Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

DS9: pourquoi ça peut marcher (ou pas)

Dans Economie / Politique / Marché

Jusqu'ici, jamais une grande berline française n'avait réussi à s'imposer au-delà des frontières hexagonales. La DS9 pourrait-elle vaincre le signe indien? Avec sa finition soignée et ses moteurs high-tech, elle pourrait bénéficier des vents porteurs qui soufflent actuellement sur la marque.

Les commandes de la DS9 sont déjà ouvertes, mais les premières livraisons interviendront en septembre 2021.
Les commandes de la DS9 sont déjà ouvertes, mais les premières livraisons interviendront en septembre 2021.

Si la Citroën DS3 a été lancée en 2009, la marque DS elle-même n’est apparue qu’en 2015. Au fil des 5 années qui se sont écoulées depuis, le label premium du groupe PSA a connu des difficultés (renouvellement de gamme chaotique, situation en Chine…) mais a aussi et surtout su progresser régulièrement dans un segment ô combien concurrentiel.

Ses deux SUV, les DS7 Crossback et DS3 Crossback, apparaissent en effet des alternatives crédibles aux références allemandes du secteur. D’un point de vue commercial, cela se traduit par des résultats encourageants.

Déployée sur un réseau de 164 points de vente (dont 120 DS Stores), DS est en France la quatrième marque du marché premium, avec une part de marché de 10,2% sur les dix premiers mois de l’année (+1% par rapport à la même période en 2019). Elle aura ainsi écoulé un peu moins de 17 748 unités sur la période. Cette valeur est environ deux fois inférieure au triumvirat allemand (34 368 unités pour BMW, 34 860 pour Audi, 39 973 pour Mercedes), qui propose une gamme plus large. Mais elle est aussi supérieure à celle de Volvo (12 459 ex.), constructeur qui bénéficie pourtant de courants porteurs ces dernières années.

Cette croissance repose notamment sur des motorisations hybrides rechargeables (31% des ventes DS) et électriques (22%) qui permettent à la marque d’afficher un bilan flatteur en termes d’émissions de CO2 : avec une moyenne de 78g/km, DS présente le meilleur bilan carbone du segment premium (hors Tesla bien sûr).

C’est dans ce contexte porteur que la marque prépare le lancement de sa grande berline, la DS9 dont Caradisiac vous a dévoilé les tarifs dès mardi (gamme à partir de 47 700 €). Longue de 4,93 m., cette grande berline boxe dans la même catégorie que les BMW Série 5 et Mercedes Classe E. Des modèles qui, même si la mode est aux SUV, se sont tout de même écoulés à respectivement 378 000 et 418 000 exemplaires à travers le monde l’an dernier (à quoi s’ajoutent 262 000 Audi A6/A7): le gâteau est gros, et DS espère bien en grapiller autre chose que des miettes.

Avec son empattement de 2,90 m, la DS9 offre un bel espace aux jambes des passagers arrière. Les représentants de la marque insistent énormément sur les efforts déployés en termes de choix des matériaux, d’assemblages et de qualité perçue. Une voiture avec laquelle « DS va rentrer dans la cour des grands », selon les termes de Sébastien Vandelle, qui dirige la marque pour la France. « On va le faire avec nos armes, avec le savoir-faire français. C’est un lancement capital pour nous, on n’avait jamais atteint ce niveau de raffinement et de confort. »

En parallèle, la marque s’attache à soigner les relations clientèle via le bouquet de services Only you: « la clé, et ce qui a parfois fait défaut au haut de gamme français jusqu’ici, c’est d’avoir de la rigueur et de savoir où on veut aller », commente un représentant de la marque.

Certes, les grandes berlines haut de gammes françaises n’ont jusqu’ici jamais convaincu au-delà des frontières de leur pays d’origine. Mais après tout, aucune forteresse n’est imprenable, ainsi que l’illustre Tesla, marque récente, avec des modèles au haut contenu technologique mais dont la qualité de présentation et de finition n’est pas le point fort. Malgré ce qui pourait être considéré comme une "tare" dans le secteur premium, ces voitures aux tarifs élevés connaissent le succès partout où elles sont proposées.

Pourquoi n’y aurait-il pas aussi une place pour une berline affichée à des tarifs concurrentiels pour le segment et qui, tout en soignant particulièrement sa présentation et la partie servicielle, propose un contenu technologique intéressant avec ses moteurs hybrides dont la puissance grimpe jusqu’à 360 ch ?

Portfolio (5 photos)

    Mots clés :

  • Ds

SPONSORISE

Actualité Ds

Toute l'actualité

Forum Ds

Commentaires (137)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

pourquoi DS marchera pas..

aucune image de marque.. marque récente et inconnue...

des moteurs de citadines une fiabilité nulle... normale tu tracte pas une caisse de 1800 kgs avec un moteur de citadine...

pour que DS réussissent...en partant de zéro.. comme c'est le cas...

ne produire que de la caisse électrique.... à 60 000 euros.... prix de la model 3... proposer une caisse de 350 cv... avec 600 kms d'autonomie..

avec la finition superieure que tesla peut etre enfin ils vendraient...

la c'est hyper cher..

les moteurs sont pas premiums..

c'est made in china...

quel européen va acheter ce piege??

personne...

Par

Je pense que DS mettra encore un certain temps avant d'être rentable, mais PSA est d'ores et déjà sur la bonne voie. On est encore loin du niveau de qualité d'assemblage, de materiet de nombreux details ou encore du SAV des premium mais jamais une marque française n'est arrivée aussi haut. Il faut rester patient et optimimiste, et c'est tout à fait ce que fait Tavares, donc pas d'inquiétude.

D'ailleurs, à propos de l'article, Tesla n'est, pour la énième fois, pas une marque premium de par la bassesse résiduelle de la qualité mais aussi parce qu'eux même disent ne pas viser le premium.

Par

Déjà le titre, il se mouille pas ! Comparer DS aux autres marques premium que sur le marché français c'est inutilement réducteur, voire simpliste : sur le marché global c'est environ 1/30 niveau ventes. Tout est possible, évidemment, à l'exception des miracles et autres "vents porteurs" ; je me souviens des commentaires et prémonitions extatiques lors du lancement du DS7 CB...tout ça pour ça : moins de 60.000 ventes sur 3 ans, moins que la Talisman, autre ex futur crack...

Par

Je leur souhaite de réussir....mais j'ai des doutes.:confused:

Par

"DS est en France la quatrième marque du marché premium"

Loin de moi l'idée de vouloir dire du mal de DS, mais quelles sont les ventes globales en Europe et dans le monde? On ne peut pas se satisfaire d'une dépendance au marché national, où les clients vont privilégier les marques Française. DS aura une légitimité si les résultats sont bons à l'étranger.

Par

En réponse à Ajneda

Je pense que DS mettra encore un certain temps avant d'être rentable, mais PSA est d'ores et déjà sur la bonne voie. On est encore loin du niveau de qualité d'assemblage, de materiet de nombreux details ou encore du SAV des premium mais jamais une marque française n'est arrivée aussi haut. Il faut rester patient et optimimiste, et c'est tout à fait ce que fait Tavares, donc pas d'inquiétude.

D'ailleurs, à propos de l'article, Tesla n'est, pour la énième fois, pas une marque premium de par la bassesse résiduelle de la qualité mais aussi parce qu'eux même disent ne pas viser le premium.

''jamais une marque française n'est arrivée aussi haut''.

Facel Vega en son temps.

Bugatti encore aujourd'hui.

Deux marques françaises de prestige.

:jap:

Par

Hormis le fait que les moteurs sont minables, le plus gros problème pour moi c'est qu'elle ressemble à rien.

On dirait une voiture chinoise avec des chromes bien dégueulasse de partout

Par

"Mais après tout, aucune forteresse n’est imprenable, ainsi que l’illustre Tesla"

Rien à voir. TESLA s'est bâti une image qui dépasse le seul domaine automobile, avec la comm propre aux américains qui va bien. DS avec ses bagnoles recarrossées sans rien proposer de vraiment particulier ne pourra compter sur les mêmes "vents porteurs".

Par

En réponse à Pays du Matin Frais

''jamais une marque française n'est arrivée aussi haut''.

Facel Vega en son temps.

Bugatti encore aujourd'hui.

Deux marques françaises de prestige.

:jap:

Bugatti oui, mais Facel Vega...10 ans d'existence et quelques 2.600 exemplaires produites, une météorite dans l'univers de l' automobile.

Par

Le savoir faire français... fabriqué en chine !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire