Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

La France sombre dans le classement mondial de l'état des routes

La France sombre dans le classement mondial de l'état des routes

Le rapport annuel de compétitivité du WEF (World Economic Forum) dresse le bilan de l'état des routes dans chaque pays. Le classement n'est plus dominé par la France, et depuis bien longtemps. L'Hexagone sombre d'ailleurs dans le classement, pointant désormais à la 18e place.

La position de la France en matière de qualité du réseau routier ne cesse de dégringoler. Pendant des années, la France était le numéro un mondial en la matière, mais la descente a commencé en 2013. Depuis, l'Hexagone ne cesse de perdre des places, chaque année, pour sombrer dans le classement, à la 18e place mondiale, loin, très loin derrière Singapour, qui pointe à la première place.

Un problème que relève l'association 40 Millions d'automobilistes : "la France délaisse ce qui fait sa force. Avec plus d'un million de kilomètres de voiries, le maillage territorial fait la richesse de notre territoire. En délaissant l'entretien, la France prend le risque d'une dégradation qui obligerait à une réfection totale de la voirie".

La France sombre dans le classement mondial de l'état des routes

La dégradation du réseau est continue et constante en France. Evidemment, la forte hausse du trafic routier en France, conjuguée à la hausse du poids des véhicules particuliers, n'est pas étrangère à la dégradation.

Selon un récent audit, il faudrait au minimum un investissement d'un milliard d'euros supplémentaires par an jusqu'en 2037 pour que l'état des routes soit à nouveau bon sur la plupart des routes. Et le constat est bien pire pour les ponts : "aucun scénario ne permet le maintien de l'état actuel du parc d'ici vingt ans", constatait l'audit, commandé en 2018 par le ministère des Transports.

En sept ans, le montant des investissements pour le réseau routier en France est passé de 15 à 12 milliards d'euros, tout secteur confondu. Le problème, comme le rappelait un patron de groupe de construction, est que le coût de la réparation est vingt fois plus élevé que le coût de l'entretien préventif. Il y a donc urgence à ne pas laisser tomber en miette les routes françaises.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (105)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

A l'image de la politique globale menée en France tous sujets confondus... déplorable.

Par

Un des trucs les plus flippant à moto que ceux qui habitent dans le Nord près de Lille connaissent bien ce sont les serpentins maléfiques de goudron dont le seul but est de te foutre par terre dès qu'il pleut ou qu'il fait un poil trop chaud et que ça sue du pétrole. Surtout sue l'autoroute qui va de Lille à Valencienne. C'est scandaleusement dangereux. Même en voiture on sent que ça glisse lors de pluies.

Par

Il suffit de baisser la vitesse......

Je sors.

Par

Bravo, Audric! Vraiment bravo. Il faudrait commencer par lire le lien qu'on envoie?

A l'indice global de compétitivité, la France a sombré, effectivement: depuis la 17ème place, elle est maintenant à la 15ième.

A l'indice global de la qualité de l'infrastructure de transports, elle est 10ème. Et effectivement, au sous-indice de la "qualité de l'infrastructure routière", elle est 18ième, sur 141 participants...

Singapour, qui s'arroge la 1ère place, doit avoir beaucoup de difficultés pour entretenir un réseau routier sur une surface de 741 km² (800 fois moins que la France), avec une température stable à +/-2°, de 28° et une altitude max d'environ 100m.

Merci, donc, pour ces comparaisons débiles et sans le moindre fondement scientifique! Et pour ces titres racoleurs à souhait! :mad:

Par

En réponse à Philippe2446

Bravo, Audric! Vraiment bravo. Il faudrait commencer par lire le lien qu'on envoie?

A l'indice global de compétitivité, la France a sombré, effectivement: depuis la 17ème place, elle est maintenant à la 15ième.

A l'indice global de la qualité de l'infrastructure de transports, elle est 10ème. Et effectivement, au sous-indice de la "qualité de l'infrastructure routière", elle est 18ième, sur 141 participants...

Singapour, qui s'arroge la 1ère place, doit avoir beaucoup de difficultés pour entretenir un réseau routier sur une surface de 741 km² (800 fois moins que la France), avec une température stable à +/-2°, de 28° et une altitude max d'environ 100m.

Merci, donc, pour ces comparaisons débiles et sans le moindre fondement scientifique! Et pour ces titres racoleurs à souhait! :mad:

Bien vu.

Par

En réponse à Philippe2446

Bravo, Audric! Vraiment bravo. Il faudrait commencer par lire le lien qu'on envoie?

A l'indice global de compétitivité, la France a sombré, effectivement: depuis la 17ème place, elle est maintenant à la 15ième.

A l'indice global de la qualité de l'infrastructure de transports, elle est 10ème. Et effectivement, au sous-indice de la "qualité de l'infrastructure routière", elle est 18ième, sur 141 participants...

Singapour, qui s'arroge la 1ère place, doit avoir beaucoup de difficultés pour entretenir un réseau routier sur une surface de 741 km² (800 fois moins que la France), avec une température stable à +/-2°, de 28° et une altitude max d'environ 100m.

Merci, donc, pour ces comparaisons débiles et sans le moindre fondement scientifique! Et pour ces titres racoleurs à souhait! :mad:

Sans fondement scientifique ? apparemment des soucis de lecture: "En sept ans, le montant des investissements pour le réseau routier en France est passé de 15 à 12 milliards d'euros, tout secteur confondu." 3milliards en moins des cacahuètes pour un scientifique.

Par

En réponse à Philippe2446

Bravo, Audric! Vraiment bravo. Il faudrait commencer par lire le lien qu'on envoie?

A l'indice global de compétitivité, la France a sombré, effectivement: depuis la 17ème place, elle est maintenant à la 15ième.

A l'indice global de la qualité de l'infrastructure de transports, elle est 10ème. Et effectivement, au sous-indice de la "qualité de l'infrastructure routière", elle est 18ième, sur 141 participants...

Singapour, qui s'arroge la 1ère place, doit avoir beaucoup de difficultés pour entretenir un réseau routier sur une surface de 741 km² (800 fois moins que la France), avec une température stable à +/-2°, de 28° et une altitude max d'environ 100m.

Merci, donc, pour ces comparaisons débiles et sans le moindre fondement scientifique! Et pour ces titres racoleurs à souhait! :mad:

Passer de la 1ere place depuis des années à la 18e en meme pas dix ans, oui, on peut appeler ça "sombrer"...

Rien de racoleur là dedans, juste un vrai constat : les investissements diminuent fortement, et l'état des routes se dégradent. Et le curatif coûte 20x plus cher que le préventif en matière d'entretien, donc en clair, ce n'est certainement pas prêt de s'arranger.

Par

Mais quelle surprise vraiment ! Mais merci de faire un article sur ce que tout le monde sait depuis longtemps...

Il fut un temps où au ministère de l'équipement on planifiait des niveaux de réfection en prévention de dégradation du revêtement, c'est dire le degré de maintenance préventive qui était effectivement au top mondialement, on a refilé les logiciels à d'autres tellement les modèles étaient au point...

Aujourd'hui on constate que l'état des routes empirent, proportionnellement au désengagement de l'état. On refile la charge aux régions/communes puis on flingue leurs finances; coupable de rien et responsable de pas grand chose.

Alors il ne reste plus que quoi à la charge de l'état, les histoires de "parent 1 et parent2 à la place de père et mère" ?

Par

Si ce n'était que dans le classement de l'état des routes...

Par

Au passage plusieurs réflexions me viennent.

1/ Quid de l'évolution du poids des véhicule avec les VE. Qui pour assurer un minimum d'autonomie pèsent un âne mort.

2/ L'écotaxe...vous vous rappelez de l'Ecotaxe ?

Un pur scandale d'Etat qui touche autant les gouvernement de droite que de gauche. Des enquêtes pour corruption et autre, des choix technologique douteux, des retards, un abandon....

une facture au final qui s'élèvera à plusieurs milliards d'Euros....car les conséquences se payent encore aujourd'hui.

la France se déclasse ?

La faute aux citoyens, la faute à la majorité des Français qui votent pour des incompétents corrompus, quirâlent contre une mesure sans mesurer les conséquence de son abandon....

Et si il n'y avait que les routes...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire