Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Route de nuit - Le (faux) verbatim de Carlos Ghosn

Carlos Ghosn et sa femme Carole ont publié ce mercredi 3 mars « Ensemble, toujours », un livre* dans lequel l’ex-PDG de l’Alliance Renault Nissan et sa femme retracent les 14 mois de descente aux enfers vécue à la suite de l’arrestation du grand patron au Japon, le 19 novembre 2018. A cette occasion, Caradisiac prend la liberté d’imaginer un faux verbatim de l’intéressé, qui commente son parcours et les décisions prises par ses successeurs.

Route de nuit - Le (faux) verbatim de Carlos Ghosn

« Alors on y est. Jeudi 14 janvier, Renault a présenté son fameux grand plan de relance. Mais comme on est en janvier et pas en juillet, c’est le retour de la R5, un modèle né en 1972, qui aura fait office de feu d’artifice pour cette défaite nationale.

Avec moi aux commandes, on ne parlait pas de « Renaulution. » Au contraire, on festoyait au Château de Versailles, et l’Alliance visait les 10 millions de voitures par an grâce à l’intégration de Mitsubishi à Nissan. A l’époque ça filait droit, et je n’avais pas besoin d’inviter les patrons japonais à venir polluer mes raouts avec des interventions vidéo complètement insipides, comme on a pu le voir l’autre jour. Qui peut croire une seconde aux fariboles de cette pseudo-harmonie retrouvée ?

Et ce de Meo, qui dit vouloir passer « de la course au volume à la création de valeur ». La belle affaire ! S’il y a UN champion du monde de la création de valeur, c’est bien moi ! Avec mes 13 millions de dollars de salaire annuel, j’étais l’un des patrons les mieux payés au monde, tout en tentant de fourguer aux clients des Latitude, Koleos et autres Wind.

Obama et moi

Et peu importe si j’ai sous-estimé l’essor des SUV, totalement négligé la technologie hybride, ou bien encore réduit le « made in France » à la portion congrue. Je voyais large, moi. J’étais un big boss mondialisé, pas un chef de bureau franchouillard. J’étais celui qu’Obama himself voulait élever au grade suprême chez General Motors en 2009. Toujours entre deux jets privés, je faisais miroiter des lendemains électriques qui chantent quand les autres, Volkswagen en tête, tripatouillaient en douce leurs moteurs diesels pour qu'ils passent les normes.

Ah, l’électrique ! Je me souviens encore des réactions incrédules au salon de Francfort 2009, quand j’avais annoncé devant les médias du monde entier ce grand virage vers le « zéro émission » alors même que Tesla n’apparaissait sur aucun radar. L’électrique pour lequel mes entreprises auront investi plus de 4 milliards d’euros dans les années 2010. OK, ça se sera longtemps résumé à du zéro vente - c’est vrai qu’il fallait avoir le moral pour acheter une Twizy ou une Fluence Z.E. - , mais maintenant que ça commence à décoller un peu partout dans le monde, il faudrait voir à rendre justice à mes talents de visionnaire.

Et la résurrection d’Alpine, c’est encore Bibi qui était aux commandes, on l’oublie trop souvent ! Sauf que moi, je leur ai resservi une vraie A110 moderne à mes clients, je ne leur promets pas une gamme 100% électrique comme cela a été fait par mes saboteurs de successeurs.

Mangas bidons

Par contre, là où je suis admiratif, c’est ce tour de passe-passe qui consiste à présenter maintenant Renault comme une future « boîte de technologie qui fabrique des véhicules ». Avec des voitures longtemps célèbres pour leurs bugs électroniques, il y a du boulot !

Mais je dois avouer que cette expression en jette nettement plus que ce concept totalement dépassé de « constructeur automobile » auquel je me suis bêtement accroché pendant toutes ces années : avec un telle baseline et une bonne communication, j’étais bon pour franchir le cap des 25 millions de dollars par an !

Une poignée d’imbéciles au Japon a hélas décidé du contraire, ourdissant un complot dans le but de revenir au Nissan d’avant. Oui, le flamboyant Nissan des années 90, avec ses berlines déprimantes dont personne ne voulait et que Renault a sauvé de la banqueroute en 1999. C’est là que je suis arrivé, tel un sauveur, et que j’ai redressé la barre de cette entreprise moribonde.

Ensuite, cela méritait bien de soigner le storytelling, quitte à mandater des publicitaires pour qu’ils fassent éditer des mangas bidons à ma gloire. Quand je vois à quel point les médias occidentaux ont mordu à l’hameçon de cet outil de communication, je me dis que j’aurais eu bien tort de me priver ! Ce pays, je l’ai servi pendant 17 ans, et 200 ouvrages sur le management m’y ont été consacrés. Qui aujourd’hui peut en dire autant ?

Merci Mélenchon

Me voici maintenant assigné à résidence à Beyrouth dans une maison que Nissan prétend posséder, mais dont c’est moi qui ai les clés. J’attends donc que les Japonais viennent faire valoir leurs prétendus droits au tribunal, ici à Beyrouth, mais je ne suis pas très inquiet quant à l’issue des discussions. Ils m’ont envoyé à l’ombre, je profite maintenant du soleil à leurs frais, c’est de bonne guerre.

A eux de prouver ma culpabilité dans toute cette histoire : depuis l’affaire des faux espions de Renault en 2011, où j’avais accusé sans preuves des cadres de Renault d’espionnage au profit de la Chine, j’ai complètement changé de point de vue sur la présomption d’innocence. Ce n’est pas parce que je l’ai refusée jadis à autrui que je devrais en être privé aujourd’hui.

Depuis mon évasion du Japon après 14 mois de persécution, je me sens de toute façon intouchable. Pensez, même Jean-Luc Mélenchon était venu à mon secours avec des mots qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire : « Les droits de l’homme et les droits de la défense ne s’appliquent pas avec des critères de classe. La maltraitance à laquelle s’est livrée la justice japonaise est inacceptable. Vous connaissez un être humain qui n’essaie pas de s’échapper quand on le maltraite ? »

Merci Méluche, je suis prêt à prendre gratuitement la présidence de ton comité de soutien pour 2022 ! On fera battre ce Macron avec lequel je ne me suis jamais entendu, et dont je suis persuadé que c’est la maladresse qui a provoqué le début de ma chute.

Je reviendrai

Quand l’Etat-actionnaire, allié que je croyais avoir définitivement réduit à l’état de carpette, avait soudain voulu augmenter sa participation dans le capital de Renault en 2015, ça avait effrayé les Japonais qui eux ne détenaient aucun droit de vote côté Renault. Pour eux l’humiliation, et pour moi le début de la fin ! Ou plutôt la fin du début, parce que vous pouvez compter sur Carlito pour rebondir toujours plus haut.

Comme je le répète souvent, je ne sors pas de l’ENA, je ne fais pas partie pas de l’establishment et le microcosme ne me considère pas comme faisant partie des siens. Dont acte, mais il y a un truc que je peux vous garantir : c’est que tout ce petit monde sera scotché devant sa télévision quand la télévision diffusera d’ici quelques mois la série retraçant mon parcours. Croyez-moi, j’en ai encore sous la pédale et je reviens plein gaz ! »

 

*Ensemble, toujours, Carole et Carlos Ghosn, éd. L’Observatoire, 304 p., 20 €

 

Nouvelle rubrique. Tous les soirs du jeudi au dimanche, la Route de Nuit de Caradisiac va passer par la case culture, au sens le plus large du terme. Attendez ! Ne fermez pas votre tablette ! Ne piétinez pas votre smartphone ! Ne cliquez pas sur un autre site qui forcément vous décevra ! Ne fuyez pas. La culture n’est pas synonyme d’ennui et d’élitisme. Nous allons vous montrer qu’elle est intimement liée à la passion - ou au simple intérêt - que vous portez à l’automobile.Qu’on le veuille ou non, qu’on la vénère ou qu’on la vilipende, l’automobile est omniprésente depuis cent trente ans dans nos sociétés, dans notre vie quotidienne et donc dans la vie culturelle.Tous les créateurs s’en emparent un jour ou l’autre que ce soit pour l’encenser ou pour la conspuer. On rencontre l’automobile à tous les carrefours : dans la littérature, le cinéma, la mode, la musique, l’architecture, la publicité, la photographie…Ce sont ces confluences et ces connivences que nous allons évoquer ensemble.Nous sommes sûrs qu’avec le concours d’une nuée d’artistes iconoclastes, Route de nuit ne rimera pas avec ennui.

La rédaction.

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (21)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est un peu faux, Alpine c'est surtout Tavares Ghosn il n'y croyait pas vraiment tout comme Dacia au début (là c'est Schweitzer), par contre c'est clair qu'il a eu le nez creux sur l’électrique sauf qu'il n'a pas réussi à accorder les violons entre Français et Japonnais qui ont développé chacun leur solution.

Après honnêtement j'ai envie de dire bien fait pour lui, il a tellement privilégié le côté Japonnais de l'alliance (participation dans Mitsubishi sans que Renault dont il était PDG soit averti) qui au final le fera tomber, donc se plaindre du manque de soutient de l'état Français c'est vrai mais bon le monsieur il a un peu tout fait pour le marginaliser donc j'ai envie de dire il a eu ce qu'il mérite sans oublier le bazar mis dans l'alliance avec une partie qui veut clairement reprendre son indépendance.

Par

Il donnait confiance, une envie d'acheter, de s'intéresser à Renault et Nissan. Une volonté de dominer le marché.

Aujourd'hui, désolation, baisse des volumes, plus de vision, une r5, c'est le futur fiat.

Par

Pas terrible jusque là, cette nouvelle rubrique.

Par

A prendre au second degré évidemment tant il y aurait de chose à redire...

Par

Mouais, bof cette rubrique, c'est du réchauffé. On en a tellement entendu parler de l'affaire Carlos ghosn que c'est devenu presque sans intérêt.

Il n'y a pas une actualité plus intéressante que ça ? Parce que là, pour ma part, ça m'ennuie sérieusement.

Par

Vraiment pas professionnel comme article et pas du tout objectif. Je peux dire merci Carlo pour l’excellent moteur Renault Nissan V6 235cv 450 nm de mon ancienne Laguna lll, une des meilleures de sa catégorie, et le coupé, élu plus belle Renault de tout les temps par certains journalistes, dont des comparatifs avec la classe C coupé à l’époque. Quand est-ce que Caradisiac aura les couilles d’interviewer directement M Ghosn ? Au lieu de le dénigrer gratuitement ainsi que de Meo. On peut parler aussi de la Nissan GTR, une concurrence de la 911, appuyée par Carlo lors de sa sortie. Il a appuyé aussi Renault en F1...

Par

En réponse à beniot9888

Pas terrible jusque là, cette nouvelle rubrique.

N'est pas Antoine Dufeu qui veut.

Et quand c'est le gendre idéal POM qui tente de montrer les dents, ben ça donne ça... :dodo:

Lui aurait il posé la moindre question qui fâche en interview ?

Par

La disgrâce de Carlos Ghosn pose quand même quelques questions, même si je n'aime pas trop le personnage et si j'ai eu l'occasion de bosser en tandem avec des X, histoire de mieux connaître leur mentalité au quotidien.

Si la stratégie qu'il suivait et son activité à la tête des entreprises de l'Alliance n’étaient pas ceux souhaités par les actionnaires (dont tout particulièrement l'Etat qui venait de faire une bidouille pour augmenter son influence), pourquoi donc venait-il d'être reconduit dans ses missions avec cette stratégie ?

Un groupe de cette taille, c'est pas une TPE. Ça n'est pas le dirigeant qui choisit la stratégie, ce sont les actionnaires et le dirigeant ne fait que l'appliquer.

Après, pour les accusations, j'ai vu trop d'accusations bidon en entreprise pour ne pas être méfiant (ce que Ghosn avait d'ailleurs oublié d'être dans l'affaire d'espionnage qui aurait dû l'inciter à mieux surveiller ses arrières).

L'accusation la plus gag à laquelle j'ai assisté, c'est un consultant qui a été sorti d'un projet important parce qu'il "passait ses journées sur internet"... avec un PC qui n'avait pas d'accès réseau pour des raisons de sécurité. :areuh:

Par

carlos a fait 2 ans de tolle par la faute de macron faut pas oublier..

macron a augmenté le % d'état chez renault sans informer les japs..

et l'état à double droit de vote...

les japs ont alors mis en tolle carlos...

macron un débutant amateur s'est attaqué à trop gros pour lui..;

pire il a lachement abandonné carlos..

au lieu de négocier avec les japs...

on avait déja vu avec altsthom racheté par les ricains... et des cadres qui ont fait aussi de la tolle au usa..

laché par hollande et macron!!

aujourd'hui carlos veut 2 choses la tete de macron et sa retraite renault bloqué...

la un petit coup de pression sur macron avec ce bouquin...

si macron comprend pas..ou fait semblant de pas comprendre..

il ira plus loin carlos.. il a des dossiers sur pas mal de monde.... macron va devoir négocier...

affaire à suivre...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire