Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

DESIGNbyBELLU - Renault 5 Héritage, choisir une icône

Dans Futurs modèles / Design

On ne compte plus les réalisations qui procèdent d’une démarche nostalgique en puisant dans le passé le ferment du futur. Renault va y succomber avec une vision postmoderne de la R5.

DESIGNbyBELLU - Renault 5 Héritage, choisir une icône

L’une des annonces les plus symboliques faites par la direction de Renault dans le cadre de sa récente « Renaulution » porte sur le concept-car Renault 5 Héritage. On imagine les cerveaux en surchauffe lors des comités de direction pour accoucher d’un néologisme étrange et pour désigner la Renault 5 modèle le plus emblématique sur les 122 ans d’histoire de la marque.

Passons sur le barbarisme douteux pour s’interroger sur la pertinence du choix de l’icône. Qui a eu l’idée de dépoussiérer la Renault 5 ? Est-ce une bonne idée ? D’emblée, on a attribué cette solution de puiser l’inspiration dans le passé à Luca De Meo. Installé au poste de directeur général du Groupe Renault depuis le 1er juillet 2020, il passe pour avoir été l’un des partisans et des artisans du développement de la Fiat 500 alors qu’il siégeait au directoire de Fiat SpA entre janvier 2002 et avril 2009.

En ressuscitant l’esprit de la 5, Renault s’inscrit dans un mouvement nourri par une multitude de projets plus ou moins aboutis. Beaucoup de constructeurs ont un jour fouillé dans leurs archives pour recadrer leur image. De Peugeot à BMW, de Ford à Chevrolet, ils sont des dizaines à avoir cédé à cette facilité.

La Renault 5 originale.
La Renault 5 originale.

Les signes avant-coureurs du style néo-classique sont apparus aux États-Unis dans les années 1960. L’initiative des premiers « revivals » revient au designer Virgil Exner. En architecture, la notion de postmodernisme est apparue au début des années 1970 pour désigner une attitude en réaction contre les excès du purisme. En automobile, la pionnière du mouvement postmoderne fut la marginale Nissan Be-1, en 1985. Puis la Volkswagen Beetle ouvrit de nouvelles perspectives dix ans plus tard et finalement, la Mini et la Fiat 500 transformèrent en succès planétaire ce qui n’était à l’origine qu’une posture.

La Volkswagen "New" Beetle.
La Volkswagen "New" Beetle.

Ces trois dernières voitures sont les interprétations modernes de jalons essentiels de l’histoire de l’automobile populaire. Ce qui fait leur particularité, c’est qu’elles ont accédé à un statut d’icône. Bien que le titre soit galvaudé, rares sont les objets qui peuvent le revendiquer. La Coccinelle de 1938, l’Austin Mini de 1959 et la Fiat 500 de 1957 sont de véritables monuments historiques. Ce ne sont pas des produits de consommation banals, soumis à la mode, programmés pour l’obsolescence, voués à une actualisation permanente. Elles sont intemporelles, ce sont des objets culte qui ne se démodent pas, ne se renouvellent pas, car ils sont au-dessus des modes passagères.

Des objets cultes il n’y en a pas chez tous les constructeurs. Peut-on élever la Renault 5 à ce rang ? Sans doute pas. Elle est un produit de consommation bien ficelé qui a donné naissance à une belle lignée, ni plus ni moins, au même titre que la Golf.

Les têtes pensantes de Renault se sont longtemps posé la question pour choisir le plus emblématique des modèles de la marque. On a vite survolé le premier demi-siècle de Renault pendant lequel la marque au losange n’a collectionné que des voitures banales au style insipide et à la mécanique conservatrice.

Renault 4 CV.
Renault 4 CV.

La première création mémorable de Renault a sans doute été la 4 CV au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Plus à cause de sa bouille sympathique et pour son rôle social (« remettre la France sur quatre roues », disait le slogan) que pour sa technique copiée sur celle de la Coccinelle de Volkswagen.

Au sein de la Régie Renault, la créativité ne s’est exprimée que dans les années 1960 avec les R4 et R16. La R4, humble et utilitaire, pratique et rustique, ne faisait aucune concession aux apparences. Dans l’imagerie populaire, elle est venue se ranger à côté de la 2 CV de Citroën. Puis la R16 concilia les exigences esthétiques de la berline et les fonctionnalités du break. Après quoi, l’Espace - première berline monocorps - entérina l’image fonctionnaliste de Renault, avec la contrepartie d’un rationalisme qui plombe le désir et culpabilise le plaisir.

Tout cela manque singulièrement de grâce et de charme pour donner naissance à des objets désirables : la 4L trop frugale, la R16 trop cérébrale, l’Espace trop avant-gardiste, sans parler de la géniale Renault 14 trop visionnaire.

C’est sans doute pour cela que s’est imposée la Renault 5 de 1972 : grâce à son visage avenant, son sourire séducteur et son regard rieur.

Portfolio (12 photos)

En savoir plus sur : Renault R5

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires (81)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est étrange, car quand on la voit de profil, elle fait plus pensé à un SUV urbain qu'à une citadine !

Par

Petite parenthèse, la Nissan Be-1(1987), cousine esthétique de l' Autobianchi A112(1969) Toujours eu un peu de copie des Japonais dans un premier temps.

Une chose c'est les acheteurs qui décident de l'engouement d'un modèle et de la poursuite de son succès, puis par la suite vient une histoire de mode, souvent parti d'une certaine nostalgie au départ.

Rien est écrit d'avance, me semble-t-il.

Par

Je ne sais pas à quoi ressemblera la version de série, mais ce concept est tout à fait désirable.

J'aime beaucoup aussi le concept Mégane e-Vision mais les premiers spy shots de la version de série semblent indiquer un modèle beaucoup plus (trop) banal.

Autant c'est acceptable pour ce modèle, autant ça ne passera pas sur cette nouvelle 5. Croisons les doigts.

Par

Citroën, sortez-nous le concept Revolte sur la base de la 208, qui propose aussi une motorisation électrique.

:jap:

Par

Pour cette réinterprétation de la R5, je lui trouve des airs de Fiat 127 Concept, une réinterprétation moderne de la Fiat 127 réalisée par un graphiste, et présentée il y a quelques temps sur Caradisiac.

https://www.caradisiac.com/Concept-et-si-on-ressuscitait-la-Fiat-127-85509.htm

:jap:

Par

j'aime beaucoup cette R5, qui me rappelle la R5 turbo des années 80 :lover:

Par

En réponse à shooby

C'est étrange, car quand on la voit de profil, elle fait plus pensé à un SUV urbain qu'à une citadine !

Je vous recommande optic 2000, ils sont vraiment efficaces :bien:

Par

La Nissan Figaro était pas mal dans le genre néo-rétro.

La 2cv était sans doute iconique, comme la DS. Citroën a de quoi faire avec ses icônes. Peugeot et Renault, pas trop.

Me semble qu'il y avait eu un prototype de DS2 sur base de 2cv qui était sympa. Peut-être le moment de le ressortir ? :chut:

Par

Et bien on doit en être au 5ème article, sur la future Reanault5 , en à peine 15 jours. Tout ça pour ne rien dire de nouveau, au final.

Par

Bonjour, moi,ce que j en dis,c'est qu elle ressemble à ce qu'une voiture doit ressembler...elle est équilibrée comme les caisses d avant l époque des bouses monospasisantes avec le pare brise sur les roues avants et un porte à faux avant grotesque....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire