Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

En Allemagne, l'automobile perd de son intérêt auprès des jeunes

En Allemagne, l'automobile perd de son intérêt auprès des jeunes

Une grande étude menée auprès de 19 000 universitaires montre que l'intérêt des futurs diplômés pour le monde de l'automobile décroît fortement. Le seul secteur qui progresse réellement sont les ONG et le secteur public.

L'Allemagne est probablement le pays européen qui aime le plus l'automobile. Mais cela tient à plusieurs choses : l'histoire, d'abord, mais aussi le futur avec l'engagement de la jeunesse dans les métiers de l'automobile. Un engagement sans faille depuis des décennies, puisque l'automobile a presque toujours été le secteur favori des jeunes pour leur carrière professionnelle outre-Rhin.

Sauf que cette tendance change depuis deux à trois ans. Une société d'étude de marché a questionné 19 000 étudiants allemands en fin d'étude sur leur projet professionnel. Si l'automobile reste largement en tête avec plus de 30 % des intentions, son intérêt baisse fortement, avec 4,5 % perdus en un an, après une année 2019 déjà en baisse.

Le domaine du "conseil fiscal et audit" arrive en seconde place et se rapproche de l'automobile, mais la transition est bel et bien là : les deux secteurs qui progressent (alors que les autres régressent) sont les ONG/services publics et l'énergie. 

L'automobile reste un pilier de l'économie allemande, représentant 13 % du PIB et employant plus de 800 000 personnes.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (94)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Rien d'étonnant la génération à venir sera majoritairement autophobe bobo écolos comme de plus en plus de monde sur ce site miteux triste avenir en vue je préfère encore m'enfumer au mazout.

Par

Oui oui c est ça ! Arrêter votre propagande ! Je vais souvent en Allemagne vu que j habite a Zurich et j ai jamais vu autant de jeune dans de grosse berline ,coupe sport allemand ...

Par

Cela augure en tout cas d'une fin prochaine de la vitesse illimitée sur les autoroutes actuellement éligibles.

Ceci dit, les verts ont toujours été forts en Allemagne.

En France, c'est une révolution dans les villes. Mais dans les villes, pas à la campagne.

Par

La faute à qui ?

Il est presque criminel d'acheter une voiture sportive aujourd'hui, en tout cas en France.

En plus du coût non négligeable de l'automobile, une fois achetée, on s'aperçoit qu'il n'y a plus de places de stationnement, il y a des radars absolument partout... normal que les jeunes ne soient pas attirés par ce secteur.

Par

C'est dommage mais c'est bon pour la planète ! Les temps changent n'en déplaise à certains qui préfèrent se tuer à petit feu, comme le premier. Même si l'on n'aime pas les bobos ecolos, ils ont raison point barre.

Moi je suis fan de l'automobile mais il faut savoir vivre avec son temps et surtout vivre sainement pas dans un monde pollué où quelques inconscients pensent que leur soi disant plaisir automobile passe par dessus tout.

Par

La faute aux perturbateurs endocriniens.

Les petits garçons manquent d’hormone mâle.

Ils baignent dans des hormones femelles déjà dans le ventre de leur mère qui se maquille, met des crèmes, boit des boissons dans du plastique, achète des boites de conserve avec un film plastique à l'intérieur, etc ...

Depuis le début des années 80, un médecin canadien à constaté que la distance pubis-anus des enfants diminue.

En fait dans un embryon, le pénis du garçon n'existe pas. Avec les hormones mâles, le clitoris se transforme, devient le pénis et la distance d'avec l'anus augmente.

Cela se constate dans la rue : les garçons se font la bise, ils se tiennent pas le cou, ils ont des pantalons moulants, ...

Par

Et aussi les jeunes changent.

Avant, on avait des enfants dont les parents travaillaient, dont les grands parents n'avaient pas de voiture ni le permis de conduire.

Maintenant, la majorité de la jeunesse est issue de personne vivant des allocations, dont les parents ne travaillent pas et galèrent pour se payer une caisse de 20 ans diesel qui pollue à mort.

Par

Leur rapport à l'automobile à changé.

Par

En réponse à 360Magnum

Rien d'étonnant la génération à venir sera majoritairement autophobe bobo écolos comme de plus en plus de monde sur ce site miteux triste avenir en vue je préfère encore m'enfumer au mazout.

Tout à fait d'accord. La lèpre écolo-gaucho progresse partout. Résultat de décennies de propagande des médias ultra majoritairement de gauche ou d'extrême-gauche.

J'observe le suicide de l'Occident avec beaucoup d'amertume mais que faire ?

Par

En réponse à narmer

La faute aux perturbateurs endocriniens.

Les petits garçons manquent d’hormone mâle.

Ils baignent dans des hormones femelles déjà dans le ventre de leur mère qui se maquille, met des crèmes, boit des boissons dans du plastique, achète des boites de conserve avec un film plastique à l'intérieur, etc ...

Depuis le début des années 80, un médecin canadien à constaté que la distance pubis-anus des enfants diminue.

En fait dans un embryon, le pénis du garçon n'existe pas. Avec les hormones mâles, le clitoris se transforme, devient le pénis et la distance d'avec l'anus augmente.

Cela se constate dans la rue : les garçons se font la bise, ils se tiennent pas le cou, ils ont des pantalons moulants, ...

Tu m'as bien fait rire. Merci pour ce moment.:biggrin:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire