanol de betterave est un carburant de synthèse. La betterave produit du sucre, pas de l'alcool. À un niveau, tout finit par pouvoir être considéré comme vert si on a l'esprit assez tordu: le pétrole ne provient-il pas de la décomposition de matière vivante? :bah:

Par

En réponse à

Commentaire supprimé.

Au moins on a une indication sur l'âge de hksf... parce qu'il aurait 84 ans, ce serait: "le plombé, y'a que ça de vrai, pas avec ces horribles additifs qu'ils mettent à la place!". Il en aurait 112, il dirait : "le gazogène, c'était merveilleux, ça permettait d'avoir une vision tellement plus poétique de la ville!"...

:areuh:

Par

J'ai comme l'impression qu'il y a une grande confusion dans l'esprit de beaucoup de gens.

Comment peut-on envisager que le remplacement d'un carburant d'origine fossile, par un substitut d'origine agricole, soit une solution viable ayant un caractère durable ?

En d'autres termes j'ai le sentiment que toute forme de carburant de synthèse d'origine agricole ou chimique ne résout en rien la problématique de la transition énergétique. Je crois surtout que dans ce cas le remède est pire que le mal.

Car si le rôle de l'agriculture est d'abord de nourrir les gens en respectant l'environnement, les méthodes utilisées par ceux qui prétendent produire du bio éthanol, reposent elles, sur le principe de la déforestation, de la monoculture à grande échelle et l'apport massif d'engrais chimiques, qui à terme appauvrissent les sols de manière irréversible.

Quant au véhicule électrique je pense la chose suivante.

Primo, je ne crois pas aux prétendues vertus du moteur électrique pour l'automobile parce que je ne cautionne pas l'électricité d'origine nucléaire telle qu'elle est produite en France. Secundo, je suis convaincu que la production de véhicules électriques en France est une hérésie économique dans la mesure où, environ 80% de la valeur dudit véhicule provient d'Asie. En Europe un constructeur de voiture électrique n'est plus qu'un assembleur.

Tertio, le bilan carbone d'un véhicule électrique est mis à mal par le process de fabrication catastrophique des batteries et du recyclage des déchets radioactifs des centrales nucléaires.

En revanche, j'utilise une tondeuse à gazon et une débrousailleuse électriques filaires qui me donnent entière satisfaction.

Plus sérieusement, pour ce qui concerne ma future voiture, je vais rouler au GNV parce que c'est le seul carburant d'origine fossile à la fois économique et écologique pouvant être obtenu en valorisant les déchets ménagers ou agricoles par le procédé de la méthanisation (qui n'a rien à voir avec l'imposture des agro carburants dont l'éthanol fait partie).

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité