Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Route de nuit - Le néo-rétro, cette vieille idée qui ne lasse toujours pas !

Dans Rétro / Autres actu rétro

Les origines du design néo-rétro sont déjà très anciennes, la fameuse Excalibur les ayant posées en 1964. Progressivement, les Stutz Blackhawk, Nissan BE-1, Mazda MX-5, et autre Fiat 500 solidifieront ce style qui ne semble pourtant guère émouvoir les constructeurs français…

Route de nuit - Le néo-rétro, cette vieille idée qui ne lasse toujours pas !

Pour se refaire une image sympa, Renault est en train de fourbir quelques armes néo-rétro, notamment des resucées de R5 et de 4L à la sauce électrique. Une vieille ficelle à vrai dire, à se demander quelle peur de l’avenir peut pousser un constructeur (Renault ou autre) à se réfugier dans son passé… Très vieille même.

L’idée d’associer technologie moderne et design ancien ne date en effet pas d’hier. Sa première incarnation couronnée de succès commercial remonte à 1964, quand est apparue l’Excalibur. Mais qu’est-ce que cette caisse ? En gros, il s’agit d’une Stubebaker Lark, une auto alors moderne, dotée d’une carrosserie de Mercedes SSK de 1928, modèle que possédait Brook Stevens, le créateur de l’Excalibur.

Excalibur
Excalibur

Sa voiture a remporté son petit succès, se déclinant en cinq générations, et adoptant un moteur de Corvette en 1970. Malheureusement, la marque disparaît en 1986. Entre-temps, Stevens a fait quelques émules, dont le français Alain Clénet qui lance en 1976, aux US, une auto de concept similaire. On en est encore à un look uniquement rétro allié à une technologie en vogue.

Clenet Series II Cabriolet
Clenet Series II Cabriolet

Mais une marque réalise en 1971 le pont esthétique entre passé et présent : Stutz. Appréciée pour ses autos sportives, Stutz a connu une première vie en 1911 puis 1939. Elle réapparait en 1968 puis présente en 1970 la Blackhawk, une appellation déjà utilisée dans les années 30. Cette fois, il s’agit d’une Pontiac Grand Prix rhabillée à l’ancienne par le célèbre designer de Chrysler, Virgil Exner.

Stutz Blackhawk
Stutz Blackhawk

On reconnaît la cellule centrale de la Pontiac, mais les flancs ornés de tubulures d’échappement, l’avant (arborant une calandre verticale et des projecteurs circulaires) et le coffre, dont le couvercle s’incruste d’une roue de secours, évoquent les années folles.

Très chère et regorgeant de luxe, l’extravagante Stutz séduit de nombreuses stars, dont Elvis Presley, Frank Sinatra, Jerry Lewis, Mohammed Ali, Tom Jones, Elton John, Barry White, Paul McCartney, pour ne citer qu’eux ! Mine de rien, la Stutz se déclinera en sept générations jusqu’en 1987. Excusez du peu…

Nissan Be-1
Nissan Be-1

Evidemment, on ne voit là que des voitures de luxe. Par bonheur, un constructeur aura la bonne idée de démocratiser le néo-rétro : Nissan, qui présente en 1985 le concept de sa craquante Be-1, en gros une Micra redessinée à la façon de la Mini originelle. Adressée aux jeunes, elle est produite en série limitée à 10 000 unités à partir de 1987, et vendue uniquement au Japon, où on se l’arrache. Elle marque le début d’une offensive, trois autres créations jouant sur la nostalgie la suivant. La Pao, en 1987, inspirée de la 4L, la S-Cargo, en 1989, sorte de 2CV nippone, et la Figaro, un coupé évoquant une microcar allemande des années 50, la Gutbrod Superior.  

Nissan Pao
Nissan Pao
Nissan S-Cargo
Nissan S-Cargo
Nissan Figaro
Nissan Figaro

Plus de 20 000 Figaro seront produites, contre 8 000 prévues ! Surtout, en 1989, Mazda s’engouffre dans la brèche avec sa remarquable MX-5 qui rencontrera un succès immense, la première génération s’écoulant à plus de 400 000 unités.

Ford Mustang 2005
Ford Mustang 2005

Pour sa part, Ford poussera plus loin que les autres l’idée du néo-rétro avec sa Mustang de 2005. En effet, elle s’inspire ouvertement de celle de 1967 non seulement par sa ligne, mais aussi par sa technique, recevant un essieu arrière rigide par pur esprit vintage. Elle se vendra par paquets de 100 000 !

VW New Beetle
VW New Beetle

Les constructeurs européens suivent à distance, étrangement. En 1994, Volkswagen recrée sa mythique Coccinelle, sous la forme du prototype Concept 1 qui est acclamé. De sorte qu’une version de série est lancée en 1998, la New Beetle, plus appréciée outre-Atlantique que sur le vieux continent, où elle est vendue trop cher. Deux ans plus tard, Mini présente sa remarquable R50, réinvention de son modèle originel qui sera une grande réussite commerciale.

Mini R50
Mini R50
Fiat 500
Fiat 500

Fiat embraye avec encore plus de maestria en 2007 avec sa 500, encore en production, même si on peut considérer que, influencée par les spiders 850 et 124 des années 60, sa Barchetta de 1995 est déjà un peu néo-rétro. Celle-ci, croyez-le ou non, verra son design transposé une échelle plus grande chez BMW qui a embauché le créateur de la Fiat, Andrea Zapatinas. Il signera le prestigieux roadster Z8 de 1999, une sorte de Barchetta géante gréée de détails stylistiques évoquant la fabuleuse 507…

Citroën C3
Citroën C3

Et la France dans tout ça ? De façon incompréhensible, nos constructeurs nationaux sont à la traine. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir produit une palanquée de voitures mythiques ! Certes, la Citroën C3 de 2003 comporte son lot de références à la 2CV, mais elle n’assume pas son côté rétro, même si, personnellement, je trouve son design vraiment réussi. La C6 fait resurgir la CX, mais là encore, de façon subliminale.

La Peugeot e-Legend et le coupé 504 originel au second plan.
La Peugeot e-Legend et le coupé 504 originel au second plan.

De son côté, Peugeot refuse obstinément de produire sa magnifique e-Legend, concept réinterprétant avec talent le coupé 504… Elle serait trop chère, qu’ils nous disent. Pourtant, même à 100 000 €, on peut parier qu’elle se vendrait très bien !

Renault Fiftie
Renault Fiftie

Quant à lui, Renault avait joliment évoqué sa 4CV avec son mignon concept Fiftie de 1996, mais sans lui donner de suite. En fait, la seule production hexagonale ouvertement néo-rétro, c’est la magnifique Alpine A110, que tout le monde adore. C’est peu mais c’est déjà ça !

Alpine A110
Alpine A110

L’épouvantable mode du « rétrofit », consistant à installer un moteur électrique moderne dans une voiture ancienne, connaît un certain engouement, preuve que le public est prêt et prend les devants. Si Renault semble avoir compris le phénomène, PSA joue les aveugles… Vous attendez quoi, les gars ?

Portfolio (2 photos)

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (20)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Je pense quand même que PSA a raté une belle opportunité avec la e-Legend.

Par

J' aurais rêvé d' une DS modernisée. Je parle bien d' une voiture actuelle s' inspirant du modèle bien connu, et non d' une marque crée de toutes pièces et qui propose des SUV qui se la pètent "bling-bling".

Par contre, je n' avais pas fait le rapprochement (hypothétique) de la C3 avec la 2CV...

Par

nissan be-1 et figaro : top !

modernisé et électrifié (obligé à présent), ça aurait de la gueule

Par

Si Citroën avait simplement appelé sa C3 "neo-2cv", avec quelques petits détails supplémentaires rappelant l'idole, ils en auraient juste vendu le double sans forcer. Mais non.

L'immense ruine de l'automobile Française face à l'automobile Allemande vient de l'incroyable ignardise en culture automobile des énarques ou autres grands patrons "généraliste" qui ont conduit cette industrie pendant plusieurs décénnies.

Là où en Allemagne, ils ont eu un certain Ferdinand Piëch, esthète absolu des carrosseries nobles et des moteurs de pédigrée.

... Comme toute chose, c'est une question d'homme.

Par

En réponse à Jetstream

Je pense quand même que PSA a raté une belle opportunité avec la e-Legend.

Je pense aussi !

Par

En réponse à Plus de pseudo...

Je pense aussi !

A 100000€?

Faut pas délirer, c'est du Peugeot, incapable de faire déjà une e208 sans pb, alors dans le haut de gamme...

Par

En réponse à Plus de pseudo...

Si Citroën avait simplement appelé sa C3 "neo-2cv", avec quelques petits détails supplémentaires rappelant l'idole, ils en auraient juste vendu le double sans forcer. Mais non.

L'immense ruine de l'automobile Française face à l'automobile Allemande vient de l'incroyable ignardise en culture automobile des énarques ou autres grands patrons "généraliste" qui ont conduit cette industrie pendant plusieurs décénnies.

Là où en Allemagne, ils ont eu un certain Ferdinand Piëch, esthète absolu des carrosseries nobles et des moteurs de pédigrée.

... Comme toute chose, c'est une question d'homme.

En quoi la France n'aurait pas eu d'esthètes absolu des carrosseries nobles et des moteurs de pédigrée ?

Par

Nissan Figaro et Renault Fiftie pour moi.

J'aurai largement préféré un revival électrique de cette Fiftie en lieu et place de la 4L

Mais bon, un petit coupé 2 portes ce n'est pas dans l'air du temps.

Par

En réponse à deville70

J' aurais rêvé d' une DS modernisée. Je parle bien d' une voiture actuelle s' inspirant du modèle bien connu, et non d' une marque crée de toutes pièces et qui propose des SUV qui se la pètent "bling-bling".

Par contre, je n' avais pas fait le rapprochement (hypothétique) de la C3 avec la 2CV...

Entièrement d'accord. C'est ce que j avais cru il y a 10 ans quand "ils relancaient DS"

Par

Dommage qu'il n'y ait pas de photo de la Z8, alors que l'article cite le nom de la voiture.

On peut quand même trouver une photo là : https://www.caradisiac.com/modele--bmw-z8-e52/

Infiniment plus désirable à mes yeux que le catalogue actuel, même si je trouve la ligne de la i8 cabriolet tout à fait réussie.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire