Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

RATP : des départs d’incendie sur quatre bus en quatre mois

C’est une redondance qui inquiète et sur laquelle le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail va se pencher. Cela se passe à la RATP, ci-devant la Régie autonome des transports parisiens qui s’interroge sur les raisons d’une tendance qu’ont ses bus à la combustion spontanée. Quatre véhicules ont été détruits par le feu en quatre mois, après des départs d’incendie dus à des courts-circuits. Un défaut sur les modèles du constructeur qui équipe la flotte de la Régie ? Pour certains, la vérité serait ailleurs…

RATP : des départs d’incendie sur quatre bus en quatre mois

« Paris brûle-t-il ? » s’interrogeait-on dans un film. On n’en est certes pas là, mais les bus y flambent de temps à autre et, dernièrement, un peu trop fréquemment. Rien à voir avec un problème d’ordre public. Mais la fiabilité mécanique, elle, est sur la sellette. Selon le quotidien Le Parisien, le CHSCT de la RATP doit se pencher sur les conclusions des investigations menées sur quatre cas de bus qui ont pris feu accidentellement. Des faits qui sont survenus entre novembre 2017 et février 2018. Et au cours desquels, fort heureusement, personne n’a été blessé.

Trois engins d’origine Iveco et un autre sorti de chez Scania ont ainsi pris feu alors qu’ils étaient en service. À chaque fois, le départ de feu est lié à un court-circuit. On pourrait donc penser à un défaut de fabrication. Sauf que l’origine de l’incident et de l’incendie est différente : une interférence des câbles du circuit électrique, un élément de la batterie qui se met en surchauffe à cause d’un court-circuit interne, une vis de fixation manquante au niveau de l’alternateur entraînant un court-circuit entre le démarreur et l’alternateur, ou encore un problème au niveau du démarreur, à cause d’un défaut de serrage sur un écrou… Difficile, en effet, de jeter la pierre aux constructeurs.

Mais cela pose question sur les opérations de maintenance à la RATP. À chaque incident, cependant, des rappels et des actions correctives ont été menées. Mais pour un représentant du personnel du CHSCT, « c’est invraisemblable qu’il y ait des incendies, surtout dans une période aussi rapprochée. La direction ne prend la mesure du problème », assurant qu’il y a eu « d’autres départs de feu qui n’apparaissent pas dans ce document ».

Le représentant au CHSCT pointe également du doigt « la politique de productivité », c’est-à-dire selon lui, « faire toujours davantage de km avec les véhicules, même si un souci est détecté ». Il assure également que « les effectifs de la maintenance sont en baisse. Les agents qui restent ont de plus en plus de tâches à réaliser et personne ne peut tout faire en même temps ».

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (11)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Les Citelis qui flambent ça fait longtemps que le problème est connu. Les Scania aussi mais ils sont rare à la RATP qui les aime pas.

Par

« les effectifs de la maintenance sont en baisse. Les agents qui restent ont de plus en plus de tâches à réaliser et personne ne peut tout faire en même temps ».

mouais... ça me fait sourire quand je lis ça...

Par

Faut dire que le parc de bus me parait de plus en plus vieillissants là où la plupart des agglomérations et donc les sociétés de transports qui les accompagnent, bien plus petites et avec beaucoup moins de moyens, renouvèlent les flottes plus régulièrement j'ai l'impression. Ca mérite réflexion...

Par

Mais enfin ! Entre 2 grèves et 3 arrêts de travail, ils s'occupent du bien-être des usagers voyons !

Par

Normal c'est des bus Renault dCi

Par

C'est du grain à moudre pour Pagani Zonda et N1cool un tel topic :cyp:

Par

Vu un reportage similaire sur les bus à Rome qui ont les mêmes soucis, peut être des conditions de circulation qui imposeraient un entretien à intervalles plus rapprochés.

Par

C'est clair qu'avec des mécanos de qualité en baisse, 50% des mécanos recrutés chez speedy, le nombre d'accidents du a la circulation en augmentation...Enfin c'est normal que les bus sortent du dépôt à moitié réparé. Si vous saviez le nombre de vises qu'il peut manquer sur chaque bus.Même les mécanos s'étonnent qu'on accepté de rouler avec

HaHaHa

Par

Si les bus étaient entretenus par chaque constructeur ça n'arriverait pas.

Par

En réponse à CMonOpinion

Mais enfin ! Entre 2 grèves et 3 arrêts de travail, ils s'occupent du bien-être des usagers voyons !

Oulah pépère, remets toi à jour, nous sommes en 2018, plus en 1995, rappelle moi la date de la dernière vraie grève des bus (celle qui a un impact sur le transport des voyageurs)? Ah oui, celle des automobilistes dans Paris qui font la grève du code de la route depuis un sacré moment déjà. Avant de parler, essaie de réfléchir au lieu de sortir des bêtises.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire