Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Ralentisseurs : un grand nombre de communes sont hors la loi

Dans Pratique / Autres actu pratique

André Lecondé

Ralentisseurs : un grand nombre de communes sont hors la loi

Il aura suffi qu’un dos d’âne ait blessé une voiture frappée du cheval cabré, contrainte de sauter comme un cabri pour franchir l’obstacle, pour ouvrir la boîte de Pandore. Le thème des ralentisseurs sur nos chaussées est mis en lumière depuis cet incident dans une commune varoise condamnée à payer des dommages et intérêts au conducteur de la Ferrari qui s’est abîmé sur un de ses gendarmes couchés. Du coup, études et audits ont été lancés. Bilan ? Pour au moins un tiers, ces ralentisseurs sont illégaux !

L’enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on. Comme une route affublée d’un ralentisseur… L’accessoire a vocation à faire ralentir les véhicules dans des zones à risques. Une belle vocation. Mais en pratique, l’interprétation s’est faite de plus en plus large tandis que les mêmes ouvrages devenaient de plus en plus hauts.

Pourtant, il y a une règle à respecter. Elle est développée dans un décret de 1994 qui précise que ces dos d'ânes ne doivent pas excéder 10 centimètres de haut et ne peuvent être installés que dans des zones limitées à 30 km/h. On ne fait pas n’importe quoi ni même n’importe où puisqu’ils sont interdits sur les voies en pente, dans les virages ou sur les routes desservies par les transports publics.

Autant d’exceptions qui auraient été oubliées par de nombreuses communes selon une étude du magazine Auto Plus. Pour un tiers, les ralentisseurs parsemés dans notre verte contrée seraient hors la loi. De quoi réfléchir. On rappellera que la mairie de Roquebrune-sur-Argens s'est engagée à rembourser les frais de réparation de 2 000 euros au propriétaire de la Ferrari. Pour commencer, car ensuite, il va falloir refaire la chaussée. Et ça, ce n’est pas donné…

Enfin, pour contester en justice la conformité d'un dos d'âne, il faut déposer une requête au tribunal administratif contre la municipalité concernée.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Essais et comparatifs

Commentaires ()

Déposer un commentaire