Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Je me suis trompé d’huile moteur, que faire ?

Dans Pratique / Entretien

Martine Rigaudie , mis à jour

Le moteur thermique d’une voiture ne peut pas fonctionner sans huile, c’est une évidence que tous les conducteurs connaissent. Et il arrive couramment que nous fassions le « niveau » du carter d’huile où que les plus téméraires fassent eux-mêmes leur vidange. Seulement voilà, vous étiez distrait et vous vous êtes trompé de d’huile moteur. Que faire ?

Peu importe la marque d’huile que vous utilisez où le lieu où vous l’achetez, la seule condition importante est qu’elle corresponde en tout point aux spécificités du constructeur.
Peu importe la marque d’huile que vous utilisez où le lieu où vous l’achetez, la seule condition importante est qu’elle corresponde en tout point aux spécificités du constructeur.

Peu importe la marque du bidon et le lieu où vous achetez votre huile. Que celle-ci vienne d’un supermarché où d’une grande marque en concession, la différence n’existe bien souvent que dans le marketing de la marque et le prix auquel vous allez payer votre bidon. Le seul point important dans votre choix est que cette huile réponde parfaitement aux spécificités du constructeur de votre voiture.

Dans la mesure où les intervalles entre les entretiens sont de plus en plus espacés, atteignant 30 000 voir 50 000 km, il est normal de vérifier le niveau d’huile et de compléter si besoin ce dernier. Dans ce cas précis et dans la mesure où l’appoint n’est justement qu’un appoint, une erreur sur la référence de l’huile adéquate n’a que peu ou pas d’impact et il vous suffira de veiller à ne pas la réitérer la fois suivante. Il en va tout autrement dans le cas d’une vidange où l’huile moteur a été intégralement renouvelée.

En effet, les huiles moteur modernes intègrent de nombreuses propriétés qui n’ont plus rien à voir avec le fait de simplement lubrifier les pièces mécaniques de nos anciennes. Ces huiles sont composées, en accord avec les motoristes, en fonction des particularités de chaque moteur dont les performances accentuées exigent des huiles de plus en plus adaptées : réduction des émissions, de la consommation de carburant, meilleure lubrification, nettoyage, protection contre la corrosion, diminution des contraintes sur les pièces mécaniques, espacement des intervalles entre chaque entretien, etc.

Lors de chaque vidange, l’huile est intégralement remplacée en fonction des caractéristiques du constructeur qui sont indiquées le plus souvent dans le compartiment moteur. Lorsque vous achetez vous-même votre huile le conditionnement de cette dernière comporte aussi ses spécificités : 5 W 30 par exemple. Le 5 indique la viscosité de l’huile à froid alors que 30 donne la viscosité de l’huile à chaud. Ensuite, la norme ACEA (Association des Constructeurs européens Automobile) précise : A pour les moteurs essence, B pour les diesels, C pour les huiles très haut de gamme et E pour les véhicules utilitaires.

Faire une erreur d’huile simplement sur l’indice de viscosité peut avoir au mieux une influence sur le fonctionnement de votre voiture. Dans le doute, mieux vaut laisser faire le garagiste.
Faire une erreur d’huile simplement sur l’indice de viscosité peut avoir au mieux une influence sur le fonctionnement de votre voiture. Dans le doute, mieux vaut laisser faire le garagiste.

Faire une erreur d’huile simplement sur l’indice de viscosité peut avoir une influence sur le fonctionnement de votre voiture en fonction de la quantité ajoutée. Mettre une huile monograde 5 W 40 au lieu de 15 W 40 dans le carter d’huile d’un véhicule ancien, ne fera aucun dégât. Par contre, mettre de la monograde SAE 30 ou 40, voire de la 15 W 40, dans un véhicule récent est à éviter absolument. Au mieux votre voiture risque de consommer plus d’huile ou plus de carburant. Au pire vous risquez de faire surchauffer votre moteur en ralentissant la lubrification pouvant provoquer des frottements mécaniques qui peuvent entraîner jusqu’à une casse moteur.

De même, si vous avez remplacé votre huile moteur par de l’huile pour boîte de vitesses, une huile destinée à un tracteur du fait « qu’après tout c’est un diesel », ou encore de l’huile de friture « pour vous dépanner », cette erreur risque de porter rapidement atteinte à l’intégrité mécanique du moteur. Par conséquent, il vous faut réaliser immédiatement une nouvelle vidange ou mieux, faire amener votre voiture chez le garagiste le plus proche ! Et ce avant que le témoin d’huile ne s’allume, car un témoin d’huile qui se met à clignoter, même brièvement à l’occasion d’un virage ou dans une côte, est trop souvent annonciateur d’une panne bien plus grave et urgente. En effet, de l’air risque d’avoir déjà été pompée dans le circuit de lubrification, entraînant un risque d’endommagement des coussinets de bielles et de paliers. Si votre témoin de niveau d’huile se met à clignoter, arrêtez-vous immédiatement et appelez une dépanneuse !

Je me suis trompé d’huile moteur, que faire ?

Votre voiture a-t-elle besoin d’une vidange d’huile ?

Votre véhicule vous indique qu’il a besoin d’une vidange lorsqu’au démarrage votre moteur présente les symptômes suivants :

- Le moteur fait un bruit d’horloge mal réglée, dû au fait que l’huile est sale et que la lubrification n’est plus optimale.

- Le ralenti est irrégulier du fait d’une augmentation de la friction entre les segments, les pistons et les roulements.

- L’accélération est poussive et vous manquez de puissance puisque l’huile sale ne peut plus lubrifier correctement les pièces mécaniques.

- Vous entendez un cognement au niveau de la motorisation en roulant… Vous avez trop négligé le cahier des charges de l’entretien et il est probable que votre moteur n’ait déjà subit une détérioration. Dans ce cas il est souvent trop tard pour vous contenter de faire une simple vidange.

 

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire