Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Radars vandalisés : le coût des réparations pourrait être très élevé

Dans Economie / Politique / Social

Audric Doche

Radars vandalisés : le coût des réparations pourrait être très élevé

Le coût lié aux dégradations des radars ces quatre dernières semaines pourrait être très élevé. C'est en tout cas ce que l'on retient des données fournies par le site radar-auto.com, qui recense les dégradations sur tout le territoire. Deux radars sur trois auraient été détruits ou vandalisés, avec des coûts pouvant aller jusqu'à 200 000 € par unité pour la remise en service.

Qu'il soit de tronçon, de chantier, de feu tricolore ou fixe, le radar a été une cible privilégiée des gilets jaunes depuis le 17 novembre. Parfois simplement bâchés, mais souvent dégradé, voire complètement détruits, les radars étaient un peu ce symbole du gouvernement rejeté par le mouvement populaire.

Et selon le site radar-auto.com, il y a plusieurs centaines d'appareils à renouveler en France. Pire encore : selon des propos relayés par nos confrères du Parisien, "65 % du parc de radars fixes aurait été touché", le gouvernement ayant donné des consignes aux régions afin de ne pas communiquer le nombre exact, pour ne pas encourager les casseurs.

Selon la Sécurité Routière, la réparation des dégâts devrait coûter plusieurs dizaines de millions d'euros, avec des dégâts allant de 500 000 à 200 000 €, selon les cas et le type de radar.

"Nous allons le payer au prix du sang"

C'est une phrase lancée récemment par Chantal Perrichon, présidente de la ligue contre la violence routière, qui rappelle que les radars sont une bonne solution pour ralentir les automobilistes et pour avoir un effet psychologique sur ceux qui voudraient prendre des risques.

"Nous oublions que ces technologies ont sauvé 40 000 vies depuis 2003. Nous serons obligés de les remplacer bien évidemment. Nous le paierons économiquement, mais nous allons le payer au prix du sang, car il y aura une remontée du nombre de morts sur les routes" (Europe 1).

Malheureusement pour Chantal Perrichon, les chiffres de la mortalité routière la contredisent, puisqu'ils ont été en baisse en novembre, en plein mouvement des gilets jaunes... et après la dégradation des radars.

Des enquêtes très sérieuses

Le gouvernement va mener de vraies enquêtes en profondeur pour retrouver les personnes qui ont vandalisé les radars. Relevés d'empreinte, de traces de pas ou de pneus, recherche sur les caméras de vidéosurveillance, les pouvoirs publics ne veulent visiblement pas laisser passer ces saccages en mettant le paquet sur les recherches.

En attendant, l'Etat a déjà commencé à renouveler par dizaines les radars vandalisés. La liste, qui est disponible sur le site radar-auto.com et régulièrement mise à jour, devrait donc rapidement diminuer.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire