Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Inégalités sociales et sécurité routière, y a-t-il un lien ?

Dans Economie / Politique / Social

Pourquoi, ni les radars, ni la sophistication de nos voitures ne parviennent plus à infléchir la courbe des tués ? Et si l’explication se nichait dans l’évolution de la société ?

Inégalités sociales et sécurité routière, y a-t-il un lien ?

Encore une pétition contre les radars ce matin dans ma boîte mail. En résumé : « puisque les radars se montrent inefficaces, il faut cesser d’en installer toujours plus et investir plutôt dans l’amélioration des routes. Envoyez cette pétition à votre sénateur ».

Pour une fois, j’admets qu’on peut se poser la question. Si dans la décennie 2000-2010, le radar automatique a largement contribué à diviser par deux le nombre de tués sur la route, il peine désormais à infléchir la courbe.

Même si le grand « radar bashing » en 2018-2019 et les deux confinements de 2020 empêchent toute comparaison valable, on peut constater que ces dix dernières années, le bilan de la sécurité routière ne montre plus de gros progrès.

Et aussi que la limitation à 80 km/h n’a pas eu les résultats escomptés par le gouvernement malgré l’explosion des PV qu’elle a entraînée.

Pour rester dans le domaine de la solution technique, il faut également admettre que les récents et spectaculaires progrès de la sécurité active de nos voitures n’ont pas non plus beaucoup d’effet sur la mortalité. La généralisation de l’ESP, celles en cours du freinage automatique et de la correction de trajectoire sur les voitures récentes devraient pourtant se voir dans les statistiques car ce sont ces autos qui roulent le plus.

Partout en Europe, malgré la sophistication des voitures et la multiplication des radars, la courbe des tués ne descend plus que lentement, voire remonte. Pourquoi ?

Je me demande si l’explication ne tient pas à l’évolution de nos sociétés.

Inégalités sociales et sécurité routière, y a-t-il un lien ?

Inégalité = insécurité ?

Deux épidémiologistes britanniques, Kate Pickett et Richard Wilkinson ont récemment démontré que le niveau d’égalité de revenus d’un pays est proportionnel au bien être sanitaire et social de ses habitants, toutes classes confondues. Et en ont fait un livre*.

Selon eux, indépendamment de la richesse des pays, plus les écarts de revenus sont importants, plus on relève de délinquance, d’alcoolisme et autres addictions, de troubles mentaux, d’incivilités, de déprédations, de conduites à risque, d’obésité… Et moins on y observe de solidarité, d’entraide, de civisme et de vie associative.

Et la voiture dans tout ça ? J’y viens.

Nos deux scientifiques relèvent que le niveau d’inégalité va de pair avec le sentiment de compétition sociale, la défiance vis-à-vis des autorités, la peur du déclassement, la piètre estime de soi, l’indifférence à autrui, la sensation d’isolement et d’insécurité, aussi bien chez les riches que chez les pauvres. Le tout générant stress, agressivité et difficultés de communication.

Bref, le fameux « ensauvagement » de la société que dénoncent depuis longtemps certains politiques.

Inégalités sociales et sécurité routière, y a-t-il un lien ?

Et que l’on retrouve sur la route : les délits de fuite ont doublé ces deux dernières années, le nombre de grands excès de vitesse a explosé lors du premier confinement et le nombre de conducteurs sans permis et/ou non assurés est en constante augmentation. Sans parler de l’usage de plus en plus débridé du smartphone au volant.

Si les deux chercheurs n’évoquent pas directement la sécurité routière, noyée parmi les indicateurs sanitaires, on peut avancer que tout cela se retrouve dans nos comportements au volant et au guidon.

À preuve, les pays les plus égalitaires, ceux que l’ouvrage décrit comme les moins affectés par les problèmes sanitaires et sociaux, se révèlent aussi ceux qui dénombrent le moins de tués sur la route par rapport à leur population, à l’exception notable du Royaume-Uni, très inégalitaire mais dont les routes sont très sûres.

Comme souvent, la France est en milieu de classement, mais il faut noter que notre pays est un de ceux où les inégalités ont le moins fortement augmenté ces vingt dernières années… avant l’épidémie de Covid.

Celle-ci les a considérablement creusées avec d’un côté la France du télétravail qui a augmenté son épargne et de l’autre celle dont les revenus ont diminué ou se sont effondrés.

Le SUV pour conduire au-dessus des autres ?

L’ouvrage souligne également un fort impact du niveau d’inégalité sur les modes de consommation. Plus un pays est inégalitaire, plus fort est le besoin de se distinguer, d’affirmer son statut social, parfois en versant dans un narcissisme exacerbé et un consumérisme frénétique. Cela se retrouve dans les dépenses en habillement, chirurgie esthétique, cosmétiques et plus globalement dans les investissements publicitaires, plus élevés dans les pays inégalitaires.

Et aussi dans l’habitat avec le séparatisme croissant des classes sociales qui débouche sur la gentrification de certaines zones et la paupérisation d’autres.

Se mettre à l’abri des autres, les dominer ; je ne peux m’empêcher de penser que là est l’origine du boom du SUV, qui représente désormais 40 % des ventes en France comme en Europe et dans une bonne partie du Monde. Et plus de 60 % aux États-Unis, pays où l’inégalité des revenus et des patrimoines a grimpé en flèche depuis 40 ans et atteint des sommets historiques.

Faut-il se demander si le SUV, intrinsèquement plus dangereux pour les piétons, cyclistes et occupants de voitures « normales », est responsable de la stagnation dans les années 2010 du nombre de tués sur la route évoquée plus haut ? Les deux phénomènes ne sont-ils pas concomitants ?

Inégalités sociales et sécurité routière, y a-t-il un lien ?

Je note en tout cas que c’est au milieu des années 80, période où les économistes situent la fin du grand mouvement égalitariste de l’après-guerre et le tournant du libéralisme - et de la rigueur - qu’ont éclos les marchés du 4X4 – remember le Jeep Cherokee - et du monospace, parents de nos Peugeot 3008 et Porsche Cayenne.

À l’époque, une publicité montrait un Range Rover émergeant d’un embouteillage de berlines avec une accroche évoquant la domination du troupeau.

Celui-ci s’étant beaucoup rehaussé, vous comprendrez pourquoi il est de plus en plus question de voitures et taxis volants…

* Pour vivre heureux, vivons égaux ! (Les liens qui libèrent, 2019)

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (33)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Intéressant votre article.

La classe moyenne est le ciment de notre société.

Plus elle s'amoindrira, au profit des riches toujours plus nombreux et plus riches et de pauvres toujours plus nombreux et plus pauvres, moins notre société sera stable.

Qu'attendre du respect des lois et des règles de citoyens insolvables, jamais punis pénalement et qui n'ont plus rien à perdre ?

Concernant la sécurité routière, c'est aussi la limite du tout répressif qui agit à court terme mais ne modifie pas les comportements sur le fond.

Agir sur le long terme, c'est promouvoir la responsabilisation et la formation et ce, tout au long de la vie.

Idées : mettre l'argent récoltés par les radars pour cofinancer des stages sur la sécurité routière ?

Par

C'est effectivement un angle d'attaque intéressant, et sans doute qu'il y a du vrai

Apres les SUV ne sont pas achetés que par les riches mais surtout par les femmes et les personnes âgées, car plus adaptés à leur gabarit ou a leur mobilité réduite

Moi je pense qu'il y 2 autres points importants à explorer :

- Pourquoi ne pas sortir des statistiques plus poussées sur les victimes de la route, âge du véhicule, marque, kilométrage, type de véhicule, type du véhicule percuté, responsabilité engagée, un peu ou pas du tout, véhicule français ou etranger ...

Je suis persuadé que des éléments ressortiront, comme la part de victime subissant un accident sans être responsable, si ce chiffre était très faible on pourrait dire que les gens se tuent parce qu'ils sont con et tant pis

Si l'âge moyen des véhicules ou on meurt est très élevé, on pourra dire que l'entretien et les technologie récentes sont efficaces, évidement il faudra pondérer avec l'âge moyen du parc, le kilométrage moyen (via fichier cartes grises et contrôles techniques y'a moyen). Si les SUV sont souvent impliqué dans un accident ou une personne meurt dans le véhicule d'en face ... enfin on peut imaginer plein de possibilités

Un point qui, je pense serait aussi relevé est la grande part des véhicules de livraisons dans les accidents, à cause de la pression qu'on les livreurs. Pourquoi ne pas sanctionner la société dont le livreur a un accident plus durement ? c'est une piste

Aucune statistiques poussées ne sort, je présume que ça n'arrange pas l'état car les explications qu'on pourrait en tirer son sans doute très défavorable à la politique de répression automatique.

L'autre point est bien entendu le laxisme de l'état sur les grosse infractions répétées, alors que les sanctions sont très fortes lorsqu'il s'agit de 5km/h de trop. On est très loin de la juste sanction. Evidement la laxisme judiciaire n'aide pas et certaine populations sont dispensés d'Amendes

Par

Un truc qui m'énerve généralement : en France on passe notre temps à dénigrer les USA, à dire que les ricains sont crétins, etc. mais on leur suce la roue sur TOUS les sujets. Comme on est incapable d'inventer un autre modèle, on suit leur chemin comme des veaux.

Dernières conneries en date : les SUV, les gender studies, le racialisme...

Par

En réponse à MotherKaiser

C'est effectivement un angle d'attaque intéressant, et sans doute qu'il y a du vrai

Apres les SUV ne sont pas achetés que par les riches mais surtout par les femmes et les personnes âgées, car plus adaptés à leur gabarit ou a leur mobilité réduite

Moi je pense qu'il y 2 autres points importants à explorer :

- Pourquoi ne pas sortir des statistiques plus poussées sur les victimes de la route, âge du véhicule, marque, kilométrage, type de véhicule, type du véhicule percuté, responsabilité engagée, un peu ou pas du tout, véhicule français ou etranger ...

Je suis persuadé que des éléments ressortiront, comme la part de victime subissant un accident sans être responsable, si ce chiffre était très faible on pourrait dire que les gens se tuent parce qu'ils sont con et tant pis

Si l'âge moyen des véhicules ou on meurt est très élevé, on pourra dire que l'entretien et les technologie récentes sont efficaces, évidement il faudra pondérer avec l'âge moyen du parc, le kilométrage moyen (via fichier cartes grises et contrôles techniques y'a moyen). Si les SUV sont souvent impliqué dans un accident ou une personne meurt dans le véhicule d'en face ... enfin on peut imaginer plein de possibilités

Un point qui, je pense serait aussi relevé est la grande part des véhicules de livraisons dans les accidents, à cause de la pression qu'on les livreurs. Pourquoi ne pas sanctionner la société dont le livreur a un accident plus durement ? c'est une piste

Aucune statistiques poussées ne sort, je présume que ça n'arrange pas l'état car les explications qu'on pourrait en tirer son sans doute très défavorable à la politique de répression automatique.

L'autre point est bien entendu le laxisme de l'état sur les grosse infractions répétées, alors que les sanctions sont très fortes lorsqu'il s'agit de 5km/h de trop. On est très loin de la juste sanction. Evidement la laxisme judiciaire n'aide pas et certaine populations sont dispensés d'Amendes

Stop, demander de telles choses à la sécurité routière, c'est leur demander d'être intelligent et cultivé, des gros mots pour une administration et les politiques qui les dirigent ! Ça rend trop complexe les raisonnements... et dépasse de loin leur capacité d'analyse et de mathématiques ( en dehors de l'addition et la multiplication des pains, on ne sait même ce qu'est une règle de trois ! )

Par

Je ne suis pas convaincu par les explications avancées, la France est le pays le plus redistributif de l'OCDE, les inégalités y sont un peu plus faibles que la moyenne et pourtant les conducteurs y sont les plus agressifs d'Europe. A mes yeux, le profil des conducteurs agressifs est assez diversifié, je note juste une sur représentation des hommes, des taxis/livreurs et des marques type BMW/Audi mais pas particulièrement des SUV. Au contraire ce sont peut-être des gens qui ont peur et plutôt calmes qui font le choix de ces véhicules.

Il faut souligner l'impunité qui règne pour tous les comportements délictueux du type: absence de clignotant, absence d'assurance, rester sur la voie de gauche, doubler par la droite, usage du téléphone... Ces gens là ne sont inquiétés pour ces infractions, on préfère confier le contrôles à des automates qui ne mesurent que la vitesse (bientôt l'absence d'assurance également). Bref, j'ai fini par installer une dashcam :pfff:

Par

A prendre en compte la multiplication des véhicules en circulation (multiplié par 6 depuis les années 60) et aussi les performances des voitures puisque des jeunes permis ou même des personnes avec une expérience limitée des lois de la physique accèdent à des véhicules dont les performances sont largement supérieures à leur faculté de savoir comment réagir en cas pépin, comptant uniquement sur les béquilles électroniques pour se sortir d'un excès d'optimisme. Le respect des distances de sécurité en sont un exemple flagrant et facile à constater tous les jours, persuadés qu'ils sont qu'un ABS les sortira immanquablement de toutes les situations scabreuses.

Par

"Partout en Europe, malgré la sophistication des voitures et la multiplication des radars, la courbe des tués ne descend plus que lentement, voire remonte. Pourquoi ?"

C'est votre information....

"Entre 2010 et 2019, le nombre de décès sur les routes a diminué de 23% mais, désormais, les chiffres montrent que, malgré le fait que huit pays ont enregistré leur plus bas taux de mortalité sur les routes en 2019, la baisse du taux de mortalité ralentit dans la plupart des États membres."

Et on explique cela par la limite atteinte par les mesures prises jusqu'alors pour limiter ces accidents.

RAPPORT européen Créé le: 16-04-2019 et mis à jour le 24-08-2020

Partant du principe que de nouvelles règles visant à rendre obligatoire 30 dispositifs de sécurité avancés tels que l'adaptation intelligente de la vitesse, la reconnaissance avancée de distraction du conducteur ainsi que le système de freinage d'urgence et que soi-disant l'erreur humaine est la cause d'environ 95% des accidents de la route, ces technologies de sécurité obligatoires devraient sauver plus de 25 000 vies et éviter au moins 140 000 blessés graves d'ici 2038.:voyons:

On peut s'interroger sur l'évolution des mentalités des gens , quel que soit le mode de déplacement , piéton patinette à 40t!:peur:

Par

Je crois pour ma part que c'est la perte de respect pour toute forme d'autorité qui est en cause.

Les principes aujourd'hui sont :

1- Ce sont les minorités bruyantes qui décident pour la majorité silencieuse.

2- Personne ne mérite le respect, sauf moi, qui l'exige.

3- On me doit tout. J'ai tous les droits, je n'ai aucun devoir.

Or, si la grande majorité des citoyens respecte les règles, ce sont toujours les mêmes (minorités) qui se pensent au-dessus les lois et des autres.

Cette minorité pourrit la vie de 90% de la population et en est très fière, parce que respecter les règles, la loi, les autorités, c'est "être un mouton", eux ayant tout compris et étant plus malins que tout le monde bien entendu.

Nous lui devons beaucoup de décisions coercitives, contre lesquelles bien entendu, ils combattent en criant au crime liberticide...

Car si nous faisons une étude sociologique des accidents (elle existe certainement quelque part), je ne pense pas que l'on retrouverait majoritairement les plus démunis.

Par

Depuis le pic de mortalité routière de 1972, les décès ont été divisés au moins par 15...(Si on prend en compte l'évolution du trafic routier.)

À un moment, il faudrait accepter qu'il y ait un plafond. (En rapport des compétences de l'être humain à gérer efficacement une machine et de respecter les règles, même si ces dernières sont parfois incongrues.)

Le code de la route n'étant pas respecter par la majorité des conducteurs a des degrés plus ou moins élevés et les machines toujours plus/trop puissantes (Surtout durant la décennie 2010)...Les chiffres de la mortalité routière reflètent malgré tout une belle progression de la sécurité active et passive des autos.:jap:

Espérer avoir un chiffre proche de zéro passera par l'automatisation des engins roulants ou une intrusion à bord des véhicules. (Boite noire.)

C'est comme ça.:bah:

Quoi qu'on en pense, la machine est plus fiable que l'humain. (Si elle est bien entretenue.)

À charge de lui donner les capacités d'accomplir sa tâche. (Déplacer ROCCO d'un point A à point B.:biggrin:)

Par

En ces temps pluvieux, un autre sujet qui est rarement évoqué : pourquoi diantre les portions autoroutières ou 4 voies les plus récemment reconditionnées sont de plus en plus souvent dépourvues d'enrobé drainant ? Toujours incapables de trouver une technologie efficiente pour empêcher ces projections de flotte réduisant considérablement la sécurité nos chers bétonneurs ?

Autre truc tout simple... pourquoi ne pas adjoindre à la détection d'une ampoule grillée le bip bib bib insupportable de l'oubli d'une ceinture de sécurité sur les véhicules neufs ?

Ca obligerait tous ces zozo roulant en phares borgnes ( si pas pire ) de s'occuper un peu de l'état de leur poubelle....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire