Publi info
 

Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

Dès la fin 2019, Smart arrêtera totalement la production de voitures thermiques, pour ne s'engager que dans l'électrique. La Smart EQ (anciennement Electric Drive) est un des piliers de la "nouvelle" marque Smart, qui s'adresse aux citadins de demain... et d'aujourd'hui.

Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette

En bref

Moteur de 60 kW

Batteries de 17,6 kWh

A partir de 23 250 €

Avec à peine plus d'un millier de vente depuis le début d'année en France, on ne peut pas dire que la Smart électrique est un succès fou dans un marché automobile à plus de deux millions d'unités. Mais vu le gabarit, la motorisation et la spécificité de l'engin, c'est tout de même une bonne performance pour un constructeur qui reste confidentiel. Pensez donc : sur les dix premiers mois de l'année, la Smart électrique est la troisième vente des véhicules à batteries, (loin) derrière les Renault Zoe et Nissan Leaf, mais devant la BMW i3.

Et Smart ne part pas de zéro. Cela fait près de 10 ans que le constructeur allemand s'est engagé avec un modèle 100 % électrique. La dernière fois que nous en avions pris le volant, c'était sur les larges routes américaines : autant dire que ce n'était vraiment pas l'environnement rêvé pour une auto de 2,69 mètres qui roule en silence au milieu des Chevrolet Silverado et Nissan Altima V6.

Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette

En deux ans, la recette n'a pas beaucoup changé. Quelles sont les évolutions, alors ? Le nom, pour commencer, puisqu'il faut désormais appeler la Smart Fortwo électrique "EQ", contre "Electric Drive" auparavant. Smart a au passage décidé de changer de fusil d'épaule : si les batteries étaient en location, ce n'est désormais plus le cas puisqu'elles sont en acquisition avec l'auto, et garanties 8 ans ou 100 000 km. Et ? C'est tout, ou presque...

Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette

Entre 2016 (date de notre précédent essai) et aujourd'hui, Smart a fait une grosse déclaration : la fin du thermique. La marque arrêtera de produire les Fortwo et Forfour essence dès la fin 2019 pour ne se concentrer que sur l'électrique. Mais il y a tout de même du travail de conquête à faire : en 2017, les électriques ne représentaient que 20 % des ventes totales en Europe. Autant dire pas grand-chose pour un constructeur qui ne fera plus que de l'électrique, trois ans plus tard.

Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette
Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette
Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette

 

Pour convaincre ses clients, Smart a tout prévu : offres spécifiques pour les personnes vivant en copropriété, avec installation de prise et suivi pendant deux ans des installations, wallbox "rapide" 22 kW (qui permet de recharger de 10 à 80 % les batteries en 40 minutes, contre six heures sur une prise domestique classique).

De série, et sans surcoût, Smart offre l'installation d'une prise électrique spécifique à la maison, avec emplacement dédié sur le compteur, afin d'éviter de se brancher sur une prise qui serait déjà en série avec un congélateur ou tout autre appareil électroménager "limitant" la puissance électrique disponible. Pour les personnes habitant en ville et n'ayant pas de place de parking, l'abonnement pendant deux ans à un réseau de bornes dans les grandes villes est compris.

Bref, Smart a tout un package de services (application mobile complète pour les propriétaires, permettant de gérer son véhicule et sa recharge) et d'outils pour convaincre ses clients que le thermique, c'est bel et bien fini.

Même joueur joue encore

La Smart EQ ne change rien à la Smart Electric Drive. Il s'agit toujours du moteur synchrone de 60 kW délivrant 160 Nm. Il est associé à des batteries comprenant 96 cellules pour un total de 17,6 kWh. Dans la pratique, nous retrouvons donc une auto vive à l'accélération, ultra agile en ville et plutôt à l'aise là où on ne l'attend pas : sur route et voie rapide.

Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette

Etonnamment, Smart s'est montré plutôt pessimiste dans les consommations annoncées officielles : entre 13,9 et 20,8 kWh/100 km. Lors de notre journée d'essai, où notre Fortwo cabriolet n'a quasiment pas vu l'ombre d'un centre-ville, nous avons relevé 14 kWh/100 km de consommation mixte. Nous avons principalement roulé sur voie rapide et départementale, à des vitesses oscillant autour des 80 km/h. En ville, il serait donc théoriquement possible de descendre à des consommations mixtes approchant des 10/12 kWh tous les 100 km, ce qui pourrait presque amener l'autonomie à 170 km. Pas mal, pour une voiture avec un pack de batterie aussi petit.

Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette

Si les qualités de l'auto n'ont pas changé (agilité, rayon de braquage ridicule, espace pour les deux passagers), les défauts non plus. La finition est plutôt limite sur le cabriolet (mécanisme de la capote apparent avec les bras métalliques, bruits de mobilier), surtout lorsque l'on regarde le prix de notre modèle d'essai : 30 350 € en finition Prime, et ce n'est pas la plus haute (Brabus, à plus de 32 000 € !).

Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette
Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette

 

Toujours au chapitre des défauts, nous avons retrouvé cet amortissement très sec, probablement aggravé par les imposantes jantes (16 pouces) chaussées de pneumatiques taille basse. La moindre aspérité ou bosse est retranscrite dans l'habitacle, et on imagine alors assez mal la petite allemande sur les pavés ou sur les ralentisseurs, là où, pourtant, elle se trouvera le plus fréquemment.

Essai - Smart EQ : changement de nom, mais pas de recette

Nous avons terminé notre essai par une bonne partie de conduite en mode éco, qui accentue le frein moteur (très marqué) et limite la puissance à l'accélération. Les bénéfices sur l'autonomie sont évidents et nous ne pourrions que trop conseiller de rouler en permanence en mode éco, surtout en ville, où il n'y a pas besoin d'une énorme réserve de puissance pour rouler jusqu'à 50 km/h.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 :

NC

Début de commercialisation du modèle :

Mai 2017

A titre d'exemple pour la version III CABRIO ELECTRIQUE 60KW PRIME.

1,55 m1,66 m
2,69 m
  •  2 places
  •  260 l / 340 l

  •  Auto. à 1 rapport
  •  Electrique

Portfolio (19 photos)

En savoir plus sur : Smart Fortwo 3 Cabriolet

Commentaires (38)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Une zoe fait mieux pour moins cher (en achetant les batteries pour comparer ce qui est comparable). Cette smart est trop chère pour rien. Dommage

Par

Smart fait partie de ces enseignes qui devraient opérer une sérieuse remise en question. La tendance de la citadine rase-bitume chère parce qu'elle est mignonne a vécu. Smart n'a pas su encaisser le tournant. Si Mini ou la gamme 500 de chez Fiat continuent à se porter, c'est bien parce qu'ils se sont élargis.

Pas Smart, une mini 2 places + une citadine 4 place "comme une autre" qui de plus a subi un violent déficit esthétique. C'est plus suffisant. Il leur faut un SUV, ça devient impératif. Je suis neutre quant à la progression de cette carrosserie, mais le SUV urbain est un pilier de croissance important en Europe, et c'est à la portée de la philosophie et du savoir faire de Smart.

Pour le moment, Smart fait quelque peu "en cours de passage de mode". En plus, ça coûte toujours la peaux de l'EQ.

En tout cas, dur, le nouveau barème de notation. 12,6 pour la Renault Talisman 1.8 TCe 225 S-Édition, pourtant excellente à part ses émissions et sa qualité intérieure en retrait. Maintenant, 13,1 pour cette Fortwo EQ, portant jugée bonne petite citadine électrique, chère certes et dure de l'amortisseur.

Une bonne voiture devait obtenir entre 14 et 16. Maintenant, le gros des notes se fera entre 12,5 et 14,5 avec le nouveau barème. Pour ceux habitués de l'ancien système, presque toutes les voitures feront figure d'execrables.

Aux prochains essais de Jeep chalutiers ou de 4x4 Cadillac, Mitsubishi et Ssangyong dinosauresques, verra-t-on enfin des notes en dessous de 10 non par erreur.

Par

Décidément en ce moment sur Cara c'est un véritable plaisir, entre les articles putaclic pour divider les gens, un essai sur le cric et un Essai sur ce... Truc:bien:

Par

En réponse à Mue-søt-lie-nie

Smart fait partie de ces enseignes qui devraient opérer une sérieuse remise en question. La tendance de la citadine rase-bitume chère parce qu'elle est mignonne a vécu. Smart n'a pas su encaisser le tournant. Si Mini ou la gamme 500 de chez Fiat continuent à se porter, c'est bien parce qu'ils se sont élargis.

Pas Smart, une mini 2 places + une citadine 4 place "comme une autre" qui de plus a subi un violent déficit esthétique. C'est plus suffisant. Il leur faut un SUV, ça devient impératif. Je suis neutre quant à la progression de cette carrosserie, mais le SUV urbain est un pilier de croissance important en Europe, et c'est à la portée de la philosophie et du savoir faire de Smart.

Pour le moment, Smart fait quelque peu "en cours de passage de mode". En plus, ça coûte toujours la peaux de l'EQ.

En tout cas, dur, le nouveau barème de notation. 12,6 pour la Renault Talisman 1.8 TCe 225 S-Édition, pourtant excellente à part ses émissions et sa qualité intérieure en retrait. Maintenant, 13,1 pour cette Fortwo EQ, portant jugée bonne petite citadine électrique, chère certes et dure de l'amortisseur.

Une bonne voiture devait obtenir entre 14 et 16. Maintenant, le gros des notes se fera entre 12,5 et 14,5 avec le nouveau barème. Pour ceux habitués de l'ancien système, presque toutes les voitures feront figure d'execrables.

Aux prochains essais de Jeep chalutiers ou de 4x4 Cadillac, Mitsubishi et Ssangyong dinosauresques, verra-t-on enfin des notes en dessous de 10 non par erreur.

T'es sérieux avec ton pseudo ?

Quelle honte

Par

En réponse à Mue-søt-lie-nie

Smart fait partie de ces enseignes qui devraient opérer une sérieuse remise en question. La tendance de la citadine rase-bitume chère parce qu'elle est mignonne a vécu. Smart n'a pas su encaisser le tournant. Si Mini ou la gamme 500 de chez Fiat continuent à se porter, c'est bien parce qu'ils se sont élargis.

Pas Smart, une mini 2 places + une citadine 4 place "comme une autre" qui de plus a subi un violent déficit esthétique. C'est plus suffisant. Il leur faut un SUV, ça devient impératif. Je suis neutre quant à la progression de cette carrosserie, mais le SUV urbain est un pilier de croissance important en Europe, et c'est à la portée de la philosophie et du savoir faire de Smart.

Pour le moment, Smart fait quelque peu "en cours de passage de mode". En plus, ça coûte toujours la peaux de l'EQ.

En tout cas, dur, le nouveau barème de notation. 12,6 pour la Renault Talisman 1.8 TCe 225 S-Édition, pourtant excellente à part ses émissions et sa qualité intérieure en retrait. Maintenant, 13,1 pour cette Fortwo EQ, portant jugée bonne petite citadine électrique, chère certes et dure de l'amortisseur.

Une bonne voiture devait obtenir entre 14 et 16. Maintenant, le gros des notes se fera entre 12,5 et 14,5 avec le nouveau barème. Pour ceux habitués de l'ancien système, presque toutes les voitures feront figure d'execrables.

Aux prochains essais de Jeep chalutiers ou de 4x4 Cadillac, Mitsubishi et Ssangyong dinosauresques, verra-t-on enfin des notes en dessous de 10 non par erreur.

Ce qui manque surtout à Smart c'est une image de marque car ce constructeur ne bénéficie absolument pas de l'aura de Mercedes.

C'est sans doute un problème de communication (volontaire ou pas ?).

Autant je trouve ça c*n que les constructeurs français s'obstinent à faire de la compétition automobile (car ils ont tout gagné depuis des lustres, sans jamais rien sortir de concret), autant pour des marques comme Smart, ce marketing (coûteux) serait justifié, ne serait-ce que pour donner de la visibilité à la marque et rappeler son lien de parenté avec Mercedes.

Pour les SUV, je trouve plutôt que ça va à l'encontre de l'ADN et de la philosophie de Smart (dans la tête des gens, Smart est associé à petit, donc la marque est condamnée à produire de la petite citadine, c'est sa raison d'être).

Par

On verra la prochaine, celle ci est un ersatz de Smart électrique. L'idée d'une conception commune avec un autre constructeur et la perte de valorisation d'image qui s'en est suivi a été une erreur programmée. La cellule tridion était la marque de fabrique, puisse t elle revenir.

Mais l'avenir de Smart en électrique est la chose la plus naturelle.

Par

Le problème de la Smart ED ou EQ mis à part son gabarit, c qu'elle est peu performante pour le prix, pack batterie maison 17,5kw Mercedes nulles à chier en plus garantie 100 000km seulement, mécanique Renault Zoé pas mal mais recharge toujours limité à 22Kw... en 2018, franchement??? et tout ça de 23K€ à 32K€... sans dec??? invendable sauf pour des gens très aisés, mais en nombre quand même très limité, 1000 ventes en 1 an ça demande une sérieuse remise en question si on veut passer au full VE...

La smart ED devrait être une voiture populaire à prix populaire, c la solution parfaite pour la ville et elle est très perfectible, mais Mercedes pense autrement...

Renault devrait rendre sa twingo electrique faite sur la même base que la smart, et faire de la Zoé une routière à part entière, surement ce qu'ils vont faire, en tout cas je l’espère... car ça sent le sapin pour la full thermique...

Par

Sans compter le design disgracieux de la nouvelle...

Par

En réponse à Initiale Pastis

Ce qui manque surtout à Smart c'est une image de marque car ce constructeur ne bénéficie absolument pas de l'aura de Mercedes.

C'est sans doute un problème de communication (volontaire ou pas ?).

Autant je trouve ça c*n que les constructeurs français s'obstinent à faire de la compétition automobile (car ils ont tout gagné depuis des lustres, sans jamais rien sortir de concret), autant pour des marques comme Smart, ce marketing (coûteux) serait justifié, ne serait-ce que pour donner de la visibilité à la marque et rappeler son lien de parenté avec Mercedes.

Pour les SUV, je trouve plutôt que ça va à l'encontre de l'ADN et de la philosophie de Smart (dans la tête des gens, Smart est associé à petit, donc la marque est condamnée à produire de la petite citadine, c'est sa raison d'être).

Le Ignis ne fait que quelques petits cm de plus qu'une Forfour. C'est un SUV tout de même.

Au moins une Forfour stepwayisé, ce serait le minimum.

Un SUV urbain un poil plus petiot que la moyenne (idéalement compris entre 3,90 et 4,05) et ça passe crème le succès.

Car maintenant, un SUV, ce n'est rarement plus qu'une citadine/berline/break rehaussée et protégée.

Par contre je suis d'accord pour la compétition. Smart en F-e (ou que sais-je d'autre) et une petite aura certaine à la clé.

Par

Vu les prix .... Gardez la c'est cadeau !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire