Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Dacia aura son véhicule électrique, dès 2021, sur base de Renault chinoise

Oui, les voitures électriques sont encore chères. Oui, Dacia vend des voitures pas chères. Mais cependant, oui, il semble que la marque roumaine va quand même avoir droit à sa voiture électrique, dès 2021. Et du coup, oui, elle s'annonce économiquement imbattable.

Dacia aura son véhicule électrique, dès 2021, sur base de Renault chinoise

Oui, ce n'est pas parce que Dacia est une marque low cost qu'elle ne devra pas se conformer aux règles européennes en matière d'émissions de CO2. Déjà, elle ne se contente plus des moteurs d'ancienne génération, gourmands et polluants. Elle se dote depuis l'année dernière des derniers blocs essence et diesels du groupe Renault, bien meilleurs au chapitre écologique. Pour autant, la gamme émet encore en moyenne 125 grammes de CO2 par km, ce qui est loin de l'objectif de 95 grammes pour la fin 2020.

Cela ne suffit donc pas. Pour faire baisser la moyenne des émissions, Dacia va également bénéficier, dès 2021, d'un modèle électrique dans sa gamme. Si ce n'est pas encore officiel, il semble quasiment acquis que le (tout) petit crossover urbain Renault City K-ZE, fabriqué en Chine pour le marché chinois, et présenté il y a huit mois au salon de Shanghai, sera rebadgé Dacia pour être importé en Europe, et donc en France.

Un projet confirmé par Gilles Normand, le patron du programme électrique de Renault, tandis que dès mars 2019, Marc Suss, directeur du programme Global Access (donc Dacia), affirmait que l'électrification chez Dacia n'était pas une option, sachant que l'Europe imposera que 15 % de la production de tous les constructeurs soit représentée par des véhicules hybrides rechargeables et électriques en 2025. Et 2025, c'est demain.

 

Une électrique à moins de 11 000 €, bonus déduit ?

Quoi qu'il en soit le premier modèle sera donc de provenance chinoise. Dans ce pays, le K-ZE est vendu entre 7 200 € et 9 200 €. Un tarif plancher, obtenu aussi grâce à des exigences sécuritaires moindres, et des caractéristiques bas de gamme. 

Ainsi, le K-ZE chinois ne dispose que d'une petite batterie de 26,8 kWh, qui lui permet une autonomie d'à peine 200 km en cycle WLTP, d'un moteur de faible puissance (33 kW, soit 45 ch), qui lui permet d'atteindre seulement 105 km/h en vitesse maxi.

Rebadgé Dacia et destiné à l'Europe, ce modèle sera nécessairement modifié. Une sécurité renforcée, un équipement amélioré et probablement une plus grosse batterie et un moteur plus puissant devraient faire leur apparition. Il ne faudra pas, cependant, trop améliorer le modèle, sous peine de faire de l'ombre, non pas à la Renault Zoé, bien plus aboutie, mais à la future Twingo 4, qui pourrait être commercialisée uniquement en version électrique.

Son prix devrait donc tourner autour de 15 000 €. Bien plus onéreux que l'homologue Renault Chinois (un paradoxe !), mais après application du bonus écologique, cela ferait 10 950 € (prime de 27 % du prix de vente batterie incluse, plafonnée à 6 000 €, sous réserve que le bonus perdure sous cette forme). Soit l'électrique la plus abordable du marché, encore 4 000 € moins chère que les modèles actuellement les plus abordables, soit les VW e-Up!, Seat Mii Electric et Skoda Citigo iV.

Dacia va-t-il donc, avec son électrique, nous refaire le coup de la Logan, qui avait bousculé le marché à sa commercialisation en 2004 ? Nous le saurons en 2021.

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire