Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Reconfinement : seulement 20% de pollution en moins en Ile-de-France

Selon les mesures d'Airparif, la pollution de l'air n'a baissé que de 20% depuis le début de reconfinement. Loin, bien loin des -70% enregistrés au printemps dernier.

Photo prise sur l'autoroute A13, aux portes de Paris, le lundi 2 novembre: un trafic certes bien moins dense qu'à l'accoutumée, mais qui n'évoque pas exactement un pays (re)confiné.
Photo prise sur l'autoroute A13, aux portes de Paris, le lundi 2 novembre: un trafic certes bien moins dense qu'à l'accoutumée, mais qui n'évoque pas exactement un pays (re)confiné.

Quiconque a été amené à circuler en Ile-de-France ces derniers jours a pu y constater que les routes y restaient chargées. Caradisiac avait évoqué le sujet dès le mardi 3 novembre, et les statistiques de Waze, le GPS communautaire, sont sans appel : sur la période courant du lundi 2 au vendredi 6 novembre, le trafic routier à Paris n’aura baissé que de 38% en moyenne, quand cette valeur oscillait entre 80 et 90% durant le premier confinement.

Sans surprise, cela se ressent directement sur les statistiques de pollution. Selon un bilan tout juste publié par Airparif, l’organisme chargé de la surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France, les émissions d’oxydes d'azote (NOx) et de particules fines PM10 (inférieures à 10 micromètres de diamètre) liées au trafic routier n’ont diminué que de 20 % depuis l’entrée en vigueur du deuxième confinement le vendredi 30 octobre, alors que cette baisse avait atteint les -70% en mars-avril. « Ce second confinement est moins strict que celui du printemps, les écoles restant ouvertes et certains déplacements pour motifs professionnels étant autorisés », commente Airparif.

En parallèle, si l’offre de transports en commun reste maintenue à 100% entre 6 et 21 h, la RATP faisait état en début de semaine dernière d’un trafic en baisse de 50% dans les rames du métro parisien le matin. Une conséquence directe du télétravail mis en place dans les entreprises, mais aussi, pour ceux qui doivent physiquement se rendre à leur poste, du choix de la voiture (ou du vélo, dans une moindre mesure) pour se déplacer.

Or, selon les estimations de la Direction de l’équipement et de l’aménagement d’Ile-de-France (DRIEA), si 10% des clients des transports en commun se reportaient vers la voiture, le nombre de véhicules augmenterait de 40 à 80% entre Paris et les départements d’Île-de-France (projection réalisée hors période de confinement). Compte tenu du caractère moins strict de ce reconfinement, il était donc illusoire de voir la pollution baisser fortement.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire