Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

DESIGNERbyBELLU - Robert Opron, un esprit éclairé

Dans Futurs modèles / Design

Il a été un maillon essentiel dans l’industrie automobile française, achevant la révolution de Citroën et entreprenant celle de Renault.

À gauche, Robert Opron ; à droite l'auteur de l'article Serge Bellu.
À gauche, Robert Opron ; à droite l'auteur de l'article Serge Bellu.

Quand on débute dans le journalisme, il faut être prêt à accepter toutes les missions. Il faut savoir que l’on n’entre pas dans le monde du design en passant forcément par un studio californien ou par les ateliers de Bertone. J’en ai fait l’expérience : l’une de mes premières interviews m’envoie sur la « colline inspirée » où se trouve le Centre de Style de Renault, au cœur du Centre Technique de la marque à Rueil-Malmaison.

Objet de la visite : la Renault 9. Du très lourd. Dans la nébuleuse des machines à rouler les plus désolantes, la Renault 9 se trouve au pinacle. Sa pathétique banalité n’intéresse même pas, aujourd’hui, les amateurs de qui ne sont pourtant pas regardants et qui accumulent impunément les plaisirs coupables.

Renault 9
Renault 9

À l’époque, le dossier de presse de la Renault 9 mettait l’accent sur une seule singularité, le siège « monotrace » qui se déplaçait sur un rail central. Pas facile de faire rêver le lecteur avec une glissière. Qu’allait donc pouvoir raconter le patron du Centre de Style sur le sujet ? Je supposais qu’il allait expliquer que la Renault 9 avait une destinée internationale, qu’elle devait plaire aussi bien au Texan sympathisant de la NRA qu’au Français qui écoute des cassettes de Michel Sardou ; il fallait donc qu’elle soit aussi anonyme qu’une Toyota Corolla.

DS Catalogue
DS Catalogue

Mais en cet après-midi pluvieux de septembre 1981, je découvre que le patron du Centre de Style vaut beaucoup mieux que les sermons soporifiques du marketing. Robert Opron est un esprit brillant.

Opron Présidence
Opron Présidence

Né en 1932 à Amiens, Robert Opron étudie à l’école des Beaux-Arts de sa ville natale avant de gagner la capitale pour poursuivre ses études artistiques. Il sort des Beaux-Arts de Paris avec un diplôme d’architecture et il est aussitôt sollicité par la Compagnie Nationale des Sucreries de Ham, dans la Somme, pour dessiner un nouveau bâtiment. Le hasard le mène chez Nord Aviation où il dessine des cockpits et toutes sortes de composants techniques. Mais le rêve secret de Robert Opron, c’est de dessiner des voitures ! Il est engagé chez Simca en 1958. Les premiers travaux qu’on lui confie sont modestes : un logo, des enjoliveurs…

Jusqu’au jour où le lui propose de dessiner « la voiture de l’avenir ». Robert Opron se prend au jeu et convainc la direction de Simca d’en réaliser une maquette. Comme les Américains, Simca s’offre ainsi une utopie qui accumule les déclarations d’intention : moteurs électriques, radars, cerveau électronique, alimentation par induction, gyroscopes assurant l’équilibre de la voiture quand les roues avant s’escamotent au-delà de 150 km/h… La Fulgur est exposée au Salon de Genève 1959.

DESIGNERbyBELLU - Robert Opron, un esprit éclairé
DESIGNERbyBELLU - Robert Opron, un esprit éclairé

Après deux années passées chez Simca, Robert Opron entre chez Arthur Martin où il crée différents appareils ménagers et des équipements de salle de bain. En 1962, il répond à une petite annonce sibylline qui émane de Citroën. Il se rend rue du Théâtre, à Paris. « C’était un environnement noir et crasseux. Il y avait un petit gourbi et, derrière, un local avec une table bancale et une chaise ». Opron est embauché et devient l’adjoint de Bertoni, le génial créateur de la DS. Les deux hommes ont en commun une formation d’architecte, un caractère bien trempé et un irrépressible goût pour les sardines écrasées dans la purée, avec du vinaigre.

Robert Opron assure la succession de Bertoni après sa mort, qui survient en 1964. Il poursuit son œuvre avec fidélité, mais avec beaucoup de personnalité : il assure le développement des SM, GS et CX. En 1975, Robert Opron quitte Citroën pour prendre en charge le Centre de Style de Renault auquel il donne une nouvelle dimension.Première mesure, il rattache au Centre de Style le nouveau département Art & Industrie qui fait travailler les artistes contemporains et constitue une fabuleuse collection d’art.

Alfa Romeo SZ
Alfa Romeo SZ

Puis il multiplie les consultations pour donner du panache à la marque : Marcello Gandini et Giorgetto Giugiaro, logique, mais aussis Terence Conran (créateur d’Habitat), Marc Held, Mario Bellini ou Olivier Mourgue qui sont des designers de produit étrangers au monde de l’automobile.

Robert Opron n’a aucun tabou : quand je lui propose mes services « pour connaître le design de l’intérieur », il n’hésite pas, il m’invite à travailler sur le programme Z qui devait déboucher dix ans plus tard sur la Twingo. J’ai fourni des dessins, des plans et même une maquette en clay au 1/5. Ma carrière de designer n’a pas été au-delà, mais cela m’a montré l’ouverture d’esprit de Robert Opron. En 1984, il quitte la Régie Renault et part à Turin pour diriger un groupe de recherches au sein du groupe Fiat. Cette cellule est chargée du développement du programme ES-30 qui débouchera sur les Alfa Romeo RZ et SZ.

Après cette expérience, Robert Opron a pris sa retraite sans jamais lâcher ses pinceaux. Tout le monde a oublié qu’il avait donné son assentiment pour le style de la Renault 9.

Portfolio (1 photos)

SPONSORISE

Actualité Ds

Toute l'actualité

Forum Ds

Commentaires (22)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Article extrêmement intéressant. Alors, que vous a raconté Opron sur la R9 ?

Par

L'Opron Présidence est très proche de la Simca Présidence, une Chambord plus statutaire qui je crois était en partie finalisée chez Chapron. Un petit rappel aussi : c'est à Robert Opron que nous devons la R25 et naturellement la modernisation de l'avant des DS (les vraies, pas les horreurs d'aujourd'hui).

Par

ah! la DS....l'image vue au dessus est géniale, le jeu d'ombre est sublime.

comment a -t-on fait pour arriver à l'horreur d'aujourd'hui...? les DS actuelles n'ont pas d'âme tout simplement..

Par

Merci pour cet article qui rafraîchit le mémoire sur un grand désigner français qui a su marquer de son empreinte le style français automobile .

Par

Effectivement on aimerait bien connaitre le pourquoi de cette si banale Renault 9 ( et encore vous ne nous montrez pas une C ou TC des débuts ...).

Etonnant de passer de la SM à ça !

Par

Robert option reste quand même avant tout le successeur de bertoni chez Citroën ce qui n' a pas du être facile j'aurais aimé un peu plus de détails là dessus et chez Renault il a mis sur les rails Patrick lequement... une belle réussite

Par

Encore un chouette article... mais qui va encore un peu dans tous les sens....

Dommage de ne pas avoir insisté un peu plus sur la période Citroën de ce grand designer. Tout de même un peu plus fructueuse et riche que la période où il a pu côtoyer Bertoni.

Simplement ouvrir Wiki pour s'en souvenir.

Un mot sur ces sièges monotrace de R9 évoqués en début d'article : le genre d'invention fort intelligente, permettant de ne pas limiter l'espace aux jambes arrières à l'aplomb des sièges avant.

A elle seule, bien mise en valeur par un vendeur, permettait d'emporter la décision d'achat. Et pour les passagers avant, possibilité de basculement permettant des positions kamasutresques à priori peu imaginables dans un habitacle automobile.

:biggrin:

Par

En réponse à smartboy

Effectivement on aimerait bien connaitre le pourquoi de cette si banale Renault 9 ( et encore vous ne nous montrez pas une C ou TC des débuts ...).

Etonnant de passer de la SM à ça !

Remise en perspective : sur le marché des 3 volumes, est ce qu'une 305 ou une Jetta étaient esthétiquement tellement plus désirables en ces premières années mitterandiennes ?

:voyons:

Par

J ai appris un mot

Sybilliine

Par

J ai appris un mot...

Sybilline

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire