Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Le coronavirus peut-il avoir la peau des salons automobiles ?

Dans Salons / Autres évènements

Les salons automobiles risquent d'être durablement touchés par les impacts du Covid-19, qui va notamment entraîner des restrictions budgétaires. L'annulation du Salon de Genève va aussi laisser des traces dans l'esprit des constructeurs. À ce jour, le Mondial de Paris 2020 n'est toutefois pas menacé.

Le coronavirus peut-il avoir la peau des salons automobiles ?

Cela semble déjà loin, et pourtant, c'était il y a moins de quatre semaines. Après l'interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes en Suisse, les organisateurs du Salon de Genève avaient dû annoncer l'annulation pure et simple de l'édition 2020.

Aujourd'hui, une telle décision ne surprendrait plus, nombre d'événements ayant été reportés ou annulés suite aux mesures de confinement pour ralentir la propagation du Covid-19. Mais le 28 février, l'annonce avait été un coup de tonnerre dans l'industrie automobile, le show devant ouvrir quatre jours plus tard.

Pris de court, les constructeurs qui avaient encore des nouveautés à dévoiler à Genève les ont tout de même présentées, via le Web, en publiant les infos sur leurs sites internet ou leurs réseaux sociaux. Et cela n'a donc pas empêché une belle couverture médiatique. Vous avez ainsi pu découvrir sur Caradisiac les nouvelles Audi A3, Dacia Spring, Fiat 500, Mercedes Classe E ou Skoda Octavia RS.

Et on se dit que le fait de ne pas avoir fait leurs débuts dans un salon ne va pas porter préjudice à leur carrière commerciale. Cela arrive d'ailleurs déjà régulièrement, avec par exemple le nouveau Nissan Juke, envoyé directement dans les concessions fin 2019 sans passer par un salon international. Le premier danger pour les salons causé par le coronavirus est donc que de nombreuses marques se rendent compte que l'on peut se passer facilement de ces rendez-vous.

Certes, il y avait déjà une tendance à l'absentéisme. Mais jusqu'à présent, aucune marque n'a définitivement tourné le dos aux salons. Ces dernières années, il s'est mis en place un roulement de planning en fonction de l'actualité de la marque et de la portée du salon. En clair, on vient si on peut capter des clients. Le show de Bruxelles, très important pour les ventes en Belgique, pays de plus sans grande marque nationale, a ainsi fait le plein en début d'année. À l’inverse, le dernier Salon de Francfort, dans un pays où les marques allemandes écrasent le marché domestique, a été boudé par les firmes non germaniques. Ensuite, on vient si on a des choses à montrer. Exemple : DS n'était pas allé à Genève en 2019, mais devait y être cette année pour dévoiler la berline DS9 et le concept Aero Sport Lounge.

Les allées et venues des marques mettaient déjà en difficulté certains salons. Et l'annulation de Genève risque malheureusement de servir d'exemple sur le côté accessoire de ces shows. Les patrons d'Aston Martin et de Bentley ont ainsi confié à Autocar que la présence de leur marque au prochain Salon de Genève, en 2021, n'était finalement pas nécessaire pour dévoiler de nouveaux modèles. Ils ont été visiblement satisfaits de leur simple présentation en ligne.

D'autant qu'il y a un gros enjeu d'argent. D'abord, parce que les salons demandent des dépenses importantes qui ne sont clairement plus rentables face aux nouveaux moyens de communication en ligne. Et sur ce point aussi, le coronavirus ne va rien arranger.

Il avait déjà eu un impact financier pour les firmes qui devaient participer au Salon de Genève et avaient quasiment fini leur stand. Les sommes engagées ont peu de chance d'être remboursées. De quoi pousser des marques à faire des économies sur les prochains rendez-vous… voire à ne plus venir pour éviter qu'une telle situation se répète.

Surtout, l'épidémie a quasiment mis à l'arrêt l'industrie auto mondiale. Les périodes de confinement auront un impact sur les chiffres de ventes, même si les constructeurs espèrent une reprise rapide, tablant sur le fait que les achats de nouveaux modèles auront été différés plutôt qu'annulés. Mais les longues semaines de mise à l'arrêt vont fortement peser sur les finances. Jean-Dominique Senard, président de Renault, expliquait au Parisien ce week-end : "L'automobile est une industrie qui a structurellement des besoins en fonds de roulement importants, avec beaucoup de coûts fixes".

Les marques vont donc partir à la chasse aux économies sur des postes de dépense moins utiles. Et clairement, le budget pour le salon semble peu prioritaire. C'est donc la deuxième menace pour les prochains shows internationaux, avec des défections pour raisons d'économies. Au point de pousser des organisateurs de salons à tout annuler face à un programme trop light ?

On pense au Mondial de l'Automobile, qui pourrait en faire les frais malgré lui. La prochaine édition est toujours programmée du 1er au 11 octobre 2020, avec une nouvelle évolution de la formule. Le show français avait été revu avec succès en 2018, parvenant à attirer plus d'un million de visiteurs, faisant ainsi bien mieux que Genève ou Francfort. Ses organisateurs nous ont indiqué que l'édition 2020 était toujours maintenue, soulignant que des marques avaient annoncé leur présence, notamment Peugeot. Ils continuent de commercialiser des surfaces d'exposition, même s'ils veillent de près à l'évolution de la situation. Pour 2020, les nouveaux organisateurs veulent faire du Mondial un festival automobile dans tout Paris, avec toujours en tête de gondole l'exposition Porte de Versailles.

Le Mondial de l'Automobile reste donc programmé pour la rentrée, dans un calendrier automobile déjà bien bouleversé par l'épidémie. La Chine, premier pays touché par le Covid-19, avait rapidement décidé de déprogrammer le Salon de Pékin, prévu initialement en avril. Les organisateurs du Salon de New York ont choisi de reporter leur événement d'avril à fin août. Le prochain grand show pourrait donc être celui de Détroit, pour l'instant maintenu en juin.  

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (3)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Toujours plus ! Au pire les concessions ne sont pas là pour faire joli

Par

Je pense que le marché automobile va être plombé pour quelques temps...

Par

et pas que le marché automobile.............et comme on sait déjà qu'on ne se débarrassera jamais de ce virus, il faudra vivre avec, avec l'aide peut-être d'un vaccin annuel comme la grippe, et un taux de protection qui variera en fonction des hypothèses de souches.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire